Aller au contenu
AsMoth

Mél et Max dans la buanderie

Messages recommandés

Mél est là, dans la buanderie. Max, ayant eu la même idée qu’elle, l’avait suivie à quelques dizaines de secondes près, sans s’en rendre compte. Il y avait en effet une machine de linge à pendre et Mél avait été plus prompte.

Lorsque Max déboula dans la buanderie, Mél était là. Il était tôt pour cette journée de vacances, peut-être neuf heure et demie.

Mél était là, en sous-vêtements, devant lui. Surpris de sa présence, Max était resté dans la pénombre du couloir. Mél ne pouvait donc deviner sa présence. Aussitôt, le cœur de Max se mit à battre à la chamade. Mél était en sous-vêtements, mais pas n’importe lesquels : elle portait l’un de ses strings « ficelle » : cette simple cordelette de quelques millimètres d’épaisseur qui ne cachait rien aux formes et aux charmes de la propriétaire qui était de fait fraîchement dévêtue. Un électrochoc en si bon matin pour Max qui sentit aussitôt son sexe épais gonfler et se dresser dans son caleçon ample. Mél se présentait de profil face à lui, et cette cordelette lui servant de petite culotte ne faisait que mettre plus en valeur la féminité de ses hanches et la courbure de ses fesses. Pour clôturer le tout, Mél portait l’un de ses soutifs qui galbaient diaboliquement sa poitrine déjà généreuse.

La machine étant terminée, Max vit Mél ouvrir le hublot de la machine à laver et se pencher en avant pour en saisir le linge. Elle lui présenta malgré lui son décolleté on ne peut plus généreux, provoquant. Face à ce trésor, Max ne put s’empêcher de porter sa main à son membre et de le pétrir par-dessus son caleçon.

Mél était si belle, son corps était si bien mis en valeur dans cette luminosité divine qui transparaissait par la fenêtre…

Mél avait vidé la première moitié de la machine, et devait maintenant s’attaquer à la seconde. Pour se faire, Mél se déplaça et présentant son joli à Max, elle se pencha en avant pour se saisir de ses effets. Offerte malgré elle, Mél présenta son cul de rêve à Max qui en resta bouche bée. Il vit la ficelle noire, si fine se tendre entre les fesses lisses, parfaites et rebondies de Mél, alors que ce string pressait et moulait les lèvres charnues de la belle entre ses cuisses.

Voyant Mél en cette position ô combien excitante, Max ne put se retenir de lâcher un « oh ! » de stupéfaction. Ayant craint un instant être surpris, il attendit à peine la seconde qui suivit pour ouvrir enfin son peignoir au niveau de son entrejambes pour se saisir enfin de son membre épais qui demeurait tendu en direction de la jolie Mél. Celle-ci restait penchée en avant, son joli cul et sa chatte offerts aux yeux et à la queue de Max qui se mit à pétrir cette dernière à pleine main tant le spectacle offerte par Mél, malgré elle, était on ne peut plus excitant. Max sentit son gland humide se décalotter presque avec difficulté, tant il avait le membre gonflé et raid d’excitation. Voyant Mél si généreusement offerte, il était si facile pour lui de s’imaginer ses mains posées sur son joli cul, avec sa grosse queue lui remplissant sa jolie fente. Son string était en nylon transparent, si bien que même de son poste d’observation, il pouvait voir les lèvres parfaitement lisses et gonflées de la belle chatte de Mél, qui offrait ses charmes les plus intimes à son insu. La queue de Max se mit à chuinter de mouille tant il imaginait prendre délicatement Mél en levrette. Il imaginait sa belle queue glisser dans la raie culière de cette dernière, avant d’enfourner celle-ci dans sa petite chatte qu’il imaginait chaude, étroite et bien humide. Mél serait aux anges à sentir ce dard puissant entrer et glisser en elle… se dit Max qui n’avait plus qu’une envie : celle de baiser Mél !

Mél avait maintenant vidé la machine. Elle commença comme un fait exprès par l’un des caleçons de Max qu’elle plia soigneusement.

Max s’imaginait que peut-être Mél se demandait combien la queue et les boules de Max remplissaient ce morceau de coton… La façon délicate qu’elle avait de plier le tissu laissait imaginer Max qu’elle lui prodiguait des caresses de désir.

