Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

AsMoth

Essayage d'une nuisette, délicieux guet-apens entre ami(e)s

Recommended Posts

Qu'il est merveilleux d'être le meilleur ami d'une coquine ! Géraldine avait en effet invité son amie Mélanie à passer quelques semaines chez nous. Amies depuis toujours, elles se partageaient leurs moindres secrets, notamment intimes. Gégé avait 20 ans et Mélanie était de deux ans à peine sa cadette. Un âge auquel la dimension du sexe prend toute son ampleur...

Il faisait beau, il faisait chaud. En cette fin de journée, le soleil irradiait la chambre de Géraldine. Les deux acolytes s'étaient promises une soirée endiablée. Aussi, Géraldine avait prévu de briefer son amie sur l'ambiance de la boîte de nuit où elles s'apprêtaient à aller le soir même, avec pour consigne de "serrer un mec".

Mélanie était toute gênée des propos de Gégé. Non pas qu'elle en soit offusquée, mais plutôt parce que Géraldine les proférait en ma présence, celle d'un homme.

- Tu vas voir Mél, ils sont tous plus beaux et plus chauds les uns que les autres ! On va s'éclater !

- Tu crois ? demande Mél, un tantinet gênée...

- Mais oui ! Par contre, il faut que tu assures ! Heureusement Thomas est là pour nous conseiller dans le choix des vêtements !

Ce que ne savait pas Mél était que Gégé et moi nous étions d'ores-et-déjà concertés pour exciter et faire craquer Mél. Géraldine m'avait avoué sa bisexualité, et la vertu encore un peu innocente de son amie, plus réservée qu'elle sur le sujet du sexe, l'excitait plus que tout. En clair, elle voulait se la faire le soir-même.

- Regarde Mél, je t'ai sorti cette petite nuisette... Aller, essaye-là !

- Quoi ? Là ? Maintenant ?

- Ben oui !

- Mais...

- Mais quoi ?

- Ben... répond Mélanie, quelque peu gênée par ma présence.

- Ah ? Thomas ?! Mais laisse tomber ! Fais pas ta prude. C'est ok t'inquiète, et il en a vu d'autre des paires de nichons !

Mélanie portait en effet une nuisette en coton jaune. Elle n'avait rien en dessous, si ce n'est une petite culotte.

- Aller ! Enfile-la ! insista Gégé qui était assise sur le lit, alors que Mélanie debout, prise au piège, acquiesça :

- Bon, ben... si ça ne dérange personne...

Je la vis alors croiser les bras, et se saisissant de sa nuisette, elle s'en défit devant mes yeux. Je vis sa petite culotte assortie à sa nuisette, puis son ventre érotiquement plat... et enfin ses jolis seins dont les pointes dardaient déjà d'excitation à s'offrir ainsi, dénudés, à une fille et un homme qui n'avaient d'yeux que pour elle.

La belle était très gênée et tournait la tête par pudeur. Secrètement, Gégé et moi jubilions ! Je vis Gégé rougir des pommettes, alors que moi, j'avais le regard épris par le galbe parfait des seins de Mélanie. Ils semblaient si fermes... Mélanie se saisit de la nuisette noire que Géraldine lui avait posée sur le lit.

Et là, Gégé me scia dans son audace...

- Hé attends ! Tu peux pas mettre cette nuisette noire ultra-moulante et transparente avec ta culotte de mémée en dessous ! ça va faire moche !

- Hein ? Quoi ?!

- Avec une nuisette pareille, il faut que tu sois à poil !

- ... Mél était en train de comprendre en direct où Gégé voulait en venir.

- Aller... C'est bon, on est entre filles ! Ou presque ! Fais pas attention à lui ! Il en a vu plein de minous !

- Quoi ? Tu veux que j'enlève ma culotte ?

- Ben oui ! Sinon, comment veux-tu qu'on te dise si la nuisette te va ou non ?

- Ché pas...

- Mél...

- Je n'ai pas l'habitude de me mettre toute nue devant du monde...

- Ah bon... et aux vestiaires de ton tennis...

