Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Guest Argan

La Corne d'Or

Recommended Posts

Guest Argan

Partis du Vésuve, nous faisions relâche à Istanbul après deux semaines de navigation à la voile. Nous disposions de deux jours de repos. J'avais intégré une équipe d'explorateurs dirigée par une archéologue. Le but de ce voyage était la découverte des vestiges d'une ancienne colonie grecque d'Anatolie. Après avoir visité le quartier de la Corne d'Or, admirant la Mosquée bleue appelée ainsi à cause des carreaux de faience d'Iznik qui décorent l'intérieur et la basilique Sainte Sophie parée de marbres précieux et de mosaiques à fond d'or, je m'éloignais des ruelles touristiques du grand bazar pour errer dans les bas fonds.

Cette ville me fascinait incarnant à merveille la rencontre entre l'Orient et l'Occident devenant au gré des soubresauts de l'histoire, chrétienne, ottomane. La ville était située à cheval sur le continent européen et le continent asiatique séparés par le détroit du Bosphore la mer de Marmara fermée, au sud par le détroit des Dardanelles. Cette situation lui permit d'être sur les Routes des Epices et de la Soie et de contrôler le commerce de la Mer Noire.

La ville connu dés sa fondation rapidement la grandeur commerciale. Dominée successivement par les perses, les grecs et les macédoniens elle devint bien plus tard Constantinople. Cette Nouvelle Rome ne chuta qu'en 1553 qu'après une rèsistence héroïque. La prise de ce bastion situé aux portes de l'Europe marqua le début de l'expansion de l'Empire ottoman, ouvrant une brèche dans laquelle les Janissaires s'engouffrèrent en direction des Balkans.

La nuit tombait et je n'arrivais plus à me repérer quand je tombais nez à nez avec Anne Kieffer, notre chef d'expédition.

- Que faites-vous là ?

Je lui répondis que je m'étais égaré et elle me proposa d'aller manger dans un endroit original.

L'ambiance, l'odeur d'encens, était des plus raffinés. Avachis sur des poufs, nous goûtions des mets succulents. Au cours du repas, je remarquais que mon interlocutrice adoptait une position ambiguë, de plus en plus alanguie. Le haut de son chemisier légèrement déboutonné laissait entrevoir la naissance de sa poitrine.

Je m'efforçais de rester de marbre. Elle saisit une friandise de forme allongée qu'elle suça délicatement en me regardant droit

- Savez-vous où nous sommes ?

- Oui dans un restaurant.

- C'est à la fois vrai et faux. Dans le passé, il s'agissait d'un harem du Sultan Soliman le Magnifique. Cela vous trouble?

Je lui répondis par la négative en tentant vainement de contenir la rougeur que je sentais poindre sur mon visage.

Défaisant son chignon, elle poursuivit son explication, tout en suçant langoureusement ses doigts. Selon elle, la fresque située derrière nous représentait différents personnages dont l'un représentait Soliman sous les trait d'un Djinn. Un de ses yeux cachait un judas permettant au Sultan lui même d'observer ses favorites. La rumeur affirmait également que certaine d'entre elles étaient lesbiennes. Mon chibre se gonflait peu à peu de désir, laissant apparaître à travers de mon pantalon en toile une grosseur gênante.

Deux serveuses vêtues de voiles transparents, leurs sexes à peine couverts par des filets de pierres précieuses, s'approchèrent de nous. L'une tenait une bassine d'eau où flottaient des pétales de roses.

Elles nous lavèrent les mains, nous servirent du thé et nous demandèrent malicieusement si nous voulions goûter aux délices de la Porte des plaisirs. Avant que je ne réponde négativement, l'archéologue me coupa cruellement la parole.

- Oui, Monsieur aimerait sous doute être massé à six mains. Allons, mon cher, ne faîtes pas la vierge effarouchée. Vous croyez que je ne vous ai pas vu, reluquant mes fesses alors que je briquais le pont en teck du bateau. Vous pourriez être également être plus discret quand vous vous branlez. La porte de votre cabine était fort mal fermée la nuit passée....

Nous entrâmes dans le hanam où six femmes nous dévêtirent et huilèrent nos corps. Puis elles nous invitèrent à nous allonger sur un immense lit.

Les trois premières hôtesses caressaient l'archèologue. Celle ci, à quatre pattes, fit venir à hauteur de son bouton le visage de l'une des servantes. Une autre, s'affairait à chatouiller avec une plume son divin cul, tout en y introduisant un chapelet de six boules aux dimensions croissantes. A chaque pression exercée par les boules luisantes de luxure, l'archéologue haletait et rugissait de plaisir. La troisième femme, allongée sur le dos, offrait son fruit gorgé subissant avec plaisir les coups de langue d'Anne.

Quant à moi, j'étais nu, fasciné par le spectacle qui s'offrait à moi. Allongé sur le lit quand soudain, je me réveillais brusquement tiré du sommeil par le claquement de la porte de l'appartement de ma voisine qui rentrait chez elle. Le vit en feu, tel un volcan d'où la lave était sur le point de jaillir, je me branlais frénétiquement, et réalisais que ce n'était qu'un rêve oriental érotique.

Partager ce message


Lien à poster

Jolie écriture :bisou:

Merci pour ce moment de lecture, sensuel et dépaysant. :cry2:

Et la chute est sympatique ^^

Partager ce message


Lien à poster

ce que j'ais beaucoup aimé, c'est la description des lieux, qui nous mets très bien dans l'ambiance, c'est très agréable

Partager ce message


Lien à poster
Guest Argan

Jolie écriture :cry2:

Merci pour ce moment de lecture, sensuel et dépaysant. :bisou:

Et la chute est sympatique ^^

Merci fanie..........j'aime bien les chutes imprévues

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.