Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest Anonymous

LA CRIQUE

Recommended Posts

Guest Anonymous

Nos corps nus enlacés dans la crique déserte

Devaient mimer de loin restes de naufragés;

Mais de nos vêtements seuls assumions la perte

Par la brise du soir tendrement outragés.

Rien d'impudique en ces entrelacs vierges

De tout désir précis. Point de flamme, une braise.

En un foyer brûlant s'attisait notre ascèse,

Quiétude et volupté où l'esprit ne gamberge.

Vides de tous projets,

Et ballottés au gré de la vague inflexible,

Plus encore pénétrés qu'en des coïts irascibles.

Paix au bout du trajet

Qui nous avait conduit en ces lieux enchantés

Depuis qu'avions tranché le noeud de l'adultère,

Ecartant de nos vies les ennuis délétères

Pour un petit matin s'éveiller libérés.

Chastement emmêlés nos regards se croisèrent,

Nos lèvres souriaient, éperdues en un rêve,

Tandis que le ressac qui balayait la grève

Prenait, nous unissant, son plaisir éphémère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.