Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest LadyRose

Une nuit... noire.

Recommended Posts

Guest LadyRose

Je suis là… Il fait nuit… Une nuit noire comme rarement en cette période de chaleurs…

Je suis là… Dans cette clairière au milieu des bois… Sous une pleine Lune… Un phare… Éclairant de sa lumière blanche la moindre âme… la moindre trace de vie…

Je suis là… Enveloppée dans ces étoffes de coton noir si légères… Ne tenant à mon corps que par un simple laçage, et ce corset rouge sang… Cette douce prison dont tu viendras me délivrer…

Je suis là… assise dans l’herbe, regardant ma Lune… T’attendant… lascive… Je sais que tu viendras… Que cette envie irrépressible te tiraille intérieurement… Oui, je le sais… Je sais ce désir brûlant qui empli chacune de tes plus sombres pensée…

Tu me veux… Ma possession entière, sans concession… Mon corps, mon esprit, mon être, mon âme… Ils te hantent… Te rendent fou…

Sous la lumière crue de ce phare divin… Tout paraît noir… Sauf quelques reflets de Lune ici et là… Sur mes longs cheveux, glissant comme la pluie sur les courbes de mon corps… Sur ma peau, si blanche… Offrant une scène parfaite, l’autel d’un délicieux sacrifice…

Le vent souffle… Comme une caresse sur mon visage, m’entourant peu à peu… Prenant possession de moi, précédent ainsi tes mains… Celles que j’attends. Je m’abandonne… Ce souffle, à la fois froid, et terriblement sensuel… Je frissonne de plaisir…

Soudain, ce souffle froid se fait chaud et humide dans ma nuque… Tu es là… Je le sais… Perdue dans mes pensées je ne t’ai pas entendu arriver… Je ne me retourne pas…

Je sens tes lèvres, tout près de ma peau… Mais tu ne m’embrasses pas, tu te contente de souffler un air chaud sur la peau blanche de mon cou… Tu veux la goûter, ce délice que tu attends depuis si longtemps… je te sens la désirer comme un vampire attend le cou de sa victime… La chaleur de ce corps appelle ta bouche… Tes dents glissent sur ma peau avant d’y déposer un suave baiser…

Ta présence démasquée, tu découvres mon corps de tes mains… Parcours lentement ses courbes rehaussées par la lumière de l’astre, effleurant le haut de ma poitrine, laissé libre par le corset…

Tu as succombé à la blancheur de mon cou, son attrait presque magnétique… Tu le couvres d’envoutants baisers… T’écarter de lui ? C’est chose impossible… Et la découverte de ce corps si clair… Tu en veux plus… Consentant finalement à délaisser ma nuque, tu t’écartes et tournes autour de moi… Tel un prédateur admirant le fruit de sa patience… Contemplant ce que tu as si longtemps désiré…

L’atmosphère appelle à l’offrande… Offrande à ce corps, à cette nymphe noire qui obsédait ton esprit, que tu as maintenant devant toi… Tes yeux me couvrent de louanges, m’avouent à chaque regard tes désirs les plus profonds…

D’un mouvement rapide, comme un sursaut de conscience, tu te jettes auprès de mon corps, et plonges ton visage dans mes cheveux… Ce parfum, cette fragrance ambrée… Tu en as rêvé… La respires, t’enivres d’elle… Alors que tes mains caressent les étoffes qui me couvrent… Comme un ultime rempart qui te sépare de moi, comme le dernier voile à soulever, te séparant encore de ton but… Mon buste, légèrement découvert que tu exposes finalement à la lumière en délaçant le haut de ma tunique… Mon ventre, sur lequel tes doigts jouent, comme pour mieux me demander la permission de me libérer de ma prison de satin rouge, pour enfin caresser ces seins qui te narguent, protégés encore de ce carcan délicieux… Mes reins, ma croupe à travers la fine toile de coton noir… Mes longues jambes, que j’ai repliées vers toi sous l’emprise de tes caresses… Jusqu’au bout de mes pieds, nus subissant déjà l’effleurement de l’herbe grasse…

