Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Arlequin46

Effets de lecture

Recommended Posts

Cela faisait un petit moment, déjà, que l’idée me trottait dans l’esprit de laisser ma voiture dans son boxe, pour me déplacer à vélo ; l’essence devenait de plus en plus chère et, devenant de plus en plus soucieuse de mon environnement, je voulais apporter ma petite pierre à l’édifice écologiste, en réduisant mes émissions de gaz à effet de serre.

Un bon début, pour moi, était d’utiliser le vélo pour me rendre à mon travail ; cela ne faisait que 25 kilomètres, aller-retour, moitié en zone urbaine, moitié sur des routes de campagnes, ce qui me semblait facilement réalisable avec un peu d’entraînement. Mais plusieurs questions se posaient à moi : quel type de vélo acheter, quels types d’équipements utiliser en fonction des saisons, comment concilier mon tailleur jupe avec cette pratique… etc.

Ma première idée fut d’aller demander conseils auprès de vendeurs dans deux grandes enseignes du sport ; je ne fus pas réellement convaincue par leurs explications, supposant, peut-être à tort, qu’ils me disaient ce que j’avais envie d’entendre, l’objectif étant de me vendre leurs matériel. Aussi, je me mis à parcourir le Net, à la recherche de sites, forums et blogs traitant du déplacement à vélo.

Le hasard me fit découvrir un blog qui me plut très vite ; un père de famille avait fait du vélo son moyen de transport quotidien, entraînant sa famille dans ce qui allait très vite devenir leur passion commune : boulot, école, courses, vacances, femme, enfants et mari faisaient tout à vélo, à tel point qu’ils avaient décidé de vendre leur voiture qu’ils n’utilisaient plus.

Par le biais de ce blog, j’entrai en contact avec cet homme, dont le mode de vie me semblait tout aussi déroutant que courageux, et obtins de précieux conseils de sa part. Deux semaines plus tard, je m’achetai mon premier Vélo Tout Chemin, idéal pour des déplacements mariant routes et sentiers forestiers peu accidentés.

Pour ce qui fut du port de la jupe, il m’expliqua que, dès l’instant où elle ne retombait pas sur la chaîne, le plus gros risque, hormis un certain inconfort, serait de donner une idée de mes sous-vêtements aux personnes qui me croiseraient.

Il n’y avait aucun soucis pour la longueur, habituée à porter des jupes certes classes, mais tombant au dessus du genou ; quant à montrer ma petite culotte, l’idée ne me déplaisait pas vraiment. Néanmoins, j’écoutai les conseils de mon correspondant et investis dans des cuissards femmes ; la jupe dans une sacoche latérale étanche, je pouvais facilement me changer dans les toilettes de mon lieu de travail.

Nous continuâmes à échanger régulièrement sur nos différentes expériences et, au fil des semaines, nous liâmes une bonne amitié, élargissant, peu à peu, notre champ de discussion. C’est ainsi que j’appris que le cycliste avait une autre passion : l’écriture.

Il m’expliqua, dans un long mail, qu’il avait écris plusieurs petits textes, avant de se lancer, il y a peu, dans l’écriture d’un roman se situant au moment du débarquement des alliés, en juin 1944 ; il espérait pouvoir trouver un éditeur, une fois son œuvre achevée.

Aimant beaucoup lire et piquée par la curiosité, je lui demandai s’il pouvait me faire lire quelques uns de ces textes. Il me répondit que ces derniers étaient destinés à un public averti, qu’ils comportaient des scènes sexuelles très explicites ; à 34 ans, je m’estimais faisant partie de ce public averti et, de plus, j’étais très friande de la lecture érotique ; mais cela, je m’abstins de le lui dire.

Il mit deux jours avant de se décider, mais, sans doute dû à mon insistance, il m’envoya un texte intitulé « Rohan » dans ma boite mail.

C’est au boulot, assise à mon bureau, que je découvris l’histoire imaginée par mon correspondant cycliste. Bien que les articles qu’il publiait sur son blog vélo fussent de bonnes factures, je ne m’attendais pas à recevoir une telle gifle d’émotion ; dès les premières lignes, je fus captivée par les sentiments qui se dégageaient de chaque mot. Très vite, je n’eus plus l’impression de lire, mais plutôt d’être devant un écran de cinéma ; je fus totalement transportée dans l’histoire, me voyant à la place de Marie, la maitresse du chevalier de Rohan, m’imaginant que j’étais la destinataire de ses caresses.