- Oui... mais...

- Aller ! Arrête de faire ta prude ! T’as plus huit ans !!

Là, la magie du savoir-faire de Gégé opéra : Mélanie, souriante, gênée, passa ses pouces entre sa petite culotte et la peau suave de son bas ventre...

- T'es sûre ? demanda-t-elle.

- Alleeeer !

Un dernier rire de nervosité...

- Ok ! Intervins-je, alors que je compris que Mél allait le faire. Je vais derrière. Je ne suis pas là !

Je feignis de quitter la chambre, passant juste à côté de Mél. J'étais en boxer, j'étais pris d'une demie gaule. Ses yeux se posèrent sur ma bosse dessinée par mon sexe. Aussitôt que je fus en dehors de son champ de vision, à un mètre à peine dans son dos, je m'arrêtai et me retournai. Je voulais avant tout voir son joli cul de rêve qui me faisait tant fantasmer. Mél tenait son boxer en coton jaune à pois roses. Celui-ci laissait apparaître la moitié de ses jolies fesses. Sans doute me crut-elle parti lorsqu'elle tira dessus par le bas, et se penchant en avant, elle me présenta son joli cul et sa chatte de rêve dont les lèvres semblaient gonflées de désir à la jonction de ses cuisses. Une belle chatte lisse dont la vue m'arrêta le coeur sur place. Gégé me jeta un oeil avant de ricaner avec Mélanie alors que celle-ci finissait de se débarasser de sa petite culotte qu'elle jeta ensuite sur une chaise.

C'est à ce moment là que je revis mon apparition.

- Hummm... Tu te rases la minette complètement ! T'es plus une gamine alors !

- ... pas de réponse de l'intéressée, alors que celle-ci allait pour s'emparer de la fameuse nuisette, laissée sur le lit.

- Ca y est ? demandai-je, alors que je repassai à côté d'elle.

Mélanie était complètement nue, au milieu de nous deux. Comme si le plus dur était de se mettre à l'eau, Mélanie, maintenant immergée, semblait souffrir de moi de mal aise.

Reprenant ma place auprès de mon acolyte Géraldine, nous nous mîmes à mater sans concession le corps complètement nu de Mélanie, dont les seins dardaient maintenant très fort. La vue de son corps nu commença à me faire darder moi aussi très sérieusement. Sa jolie chatte ne disposait d'aucun poil : lisse comme le reste de son corps.

Mélanie enfila la nuisette et s'empressa tout de même de laisser là un string que Gégé lui avait sélectionné pour aller avec, tant cette tenue de femme fatale était totalement transparente.

- Tu vas voir, avec ça, tu vas faire bander comme jamais le mec que tu auras choisi !

- Oui... C'est plutôt sexy ! dit Mélanie quelque peu satisfaite du résultat.

Cette dernière devait se sentir belle, mais pour autant tournait la tête, n'osant affronter nos regards qui dévoraient son corps, tels des vampire assoiffés.

- Bon, il faut que tu choisisses la paie de chaussures qui va avec !

S'asseyant à-même le sol, Mélanie enfila devan nous une paire de talons aiguilles. Peu à peu, la fille prude se transformait en nymphe, en déesse de sexe, capable de renverser n'importe quel homme. Cuisses ouvertes, elle enfilait ses chaussures, alors que moi, toujours debout, observait la scène. Mélanie ne me regardait pas. Moi, je la dévorais. Je bandais maintenant assez fort dans mon boxer, qui était mon seul apparat.

- Alors, tu te trouves comment ?

- Plutôt bien !

- Plutôt bien ? Tu peux dire sexy !

- Oui... Mélanie était située entre fierté et gêne, mais les manoeuvres de Géraldine prenaient le bon chemin.

- Bon, j'ai quelque chose d'autre pour toi sinon.

- Ah oui ? Quoi ?

- Enlève tout !

- Quoi ?

- Enlève tout ! Je vais te faire essayer un autre truc. Tu vas adorer !

