Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

bluejay78250

fantasme de rencontre sur forum intime

Recommended Posts

Je m'etais incris sur Forum Intime pour rencontrer une femme (ou plusieurs ) avec laquelle vivre une rencontre troublante et" muy caliente". Après quelques heures infructueuses à partager les récits d'autres membres, à comparer leur fantasmes aux miens, je reçus enfin mon premier MP de Yohanna.

Son long message m'interpellait par rapport à un fantasme que j'avais exposé sur le forum, elle me racontait tout de go qu'elle c’était reconnue dans le personnage féminin et que cette coïncidence était si troublante qu'elle voulait en savoir plus sur les circonstances de ce récit particulier...

De fil en aiguille nous en arrivâmes à nous dévoiler (bien impudiquement), sur nos envies, nos désirs et pulsions secrètes...Son imaginaire érotique correspondait si bien au mien que nous étions comme deux êtres liés par la même pulsion dévastatrice. Après de longs messages fiévreux qui me laissaient vidé et insatisfait physiquement, nous finîmes par convenir d'un rendez vous un après midi où ni l'un ni l'autre ne travaillions.

Le jour J, sur la terrasse du café P... de Versailles, j'arrivais un bon quart d'heure en avance. Assis et attablé, je regardais avec anxiété l'arrivée de chaque nouveau client, avec au creux du ventre l'angoisse de me voir poser un lapin. J'étais si concentré sur la porte que je ne vis Yohanna que quand elle se trouva juste face à moi, un sourire engageant sur la figure, me demandant si j'étais bien Jay. Que dire lorsque mes yeux se posèrent sur les siens!

Elle était comme je l'imaginais dans mes rêves les plus fous, et plus encore. Blonde avec des reflets roux, une queue de cheval sur un ravissant minois, le teint clair, voire pâle, les lèvres fines et racées, un petit nez en trompette enchanteur, une bouche affriolante et des yeux enivrants , elle s'installa quand je l'invitai maladroitement.

La conversation partit tout de suite comme si nous nous connaissions depuis toujours, depuis une éternité, le réel ne fit pas obstacle au virtuel, il le sublima dans une porte ouverte à tous les possibles. Comme souvent je fis l'impossible pour la mettre à l'aise et la faire rire, son rire si doux et si léger qui éclatait comme un cri d'engoulevent par une nuit d'orage.

Comment la décrire? Petite, horriblement mignonne, avec des rondeurs qui promettaient monts et merveilles, une femme faite pour répandre joie et chaleur autour d'elle. J'étais sous le charme, conquis et j'allais tout faire pour la séduire!

Le temps passa si vite que les serveurs finirent par nous mettre dehors, et nous découvrîmes que nous n'avions pas envie de nous séparer, alors nous décidâmes de prolonger la nuit dans un bar "lounge" du quartier, en fait , le premier que nous vîmes ouvert...

Face à face sur un sofa, Yohanna devait se pencher pour pouvoir me parler, le local diffusant une musique des années 80 plutôt forte. Yohanna portait un corsage beige en accord avec sa chevelure nacrée, et lorsque elle se penchait je ne pouvais éviter d'apercevoir le galbe de ses seins, la douce courbure qui était comme une sirène pour le marin perdu dans la nuit et le brouillard. Sa robe était plutôt courte, s'arrêtant à mi cuisse, et dévoilant des bas blanc cassé dont la jarretière dépassait légèrement de l'ourlet. Yohanna avait décidé de me faire souffrir, connaissant mon attrait pour la belle lingerie.

Bon, ben la suite plus tard si ça vous dit chers membres...

Partager ce message


Lien à poster

Voilà la suite rien que pour toi Anclaus vu que tu es la seule à avoir manifesté ton désir de découvrir ce qui suit:

Yohanna qui n'était pas sotte découvrit bien rapidement mon émoi, et comme il faisait si chaud dans ce local (sans doute après les deux tequila sunrise que nous avions bues), elle me proposa de sortir pour nous rafraîchir. Se levant, elle tendit sa main que je m'empressai de saisir. La rue était déserte dehors et plutôt froide, quand elle frissonna je lui proposai ma veste qu'elle accepta. Après avoir parcouru une petite centaine de mètres, nous débouchâmes sur le croisement du jardin du château et de la route de St Cyr. Yohanna avait le visage coloré par l'alcool et le froid, ou bien par le rire car je venais de lui raconter une bêtise, laquelle dans son état, provoqua un fou rire irrépressible. Je riais également, et entre ses larmes d'hilarité elle me regarda avec ce sourire mystérieux qui signifie pour toutes les femmes du monde: Embrasse moi tout de suite!"

Mes lèvres rencontrèrent les siennes, d'abord elles s'y posèrent, puis sa bouche s'entrouvrit sur une petite langue à la curiosité insatiable qui devint rapidement une tempête déchaînée, nos baisers se firent si profonds que j'en perdais l'équilibre, yohanna reprit son souffle, et me dit juste deux mots:" Là et maintenant."

