Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Asmodeus

Mariage !? ... Champagne !!!

Recommended Posts

Me voilà invité au mariage de ma cousine qui se passe vers Montpellier. Ca fait bien deux heures que je roule, je suis dans les temps mais j’ai chaud. Chaud sous ce soleil qui frappe. Chaud car je me vois déjà dire bonjour à toutes ces personnes que je ne connais pas qui vont vouloir me raconter leur vie ou celle de mes parents qu’ils ont connu. Chaud car le fait que ma cousine du même âge que moi se marie me mets mal à l’aise, moi, qui n’ai jamais réussi à trouver une femme qui me donnerai envie d’aller plus loin …

Et voilà, nous y sommes ! La mairie toujours trop petite. Le maire qui fait sa petite blague avec tant fierté. L’église, toujours trop solennelle. Le prête plus moraliste que ne l’avait été ma maitresse de primaire lorsque je soulevais les jupes des filles.

Enfin, le bonheur de ma cousine. Plus heureuse et plus belle que jamais. Je lui devais bien d’être là après tout alors me voici. Me voici dans un costard gris avec mon gilet gris sur ma chemise bleu ciel. C'est classe mais quand même, vivement qu’on passe les photos et j’irais lever tout ça pour mettre un polo plus décontracté.

« Les cousins !!! » - Voilà c’est mon tour. Deux flash et je m’esquive par le coté pour laisser la place aux oncles et tantes puis tous les autres membres de la famille. En prenant soin d’éviter le champ de vision de l’appareil photo voilà que ma maladresse, ou la sienne, a encore frappée. Une épaule vient me heurter. Dans mon sursaut je marque un recul juste suffisant pour me faire engueuler par le photographe auprès duquel je fais mes plus plates excuses avant de me retourner.

Entre une des vieilles tantes folle et un môme qui se bat avec son nœud papillon elle remet maladroitement sa chaussure. Partant de ce point je suis des yeux de si jolies jambes… elles terminent par se cacher sous une robe noir bleuté. Les courbes étaient tout aussi délicieuses que le sourire qu’elle m’a adressé pour me demander pardon pour la bousculade. Jolies boucles châtains de grands yeux verts. J’en ai le souple coupé et j’en reste stoïque durant quelques secondes le temps qu’elle prenne la parole :

« Pardon pardon, je suis désolée. Je m’appelle Aurélie »

« Heu… non … oui, C’est ne rien, vous allez bien ? »

« Vous ne m’avez pas dit votre nom, mais oui je vais bien merci ! » dit-elle en riant.

« Désolé de ne pas avoir répondu, mais je m’en serais voulu de vous avoir fait mal à une si jolie fille. Je m’appelle Sébastien. »

Mais qu’est qu’il m’avait pris de dire ça !? C’est tellement ringard. Ca me ressemble si peu mais quel con ! Elle me fixe en ouvrant la bouche lentement comme si elle pesait le poids de chacun des prochains mots qu’elle allait dire :

« Hé bien je saurais comment faire pour attirer l’attention d’un mec qui a la tête dans les nuages maintenant »

Toute fière elle me décrocha un sourire après cette répartie. A la fois surpris et enchanté je m’apprêtais à continuer la conversation quand :

« Chérie tu viens, c’est à nous »

Le photographe appelait les frères et sœurs. Elle suivait le frère du marié en contournant une fontaine. Son ventripotent de fiancé la tenait fermement par la main. Elle s’est éloignée en me regardant et en se mordant la lèvre comme si elle regrettait l’arrivée de cet intrus… qui n’en étais résolument pas un !

Je résume ! J’ai chaud, je connais personne et j’ai essayé de flirter brièvement avec la fiancée du frère du marié. Pas de doute, à la fin de la soirée, il est certains que ce n’est pas moi qui en garderait le meilleur souvenir de cet évènement. D’ailleurs pendant que tout le monde est attablé autour de la piscine et que les premières chansons attirent les jeunes mariés festifs, je préfère m’isoler avec un verre de rosé sur la balustrade de ce si « petit » château qui surplombe la fête. Alors que sans me l'avouer je la cherchait parmis l'agitation d'une soirée qui commençait à s'alcooliser.

Les jeunes mariés entament le premier slow. Ils virevoltent gracieusement et captent mes pensées quand au même moment une voix me dit :

« Nous ne sommes plus ensemble ! »

Décidément elle sort toujours de nulle part et je reste dubitatif quant à son propos et continu à l’écouter. « Il y a déjà 3 mois que nous ne vivons plus ensemble mais nous avons décidé de rien dire pour ne pas voler la vedette aux mariés. » Elle marque un temps d’arrêt et continue « Alors si tu veux bien, j’aimerais qu’on continu notre début conversation de tout à l’heure. J’ai même pris une bouteille de champagne en bas … ».

