Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Arlequin46

Escapade en boîte de nuit

Recommended Posts

Au départ, il était prévu que l’on se fasse une soirée entre fille avec une copine du boulot. Malheureusement, un contretemps de dernière minute obligea ma collègue à remettre notre fête à un autre jour. Bien que déçue, je n’avais pas envie de passer mon samedi soir seule, assise dans mon canapé, à regarder des programmes télé plus abrutissant qu’autre chose. Je décidais donc d’aller faire la fête toute seule, comme une grande !

Après avoir passé deux bonnes heures dans la salle de bain, j’enfilais un petit chemisier noir, légèrement transparent, une mini-jupe en cuir noir, des bas de soie maintenus par un porte-jarretelles et un petit string à dentelle fine. Je chaussais une paire de talons aiguilles et, l’image que me renvoyait le miroir me convenant, je partis pour la boîte de nuit.

Cela faisait déjà quelques heures que je dansais comme une petite folle sur la piste et je commençais à avoir très chaud et, surtout, très soif. Je décidais donc d’aller prendre un dernier verre au bar, après quoi j’appellerai un taxi pour me ramener chez moi. Boire ou conduire, il faut choisir, aussi j’étais venue sans ma voiture, ce qui m’avait permis de me lâcher un peu ; peut-être était-ce aussi la raison de ma soif, car, entre quelques déhanchements sur la piste, j’avais ingurgité quelques verres de rhum coco.

Assise au bar, un nouveau verre de rhum coco à la main, je commençais à ruminer des idées noires à l’idée de me retrouver bientôt seule chez moi. C’est alors que je vis un garçon assis au fond de la salle. Il semblait être seul, lui aussi, et, bien qu’il ne soit pas vraiment mon type d’homme, physiquement parlant, il y avait quelque chose, en lui, qui m’attira aussitôt.

Ma première idée fut d’aller le rejoindre et d’entamer la discussion avec lui. Finalement, pour je ne sais trop quelle raison, je me ravisais et tentais de trouver un moyen d’attirer son attention. Mais pour cela, fallait-il encore qu’il regarde dans ma direction, chose qui ne semblait pas gagné d’avance, tant il semblait plongé dans ses rêveries !

Finalement, au bout de plusieurs minutes qui me semblèrent interminables, je vis la tête de me inconnu se tourner vers le bon endroit, celui où je me trouvais. A cette heure-ci, le bar est relativement désert, tout le monde se trouvant dans la salle d’à côté en train de danser sur des slows. Je me redressais donc fièrement sur mon tabouret, croisant et décroisant les jambes d’un air désinvolte, ce qui fit remonter ma jupe à la limite de la décence.

Nous étions séparés par une vingtaine de mètres ; l’endroit étant plutôt bien éclairé, j’imaginais qu’il devait voir assez de choses intéressantes pour que son regard s’arrête sur moi. Voulant m’en assurer, je tournais discrètement la tête et je vis mon inconnu m’adresser un grand sourire.

Je vidais mon verre et appela le barman pour qu’il m’en serve un autre. Ce faisant, j’avais décroisé mes jambes et entrouvert légèrement mes cuisses. Je restais ainsi, ignorant volontairement mon nouvel admirateur, jusqu’à ce que mon nouveau rhum coco arrive. Alors, je tournais à nouveau la tête pour voir où en était la situation et fut soulagé de voir que j’avais toujours l’attention de mon inconnu. Je pris donc mon verre et me dirigea à sa table d’un pas très assuré, même si je sentais l’alcool commencer à faire de l’effet dans ma démarche.

Je n’étais plus qu’à quelques mètres de lui et je sentis des frissons parcourir tout mon corps.

- Je peux faire quelque chose pour vous ? me demanda-t-il.

Sa voix était douce et posée ; elle donnait chaud au cœur. Avant de lui répondre, je lui laissais le temps de me dévisager de haut en bas, des idées folles commençant à me traverser l’esprit.

- J’ai vu que vous me regardiez avec une certaine insistance quand j’étais au bar.

- Oui, mais je pense que c’est ce que vous espériez, non ?

- Vous êtes bien sûr de vous ! lui répondis-je tout en m’asseyant à côté de lui.

- Tout autant que vous semblez l’être !

- Vous êtes seul ?

- En tout cas, il semble que je ne le suis plus maintenant !

Telle que je me tenais assise, face à lui, je savais qu’il avait une vision parfaite sur ce qui se cachait entre mes cuisses. Malheureusement, la table me gênant, je ne pouvais voir si cela lui faisait de l’effet en dessous de la ceinture.

- Je voulais dire, est-ce que vous êtes venu accompagner ?

- Et si tel était le cas, me répondit-il en mettant une main sur ma cuisse, que feriez-vous ?

- Je m’en irais aussitôt, lui dis-je en ouvrant un peu plus les jambes afin de faciliter la progression de la main. Je ne veux surtout pas vous attirer des ennuis avec votre amie !

- Je n’ai pas l’impression, me dit-il tandis que je sentais sa main me caressait doucement, que vous ayez l’intention de partir !

Il avait totalement raison. Une longue abstinence sexuelle, l’alcool qui me désinhibait, faisait que j’étais dans un état de surexcitation intense. C’était bien la première fois que j’avais envie de faire l’amour avec un parfait inconnu.

- Quant à moi, lui dis-je, je n’ai pas vraiment l’impression que vous vouliez que je parte !

Je fermais les yeux pour mieux sentir la lente progression de cette main inconnue. Je pouvais voir les doigts se promenant sur mes cuisses, remontant tout doucement au-dessus de mon triangle, puis redescendant brusquement en ne manquant pas d’effleurer mon petit bouton, au travers de mon string. J’étais parcouru par de multiples frissons qui s’intensifièrent lorsque le souffle de mon inconnu vint se perdre sur ma nuque.

