Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest Argan

L'âme de fond

Recommended Posts

Guest Argan

Une sorte de dialogue intérieur la poursuivait comme si dans sa tête elle entendait une voix, sa propre voix.

- Tu sais quoi ?

- Non ? se disait-elle

- J'ai envie de...

- Il faudrait quand même que j'arrête de penser à lui comme ça. S'il savait, cela le ferait rugir de plaisir mais je me garde bien de trop lui faire sentir.

Un homme qui eut entendu le fonds de ses pensées n'aurait pu s'empêcher de sourire face à cette subtilité féminine : séduire, être séduite sans le faire sentir à ces proies faciles que sont les hommes pour attiser encore plus l'envie chez les mâles.

- Pourtant tu as bien envie de...

- De me caresser ?

Elle avait envie, envie de confier sa nuque à des mains de l'homme, de ses mains douces et fermes qui apaiseraient chaque tension, chaque éclat d'appréhension.

Elle avait envie d'abandon de douceur de tendresse de caresses et de baisers ou bien de silences échangés où seuls les yeux se parlent et disent l'indicible l'essentiel.

Elle avait envie d'être assise sur ses genoux, juste là calme comme ça ou bien alors de relever ses fesses pour que les mains de l'homme les effleurent juste comme cela.

Elle avait envie de ses yeux de glaciers paisibles dans les siens. Etre face à lui, sans lutte, égaux, homme et femme, femme et homme dans la beauté de ce regard-là sur l'Autre.

Elle avait envie de retrouver de connaître le calme, son corps. Sa peau rugueuse et douce sous ses doigts, le mât de son sexe fier et haut dressé, battant pavillon mâle.

Elle avait envie de retrouver les pulsations oubliées de son ventre, une Fleur des mers, ou l'envie s'étire et s'éveille paresseusement sous la houle chahuteuse. Juste cela. La jeune femme glissa ses doigts dans son intimité en pensant à lui. Elle l'imaginait, debout face à elle, ses mains dessinant ses mollet, remontant sur ses cuisses, glissant sous sa jupe, grimpant jusqu'au bord de sa culotte pour en saisir les bord, la faire glisser doucement, jusqu'à ce moment délicieux où ce maigre tissus chute vers les chevilles. Elle voyait soulever l'une après l'autre ses chevilles. Et le voir soustraire la lingerie, se l'approprier et en humer les parfums de l'excitation.

Elle avait envie d'entendre sa voix même s'il était à huit cents kilomètres d'Antibes. Elle voulait entendre sa voix lui dire " Tu sens la femme "

Elle avait envie de jouir et que son âme se mue en une terrible l'âme de fond, partant à la dérive, au large.

Elle avait envie... Terriblement envie... Si envie que ses propres doigts s'accrochaient en elle, au fonds d'elle, lui arrachant des gémissements... Le téléphone sonna. C'était lui.

Elle avait envie de décrocher mais elle hésitait dans son dialogue intérieur la voix de sa pudeur l'en empêchait. Mais l'autre voix celle de son âme et de ses envies était trop forte. Elle se saisit du combiné téléphonique humide.

- Je suis contente que tu m'appelles... J'avais envie que tu me......téléphone.

La voix masculine la surpris la surprit.

- Lèche tes doigts. Tu mouilles? Pourquoi ne pas finir ce tu faisais il y a quelques instants. Continue jusqu'à ce tu jouisses.

Elle oublia sa pudeur et un raz de marée, une lame de fond terrible ou son âme et son corps sombrèrent dans l'ivresse des profondeur de la jouissance.

111009020024540261.jpg

Partager ce message


Lien à poster

Tres excitant, c'est un peu comme cela que ca se passe...le dialogue intérieur avant de lacher prise

Partager ce message


Lien à poster
Guest Argan

Tres excitant, c'est un peu comme cela que ca se passe...le dialogue intérieur avant de lacher prise

donc je ne plante pas trop quand je tente d'imaginer ce que ressents une femme? sourire

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.