A la fois fière et provocatrice, légèrement cambrée elle tient deux flûtes dans une main et la bouteille de champagne dans l’autre. Ma réponse n’étant pas un scoop, nous voilà dans une des pièces du petit château à papoter assis dans des vieux fauteuils face à face et en buvant du champagne. D’abord dans les flutes pour trinquer car nous sommes à un mariage tout de même ! Puis à la bouteille… parce que c’est tellement bon de bafouer les conventions ! :tomate:

Episode ponctué par des éclats de rires, nos yeux se cherchent dans l’obscurité et la musique tape toujours. Affalée en arrière avec beaucoup de désinvolture, elle joue avec sa chaussure qui balance comme suspendue. Que j’aime quand les femmes font ça. L’effeuillage… la frontière juste avant que se dévoile un peu plus ce corps. Je me tais et me laisse hypnotiser par le mouvement. Voilà que le claquement de la chaussure qui touche le sol. Son pied se pose sur mon genou avant de remonter lentement. Délicieux moment qu’est l’instant où je sens presque qu’elle va m’appartenir. Je saisis sa cheville et me redresse. Elle se précipite à ma rencontre et sans ménagement je découvre la chaleur de ses baisers.

La voilà à cheval sur moi sur ce vieux fauteuil …

Partager ce message


Lien à poster

finalement tu ne va pas en garder de si mauvais souvenir de ce mariage :tomate: ?

et que c est il passez ensuite ?

Partager ce message


Lien à poster

;) j'aime beaucoup ta façon de raconter cette journée :( on essai de tout imaginer hihi :(

et ensuite ???? :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

Délicieux programme pour la soirée de ce mariage...

Partager ce message


Lien à poster

Je renchéris !!

Partager ce message


Lien à poster

Bonsoir ! Merci pour vos commentaires !

Voici la suite :

Aurélie passe ses doigts dans mes cheveux pendant que je me laisse surprendre par la fermeté de son corps. Elle commence à onduler lentement mais avec insistance sur moi.

Dans sa position, sa robe est remontée jusqu’au haut de ses cuisses. En un coup d’œil, la simple vision de son string à peine apparent me fait bouillir. Mais hors de question de me laisser aller. Je la veux à moi. Je veux la dominer, la posséder !

Le rythme auquel elle fait remonter sa robe pour l’enlever est à la fois un supplice mais également un fabuleux cadeau ou le spectacle me laisse le temps d’apprécier tout son corps. Avec une nonchalance de circonstance pour feindre l’indifférence, je me saisis de la bouteille de champagne au sol et commence à avaler quelques petites gorgées sans la regarder. Je veux la pousser à jouer.

Elle sourit, remonte doucement sa main de mon torse jusqu’à ma nuque et me tire soudainement les cheveux. J’ai mal mais je ne dis rien et la fixe droit dans les yeux pendant qu’elle attrape la bouteille et elle me dit : « Ce n’est pas ainsi que l’on boit en présence d’une femme qui veut ta queue ! »

Elle porte sa bouche au goulot, avale une gorgée puis s’approche mon visage. Je goutte à ses lèvres fermées qui ont un avant goût de bulles. Puis en me surplombant sa bouche s’entrouvre pour partager le champagne qui se mêle à nos langues. Ma chemise déboutonnée et son soutif éliminé, je bois les larmes de champagne qui roulent de la commissure de ses lèvres au creux de ses seins dont je prends le plus grand soin. L’alcool fait son effet est je sens des pulsions sauvages qui m’envahissent. Mes doigts se perdent déjà sous son string. Trempée, c’est sans aucune difficulté que mon index s’invite en elle. Je l’attrape par les hanches d’un bras tout en laissant mon doigt en place et la bascule à ma place sur le fauteuil.

Je déboutonne mon pantalon pour libérer mon sexe qui commence à devenir douloureux d’excitation et m’agenouille, hôte le string et vient lécher son entrejambe. Mêlé à sa salive le champagne était divin mais les dernières gouttes parties de son nombril auront donné une saveur unique à mes coups de langues entre ses lèvres.

Mais, maintenant je veux qu’elle s’occupe de moi. Je l’attrape par le cou la fait se pencher sur le coté. « Tu à bien dit que tu voulais ma queue !! » Sans ménagement et sans prendre de gants, mon pantalon tombe sur me cheville et j’enfonce ma verge dans sa bouche. Alors qu’elle a commencé à m’aspirer le gland en même temps qu’elle me branle, son corps est complètement offert à mes soins. Je commence à aller et venir dans sa bouche instinctivement et m’excite encore plus à venir faire jouer le goulot de la bouteille sur sa chatte. J’attrape ses cheveux pour la faire accélérer le mouvement pendant que le goulot de la bouteille avait déjà disparu. Je l’enfonçais doucement et elle se carressait le clito simultanément.