Il glissa son autre main sous mon chemisier, progressant tranquillement vers ma poitrine ; je sentais mes seins se durcir, leur pointe se dresser. Sous ma jupe, deux doigts étaient passés derrière mon string pour s’emparer de mon clitoris, jouant impitoyablement avec lui, le faisant grossir de plus en plus.

J’ondulai du bassin au rythme de la caresse et, déjà, je sentis un feu naitre au fond de moi. Ma gorge était devenue sèche ; je me mis à gémir tout bas, d’abord, puis de plus en plus fort. Un instant, je craignis que les videurs ne débarquent, alerté par mes cris, et cette idée, plutôt que de me couper mes effets, attisant encore plus mon excitation. Pourtant, faire l’amour dans un lieu public n’avait jamais fait partie de mes fantasmes secrets.

A présent, trois fouillaient sauvagement ma petite grotte, s’enfonçant profond dans mon intimité. Avec le pouce, mon inconnu continuait à stimuler mon bouton d’or, que je sentais au bord de l’explosion. L’orgasme libérateur était tout proche ; mon corps tout entier se mit à trembler soudainement, sans que je ne puisse rien faire pour le contrôler ; j’étais prête à crier ma jouissance arrivant telle la puissance d’un volcan entrant en éruption ; une chaleur bienfaisante m’envahit le bas-ventre : j’allais exploser !

C’est à ce moment que les doigts se retirèrent me laissant sur ma faim. J’ouvris les yeux et vis que mon inconnu, m’invitant à m’asseoir à sa place. Surprise, mais excité à l’extrême, je fis ce qu’il me demandait sans poser la moindre question. Une fois installée sur son fauteuil, il se glissa sous la table et je compris alors ce qu’il comptait faire : s’abreuver du liquide qui coulait à flot de mon Mont de Vénus.

Je sursautai lorsque la tête se glissa entre mes cuisses, mais que ce fut bon lorsque la chaleur humide d’une langue vint lécher mon bouton d’or ! Il n’y avait plus personne au bar, hormis le barman qui, ayant compris notre manège, nous observait très attentivement.

La langue ne cessait d’aller et venir entre mon clito et l’intérieur de ma vulve, mon inconnu contrôlait parfaitement ce qu’il faisait, sachant s’arrêter lorsque mon orgasme était sur le point d’exploser. Il me faisait volontairement languir et je m’entendis le supplier de me libérer.

A la bouche, vint s’ajouter une main, des doigts qui me pénétrèrent, me fouillant sans retenue, tandis que des dents emprisonnaient délicatement mon clitoris ; la langue de mon inconnue se mit rouler autour de lui. La vague déferla en moi, semblant partir du tréfonds de mes entrailles. Je m’entendis hurler quand éclata enfin mon plaisir. Mon corps fut pris de spasmes si violents que j’en renversais la table où s’était glissé mon inconnu. Mes mains agrippèrent sa chevelure ; mes cuisses se refermèrent violemment sur sa tête qui continuait à s’activer entre mes jambes ; j’avais l’impression que mon orgasme n’allait jamais cesser.

La violence de mon plaisir, l’alcool qui m’était monté à la tête, le peu de contrôle que j’aurais pu encore avoir ; je sentis une autre envie venir, pressante, que je ne pus retenir. Je me levais brusquement, tenant toujours mon inconnu par les cheveux, et, la tête renversée en arrière, je lâchais un long flot d’urine sur son visage. D’abord surpris, il colla brusquement sa bouche à mon vagin, buvant cette pluie dorée que je lui offrais bien involontairement. Honteuse une fraction de seconde, la scène finit par me provoquer un deuxième orgasme et je retombais sur le fauteuil, vidée de toutes mes forces.

Partager ce message


Lien à poster

ouais j ai bien aime .merci pour pour tout tes pti details de l histoire.tres exitant.

Partager ce message


Lien à poster

chouette histoire

:arrow:

et comme dit plus haut pas mal les details ;)

Partager ce message


Lien à poster
Guest Ale

Très excitant tout ça :P

Dans un milieu tamisé, l'effet de l’alcool, la musique décuplant les sens...

J'adore :P

Partager ce message


Lien à poster
Guest silvester

chouette histoire ^^ une suite chez elle ?

Partager ce message


Lien à poster

comment se fait il qu'un de tes textes ait pu m'échapper ?????????????????????? Il y a complot !!!

Style très différent de ce que tu fais d'habitude et pourtant j'ai aimé !! Tu es le maître du domaine !!!!!!!!!!!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster

Bon, parce que c'est toi, je t'autorise à m'appeler Arlequin et non maitre ! mdr

Partager ce message


Lien à poster

Mdr ! Tout autant que tu me fasses craquer ! Et que tu ais su animer nombre de mes soirées grace à tes récits, le jour où j'appelerai un homme maître n'est pas près d'arriver !! lol

Partager ce message


Lien à poster

C'est un honneur, pour moi, d'avoir pénétré tes soirées de par mes mots.

Doux baisers belle inconnue

Partager ce message


Lien à poster

inconnue ...

Je pensais que tu allais dire douce fan, ou douce lectrice assidue mais bon là tu me vexes ! a croire qu'on n'a jamais parlé !

Partager ce message


Lien à poster

Pour me faire pardonner de ma maladresse, accepte le souffle de ce baiser douce et belle demoiselle :-)

Partager ce message


Lien à poster

je vais réflechir !! (boude)

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.