Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest solorb

première masturbation

Recommended Posts

Guest solorb

voici le récit de ma premiere masturbation; bonnne lecture

Ma première masturbation s’est déroulée lorsque j’avais, je pense, environ 11 ans. J’étais au cours de gymnastique à l’école ; nous étions tous en short et petit marcel.

L’exercice du jour était de monter à la corde le plus haut possible. Le prof nous montre l’exercice, sans problème pour lui, évidemment, mais pour nous, c’est autre chose.

La corde avait un diamètre important, ce qui n’est pas évident pour de jeunes enfants.

4 cordes pendaient et chacun devait y aller à son tour. Le mien arrive et j’attrape la corde le plus haut possible. Je tire un peu sur les bras (normal pour monter à la corde), j’attrape la corde entre les jambes et je monte.

A mi hauteur (c'est-à-dire environ 2,5 m) je fatigue. Je force sur mes bras, mais aussi, j’enserre la corde de plus en plus fort entre mes jambes au point qu’elle frotte fortement sur mon petit pénis de garçon., mais je ne m’en rend pas compte à ce moment-là.

Je tire, je serre, je tire, je serre. A un moment, une sensation de plaisir intense envahit mon bas-ventre à un point tel que j’ai dû redescendre précipitamment.

Ce soir-là, je devais rentrer avec un copain et passer la nuit chez lui. Qu’arriva-t-il à votre avis ?

Après le diner, de retour dans sa chambre, je lui explique ce qui m’est arrivé au cours de gymnastique et le plaisir que j’ai ressenti. Il me dit : « tu ne t’es jamais masturbé ? « Etonnement de ma part, mais non, je n’avais jamais joué avec mon sexe et donc ne connaissait pas ce plaisir.

En fait, un peu embêté, je lui dit, « non jamais, je ne sais même pas comment on fait ». Il a rigolé (c’est idiot, hein ?) car lui, il « pratiquait « déjà.

Et puis, comme pour beaucoup, il a voulu me montrer comment on faisait. (Rien que ce souvenir me fait le même effet qu’à l’époque et me donne une envie brusque, mais je termine d’abord mon texte).

On s’est mis en pyjama, puis il a sorti sa queue de son pantalon. Il m’incitait à faire comme lui, donc, j’ai agit de même et mon « zizi » s’est retrouvé en dehors du pantalon. Finalement, on s’est mis nu tous les deux, ce qui était franchement plus pratique.

On a regardé notre sexe chacun, pour le comparer. Ils avaient en fait, presque les mêmes dimensions. Il prend sa queue dans sa main et commence à la faire aller et venir en me disant de faire comme lui. Au fur et à mesure, je vois que sa bite commence à changer de forme, à devenir plus longue, plus dure et quand il la lâche, elle tient toute seule, le gland en l’air.

Tout en faisant ce mouvement connu depuis l’aube des temps, je sens que ma propre bite change de volume aussi, elle devient toute dure, comme la sienne. Il était circoncis, moi pas. Mon gland n’était visible que par moment, quand ma main le décalottait.

Nous nous sommes masturbés longtemps, puis de mon coté (lui aussi, il me l’a dit après), j’ai ressenti quelques mouvements « autonomes » de mon sexe, mes petites boules bougeaient seules, et une vague de plaisir qui venait de la racine de ma queue, remontait le long de celle-ci, et j’ai explosé de plaisir. Je n’ai pas éjaculé cette fois-là, n’étant pas encore pubère, mais comme je regardais mon copain, j’ai vu jaillir ce liquide, blanc, crémeux, qui m’a effrayé (il faut dire que je ne connaissais vraiment rien dans le domaine). Mon copain m’a expliqué que c’était normal pour un homme (ses parents étaient très libres, ils pratiquaient le nudisme et lui avait tout expliqué, ce qui était loin d’être mon cas). Il m’a dit aussi que la jouissance était encore plus importante, quand on éjacule. J’ai effectivement pu m’en rendre compte lors des séances suivantes, et d’ailleurs toujours maintenant, où à 57 ans, je pratique encore la masturbation très (très, très ) régulièrement, et qui me fait toujours jouir au plus haut point.

Après cette séance initiatrice, nous nous sommes endormis, apaisés.

