Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest Argan

Le battement d'ailes d'un papillon

Recommended Posts

Guest Argan

111026070513138793.jpg

Avez-vous déjà éprouvé ce curieux sentiment de honte ? Celle qui vous gêne mais vous procure quelques plaisirs lubriques. Moi cela m'est arrivé au printemps dernier en fin d'aprés-midi. En cet après-midi de printemps, tout un flot de pensées encombrait mon esprit. Et je me faufilais entre elles jusqu'à en trouver une qui puisse m'aider à tromper l'attente. Attendre. Il ne me restait plus qu'une vingtaine de minutes avant de reprendre le travail que m'avait confié un professeur de l'Institut de Géographique Physique de Paris à propos des conséquences du réchauffement climatique. Je devais remettre d'ici trois jours un rapport statistique détaillé. A dire vrai je ne m'en sortais pas car j'étais perdu dans les statistiques aussi bien à propos de la hausse du niveau des mers que de la hausse des températures. Même si je ne niais pas l'influence des activités industrielles de l'homme j'avais cependant quelques doutes. Ce n'était pas la première fois qu'au cours de l'histoire les températures variaient. A la fin du néolithique le climat s'était réchauffé avant de connaître une variation à la baisse durant l'époque médiévale. Tout cela me paraissait aussi confus que la fameuse théorie du météorologue Konrad Lorenz à propos du chaos aussi appelée "le battement d'ailes d'un papillon" et qui entraînait une catastrophe de l'autre coté du globe terrestre.

Assis sur un banc du jardin public bordant l'institut, je vis soudain un papillon qui virevoltait de quelques battements d'ailes.Il se posa quelques secondes sur le genoux revêtu d'un collant d'une jeune femme allongée sur la pelouse. Il s'agissait d'une collègue que je connaissais peu. Nous n'avions jamais réellement échangé hormis quelques banalités. Quelle chance avait ce papillon de ne pas avoir à se poser tant de questions et de pouvoir frôler le corps de cette fille que je trouvais si excitante. Coquin, le papillon bougea et parti explorer l'entrejambe de la femme. Avait-il seulement conscience de la situation ? Pouvait-il imaginer comme moi cette femme, s'agenouillant au pied de la haie, sa robe remontée sur les hanches, sa culotte défaite et tendue entre les cuisses, la raie sombre entre ses fesses, mes pousses à moi crochetés aux bretelles d'un hypothétique porte-jaretelles et ses épaules à elles tressautant à chaque vigoureux coup de reins ?

Accepterait-elle cela ? Ou bien refuserait-elle mes avances sussurée à l'oreille ou sucomberait-elle, s'abandonnant alors que je lui mordillerais les lobes de ses oreilles ? Le papillon s'éclipsa et vint se poser sur le dossier du banc sur lequel j'étais assis. Je guettais un signe du papillon. Le papillon ne me répondait pas et ils n'émit aucun battement d'ailes. Mais ce alors fut la jeune femme qui m'adressa involontairement ce signe quand elle se leva et passa prés de moi. Je perçu alors un cligement incontrolé de ses yeux. Juste un lèger battement d'Elle.

Toutes ces pensées m'excitaient et je dois bien avouer que la reprise du travail fut pénible car la théorie de Lorenz et mes propres fantasmes se mélangeaient. J'ouvris la fenêtre afin de faire entrer le vent qui souflait légèrement. Imaginez donc un peu ! Une ville comme Paris au dernier recensement comptait prés de 2 193 000 mille habitants dont un peu plus de la moitié étaient des femmes. Admettons pour simplifier les choses qu'un million de femmes se concertent et décident un soir de se masturber ou à faire l'amour au même instant. De combien de degrés s'élèverait la tempèrature de Paris ? La tache était ardue. J'alignais frénétiquement les calculs pris de folie lubrique sur des feuilles de brouillons que je détachais de mon bloc-notes. Et puis cela soulevait d'autres problèmatiques ! Si l'on estimait qu'un demi million de ces femmes avaient un amant, combien de centimètres de phallus cela représentait ? A raison de dix-sept centimètres en moyenne par tête de pipe cela représentait au bas mot 8 500 000 centimètres soit 85 0000 kilomètres de bittes. A ce stade de la situation il était également indispensable de prendre en compte les conséquence sonores et environnementales des orgasmes simulés ou réels. Sans parler du grincement des lattes des lits, des parquets qui craquent, des canalisations d'eau des logements fortement éprouvées qui se briseraient subitement ! Puisque qu'il convenait d'aborder le taux d'humidité, l'évaluation de la quantité de cyprine et de sperme tant en masturbation, en fellations qu'en rapports vaginaux ou anaux s'imposait aussi. A raison de 5 ml par individus, soit 2 193 000 indivus multipliés par 5 ml équivalaient à 54 825 litres soit respectivement 27 412, 5 litres de cyprine et de sperme... Les conséquences étaient immenses et difficilement calculables pour une seule ville comme Paris. Alors imaginez la complexité des calculs à l'échelle de notre planète si en tenant compte des décallages horaires tout le monde se mettait à baiser en même temps ! Qu'adviendrait il ? Bourrasques "su-bittes", vous excuserez de ce curieux néologisme, ou tsunamis, tremblements de terre ? Il importait d'informer les hautes autorités.Les pouvoirs publics du Ministère de l'environnement devaient être alertés dans les délais les plus brefs afin de préparer une nouvelle confèrence à Copenhague !

Il était 17 heures quand je fis une pause en prenant un café dans la salle de détente. La jeune collègue scientifique du jardin public s'approcha de moi. Elle qui paraissait si sérieuse, était pour une fois souriante.

- Votre travail doit être intéressant. Tous ces calculs, ces études, je trouve cela tellement palpitant. Excitant même !

- C'est assez rébarbatif en vérité ! Les hypothèses sont multiples, certaines hautement improbables...

Elle s'approcha de moi, se colla à moi puis porta à sa bouche l'un de ses doigt qu'elle posa sur mes lèvres. Sa voix était terriblement sensuelle.

- Improbables, vous croyez cela ? La théorie, c'est bien mais... si nous commençions par mettre en pratique le peu que j'ai lu de vos charmantes notes que le Vent m'a apporté ?

Partager ce message


Lien à poster

Ah la j adore ta thèse partir de fait important pour finir en frémissement

:cry2:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Argan

Ah la j adore ta thèse partir de fait important pour finir en frémissement

:cry2:

Au départ je voulais faire un récit sur les orgies.........et puis j'ai dévié

Partager ce message


Lien à poster

Je préfère cette déviation

:cry2:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.