Aller au contenu
Jude23

Pendant la sieste...

Messages recommandés

[align=justify]Nous sommes fin juillet, le thermomètre affiche un pic de chaleur exceptionnel dans le sud de la France où mon petit-ami et moi nous sommes exilés pour une quinzaine de jours, quittant -enfin- la chaleur étouffante de Lille pour profiter du soleil et de la piscine rattachée à la villa parentale de mon partenaire. Je m'entends bien avec mes "beaux-parents" donc je n'ai aucune réticence à partager mes premières semaines de vacances avec eux. La petite routine s'installe: grasses matinées, petits câlins au réveil, bronzette l'après-midi pour moi, sieste pour monsieur. Personnellement, je fais partie de ces personnes incapables de dormir en journée. Je préfère donc m'installer au bord de la piscine afin de dorer un peu ma peau et lire les quelques romans entassés dans ma valise. Parfois, belle-maman me tient compagnie, très rarement beau papa vient se rafraichir le temps d'un plongeon (à plusieurs reprises, je le surprend en train de me reluquer, il faut dire que mon bikini fait mouche à côté du maillot une pièce plutôt quelconque de sa femme, et bien que légèrement mal à l'aise, l'idée de titiller cet homme mûr me provoque un sentiment étrange... étrangement bon) .

Quoiqu'il en soit, ce jour là, mon chéri dort profondément. L'après-midi est déjà bien entamé et je m'ennuie de sa présence, alors je décide d'aller le réveiller... tout en douceur. La chambre se trouve à l'étage de la villa, elle est plongée dans la pénombre mais je distingue sa silhouette par dessus la couverture. Il dort en caleçon, sur le dos -chose rare!- et je m'approche à tâtons tandis que le seul son provient du ventilateur qu'il a du mettre en marche avant de se coucher, la climatisation du rez-de-chaussée n'atteignant -malheureusement!- pas l'étage.

Une fois à genoux sur le lit, je progresse vers lui tel un félin, un petit sourire aux lèvres. Il dort profondément, en silence et je peux voir son torse monter et descendre au gré de sa respiration. Je me penche et dépose un baiser sur ses lèvres. Aucune réaction. Je réitère le même geste au niveau de sa gorge, puis dans son cou, le haut de son torse... Je le couvre de petits baisers jusqu'à le sentir frissonner très légèrement dans son sommeil. Il réagit, mais pas encore suffisamment. Impatientes, mes mains tirent sur la couture de son caleçon et l'abaissent jusqu'à dévoiler son sexe. Il ne bande pas et repose mollement sur sa cuisse. Sans plus attendre, je le prend en main et commence à le malaxer doucement tandis que mon autre main s'occupe de ses testicules, je les fais rouler entre mes doigts, contre ma paume, tout en branlant sa queue qui ne tarde pas à réagir. Je le sens durcir lentement entre mes doigts. Il frémit. Je l'engloutis. Affamée, je l'avale complètement jusqu'à le sentir au fond de ma gorge. Il grogne. Je le retire. Sa main vient se glisser dans mes cheveux, derrière ma tête où il exerce une petite pression comme pour m'inciter à reprendre, m'ordonner de continuer. Il sait que j'aime ça, quand il est autoritaire... Alors je m'exécute, comme une bonne petite esclave. Je viens d'abord téter son gland comme une friandise, je le suce, l'aspire, le gobe. Ma langue titille sa fente et tournoie autour de cet embout de chair luisant de salive. Je lève les yeux, les siens sont clos, son visage exprime tout son plaisir et je l'entends soupirer, grogner, m'implorer, gémir... J'aime l'entendre, deviner son plaisir. Ma main continue de le branler, j'excite la base de sa queue qui se dresse fièrement au dessus de ses couilles désormais, il bande fort entre mes lèvres tandis que je le pompe avec gourmandise. La chambre est désormais recouverte de plusieurs sons, celui du ventilateur bourdonne toujours derrière nous, mes succions humides résonnent légèrement (je les exagère de temps en temps, je sais combien ça l'excite) , ses grognements... Tout cela créé une ambiance de plus en plus excitante et alors que je suis là, à genoux, penchée sur le chibre de mon mec que j'avale goulument, je me sens de plus en plus humide, excitée.

Contre toute attente, il m'interrompt.

- Arrête, attend ! me dit-il.

Intriguée -voir même surprise!- je relève la tête pour le regarder. Son visage trahit immédiatement son état, je connais ces expressions, il en a envie tout autant de moi et je ne peux m'empêcher de sourire en songeant à ce qui m'attend.

- Mets-toi à quatre pattes.

Sa voix est ferme et n'appelle à aucune négociation. Une fois encore, il sait comment s'y prendre avec moi. Je m'exécute à nouveau et me redresse juste assez pour pouvoir lui tourner le dos. En appui sur mes genoux et mes mains, je lui présente mon cul, fièrement dressé vers le ciel. Je porte encore une petite robe d'été au tissus léger et fin par dessus mon bikini blanc, mais aujourd'hui, il n'est pas d'humeur à m'effeuiller. Je ne m'en plains pas, bien au contraire.

