Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

kaisers84

Une amie tant désirée!

Recommended Posts

J'avais 18 ans lorsque cette histoire m'arriva et je vais vous la conter aujourd'hui.

J'étais à la fac, et j'avais fait de nombreuses rencontres féminines au court de l'année, notemment une fille qui me plaisait beaucoup et qui se nommait Marie. Nous nous entendions bien, mais notre relation n'étais jamais allé au delà de la simple amitié. Je la voyais tous les jours. Elle était belle, avec sa chevelure sombre, la profondeur de ses yeux vert-pur, son corps fin et délicat qu'une timide poitrine ne manquait pas à charmer.

Quand elle mettait ses lunettes pour lire, et je ne le cache pas, un sentiment naissait en moi, un désir inflexible et je devais souvent cacher la bosse qui durcissait alors sous mon pantalon. S'il lui arriver de me fixer dans les yeux plus de quelques seconde, cela ne manquait pas de me faire tressaillir et regardant discrettement sa bouche humide, recouverte d'un glosse léger, je m'imaginais l'embrassant sauvagement! Me laisser aller à de telles pensées en sa compagnie était un autre facteur de désir, car je l'imaginait capable de lire dans ma tête.

Un jour elle m'annonça qu'elle cherchait un binome pour parler des cours, qu'elle ne comprenait pas toujours. Je m'empressais d'accepter. La simple idée de me retrouver seul avec elle, près d'elle, était trop tentente pour ne pas être saisie. Ainsi le soir même, nous nous retrouvions devant chez elle. Marie était vêtus d'un petit haut vert ainsi que d'un jean moitier blanc et plutôt moulant. Je remarquais qu'elle s'était légèrement maquillée. Elle me proposa d'aller nous promener dans la montagne, car elle connaissait un endroit paisible pour parler tranquillement.

Nous y allâme donc. Sur le chemin je ne pouvais m'empêcher de lui lancer quelques regards discret, qu'elle interceptait parfois par un sourire. Je voyais ses belles jambes se mouvoir, ses longs bras se balançant, ainsi que ses doigt fins serré comme déterminé. Nous nous instalâmes sur l'herbe et le couvert d'arbre semblait réellement nous couper du monde. Elle me regarda alors droit dans les yeux avec une détermination incroyable qui me cloua sur place. Cela dura pendant cinq bonne seconde et je ressentis un frisson me trahir. Mes jambes et mes mains tremblaient. Voulait-elle vraiment? Maintenant?

-Tu sais, fit Marie, je trouve le court sur frankeistein passionnant!

-Ah... Euh... oui il l'est. Je ne vous cache pas ma désillusion!

-C'est tellement fascinant de voir comment un homme sans père se trouve balloté entre désespoir et rage.

-Oui, plutôt.

-J'aime bien Marie Shelley, elle était très en avance sur son temps.

-Moi aussi... Je penses pareil.

-J'aime bien me retrouver seul avec un garçon.

A ces mot je la contemplai interloqué. Elle se rapprocha de moi, lentement. Je sentis bientôt sa respiration chaude contre mon visage, elle pénétra dans ma bouche et me transperça! J'étais comme pétrifié.

-J'aime les garçons comme toi, tendre et timide. Continua-t-elle. Et j'aime me rapprocher d'eux pour les contempler.

Ses grands yeux verts semblaient lire en moi, et le sourire qu'elle arbora, avec ses lèvres humides, me procura les prémices du désir. Lentement, une bosse se forma sur mon pantalon, elle se dressa de plus en plus dure.

-Je veux un sex-friends, annonça-t-elle alors, et c'est toi que j'ai choisis.

Puis, baissant le regard, Marie ne tarda pas percevoir ma belle bosse et commença à en approcher la main tout doucement. Avec une dextérité impressionnante elle me défit la ceinture et laissa mon pantalon glisser.

-Je n'ai jamais put faire de gâterie à un homme et j'aimerais essayer. Je peux?

-Ou..Oui, vas y.

