Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Jean-Philippe03

Valérie regarde Isabelle qui me suce (Texte No 8)

Recommended Posts

:console:

Lundi après-midi avec Valérie et Isabelle .

Valérie m'avait fixé rendez-vous , ce lundi après-midi , à quatorze heures . Comme toujours , nous devions nous voir sur le parvis de la cathédrale .

Le temps plutôt doux de cette mi-avril invitait à la flânerie . Jamais un hiver m'avait semblé aussi long . D'en sortir enfin , était une perspective plutôt réjouissante .

Valérie arriva quasiment à l'heure . Vêtue d'une jupe sombre , d'une veste trois-quart noire et chaussée d'escarpins à talons , la jeune fille laissait flotter ses longs cheveux sur ses épaules . Sa silhouette élancée la faisait paraître encore plus grande .

Nous échangeâmes quelques baisers . Valérie me glissa une douceur à l'oreille . < Que dirais-tu d'aller directement chez Isabelle , à l'hotel ? > Me fit-elle .

Nous parcourions le kilomètre qui nous séparait de l'établissement où travaillait Isabelle , l'amie de Valérie , en devisant .

Malgré les situations délicates de la vie privée de Valérie , je ne pouvais m'empêcher d'être admiratif devant la faculté de la jeune fille pour occulter ses soucis .

Nous arrivions à l'hotel vers quatorze heures trente .

Isabelle , le combiné de téléphone à la main , nous fit un grand sourire et , mimant un bisou , elle nous invita , de la main à passer derrière le burau d'acceuil .

Valérie et moi , nous passions dans le patio qui séparait la salle du restaurant du hall de l'hotel . Nous nous installions sur les agréables et profonds fauteuils carmins . Valérie me fit le plus délicieux sourire qu'il était possible . Je me levais et lui déposais une bise sur le front . Elle m'attrapa par la braguette et m'embrassa goulument comme elle aimait à le faire , fouillant ma bouche de sa langue fougueuse .

Isabelle arriva à ce moment précis . < Alors , les petits coquins , à peine ai-je le dos tourné que vous vous adonnez au stupre et à la luxure ? > . Valérie , en riant , s'écria : < Non , à la luxure seulement ! > . < Le stupre c'est ta spécialité à toi ! > Et les deux filles d'éclater de rire ...

Isabelle s'assit sur l'un des fauteuils libres , après nous avoir fait la bise . Elle continua en nous précisant : < Je termine à quinze heures et je reprends à dix sept heures . Je vous propose de monter dans ma "chambre de service" ! >

Nous sommes montés par l'escalier de service . Arrivé dans un étroit couloir , Isabelle , à l'aide d'une clé , ouvrit la seconde porte sur la droite . Poussant le battant , elle nous invita à entrer dans la petite pièce . Simplement meublée d'un petit lit , d'une table étroite , de deux chaises , d'une armoire et d'une table de nuit , la chambre semblait plutôt austère .

Sur la table , une simple plaque électrique , une cafetière Italienne , trois petites tasses et petites cuillères . Un paquet de sucre et un paquet de café . Une plante verte maladive ...

Isabelle , vêtue d'un tailleur noir , d'un pull noir et fin sur un chemisier blanc et chaussée d'escarpins à talons , était grande et mince . Plus grande peut-être encore que Valérie . Avec mon mètre soixante dix huit , je me sentait "petit" avec ces deux filles .

< Je vous fait un café ? > lança Isabelle en nous proposant de nous assoir sur le lit . Valérie se contenta de repondre : < un café-crême alors ! > en mimant une masturbation masculine de sa main droite , tenant une des tasses dans sa main gauche , à hauteur de son sexe .

Isabelle fit : < Jamais sans crême ! >

J'étais là , assis sur ce petit lit , Valérie à mes côtés , Isabelle debout devant nous . J'étais en érection à l'idée de passer ce moment privilégié . Je me sentais "béni des dieux" .

Isabelle s'accroupie devant nous , les cuisses écartées et avança une des deux chaises pour y poser les tasses . Elle était belle . Valérie posa sa main sur mon sexe .

