Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Guest Anonymous

Ariane à Naxos

Recommended Posts

Guest Anonymous

C'était par une douce nuit de début de printemps à Naxos. Inutile de sourire si je vous dis que j'étais en compagnie d'Ariane, puisque c'est précisément le prénom de mon amie qui avait décidé de notre destination. D'ailleurs Ariane était aussi blonde qu'Hélène et semblait plus égarée d'un drakkar viking que de la nef de Thésée. Nous avions par contre honoré Bacchus (pardon, Dionysos pour les autochtones) comme de droit au cours du dîner, peut-être pour nous convaincre que le vin rouge local n'était pas si mauvais. En dépit des premiers efforts pour dénaturer l'île, Naxos n'avait pas encore succombé au tourisme de masse qui ravageait Mykonos, Paros et Thera (Santorin). Nous étions en outre hors saison et, à notre grande joie, les touristes étaient rares.

Aux alentours de minuit, il ne restait dans les rues longeant le port que des filets de pêcheurs qui séchaient et personne ne se fût aperçu avant le matin suivant de la disparition des dernières colonnes subsistantes du temple d'Apollon, où nous nous trouvions, si nous avions eu des intentions (sans parler des moyens techniques!) aussi malhonnêtes que celles de Lord Elgin en d'autres temps à Athènes.

Une légère brise faisait onduler la longue chevelure d'Ariane tandis que nous déambulions, main dans la main, sur le petit promontoire face à l'Egée qui servait d'assise à ce qui restait du temple (autant dire pas grand-chose).

- L'oracle s'est déclaré, prononçai-je sententieusement. Telle Aphrodite de l'onde, tu es sortie dans un flot d'écume alors que tous tes compagnons naufragés se brisaient sur les écueils. Rends grâce à la déesse!

- Que dois-je faire? murmura Ariane un sourire voilé aux lèvres tandis qu'elle levait au ciel des yeux clairs presque mystiques.

- Offre ta nudité à la déesse!

- Où?

- Derrière cette colonne, face à la mer.

C'était le seul endroit qu'on ne pouvait apercevoir depuis la route, le plus romantique aussi au demeurant.

- Passe-moi un à un tes vêtements, ajoutai-je tandis qu'elle commençait à se déshabiller.

Un à un, je les rangeai sur le socle de la colonne, les baisant avec dévotion. Un léger parfum qui ne trompait pas émanait de sa petite culotte turquoise qu'elle ôta en dernier.

- Adosse-toi à la colonne et caresse-toi. Que la déesse de l'Amour se repaisse de ta jouissance!

Ariane pinça délicatement les bouts de ses seins qu'elle avait assez menus, décrivit du plat de la main de larges cercles sur son ventre avant de descendre sur le mont de la déesse qu'elle avait mission d'honorer et qu'elle avait aussi glabre que celui de la 'Vénus de Milo'. La fraîcheur de l'air se conjuguait à l'excitation pour éveiller des frémissements sur sa peau nue d'albâtre. Ecartant légèrement les jambes, elle introduisit deux, puis trois doigts dans sa fente cependant que son autre main remontait sur ses mamelons. Je dus la soutenir lorsqu'elle jouit, les yeux révulsés, comme à bout de souffle.

- La déesse en veut plus: enlace la colonne! scandai-je solennellement dès qu'elle eut reprit ses esprits. Offre ta croupe au vent du large.

Ses bras ne pouvaient faire le tour de la colonne trop large, mais le spectacle était saisissant.

- Dois-je te flageller ou t'abandonneras-tu à la flèche d'Eros?

- Je suis toute à l'Amour, répondit-elle en se cambrant.

- Eros ou Agapè?

- Eros.

Fidèle aux coutumes de l'Olympe, j'ôtais à mon tour tous mes vêtements. Puis je m'agenouillai à ses pieds, indifférent (sur le moment!) aux désagréments tranchants des débris du temple. Ma langue parcourut le creux de ses reins, glissa dans son sillon, goûtant à tous ses orifices, avant de déclencher un nouvel orgasme quand j'entrepris son clito. Elle haletait encore quand je me relevai pour la prendre en levrette et elle eût alors aussi sa part de douleurs, pressée contre le marbre. Reste que notre situation insolite décuplait ses réactions. Quand je la sentis à bout de plaisir, je me retirai de son fourreau étroit, prit sa place, adossé à la colonne, et la priai de consommer le sacrifice en s'abreuvant au nectar des dieux. Agenouillée à mes pieds, elle n'en perdit pas religieusement une goutte.

Les quelques coupures et autre contusions qui résultèrent de cette aventure étaient sans commune mesure avec le plaisir ressenti.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah la GRECE et ses dieux ...

superbe récit raconté avec délicatesse,

c'est délicieux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:clap: :clap:

Très bien écrit.

Beaucoup de sensualité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Lynk

un récit magnifique :clap:

ça donne envie de se remettre à la mythologie :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon dieu que la Grèce est un pays envoutant! Si ca donne pas envie d'y aller ca... :oops:

Bonne idée que de rendre grace à Vénus et Eros, à quand des rituels de ce genre plus fréquents?

:clap::clap::wink: :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.