Elle se mis à quatre pattes et passa la main dans mon pantalon. Elle la fit glisser sur mon caleçon, me touchant la verge, puis elle descendit et me caressa les testicules. Sa tête se rapprocha de mon falus que je venais de sortir à l'air libre. J'eus l'impression qu'il allait exploser tant le désir le brûlait! Il n'avait jamais été aussi droit! Marie me regarda une dernière fois, les joues rouges, puis commença à me lécher le gland doucement du bout de la langue. Elle savait y faire!

-Les filles aiment les sucettes, fit elle avant de gober mon mat.

Elle commença alors des vas et viens qui me procurèrent un bonheur intense! Marie, mon amie. La jolie Marie avec ses lunettes était en train de me faire une gâterie! Je ne rêvais pas! Je sentais ses lèvres glisser sur la peau de mon pénis. Sa bouche étroite, chaude et humide en train d'engloutir mon sexe! Quand elle sentit que j'étais sur le point de jouir elle se retira, et me sourit.

Avec sa main elle saisit la mienne, se redressa un peu, et la dirigea vers ses seins qu'elle me laissa caresser. Elle la fit ensuite descendre petit à petit droit vers son sexe et la laissa pénétrer dans son jean très serré. Un soupir de plaisir s'échappa de sa bouche, elle ferma momentanément les yeux pour apprécier le geste. Défaisant le bouton de son pantalon, elle l'enleva et me laissa contempler son string rose et mouillé. Ensuite mon amie enleva lentement son haut. Ses seins pas aussi timide qu'il y paraissait, pointaient vers le haut comme deux fruit avide de pêchers et sa peau légèrement halé et couverte de jolies grains de beauté invitaient à l'acte.

-Je te veux!

Elle me plaqua soudain contre le sol et, déterminé, commença à m'embrasser langoureusement. Fléchissant, je me laissait allé, je n'étais pas contre! Ses jolie cuisses glissaient contre les miennes, ses seins recouvraient mon coeur qui battait la chamade, elle respirait aussi fort que moi. Elle se redressa puis, après avoir écarté les cuisses, ajusta son sexe sur le mien et se laissa tomber. Sa chatte engloutis mon pénis et nous poussâmes deux soupir de joie! Entamant des vas et vient splendide, elle me monta comme un cheval, ses fesses bien ferme rebondissant sur mes testicules. La cadence augmenta, augmenta, et mon coeur s'emballa! Je ne faisais qu'un avec Marie! C'était si bon et intense! Ses cuisse glissant autour de moi, ses seins bougeant en rythme, la sensation humide de sa chatte sur mon mat durement tendu! Elle se mit à pousser des cris faible qui se transformèrent en extases. Les yeux plissé elle ouvrait la bouche en grand! Je me sentis venir, petit à petit, mes semence ne demandaient qu'à éclater au grand jour! Elle le compris et s'arrêta.

-Comme nous ne nous sommes pas protégé je ne vais pas te laisser éjaculer dans ma chatte! Je n'ai jamais pratiqué d'éjection faciale, mais ça pourrait être intéressant!

C'était inespéré, j'imaginai déjà sa gueule d'ange recouverte de mon sperme! Elle s'enleva, s'agenouilla et de ses long doigts me saisit le pénis. Elle ouvrit la bouche, tendit le menton et commença à m'astiquer doucement. Elle avait les main si blanche! Je me sentit venir peu à peu... Et le jet gicla enfin. Momentanément je me sentis partir loin, mon coeur se stoppant net. Je criai alors le nom de ma jolie amie: Marie!! Puis le plaisir retomba, mais mon coeur ne pouvait plus s'arrêter tant l'aventure avait été torride.

Je vis bientôt que Marie était en train de se lécher les lèvres, elle souriait toujours.

-J'aime boire les garçons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest TomVodoo

J'aime beaucoup l'écriture :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, c'est la première fois que j'écrivais une tel histoire, je ne suis pas encore habitué, je reviendrais surement en poster d'autre!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest TomVodoo

Je t'y encourage :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

:content: :P Magnifique narration :P:P , j'en redemande :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.