L’histoire se terminait mal, Rohan trouvant la mort à l’issue d’une bataille, mais la description de la scène d’amour était si bien faite, qu’elle me laissa dans un état second… si vous voyez ce que je veux dire !

J’envoyai un mail à mon cycliste, que je découvrais sous un jour nouveau, lui expliquant que j’avais beaucoup aimé son texte et que j’aimerais énormément en lire un autre. Le soir même, de retour chez moi, j’allumai mon PC à la hâte et vis, avec satisfaction, que mon vœux avait été exaucé ; une nouvelle histoire m’attendait dans ma boite mail, celle d’une femme énigmatique, se faisant appelé Titia.

Ce texte me fit encore plus d’effet que le premier ; sans peine aucune, je m’identifiai à cette mystérieuse Titia, même si, au fond, nous n’avions pas beaucoup de point commun elle et moi.

Je lus et relus l’histoire à trois reprises ; mon excitation montait en puissance à chacune des lectures ; je n’arrivais plus à me défaire des images que l’auteur avait mis dans ma tête ; mon intimité s’était humidifiée, ma gorge asséchée. Pour tenter de reprendre mes esprits, je décidai de prendre une douche.

Au lieu de me calmer, l’eau qui coulait le long de mon corps, acheva d’exacerber mes sens. Je me mis à savonner mes seins, avec une douceur infime, imaginant les mains de Rohan en lieu et place des miennes ; mes tétons s’étaient dressés, bien raides, bien durs.

Je pris le pommeau de douche, afin de mieux en contrôler le jet ; je nettoyai ma poitrine du savon, descendit au nombril et m’arrêta sur ma toison dorée. L’eau vint délicieusement frapper sur mon clitoris sorti de son écrin ; je rapprochai un peu plus le jet ; de premiers picotements se firent sentir aux creux de mon ventre.

Ma main libre alla prêter main forte au jet d’eau, écartant un peu plus les lèvres ; un frisson remonta tout le long de ma colonne vertébrale ; j’entrouvris légèrement la bouche, laissant échapper un gémissement.

Brusquement, des images défilèrent devant mes yeux. Je vis Titia, masturbant un homme tout en le fouillant avec un gode ; mes jambes commencèrent à trembler sous la monté du désir ; mes doigts se mirent à masser mon bouton d’or ; mon rythme cardiaque s’accéléra.

Puis se fut l’image de Luce qui m’apparut, sodomisée par un homme, tandis que Titia fouillait son vagin avec un sex-toy ; je pouvais la voir onduler sous le plaisir venant ; j’eus l’impression que mes gémissements se mêlaient aux siens.

La caresse de mes doigts se fit plus pressante, plus rapide. Je sentis le raz-de-marée se soulever en moi ; un orgasme fulgurant me frappa de plein fouet, me faisant lâcher le pommeau de douche, me mettant à genoux, tremblante de tous mes membres, hurlant ma jouissance.

Une fois remise de mes émotions et quelque peu calmée, je décidai qu’il me fallait rencontrer l’homme dont la plume m’avait mise dans un tel état. Je ne le lui avait pas encore dit, mais nous habitions tout prêt l’un de l’autre, a à peine une trentaine de kilomètres ; il fallait juste que je trouve une bonne excuse pour demander à le voir et le vélo m’en sembla une.

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Quel récit original.

Il donne envie de découvrir tout tes récits (heureusement pour moi, je les ai tous lu :oops: )

C'est une nouvelle approche, un éveil des sens...J'ai revu Rohan, Titia

Je me laisse prendre à chaque fois, un vrai bonheur pour moi.

Partager ce message


Lien à poster

J'étais passée à côté de ce texte !

Original oui, ces allusions à d'autres de tes textes... et ces petits bouts de réalité.

Encore un petit bijou ;)

Partager ce message


Lien à poster

Merci pour ce UP fanie :D

Il n'y a parfois pas grand chose à dire face à une telle maîtrise.

Je vais forcer un peu mon mutisme ébahi et te dire bravo! ;)

Partager ce message


Lien à poster

Quel plaisir de relire ce texte !!

Partager ce message


Lien à poster

Si tu en es à me relire, c'est que tu as déjà fait une fois le tour ; je suis donc flatté :welcome:

Partager ce message


Lien à poster

Je découvre seulement ce texte, et je suis sous le charme de ton récit, de tes mots.... :welcome:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.