Ton appétit de mon cou n’est pas rassasié… Tes baisers s’y font fougueux, pénétrants… Presque violents… De mes pieds, tes mains remontent dans mon dos, caressant la sensualité de cette taille fine offerte à toi par le corset… Tes doigts jouent avec ces lacets… n’ayant qu’une envie, les dénouer, lentement, laissant nos désirs s’accroitre… Celui de la découverte, celui de la possession… Œillet après œillet, tu fais sauter les verrous de ma prison… Baisers après baisers, tu me délivres du carcan de ma vertu… Pas à pas tu aiguises la flèche de mon émoi…

Ce dernier rempart tombé, tes mains se font plus pressantes sur les courbes de mon corps… Tu découvres enfin ces seins dont tu as tant cherché à imaginer les formes, ceux que tu as tant rêvé de toucher du bout des doigts… Ils te sont maintenant offerts, sous la lumière blanche de la Lune… Chacune de tes mains prend possession de ces collines au teint d’albâtre, d’abord avec précaution, pour ne pas les blesser, si fragiles… Puis, succombant à la chaleur de leurs formes, tu les enserres de tes doigts d’homme, avec force et tendresse, comme pour me signifier que ça y est… Ils sont tiens désormais…

Tes lèvres affamées quittent ma nuque, répondant à l’invitation de mon buste, presque complètement dévoilé tant les lacets de coton ont perdu de leur vigueur… A tel point que tu ne rencontres aucune résistance lorsque tes deux bras plongent sous l’étoffe, partant à la découverte de la douceur de mon ventre descendant plus bas encore…

Je frémis… Tant de fougue ne m’avait pas préparé à recevoir une caresse si délicate, d’un contraste si fort avec la passion de tes baisers… Ces doigts virils faisant preuve de tant de maîtrise dans le moindre de leurs mouvements…

Je sens maintenant le long de mon dos tout le désir qui t’anime… Je ne peux prétendre y rester insensible…

(Une suite?... Peut être *sourire*)

Partager ce message


Lien à poster

pfiou...

J'adore le rythme que tu donnes, comme une respiration pleine de désir, saccadée, haletante...

Oh oui une suite, ne nous laisses pas seul avec notre imagination chauffée à blanc en attente du dénouement...

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

Merci pour ces compliments... :wink:

Je suis vraiment ravie que le début vous plaise...

Partager ce message


Lien à poster

Une clairière, du coton noir, un corset rouge ... c'est troublant ...

Continues, je suis impatient, et curieux !

Bravo

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

Oui troublant en effet... Mais ici tout est plongé dans l'ombre...

Partager ce message


Lien à poster

Superbement écrit. C'est ensorcelant, mystèrieux, sensuel. Tu ne peux t'arreter comme ça *sourire*

Partager ce message


Lien à poster
Invité

(Une suite?... Peut être *sourire*)

Please, ne nous laisse pas orphelin d'un si beau récit.

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

La suite est en cours de rédaction...

Petite panne d'inspiration... :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Argan

J'aime beaucoup......... :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Je suis certain que tu retrouveras vite l'inspiration :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

Si vous savez être encore un peu patients, je vous promet la suite très... très rapidement...

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

...

La force de ta virilité qui emplit le creux de mes reins… Mon esprit en dessine les moindres détails, tant ils sont perceptibles….

C’est alors que, comme possédée par mon désir, je me retourne, à cheval sur les cuisses ouvertes, mon buste contre le tiens, mon regard plongé dans tes yeux gris, ton regard d’opale… magnétique. Mes mains entourent ton visage, accompagnant un baiser glacé… Lentement il quitte ta bouche et descend le long de ta nuque… Mes mains le suivent, longeant ton torse afin de passer outre l’étoffe qui les sépare de ta peau. Elles remontent, courant sur ton échine, doucement mes bras t’entourent, et resserrent leur étreinte… Pris au piège tu ne résistes pas. Tu sens alors mes lèvres devenir plus gourmandes sur la peau sensuelle de ton cou… Je me nourris de sa chaleur… Un délice…