Cela en était trop. Tapi dans l’ombre, Max voulait aller vers la lumière, profiter de ce moment unique pour sentir son cœur battre jusque dans le bout de sa queue qui déjà réclamait caresses et soulagement.

Aussi une idée simple mais osée fit irruption dans sa tête : plutôt que rester là, pourquoi ne pas s’approcher de Mél et lui proposer ses services ?

* * *

C’est ainsi que Max fit irruption dans la buanderie, faisant comme si de rien n’était, mis à part la bosse énorme qui tendait ton peignoir…

- Oh ! Salut Mél ! ça va ?

- Bonjour Max.

- Tu as bien dormi ?

- Oui oui…

Mél, comme à son habitude, demeurait peu bavarde en si bon matin. Max resta prostré à côté d’elle et commença à lui faire la discussion. Comme prévu dans la tête de Max, Mél ne tarda pas à remarquer la belle bosse de chair dure et virile qui se tendait entre les cuisses de celui-ci. Il vit en effet le regard de Mél s’y attarder de longues secondes, alors que celle-ci pliait un linge tout en même temps.

Max quant à lui se rinçait les yeux sans gêne aucune, alors que cela semblait mettre Mél quelque peu mal à l’aise, ne croyant certainement pas croiser Max en si bon matin.

Mél, dans sa tête, ne savait plus trop quoi penser… Max était le mec de sa mère, mais il n’était pas si vieux que ça. Elle était majeure, et elle devait s’avouer qu’il ne la laissait pas indifférente du tout. De ce fait, le savoir en érection totale juste à côté d’elle commençait à faire battre son cœur assez fort, d’autant qu’elle se sentait complètement démunie, étant si peu vêtue. Elle savait que le bel italien reluquait les moindres formes de son corps adolescent, et que ce bel étalon bandait bel et bien pour elle.

Max de son côté, sentait son gland trempé de mouille et à moitié décalotter frotter délicieusement contre son peignoir qui menaçait de céder et de s’ouvrir sous la pression exercée par son sexe dur et viril.

La pression dans les corps, dans les cœurs et dans les têtes ne fit qu’augmenter lorsque Max décida de passer au cran au-dessus. Il s’approcha de Mél, lentement, pas à pas, sentant à chacun d’eux la respiration de Mél tressaillir…

- Attends, je vais t’aider…

- Ah, merci ! C’est gentil !

- Tu t’es levée tôt ce matin dis-donc !

- Oui… je dois aller courir avec Julie après. Et comme maman est partie faire les courses, elle m’a chargé de m’occuper de vider la machine.

- Elle m’a dit la même chose figure-toi !

Mél était visiblement très perturbée d’avoir Max en érection totale juste à côté d’elle. Max, en prédateur de femmes, sentait la faiblesse chez Mél, qui devenait aussitôt sa proie.

Une épaisse serviette de bain demeurait chiffonnée à gauche de Mél. Max se tenait à la droite de celle-ci. Il s’approcha alors d’elle jusqu’à ce que son gland gonflé à bloc d’excitation vienne heurter la cuisse de Mél. Sentant le bout de ce membre épais glisser contre sa cuisse nue, celle-ci hoqueta.

- Oups, pardon ! se contenta de répondre Max, qui ne fit que mettre Mél plus mal à l’aise encore.

Mél sentait en effet une chaleur étrange monter en elle. Celle de la honte ? Non ! Celle de la peur ? Peut-être… Celle du désir : probable ! Ce contact l’avait littéralement électrisée. Elle avait senti toute la dureté et la chaleur du sexe de Max qui, tendu juste à côté d’elle, ne réclamait plus qu’attention.