C'est à ce moment là que Mélanie jeta un regard vers moi, partagée entre le fait de se remettre à nouveau à poil devant moi et celui de comprendre les intentions pour le moins nébuleuses de son amie d'enfance.

Pour autant, de par sa personnalité plus marquée, Géraldine obtint ce qu'elle voulait. Mélanie se mit de nouveau à nu devant nous.

- Vas-y, assis-toi sur le lit.

Nouveau coup d'oeil de Mél vers moi. Ses yeux s'abaissèrent au niveau de mon entrejambes, constatant qu'elle me faisait terriblement bander. Ma queue me faisait si mal... Je n'avais qu'une envie : me mettre à nu à mon tour.

Géraldine se mit alors à genoux et s'emparant de bas noirs, elle ne tarda pas à se faufiler entre les cuisses de Mél en vue de les lui enfiler. Mél, surprise, se raidit, se retrouvant soudain à ouvrir les cuisses avec Géraldine lui prenant un pied et levant sa jambe.

Je constatai que Mél n'était pour autant pas si dérangée que cela. Géraldine faisait preuve de sérieux (on aurait presque pu dire de professionnalisme !) emportant ainsi l'amusement de M2l qui semblait s'habituer à ma présence. Ses seins semblaient avoir encore gonflé d'excitation. La vue de ceux-ci me rendait fou. Je ne pouvais voir la chatte de Mél d'où j'étais, mais le simple fait de la savoir complètement nue ou presque devant moi me faisait bander très fort.

Mél se laissait faire par son amie. Elles se mirent à papoter ensemble et à rire. Alors, je m'approchai de Mél, me mettant juste à côté d'elle, juste dans son angle mort. Je bandais fort. Mon boxer retenait mon excitation avec difficulté. Je pris alors la parole à leurs futiles échanges verbaux. Mél tourna la tête vers moi. Ses yeux atterrirent directement sur la bosse dessinée par mon sexe qui ne désirait plus qu'elle, alors que je voyais Géraldine en profiter pour dévorer sa jolie petite chatte des yeux.

Géraldine commença à lui enfiler le second bas. Moi, je n'en pouvais plus. Alors que dans la discussion Mél reluqua à nouveau mon entrejambes, Géraldine le vit et sauta sur l'occasion :

- Regarde ce malheureux ! Tu lui demandes si "ça fait joli" alor qu'il bande comme un âne dans son boxer ! Franchement, t'es plus salope que moi Mél !

- Hé !

- Pauvre homme !

- C'est pas drôle ! Intervins-je... D'ailleurs, vous êtes cools les filles, moi, je veux bien aider, mais je ne veux pas en souffrir ! dis-je alors que j'ôtai mon boxer, me retrouvant moi aussi complètement nu.

Mél tourna alors la tête de nouveau vers moi pour savoir où je voulais en venir. Ses yeux se rivèrent sur mes parties, dont ma belle queue bien gonflé et bien raide qui tanguait entre mes cuisses, pointée vers elle.

- Owh ! fit-elle en voyant mon braquemard tendu vers elle, avant de tourner la tête par pudeur aussitôt.

- Il est bien membré hein ce cochon !

- Euh... répondit Mél

- Aller ! Avoue que tu ne serais pas contre te prendre une bonne queue comme celle-là ce soir !

- Géé !

Alors que Géraldine finissait de lui enfiler le second bas, je voyais les joues de Mél rougir à vue d'oeil. Gégé et moi étions en train de la rendre folle.

Jadis dans son angle mort, j'avais maintenant le bout de ma queue en érection totale dans son champ de vision, tout près de son sein gauche. Je n'avais qu'une envie : sentir mon gland glisser contre celui-ci pour en sentir toute la douceur.

Géraldine léchait la chatte de Mél des yeux, moi, j'étais à deux doigts de lui coller ma queue dans la bouche... Bref, Mél était au centre de toutes nos considérations. La belle devait se sentir prise au piège d'un jeu qui l'excitait malgré elle au plus haut point.

