Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

julien-julien

La lingère

Recommended Posts

J'ai bossé sur un chantier il y a quelques temps et nous restions sur place la nuit, à un hotel f1. Le soir, avec les autres, on faisait le cuire des grillades au barbecue et on descendait quelques bières en bavardant. On avait surtout remarqué le second soir que les lumières s'allumaient et s'éteignaient à intervalle réguliers dans les chambre ou les couloirs du bâtiment de l'hôtel en face de notre petit feu. On savait donc que quelqu'un faisait le ménage quand on était rentrés du boulot. Le soir suivant, on a fait exprès de faire un peu de rafus : P. avait parié que c'était une femme de chambre et qu'elle irait voir à la fenêtre. Moi, j'avoue que l'idée qu'une femme pointe son nez me faisait plutôt plaisir et je participai très volontier à chahut. Cela n'a pas manqué et une fille brune a ouvert la fenêtre avec un grand sourire pour nous demander si nous étions sous l'effet de l'alcool. P. lui dit que le mystère de cette lumière qui s'allume et qui s'éteint nous mettait dans un état bien plus grand et l'invite à partager une bière. A notre grande surprise, elle nous dit qu'elle passera après son service. Sur ce elle nous fait une oeillade et s'en retourne au ménage. Le chahut ne cesse pas et les discussions machos s'éternisent jusqu'à son arrivée. Alors que P. lui fait signe de loin, elle s'approche et sourit même, alors que l'un de nous siffle dans ses dents. P. fait son casanova et frappe le muffle avec un journal roulé et va ensuite au devant de la brune. Il lui fait la bise et se présente, puis nous présentes comme de "simples collègues insignifiants". Elle rit, c'est gagné. Tout le monde bave intérieurement et laisse P. faire le beau. Elle n'est pas non plus du coin, est lingère au f1 et fait des ménages un peu partout en France pour voyager et surtout parce que c'est bien payé, un peu comme pour nous et les chantiers, mis à part l'aspect voyage dont on n'a rien à faire, mais dans l'euphorie, on lui dit que les voyages forment la jeunesse et plein d'autres conneries. On discute un bon moment avec elle, mais à mon grand bonheur j'accroche vraiment bien avec elle et j'ai l'impression de sortir du lot. Assez tard, elle décide de partir. Je lui demande si elle veut que je la raccompagne, sans grande conviction. Elle me répond qu'elle voudrait bien, mais qu'elle a une grosse journée le lendemain. Elle repassera le soir et restera plus longtemps car ensuite elle est en repos. Un peu déçu, je m'attends à ce qu'elle ne revienne pas et les collègues me chambrer. Eux sont persuadés qu'elle est chaude et qu'elle reviendra. Chacun y va de son commentaire sexuel en associant le geste à la parole. Le lendemain au taf, je pense à elle et regrette de n'avoir rien tenté, mais bon. Le soir, on picole un peu en attendant que toutes les lumières des chambres vides s'allument et s'éteignent. Et enfin, on la voit arrivée bien plus maquillée et en tenue plus sexy. Après quelques verres, je m'enhardis et la tiens pour rire par la taille. Ne voyant pas de rétissence, je laisse ma main et commence discrètement à la caresser. P. qui avit remarqué comme un peu tout le monde mon manège, fait de même. Elle passe ses mains sur nos épaules et nous embrasse la joue à tour de rôle avant de sourire de toutes ses dents. Je n'en crois pas mes sens, je n'aurais pas cru vivre ça un jour. C'est un moment surréaliste et excitant au possible. j'en tremble légèrement et un frisson me parcoure l'échine. Un momen j'hésite, puis passe la main sur l'aggraphe de son soutien-gorge pour connaître sa réaction. Elle ne bronche pas et nous taquine même. C'est à cet instant que P. L'entraîne, et moi avec, un peu plus loin et l'embrasse à pleine bouche le premier. Je ne me fais pas prier pour le second tour et commence à pelotter le sein qu'elle a de libre tout en en explorant ses fesses. Pour sa part, elle pose ses mains sous nos t-shirts et détache les boutons de mon jean. Je m'empresse de terminer en baissant mon boxer et lui prennant la main. Sans s'arrêter de nous embrasser, elle caresse mon sexe durci depuis que ma main a rencontré sa hanche et ne tarde pas à faire de même à P. Je suis excité par ce qui arrive et par le fait que nous nous apprêtons sans doutes à le faire à trois. Le fait de la voir me branler me procure du plaisir et le fait de la voir le branler aussi. Je parcours comme je peux son corps et glisse mes doigts dans son string et enfin dans sa chatte. Elle recule alors et cherche dans son sac une boîte de préservatif. Un peu gêné, je m'exécute et m'habille tout comme P. de la capote. Je prends encore l'initiative de la pencher en avant et la prendre en levrette pendant que P. se charge se branler devant son visage pour lui suggérer, sans trop de mal, de le prendre dans sa bouche. Je profite des deux spectacles et la lime comme je peux. Ensuite, elle nous demande de la prendre tous les deux. P. s'installe sur le dos et elle se cale pour qu'il lui baise la chatte. Je viens vers elle et lui lèche le clitoris, la queue au creu de ma main, me masturbant calmement. Je prends mon courage avec moi et caresse de ma main libre les couilles de P. Voyant qu'il ne dit rien, je sors sa bite et la suce avant de la remettre dans la chatte de la lingère. Je ne sais pas ce qui m'a pris et pourtant je l'ai fait naturellement. Ensuite j'ai mis un doigt dans l'anus de la brune en lui lèchant le pourtour, puis je l'ai enculée doucement. Au bout de quelques minutes, la position n'étant pas si confortable qu'en apparence, nous l'avons baisée tour à tour. Après être venu trois fois, non sans quelques pauses "obligatoires", nous l'avons raccompagnée et j'ai dormi avec elle cette nuit-là, ou plutôt l'heure qui me restait à dormir. Les jours qui suivirent, nous avons pls ou moins alterné avec P., mais l'excitation de ce soir là n'était plus vraiment là pour moi. Tout était réuni et surtout l'imprévu qui a été je crois le plus enivrant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ça me plait beaucoup ton histoire

mais essaie de temps en temps à aller à la ligne et aérer ton texte car si on perd le fil, c'est perdu. :lal:

sam :doh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.