Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Arlequin46

L'anniversaire de Chloé (part.3)

Recommended Posts

Eric passa une partie de la soirée entre le salon et la cuisine , coupes de champagne, entrées, plats de résistances, remplissage des verres vides, il assurait son rôle à la perfection, à la grande satisfaction de Sandrine qui espérait que tout serait parfait pour son amie. Bien sûr, ce n’était pas lui qui était aux fourneaux : la jeune femme avait fait ses achats chez un traiteur réputé et il n’y avait plus qu’à réchauffer certains plats.

En début de soirée, le jeune homme eut un peu de mal avec le string. Habitué à porter des boxers, il se sentait gêné par la ficelle qui lui rentrait dans les fesses ; il avait beau tirer dessus, elle reprenait, irrémédiablement, sa place initiale. Finalement, petit à petit, il avait fini par s’y accoutumer, allant même jusqu’à oublier sa présence.

En revanche, évoluer en bas de soie et minijupe, lui procurait des sensations nouvelles qui ne lui déplaisaient pas du tout ; il se surpris même à penser qu’il était dommage que ce genre de vêtements soient réservés aux femmes, alors que ces dernières pouvaient porter des pantalons sans que cela ne choque personne.

Chloé, dans un premier temps un peu intimidé, à la grande surprise de Sandrine, avait fini, grisée par le vin, par se laisser aller au jeu. Alors qu’Eric venait pour débarrasser la table des couverts devenus inutiles, posa une main sur la cuisse du jeune homme, s’extasiant de la beauté de ses jambes.

Malgré un sursaut de surprise, le jeune homme ne broncha pas lorsque la main monta un peu plus haut, glissant sous la jupe ; elle s’attarda un moment sur l’une de ses fesses, la malaxant, la caressant, puis les doigts vinrent flirter tout près de l’endroit tant convoité par Chloé ; il ne put se retenir d’écarter un peu les jambes pour faciliter le passage.

Chloé lui adressa un petit sourire complice, puis elle retira sa main, laissant Eric terminer de lever la table.

Sandrine avait observé la scène sans dire un mot, à la fois un peu amusé et beaucoup troublée ; sa gorge était nouée par l’excitation qui ne l’avait pas quitté depuis l’arrivée d’Eric, excitation de plus en plus forte à mesure que la soirée s’approchait du grand final. Elle regarda le jeune homme s’éloigner se disant, pour la toute première fois, que cela serait peut-être bon de sodomiser un homme. Elle secoua la tête, comme pour l’aider à revenir à la réalité du moment et se retourna vers Chloé.

- Es-tu prête pour le dessert ? lui demanda-t-elle.

- Plutôt deux fois qu’une ! répondit Chloé, les yeux brillants de désir.

- Alors, ne bouge surtout pas ; je reviens tout de suite.

Sandrine se leva et, un sourire en coin, fila dans la cuisine où l’attendait Eric.

Le jeune homme avait déjà sorti le gâteau au chocolat et terminait d’installer les bougies ; il devait se charger de la porter à table, tandis que Sandrine s’occupait d’amener le paquet cadeau. Cette dernière lui rappela, une dernière fois, les consignes pour la suite : une fois qu’il avait posé le gâteau sur la table, il devait aller dans la chambre à coucher et y rester jusqu’à nouvel ordre.

Sandrine et Eric reparurent ensemble dans le salon, entonnant un « Joyeux anniversaire » bourré de fausses notes. Mais, comme on le dit si bien, seul compte l’intention.

Chloé souffla les quarante bougies en une seule fois et déposa un baiser sur la joue de son amie pour la remercier.

- Maintenant, fit Sandrine, voici ton cadeau !

Excité comme une puce, Chloé arracha la ficelle coloré, déchiqueta le papier et ne put retenir un cri de stupéfaction en découvrant ce qu’il se cachait dans le carton. Bien sûr, elle s’attendait à recevoir un gode ceinture, le thème de la soirée étant porté exclusivement sur son vieux fantasme, mais c’était la première fois qu’elle voyait un objet pareil.

- On appelle ça un gode ceinture double, expliqua Sandrine, fière d’apprendre quelque chose à son amie. Le gode le plus recourbé vient se placer dans le vagin ; il parait que cela augmente le plaisir lorsque tu pénètres quelqu’un et quelque soit l’endroit que tu pénètres !

- Incroyable, fit Chloé. Tu m’aides à l’installer ?

Sandrine sentit un grand trouble monter en elle, tandis que son amie retirait son jean et sa culotte. Même si elles étaient très proches, il n’y avait jamais eu d’actes intimes entre elles, pas même un simple échange de baiser. Ce soir, elle regardait ce corps, si magnifiquement sculpté, d’une manière toute différente ; sans doute le vin la grisait elle aussi.

- Tu m’aides ? répéta Chloé en lui tendant le gode ceinture.

- Bien sûr.

Chloé portait un parfait où se mélangeait odeurs d’épices et de fruits exotiques ; Sandrine, tout proche de son corps, se sentait de plus en plus enivrée.

Chloé, debout, écarta un peu les jambes afin de faciliter la tâche de son amie. Cette dernière, voulant vérifier l’humidité, posa sa main contre la vulve rasée ; elle put se rendre compte que la lubrification était parfaite. Alors, elle écarta les grandes lèvres, puis, tout doucement, introduisit le faux pénis au plus profond de l’intimité de son amie.

Chloé s’agrippa aux épaules de Sandrine, fermant les yeux, pendant tout le temps tout le temps que dura la pénétration, finissant par pousser un petit gémissement de plaisir ; amusée, Sandrine se mit à faire trois mouvement de va-et-vient et le gémissement se transforma bien vite en râles. Elle décida d’arrêter là et attacha les sangles qui permettaient de maintenir tout l’appareil.

- Voilà, ma belle, tu es prête pour le grand final !

Sans un mot, Chloé prit le visage de son amie entre ses mains, approcha ses lèvres des siennes et les deux femmes échangèrent leur premier baiser.

Chloé glissa une main sous la jupe de Sandrine, découvrit qu’elle ne portait pas de culotte et que son vagin était trempé. D’une force presque bestiale, elle souleva son ami pour la faire s’allonger sur la table, retroussa sa jupe et l’empala avec son nouveau jouet.

Sandrine enroula ses jambes autour du coup de Chloé et ondula aussitôt des hanches, au rythme des coups de boutoirs ; son excitation, si longtemps contenue, était telle, qu’elle sentait déjà arriver la vague jouissive.

Chloé fut agréablement surprise de sentir que la partie enfoncée en elle, bougeait suffisamment, lors de ses va-et-vient, pour lui procurer des sensations de plaisirs. Elle se mit à prendre son amie de plus en plus fort, allant de plus en plus vite ; des picotements firent leur apparitions au creux du ventre ; elle accéléra encore plus ses mouvements, arrachant des hurlements de plaisir à Sandrine.

La vague libératrice arriva quasi en même temps chez les deux femmes devenues, l’espace d’une soirée, deux amantes complices. Elles échangèrent un nouveau baiser, puis, quelque peu chancelante, Sandrine prit son amie par la main pour la conduire dans la chambre où l’attendait Eric.

A suivre… uniquement pour faire durer le plaisir

:bisou:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

C'est pas sympa, de me laisser sur ma faim :bisou:

Une suite :cry2: S'il te plaît :wink:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.