< Je te sors la bite ? > me demanda t-elle , espiègle et amusée .

Le bruit de la cafetière devenait de plus en plus intense . Valérie m'avait ouvert la braguette . Elle tentait de sortir mon sexe . Cette opération , rendue pénible par l'enchevêtrement des tissus et de l'érection , était toujours un agréable moment . Source de délicieux tourments précurseurs ...

Enfin , la turgescence fièrement dressée , Valérie latenait fermement . Isabelle me lança un regard libidineux , par en dessous et me fit , avec un clin d'oeil : < Tu bandes comme un salaud dis donc ? Pourquoi ? > .

Se redressant , Isabelle pris la seconde chaise . La posant à l'envers , le dossier face à elle , elle s'y assis . Les cuisses écartées , les bras croisés et posés sur le dossier . La jeune femme nous regardait .

Valérie m'embrassa comme à son habitude . Fouillant ma bouche . Tenant mon sexe dans sa main . J'ouvrais les yeux pour constater qu'Isabelle nous regardait avec attention .

Valérie me repoussa sur le lit . je m'appuyais contre le mur . La jeune femme approcha sa bouche de mon sexe . Je pouvais sentir son haleine chaude sur l'extrémité de mon prépuce . Je fixais Isabelle .

Valérie se mit à sucer . Délicatement comme elle savait si bien le faire . Je continuais de fixer Isabelle dans les yeux . Il était très excitant de surmonter cette gêne extrême et de savourer la douceur indiscible de la fellation .

Les bruits de suçions qu'exercaient Valérie , emplissaient la pièce . Je gémissais sous l'effet de la douce caresse . Parfois , il m'était impossible de garder les yeux ouverts . Le plaisir était immense . Pour nous trois . A des degrés différents certes . Mais j'avais l'intime conviction que , dans cette situation , chacun y trouvait très exactement son compte .

Au bout d'un quart d'heure , Valérie se redressa . Mon sexe était trempé de jute . Valérie en avait des coulures sur les lèvres . Le long du menton . J'aime à distiller longuement mon liquide séminale dans la bouche des filles qui aprécient de sucer . Je n'éjacule toujours que très tardivement .

Valérie se leva et alla embrasser goulument Isabelle . Je regardais cet étonnant spectacle . Isabelle se pourlêchait de la jute que lui offrait généreusement Valérie .

Valérie revint vers moi , s'assit et m'embrassa à mon tour . Le gout de sa bouche était fort . Elle se releva , me prit par la main et m'emmena devant la chaise où était assise Isabelle .

J'étais là , debout devant la jeune femme , le sexe en semi érection , laissant pendre un épais filament laiteux du méat . La braguette naturellement ouverte .

Isabelle approcha son visage . Là , à quelques dix centimètres de mon sexe , la jeune femme observait avec attention . Sans toucher . Approchant encore son visage , elle se mit à sentir , à respirer , à en renifler l'odeur . Cela dura ainsi cinq bonnes minutes .

Valérie , accroupie , regardait la scène avec attention . Il n'y avait que le bruit de nos respirations . L'ambiance était torride . L'air était épais d'un vice presque palpable .

Isabelle approchant encore son visage , à l'aide de ses deux mains posées sur ma taille , m'attira à elle . Engloutissant ma virilité dans sa bouche . Je regardais .

Les yeux fermés , Isabelle pompait avec bonheur . La quantité de jus devait être importante car , presque immédiatement , Isabelle se mit à déglutir . Je l'entendais respirer par intermittences , avalant parfois avec peine . Mon excitation était telle que mes couilles devaient distiller du liquide séminale de façon continue ...

Valérie s'approcha encore pour regarder son amie sucer . Puis , se relevant , elle approcha son visage du miens . Elle se mit à me scruter . a me dévisager . A "m'analyser" . Mon excitation était à son comble . Valérie , au bout d'une dizaine de minutes m'embrassa avec une douceur humide et "angélique" . Me passant la main dans les cheveux .