Alors qu'une certaine appréhension de se faire surprendre réside dans nos têtes, ma queue glisse entre ses lèvres, elle m’embrasse sur le ventre et me lance un : « Viens, prends m… ?! » qu’elle ne pourra finir de prononcer pour gober mon gland que j'enfonçais à nouveau. Je m'amuse de la faire languir et viens à nouveau entre ses jambes pour lui bouffer le clito alors libre de ses doigts. J’accélère mon action sur la bouteille qui continue à la pénétrer et j'aspire ses petites lèvres. Elle se cambre : « Oh putain, oui comme ça ! ». Petit à petit le haut de la bouteille rentre plus profondément et je suis impressionné de ce spectacle. Mais maintenant c’est à moi !

Elle comprend qu’elle va enfin avoir ce qu’elle voulait mais je me lève et lui demande de me suivre. Elle s’assoie sur le rebord d'une table du tout près de la fenêtre ou je me trouve. Face à elle, je m’installe entre ses jambes et viens la pénétrer doucement en l’embrassant. Au fur et à mesure que j’accélère ses bras se resserrent autour de moi. Je sens ses ongles s’enfoncer entre mes omoplates et son souffle s’accélère. Nos lèvres justes ouvertes viennent se rejoindre sans plus bouger pendant que mon bassin impose son rythme. Doucement je la retourne face vers la fenêtre qui domine la soirée. Les invités sont juste sous nos yeux.

Appuyée sur le bureau au coin de la fenêtre personne ne peut bien nous voir à moins de faire bien attention. Elle se penche an avant, je l’attrape par la hanche, j’effectue une pression je sens ses chairs s’ouvrir autour de mon sexe. Elle est trempée et je m’enfonce aisément jusqu’au point du butée. Bien agrippé je la prends en levrette sans ménagement. Alors qu’à tout moment quelqu’un pourrait nous surprendre, le claquement de mes coups de reins se fait entendre. Elle commence à gémir en me lançant « Encore, comme ça, ouiii ! ». A ce moment je la tiens par les cheveux et une première fessée raisonne dans la pièce. Surprise, elle se cambre et s’ensuit un râle qui me déchaîne. Je la baise littéralement ! Elle respire de plus en plus vite. Ma main passe devant sa bouche pour étouffer les gémissements. Je la ramène vers moi et cette étreinte la fait partir dans un puissant orgasme accompagné de légers sursauts. Je sens ses cris faire vibrer ma main. Les contractions qu’elle a me rendent fou. Je sors alors ma queue et vient jouir sur ses fesses pour accompagner ma jouissance.

Assis sur le fauteuil, elle est blottie contre moi après que l’on se soit remis de nos ébats. Passé un moment bercé par la douceur de l’après et toujours enivrés de bulles, nous faisions un état des lieux : Les premiers invités sur le départ embrassent les mariés un peu plus bas, une bouteille de champagne se trouve sur mon pantalon, juste à coté d’un soutif et la belle sœur du marié est nue dans mes bras. Heureusement que mon hôtel est juste à coté pour que je puisse m'éclipser rapidement en cas de pépin.

Me sentant un peu mal à l’aise face aux gens qui nous entoure, je prétexte d’avoir à rentrer dormir. Etonnamment Aurélie semblait à l’aise pour dire qu’elle s’était absentée parce qu’elle n’était pas bien. Arrivés séparément, son copain était déjà loin alors qu’il était au mariage de son frère. Comme quoi … !

De mon coté, seule ma cousine m’avait cherché mais l’alcool lui fera oublié ma disparition. Je m’apprête à partir quand je reçois un texto : « quel numéro de chambre ? Je pars dans 30 minutes, c bon ? »

A l’autre bout de la salle, entre une des vieilles tantes folle totalement ivre et un môme qui a vaincu son nœud papillon, dans une robe noir bleutée avec jolies boucles châtains de grands yeux verts, Aurélie me sourit.

Une vibration : « PS, j’ai une surprise ! :tomate: ».

Partager ce message


Lien à poster

Très belle histoire Asmodeus, d'après la dernière ligne, doit on comprendre qu'il y a une suite?

Merci blueJay et oui en effet , il y a bien une suite qui promet d'être plutôt sympa ... je dois juste prendre le temps de l'écrire :tomate: ^^

Partager ce message


Lien à poster

j adore

on a l impression dy etre

oui qu elle est la suite ?

Partager ce message


Lien à poster

waaaaaahoou quelle chaleur :bisous5::console::D

une suite excellente, j'ai apprécié la lire. :fessee:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

J'ai vraiment très très chaud d'un coup :bisous5::D:fessee:

Une petite suite :console:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.