Gégé avait maintenant fini de vêtir Mélanie de ses bas. On discutait presque comme si de rien n'était. La belle Mél tourna la tête vers moi et surtout vers mon sexe qui la suppliait de le prendre en bouche. Moi, j'avais une envie effroyable de péter les plombs et de lui saisir les seins à pleines paumes pour les embrasser.

- Alors, t'en penses quoi ? demanda Gégé à Mél ?

- Oui, c'est sexy !

Gégé lui embrassa le genou alors qu'elle remonta vers elle, glissant sensuellement sur son corps. Là encore, j'hallucinais. Gégé me prenait de court grâce à son culot.

C'est à ce moment là que Mél céda à la tentation : sentant Gégé glisser contre elle, Mél se laissa faire. S'allongeant sur le lit, elle s'abandonna aux attaques sensuelles de Géraldine qui laissa glisser ses mains le long de ses hanches, puis de ses reins, avant de venir lui embrasser le téton droit. Un silence enivrant, envoûtant s'empara de nous. Géraldine se mit à lécher et embrasser les seins de Mél qui se laissa faire. Elles finirent par s'emballer à pleine langue. mél avait les cuisses écartées, jambes fléchies. Je n'en pouvais plus. Témoin de ce magnifique spectacle, je me mis à me masturber à pleine main, marquant ainsi la fin de ma torture.

Géraldine lui caressa de nouveau les seins...

- Tu as de si jolis seins... Tu es hyper excitante tu sais !

- Hummm... Gégé...

- Oui, attends, je reviens dans une minute.

Pour une fois, et sans doute pour me remercier de cet intense travail d'équipe, Gégé me laissa seul avec sa meilleure amie.

J'étais là, à côté de Mélanie, dévorant son corps parfait des yeux. Je me masturbais devant elle. Toute excitée, elle ne tarda pas à en faire autant, portant le bout de ses doigts sur sa jolie petite fente fragile. Je vis aussitôt ses seins se gonfler et se durcir, la pointe de ses seins darder comme jamais, comme si son corps, soumis jusque là à un profond désir, était parcouru d'un frisson intense, projetant ce corps presque innocent au bord de l'explosion. La respiration profonde et non-contenue de Mél se transforma en gémissements sourds. La belle reluquait mon manche épais sur lequel s'activait ma main. La vue de ce corps de jeune femme entrant dans l'âge de la femme m'excitait plus que tout, tant la nudité douce et lisse de son corps contrastait avec ses bas, symbole de la femme accomplie aux pouvoirs de sexe avérés, donnant ainsi à Mélanie tous les charmes les plus sensuels qu'un homme pouvait espérer. Nous nous masturbions tous deux, tant pour soi que pour l'autre. Toute pudeur chez Mélanie avait maintenant disparue. Nous avions tous deux désormais la rage de jouir, plus précisément l'envie de mettre fin à toute cette frustration liée à un désir de sexe retenu depuis déjà bien trop longtemps. La vu de la dextérité de chacun sur nos sexes incandescents ne tarda pas à nos projeter vers les cimes de l’orgasme…

Je crois que nous dûmes jouir ensemble, lorsque mon sperme vint gicler sur son ventre et ses seins avec force, alors que Mélanie accompagnait mes râles en gémissant à son tour, son corps étant pris de violents spasmes électriques de plaisir.

Lorsque Gégé revint dans la chambre, elle ne put se retenir :

- Ah ben d'accord, j'ai compris ! Tiens, essuie-toi avec ça petite coquine ! lui dit-elle en lui lançant une serviette de toilette.

Pour une fois, pas mécontent de moi, j'avais réussi à coiffer Géraldine au poteau... et ce dans un sourire complice et bien entendu...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ce texte est une pure tuerie, super excitant; on a envie d'etre acteur de cette situation ; merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais arrêter de venir ici et de lire ce genre de récit car maintenant j'ai une super gaule dans mon pantalon....

Il va falloir attendre un peu pour qu'elle redescende !!!! :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest LadyRose

Une terrible envie de prendre part à ces réjouissances... :???:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

texte tres bien ecris et excitant de surcroit a en croire le chapiteau entre mes jambes :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.