Les jours suivants, commençant à prendre gout à ce jeu nouveau pour moi, je lui ai demandé quand on pourrait encore le faire ensemble. Comme il était aussi un fan de masturbation, on a recommencé le soir même à caresser notre bite. Puis au fil du temps, d’autres jeux sont venus s’y ajouter. Des jeux qui consistaient à se caresser l’un l’autre, à masturber la bite de l’autre. Puis on a encore été un peu plus loin jusqu’à se sucer mutuellement, et plus encore, jusqu’à une époque où les filles ont commencé à nous intéresser. Nos jeux se sont donc espacés pour s’interrompre, la vie évoluant.

Si cela vous tente, je vous les raconterai avec force détails, pour autant que ce soit autorisé sur le site. Et il s’agit d’une histoire absolument véridique, pas d’une invention quelconque.

Nous ne nous sommes jamais perdu de vue. Et de temps en temps, bien que mariés, nous avons recommencé ces jeux homosexuels alors que nous sommes tous deux des hétéros convaincus. Jamais aucun autre homme n’a eu la chance de jouer avec nous. Nous nous retrouvons toujours avec la même jouissance et nos jeux amoureux nous amènent à des sommets de plaisir. Nous ne sommes pas gay, à peine bi, mais nos femmes sont tout pour nous et nos jeux se font entre nous deux, sans nos épouses. Mais nous avons appris qu’elles connaissent nos petits penchants et qu’elles en ont déjà parlé entre elles. Quand on est imprudent et qu’on laisse trainer des choses !!!

Je vous tiens au courant.

Partager ce message


Lien à poster

je suis très curieuse de la suite....avec impatience

Partager ce message


Lien à poster
Guest solorb

...

Pendant notre adolescence, chacun de notre coté, nous avons connu des filles. Comme Jean( mon copain) m'avait appris beaucoup, je n'ai pas eu trop de difficultés la première fois. Néanmoins, nous nous retrouvions toujours avec plaisir, et malgré que nous adorions faire l'amour avec l'une ou l'autre copine, nous avions toujours autant de juissance entre lui et moi.

Je me rappelle, un soir, nous étions à l'université, en kot. Il m'avait invité pour un petit diner entre nous et pour nous raconter nos histoires "de cul" (comme il disait). C'était l'été, il faisait chaud. Je sonne à sa porte et il vient m'ouvrir, en short et torse nu. Je dégoulinais de transpiration.

Il m'invite à aller prendre une douche pour me rafraichir pendant qu'il préparait un coup à boire.

Je vais me rafraichir et décide de faire comme lui, c'est à dire de rester en short, sans rien d'autre. La perspective de se raconter nos histoires m'avait déjà mis en condition.

Je reviens dans le salon alors qu'il était encore dans la petite cuisine et il me dit:

"jette un oeil sur les magazines, j'arrive !"

En fait de magazines, il s'agissait de revues érotiques, voire porno, aussi bien hétéro qu'homo (car il était bi)

J'admirais la plastique des jolies filles, nues, ainsi que celle des hommes, tout aussi nu et très bien monté au niveau du sexe.

"Alors, tu aimes ? me dit-il ?"

"oui, beaucoup, d'ailleurs ma queue aussi", dis-je en levant les yeux.

Et là, surprise.

En fait, il avait enlevé son short et était entièrement nu. Sa bite était à moitié tendue et bougeait à chaque pas, ce qui m'a beaucoup excité. Il faut dire que son pénis était assez long et fin avec un beau gland arrondi, alors que ma queue est plutot épaisse et le gland assez épais.

"je vois que ca te fait de l'effet. Fait comme moi, enleve ton short, j'ai envie de voir ta bite."

Je ne me le suis pas fait répéter, et aussi sec, nous voilà tous les deux, nus, comme au premier jour. Comme lui, je suis épilé, et aucun poil ne gènera nos futures caresses.

En fait de raconter nos histoires avec nos copines, nous nous sommes amusés ensemble, comme cela nous arrivait de temps en temps, mais cela se limitait toujours à une (ou plusieurs) masturbation. Ici, nous sommes allés très loin, jusqu'au bout en fait, de l'amour entre 2 hommes.

Il a commencé à me caresser, à toucher mes tétons que j'ai très sensibles et qui se sont durcis directement.

" hmmm, j'aime ton corps nu, si doux, me dit-il.