J'éjaculais dans la bouche d'Isabelle . Je n'ai jamais éjaculé aussi puissament . Isabelle avait des soubressauts . Presque comme autant de haut le coeur qui la secouaient de spasmes . La jeune fille déglutissait avec peine . la quantité de sperme devait être considérable .

Valérie continuait à m'embrasser avec cette étrange douceur . Me plongeant dans d'intraduisibles bonheurs paradisiaques .

Isabelle continuait sa suçion avec la même douceur que le baiser de Valérie . J'étais à deux doigts d'une véritable apoplexie .

Valérie m'embrassait si doucement que je la serrais dans mes bras ! Comme un amoureux éperdu ...

Isabelle me suçait si délicatement que je restais sans bouger . J'aurais voulu que cet instant se fige pour l'éternité .

Mourir ainsi ! N'est-ce pas la plus belle des morts ? Maintenant , à la grande rigueur , ne pas mourir du tout et vivre de telles situations , pour l'éternité , serait le fantasme d'un bien agréable "pacte" Faustien ...

Isabelle s'était à présent retiré . Elle tenait mon sexe , presque mou , entre son pouce et son index . Etudiant "la chose" avec la même attention que précedemment .

Valérie vint porter son visage près de celui d'Isabelle . Les deux filles s'embrassèrent longuement . Je me découvrais très rapidement avec une nouvelle érection .

Lorsque Valérie se redressa pour venir porter son visage près du miens , elle me fit : < On est si bien ! Hein ? > . Lorsqu'elle ouvrait la bouche pour prononcer ces mots , je pouvais voir les filaments de sperme entre sa langue et son palais .

J'enfonçais mon sexe dans la bouche d'Isabelle une nouvelle fois . La jeune fille se mit à sucer à nouveau . Nous repartions pour un second tour .

Au bout de quelques minutes , Isabelle se retira , me regarda et me fit : < Valérie m'a parlé de ta "spécialité" ! Tu me fais goûter ? > .

Je me laissais totalement aller à cette délicieuse fellation . Valérie , toujours très observatrice me tenait les couilles par derrière , au travers du tissus de mon jean's . Elle se saisit de l'autre chaise et , dans la même position qu'Isabelle , se mit à "analyser" avec une grande attention la pipe de son amie .

Je me "lâchais" selon les désirs d'Isabelle . Lâchant de tous petits jets . La jeune fille , d'abord surprise , déglutissait de façon régulière . Valérie me fixait dans les yeux avec un air terriblement vicieux , sachant très bien ce que j'étais entrain de faire . Elle-même étant passionnée par ces épanchements ...

Valérie , de temps en temps , s'approchait d'Isabelle . Celle-ci , se retirant , portant sa bouche sur la sienne , partageait avec son amie .

Au bout d'une nouvelle demi-heure , j'éjaculais comme un fou . Emplissant une nouvelle fois la bouche de la jeune femme . Elle pompait fortement . Longuement . Afin de bien me vider . Puis , la bouche pleine , Isabelle embrassa Valérie .

Je voyais les deux jeunes filles se mélanger les bouches , savourant le liquide que j'y avais déposé .

Il était à présent dix sept heures quinze et Isabelle devait s'apprêter à retourner à son travail .

En descendant , nous nous sommes promis de vivre cette aventure encore une fois . Isabelle regardait fixement Valérie et répondit : < Vraiment , je ne sais pas , ça dépend ! >

Je n'insistais pas . Conscient d'aborder là un sujet pré-défini entre les deux filles ...

Nous prenions congé d'Isabelle . Une fois dans la rue , Valérie se serra dans mes bras et me fit : < Tu sais , ça me rend un peu jalouse . je crois que je ne pourrais pas le vivre une seconde fois ! Tu m'en veux ? > .

Je comprenais parfaitement . Je fis la promesse de ne plus jamais évoquer cete éventualité en premier .

Nous sommes allés manger dans un petit restaturant Chinois . Je promis à Valérie de venir la voir au Salon de Thé , jeudi après-midi . Je lui promis également de ne jamais tenter de voir Isabelle sans elle ...

Et , pour moi , chose promise , chose tenue ...

:bisous5:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.