Je le sens se rapprocher dans mon dos, il soulève ma robe et la remonte au niveau de mes hanches de façon à dévoiler mon cul seulement recouvert de mon maillot à présent. Il me donne une petite tape, je réagis aussitôt. Il sait combien j'adore ça. Il recommence sur la même fesse, plus fort, et encore une fois jusqu'à laisser une petite trace rouge. Ses deux grandes mains agrippent mes globes et les maltraitent, les écartent, les malaxent, comme s'il les découvrait pour la première fois. Il s'approche encore, cette fois je sens clairement sa queue bander contre moi.

- Tu la veux?

- Oui ! (je soupire, le désir est trop grand)

Il n'a pas besoin de l'entendre une nouvelle fois. D'une main, il écarte le tissu élastique de mon maillot et passe son doigt le long de ma fente comme pour s'assurer que je suis prête. Bien évidemment, je suis déjà bien humide depuis plusieurs minutes. Son doigt continue cependant de m'effleurer, me caresser, avant de se glisser en moi comme dans du beurre. Je soupire, légèrement frustrée, et l'implore de me baiser. Il retire aussitôt son doigt, ses mains écartent mes cuisses d'avantage puis, quelques secondes après, je sens sa superbe colonne de chair se glisser en moi. Jusqu'au fond. Je peux sentir ses couilles contre ma chair tant il est profondément enfoui dans mon antre. Mes doigts se crispent sur la couverture, je me cambre, me couche à moitié (mes seins s'écrasent sur le drap) et lui offre un meilleur angle dont il tire immédiatement profit. Un premier coup de reins, fort et puissant m'arrache un cri. Un autre. Un autre. Ses mains agrippent fermement mes hanches tandis qu'il me pilonne sévèrement. J'aime sa façon de commencer toujours très fort comme pour me montrer qui est le patron. Je crie (à ce moment là je me contrefiche que ses parents m'entendent!) , je soupire , je gémis , le supplie. Ses coups de boutoir restent intenses et puissants, ses mains se posent au bas de mes reins comme pour me maintenir à demi-couchée devant lui, en totale soumission. Il accélère progressivement, je lève les yeux et aperçois notre reflet dans l'écran plat de la télévision. Cette simple vision me rend complètement folle, je me vois à plat ventre pendant que mon homme me prend par l'arrière, je vois son corps, ses bras virils, ses mains qui m'agrippent comme une chose et la puissance qu'il met dans ses coups de reins. Je perds pieds. Je peux déjà sentir les premiers spasmes emprisonner sa queue. Il s'arrête. Je me plains. Ses mains remontent le long de mon dos, emportant ma robe avec elles, puis viennent s'accrocher à mes épaules. Sa puissance m'écrasent presque, mon visage est contre la couverture. Puis il reprend. D'immenses coups de queue bien profonds, bien espacés. Je le sens me transpercer comme une feuille de papier, se retirer très vite, et me reprendre encore plus fort. Il ne m'en faut pas plus de cinq pour jouir. Je jouis très fort, tire sur le drap et sens mes jambes me lâcher sous les tremblements. Il reste en moi, sa queue coincée par mes parois rétrécies. Je gémis longuement, j'en perds mon souffle. Il se couche sur moi, embrasse mon dos, ma nuque, mes épaules, me murmure des tas de choses... Avant de se retirer. Une fois remise de cet orgasme tétanisant, je me retourne sur le dos et lui demande où il veut jouir. Il sourit, j'ai ma réponse. A genoux, il vient me présenter son sexe toujours fièrement dressé et je l'engloutis une nouvelle fois. Je le garde en bouche et le pompe un court moment, il n'a pas besoin de plus... Je le fais jouir sur ma langue, son liquide chaud et crémeux envahit ma gorge, je l'avale et lève les yeux pour voir son visage. J'aime le voir jouir, son visage déformé par le plaisir. Sa main maintient ma nuque pendant qu'il se vide sur ma langue. Il grogne, gémit, jure même... Puis se retire.

Nous sommes restés de longues minutes enlacés sur le lit.

Une sieste qu'il gardera, j'espère, en mémoire pendant de longues années.[/align]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique récit. Intensité et érotisme réunis : j'adore.

Les siestes crapuleuses cela a toujours été mon pêché mignon. Mais je n'ai jamais eu droit à ce genre de réveil !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis bien d'accord ! Magnifiquement bien écrit et quel veinard ton copain :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique récit, très bien écrit et très excitant ! Je me suis senti serré dans mon jean :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Très bien raconté ! .. une sieste telle que j'aimerais en faire plus souvent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:aime2:

Splendide ! Un de mes fantasmes récurrents :aime2::pardon:

Et qui plus est, excellente narration, un vrai plaisir à lire, on s'y croirait :clap:

:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité coolchris

magnifique oui

quel veinard :pardon:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le récit est très bien écrit et très plaisant ! Mais perso moi c'est l'avatar qui m'a le plus scotché !!!

Trop classe ! :pardon:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité yannicklehouf

J'ai adoré ton récit! J'aurais aimé être à la place de ton mec :pardon:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce recit,

J'adore aussi le reveille le samedi ou dimanche matin, je me glisse dans son dos seins nues et je glisse une main sur son sexe.

Parfois on se reveille et c'est lui qui a la main sur le sien

Ton récit est très existant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres beau récit.

On sent toute votre complicité et l'érotisme qui s'en dégage... Je suis tout émoustillé!

Au plaisir de te relire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité David rugit

superbe plume Jude,

tu écris très bien, c'est très excitant et si facile de t'imaginer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.