"moi aussi, ton corps me plait," tout en se caressant, doucement.

Il se penche doucement et commence à me lécher le bout des tétons, alors que sa main caresse mon ventre et descend de plus en plus bas, vers mon bas ventre et mon sexe hyper dur. MOn gland était entièrement décalotté, et mes testicules bien fermes.

Il continue à embrasser mon ventre, jusqu'à atteindre cet objet de désir, dressé, tendu, offert.

Il se met à genoux, entre mes jambes et lèche le méat de mon gland, puis n'y tenant plus, il engouffre mon sexe et commence à le pomper doucement puis de plus en plus fort, tout en titillant mes boules.

Je voyais que sa queue était aussi tenude que la mienne et je voulais aussi y gouter. Je l'ai doucement repoussé, vers le sol, et me suis penché vers son membre, qui tremblait et ne demandait que la même caresse.

Je lèche la goutte qui pendait au bout de son joli gland, tout congestionné, puis comme lui, je le prends en bouche et nous commencons à nous sucer, tout en se caressant le corps, les fesses et notre oeillet. Le sien était déjà bien entrouvert, et "battait" de plaisir". Après quelques minutes de pur délice, il lache ma bite et me murmure:

"viens, j'ai trop envie de ta grosse bite épaisse"

"D'accord, mais moi aussi, j'ai envie de ta queue en moi".

Sa rondelle était prête et ne demandait que ma queue. Un peu de salive, et puis,.......

Le bonheur le plus absolu. Nous bougions tous les deux, en même temps, moi, doucement, lui de plus en plus violemment, comme s'il voulait que ma queue le remplisse encore plus fort. Je n'ai pas pu me retenir très longtemps, tellement la scene était érotique, excitante.

"merci , me dit-il, maintenant, viens que je te donne le même plaisir."

Je me retourne, et mon oeillet d'amour était aussi très uvert. Il n'a eu aucune difficulté à faire entrer son beau gland. Il entrait, sortait, entrait, et chaque poussée nous arrachait un gémissement de plaisir et de pure jouissance. Ma bite s'était redressée à nouveau et un mince filet coulait en permanence. Après un certain temps, le mouvement de poussée s'est accéléré et il a introduit sa bite au plus profond de mon intimité, jusqu'à la décharge forte, puissante, que j'ai ressentie au plus profond de moi. Ses couilles tapaient mes fesses à chaque poussée et augmentait aussi bien son plaisir que le mien, puis il a éjaculé en jets puissants, longtemps. Je n'ai jamais pensé qu'on pouvait éjaculer aussi longtempts. Sa jouissance m'a à nouveau tellement excité que j'ai éjaculé une deuxième fois, ce qui ne m'était jamais arrivé auparavant.

Nous nous sommes séparés avec un regret immense que cela ne puisse continuer, tellement notre plaisir et notre jouissance a été forte.

Voilà, ce récit est le premier vrai rapport sexuel que nous avons eu lui et moi; nous ne sommes pas gay, ni l'un ni l'autre, comme je l'ai dit. Nous adorons les femmes, leur faire l'amour, les caresser aussi, mais nous avons découvert, après quelques masturbations, quand nous étions jeunes, que deux hommes peuvent aussi ressentir un plaisir et une jouissance immense.

J'espère que cela vous a plu et le prochain récit racontera l'un de mes souvenirs avec une copine, qui est d'ailleurs devenue ma femme.

Partager ce message


Lien à poster
Guest decibel

:P :P Belle narration d'une expérience que peu d'hommes osent raconter avec autant de détails :P:P , que ce soit leurs sensations lors de masturbations ou lors d'ébats intimes (homo ou hétéro) et qui restent donc +/- des mystères pour la gente féminine :P

Partager ce message


Lien à poster

Et j'étais passée à côté de ce texte!

Pas de soucis solorb, tu as le droit de raconter tes expériences en détail, tant que ça reste dans les limites de la charte, à savoir pas d'inceste, pas de pédophilie, pas de viol, pas d'uro ni de scato!

Et ça me fait très plaisir de lire les histoires d'un homme qui assume le fait qu'il puisse prendre du plaisir avec un autre homme, même en étant hétéro convaincu. C'est la preuve d'une belle ouverture d'esprit.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.