...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

parfait Asmoth... Je suis déjà bouillant à l'idée de lire la suite!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Max, plus chaud que jamais, s’éloigna un instant de Mél pour aller chercher dans le meuble situé derrière eux un bac à linge. Il en profita pour se retourner et mater enfin de face le cul diaboliquement parfait de Mél, qui se doutait de tout mais se contentait de plier inlassablement le linge encore chaud. Max, pour la première fois, voyait le cul dénudé à 99% de Mél. Une perfection. Lisse, ferme, rebondi. Face à tel offrande, comment résister ? Max posa silencieusement le bas à linge et saisit son manche épais pour enfin se masturber en reluquant cette beauté de cul. Son sexe ne tarda pas à être bruyant tant son bout était trempé de mouille. Sa grosse queue se mit à chuinter dans la pièce maintenant silencieuse. Max avait la queue plus raide et gonflée que jamais, et son gland était au bord de l’implosion tant il sentait celui-ci fondre lorsque la peau de son sexe coulissait délicieusement dessus. Gros, dur, puissant… Max se paluchait dan le dos de Mél, à deux mètres d’elle tout au plus. L’interdit, la beauté parfaite de son corps… tout l’enivrait.

Mél entendait quant à elle ce bruit bien typique d’une queue bien dure et humide. Elle savait très bien que ce que son « beau-père » était en train de faire sans son dos. Elle ne put que croiser les jambes, debout face à son plan de travail, pour sentir et constater à quel point tout cela l’excitait. Oui, elle devait se l’avouer : elle avait envie de sa queue. Elle l’imaginait longue et dure… parfait pour rassasier sa belle petite chatte qui n’avait pas accueillie de bonne bite d’homme depuis un petit moment. Elle désirait Max en cachette depuis plusieurs mois déjà, jouant de lui par ses charmes, parfois même sans s’en rendre compte. Oui, elle avait envie de sentir son membre viril entre ses fesses. Elle désirait plus que tout le sentir contre elle, la prendre dans ses bras musclés, avec son sexe tendu dans sa raie culière, prêt à lui remplir l’entrejambes.

Max sentait ses boules remplies et lourdes de sperme tanguer au rythme de ses caresses. Il voulait sentir à nouveau Mél contre son dard. Aussi, il s’approcha… son sexe ressortant de son peignoir cette fois-ci. Et là, passant son bras sur la gauche de Mél, il se saisit d’un dernier linge lors qu’au même moment le bout de son sexe vint heurter une zone toute proche de la petite rondelle de Mél, avant d’être retenu par la rondeur de sa fesse droite, qui enfin sentit ce sexe glisser contre elle.

Mél était dans tous ses états et n’osait de retourner. Elle le savait : si elle le faisait, elle ne pourrait feindre de constater l’état d’excitation avancé de Max ; et dans un échange de regards électrique, Max lui sauterait dessus.

Max, sentait que son gland allait exploser d’une seconde à l’autre, tant la pulsion du désir qui bouillait en lui faisait battre son cœur et ses tempes. Max atteignait ses limites, pour ne pas dire celle du genre humain dans sa bienséance moderne. Dans d’autres lieux, dans d’autres époques ou autres circonstances, cela ferait bien longtemps que Mél aurait accueilli le membre épais et tendu de Max en elle.

Et là, contre toute surprise…

- Max, tu peux prendre ma petite culotte que j’ai laissée là et la mettre dans le panier ?

Celle-ci était juste à côté d’elle, à sa gauche.

Plus qu’une demande, une promesse… Max le comprit.

Il approcha son sexe de la raie culière de Mél, qui se mit soudain à cambrer son bassin, à arrondir ses fesses. Max sentit aussitôt sa grosse queue glisser telle une rampe dans la raie de Mél, accueillie à la verticale.

Cette caresse ne dura qu’un court instant. Mél se redressa ensuite. Max mouillait tellement que des traces luisantes ornaient les fesses de Mél. Il allait jouir. Il n’en pouvait plus, tant émotionnellement que physiquement. Max était à deux doigts de poser ses mains sur ses hanches, mais de la même façon, il se ravisa aussitôt. Un tel contact engendrerait des suites qui seraient synonymes de non-retour.

Alors, de sa vivacité d’esprit habituelle, Max tenta d’aller plus loin dans la découverte des charmes de Mél, et décida de profiter de la vue de sa jolie chatte tel qu’il en avait bénéficié tout à l’heure :

- Tu es sure qu’il n’y a plus rien dans la machine ? demanda-t-il, alors qu’il se mit accroupi aux pieds de Mél. Il eut dès lors une vue parfaite sur sa chatte… à moins de cinquante centimètres ! Au oui ! une belle chatte lisse, parfaitement rasée, aux lèvres rebondies.