Ce fut comme si les dernières barrières de la décence et du conformisme se mettaient à céder face à l'appel de nos pulsions primaires et animales. Ma bouche se jeta sur la base de son cou et le parcourut avidement tandis que mes mains agrippaient son corsage qui se retrouva par dessus sa tête tandis qu'elle dégrafait elle même son soutien gorge pigeonnant. Ses seins recouvrèrent la liberté brièvement, leur éclat laiteux vite enfoui sous ma bouche affamée, Yohanna laissait échapper des soupirs qui me guidaient vers son plaisir tandis que je descendais vers son bas ventre. Sa jupe n'était déjà qu'un souvenir quand mes mains saisirent deux galbes qui devaient être ses fesses auxquelles je me cramponnais quand elle me poussa dans le tapis de feuilles automnales. Elle glissa sa main dans mon pantalon et saisit mon membre qui dégoulinait de liquide séminal, ses mains le serrant fermement pour en éprouver la longueur en un massage furieux.

Je crois que j'oubliais tout quand sa langue vint sur le frein, puis après l'avoir titillé quelques secondes, sa bouche s'ouvrit comme un tunnel pour aspirer toute la longueur de mon sexe. Je crus n'avoir jamais subi d'assauts si bien menés quand mes yeux se fermèrent, ils se rouvrirent sur Yohanna qui me chevauchait tantôt rageusement, tantôt ondulant du bassin telle une danseuse orientale, par coups légers et profonds, elle frottait son pubis contre le mien s'excitant ainsi le clitoris dont je sentais la pointe saillir contre ma peau. Ses râles haletants s’amplifiaient à mesure que montait l'orgasme, et moi je remerciais l'alcool qui me permettait de tenir plus longtemps que je n'aurais cru possible avec une telle excitation, ses seins lourds se balançaient devant ma figure mais je ne pouvais les saisir, Yohanna me plaquant férocement contre le sol, instinctivement, mes mains saisirent ses seins et les serrèrent très fort, elle hurla : "Trais moi comme une vache!" et son vagin qui se dilatait et se contractait dans les spasmes de l'orgasme brutal qui la saisit, quelle inondation l'accompagnait! La sève de son endroit le plus secret coulait à flots, elle s'en humecta les doigts et les porta à sa bouche, goûtant au fruit défendu de sa jouissance.

Mais ce n'était pas fini, la suite au prochain épisode!

Partager ce message


Lien à poster

:aime2: waahouu quel récit, mais j'ai une question est ce seulement un fantasme ou est ce quelque chose qui c'est passer ?

Car si c'est le cas il n'a pas sa place dans cette rubrique du fofo :oops:

En tout cas tu nous tiens en haleine, c'est un bon texte, hâte d'en savoir plus :wink::P

Merci à toi pour ce texte...

Partager ce message


Lien à poster

Oh ! merci beaucoup bluejay78250 ! Ton récit me tient en haleine alors ne tarde pas à écrire la suite, je ne la manquerai pas.

Je connais très bien les lieux que tu évoques, la nature y est splendide en cette période automnale...et accueillante pour s'abandonner...

A très vite.

Anclaus

Partager ce message


Lien à poster

@ Melia: je t'assure que ce recit correspond bien à cette categorie

Voici la suite et la fin de ma rencontre avec Yohanna:

- Tu n'as pas joui, me demanda Yohanna. Ce n'était pas une question.

- Et bien pas encore mais je ne demande que ça, l'assurai-je.

Souriant d'un air complice, elle glissa trois doigts dans son alcôve encore brûlante et les imprégna de liquide intime, qu'elle appliqua contre son petit orifice juste derrière celui que je remplissais. En un mouvement que je perçus au ralenti, hypnotisé par sa grâce et par le froid, l'alcool et les courbatures de nos ébats, je vis son petit oeillet se planter contre mon gland encore chaud et d'un râle rauque elle se fit coulisser sur mon pieu qui regardait le ciel. La pénétration de cette caverne douce et étroite, si humide et chaude, serrée intimement contre moi me mit dans un état encore plus second. Nos sucs intimes se mélangèrent, favorisant la pénétration, c’était une sensation indescriptible, comme d'enfiler un vieux pull en mohair près d'un feu de cheminée, ou dans un autre genre, sortir une épée magique de son fourreau.

Yohanna se penchant sur moi, sa langue nerveuse fourrageant dans ma bouche, parfumant celle ci de son goût ambré, tandis qu'elle s'activait avec son bassin pour s'empaler encore et encore contre mon sexe. Ses fesses si douces venaient s'écraser à un rythme frénétique contre mon pubis et je sentis la jouissance devenir douleur, le fleuve intérieur dévastait tout sur son passage pour fuir vers la liberté de la caverne de Yohanna. Mias Yohanna avait décidé de jouir de nouveau et son cri déchira la nuit quand l'orgasme la prit et la secoua sans égards pour son corps si délicat, sa bouche quitta la mienne et sa tête bascula sur l'arrière, elle se livrait entière et passionnément au paroxysme orgasmique. Ce fut à cet instant là que je vins à mon tour, libérant le flot contenu depuis si longtemps, qui se perdit dans les entrailles de Yohanna. Elle releva alors son adorable visage vers le mien et alla dire un mot quand je lui mis un doigt sur les lèvres. Les mots sont parfois trop courts pour dire l'indicible. Elle ferma les yeux et la nuit nous enveloppa tous les deux de ses mystères.

FIN

Partager ce message


Lien à poster

Que dire ? fichtre-wawwh...

Quelle chance tu as eu de faire cette rencontre, et ...quelle histoire (bien racontée) !!

Bravo :)

Partager ce message


Lien à poster

La réalité est toujours plus belle que le fantasme...

Au plaisir de te lire.

Anclaus

Partager ce message


Lien à poster

ah versailles...tres belles histoire .merci.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.