Mon étreinte se resserre, mes jambes entourant ton corps… Mes hanches jouant avec la sensibilité de ta hampe, sentant chacune de ses contractions…

Tes esprits retrouvés, tu reprends tes caresses, plongeant tes mains dans mon dos, m’agrippant violemment contre toi. Cherches-tu à m’approcher encore de l’ardeur de ton désir ? Cette tension qui s’est emparée de toi il y a longtemps déjà… Peut-être est-elle trop forte, trop… douloureuse, car si puissante…

Par pitié ou par jeu, je relâche mon étreinte… Je descends mes mains le long de ton torse, divinement sculpté, desserrant au passage les lacets de ton encolure… Glissant mes doigts au dessus de ton entrejambe… J’en défaits un à un chaque bouton, rendant la liberté à ce pauvre animal douloureusement étriqué… Sans résister à la tentation de quelques va et viens le long de son arrête, te laissant ainsi au bord du supplice… Je le lis sur ton visage…

D’un seul coup, par surprise, tu nous renverses, nous allonges dans l’herbe… Cette lutte de nos corps, nos esprits, ce jeu divin, savoir qui dominera l’autre… Une douce bataille à armes égales…

Après un langoureux baiser, tu descends en suivant les courbes de mon corps, ses monts et merveilles, comme happé par la caverne aux trésors… Lentement tu t’insinue sous mes jupons, tes mains vont et viennent, attentives à la moindre de mes réactions… Le long de mes jambes, mes aines… Tu souffles de mystérieuses et longues incantations aux portes de mon antre, provocant un ruisseau de plaisir auquel tu t’abreuves, sans discontinuer… Je tressaille, tu souris…

Après avoir étanché ta soif, tu reviens vers mon visage, offrir tes lèvres aux miennes, encore nacrées de cette eau précieuse du plaisir… Glissant ta main dans mes cheveux, presque tendrement… L’autre dans mon cou, que tu portes à ta bouche pour l’embrasser, le goûter encore…

Je profite de cette accalmie pour glisser mes mains sous cette tunique, et lentement dévoiler ton corps à moi… A la fois fin et puissant…

Mes mains glacées sont irrésistiblement attirées pat ra nuque, mes doigts s’y rejoignent au milieu. La pulpe à peine en contact avec ta peau, mes ongles saillants s’enfoncent dans ta chair, descendent le long de ton dos… T’abandonnant à cette délicieuse sensation, tu oublies mon cou et te cambres, comme un loup sous cette pleine lune… Tu frissonnes et gémis… Tu te meus comme une marionnette sous mes doigts. Dans le creux de tes reins, j’enfonce d’avantage mes griffes, te laissant un souvenir indélébile de cette nuit…

Paralysé je te pousse sur l’herbe, et poursuis le même jeu sur ton torse, tes flancs, ton ventre… Tantôt dangereuses griffures, tantôt effleurements légers… Je sens chacune de tes contractions, chacun de tes soubresauts… Ta virilité croit en chaque instant, se fait plus puissante, plus désirable encore…

...

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Magnifique, belle plume Ladyrose merci de partager ce récit avec nous.

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

La suite n'a pas vraiment l'air de vous inspirer :twisted:

Je continue?... :langue:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Bouuuuuuu j'avions pas vu donc pas lu .....

Ben :langue::???::twisted: vi la suite ouiiiiiiiiiiiiii

Partager ce message


Lien à poster

La Nymphe Noire sait nous plonger dans une atmosphère mystique ou flotte un paysage crépusculaire.

Les arbres et la pleine lune pour seusl spectateurs.

On s'attendait presque à un rituel occulte, un sacrifice au nom des Grands Anciens, mais finalement les portes de la nuit ne s'ouvrent qu'au désir et à la passion. Et c'est aussi bien, quelque part.

La suite peut etre, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Guest LadyRose

Merci beaucoup Snaga :oops:

La suite ? Il faudrait oui, j'ai quelque peu abandonné ces personnages dans leur nuit noire sans savoir ce qu'il allait leur arriver. Qui sait, par une nuit toute aussi noire que celle là vous trouverez peut etre la suite entre deux plis de sa robe ;-)

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.