Mél devina la présence de Max juste à côté d’elle, à ses pieds, lorsqu’elle sentit soudain la main chaude de celui-ci agripper sa cuisse. Elle en hoqueta de surprise. Ca y est, il allait lui sauter dessus !

- C’est bon ! Y’a plus rien !

Le con ! Quel coquin ! Il venait de prendre appui sur elle, alors qu’elle avait le corps et la chatte en furie ! Ce petit salaud avait très certainement jeté un œil à son entrejambes au passage… Pourvu qu’il n’ait pas vu que je mouille comme une petite chatte en chaleur osa-t-elle penser…

Max s’était relevé. Il avait la queue dressée entre les cuisses, droite comme un ‘i’ vers le cul de Mél… qui trouva comment profiter de la situation sans engager les choses pour autant…

Ainsi, feignant secouer une serviette, elle fit exprès de lâcher celle-ci et de la faire tomber derrière elle… l’obligeant à se retourner… et donc à prendre Max en flagrant délit de queue à l’air. Elle en était certaine.

Sans crier gare, voilà que le linge toucha le sol ; que Mél pivota sur elle-même et vit Max sa grosse queue dans une main, alors que l’autre s’empressait de fermer son peignoir.

Oups !

Max vit alors Mél se pencher en avant pour ramasser le linge tombé à terre… lui offrant sa poitrine généreusement mise en valeur dans son soutif très galbant. Mél se redressa. Max était pétrifié. Il vit la face avant de la chatte de Mél qui s’offrait dans la transparence de son string : des lèvres parfaitement lisses avec un joli clito bien gonflé fendant son fruit d’amour. Mél se mit à secouer le linge pour en évacuer toutes les poussières, si bien que ses seins sortirent à moitié de son soutien-gorge.

Max en vit les mamelons et les pointes. Mél, le voyant hypnotisé dessus, prit le contrôle de la situation contre toute attente :

- Oups… Oh oui. Il est trop petit ce soutif !

Elle ne trouva rien de mieux à faire que de le retrousser, dénudant ainsi ses jolis seins aux pointes durcies par l’excitation et le désir, avant de rajouter…

- y’a pas que chez moi qu’il y a des choses qui dépassent !

Coup d’œil en direction de l’entrejambes de Max :

Sa queue toute entière était sortie de son peignoir.

La respiration de Mél peina à être contenue par elle lorsque Mél se mit à rougir. Même dans ses plus coquins fantasmes, elle n’avait imaginé que Max avait une aussi belle queue. Elle se retourna aussitôt, non rouge de honte, ni de gêne, mais assurément d’un désir profond qui lui électrisait désormais le bas ventre. Elle le voulait en elle.

Max rangea son sexe dans son peignoir, alors qu’il sentait qu’il allait exploser. Mél prit le bac à linge et alla pour quitter la pièce, suivie par Max qui ne savait plus où il était. Et là, sur le pas de la porte, Mél s’arrêta. Max la suivant de près, son sexe heurta le cul de Mél qui ne bougea pas. Un ultime contact, faisant effet de détonateur.

Alors que Mél prenait l’escalier, Max se mit à se vider les couilles sur place, éjaculant dans son peignoir afin d’éviter d’en mettre partout.

La petite garce se dit-il… Tu ne l’emporteras pas au paradis !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

mhhhhh, magnifique jeu du chat et de la souris... Il y aura t'il une suite???mhhhhh, magnifique jeu du chat et de la souris... Il y aura t'il une suite???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans une situation dite "normale" j'aurais tendance a dire que oui... Mais il y a des contextes bien specifiques dans lesquels l'interdit se confronte a la pulsion animale enfouie en chacun de nous ; une pulsion qui met tous les sens en eveil, le coeur battant. Le chaos reigne dans l'esprit, torturé entre desir pulsionnel et bien-seance alors que le corps bout au même moment de tous ses sens, comme si il etait pousse a ses propres limites, prêt a exploser.

Toutes les dimensions du corps et de l'ame se revelent et se conjuguent en même temps, sublimant notre humanite dans ses plus bas instincts... Un 'Entremonde' dans lesquels enfer et paradis se confondent et s'entrechoquent...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.