Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Dospassos

Sous les étoiles

Recommended Posts

Je voudrais raconter ici mes souvenirs quand j’étais plus jeune et que je passais mes vacances dans la maison de campagne chez mes parents. Je garde encore une grande nostalgie de cette époque et de toutes les sensations que j’avais ressenties alors.

Souvent, la nuit venue, je sortais de ma chambre et marchais en pyjama dans la campagne autour de la maison. J’aimais sentir la fraîcheur de la nuit qui m’enveloppait et la rosée sous mes pieds nus. Alors dans le silence de ces nuits d’été, je défaisais le bouton de mon pantalon de pyjama qui glissait le long de mes jambes et tombait à mes chevilles. J’appréciais la douce caresse de l’air frais sur mes cuisses nues et sur mon sexe. Cela me donnait une sensation de liberté et de joie. Je me sentais bien dans la nature et il me semblait que je pourrais passer la nuit entière ainsi à contempler les étoiles, regarder les sombres silhouettes des arbres dans les champs voisins et sentir le souffle frais du vent sur mon corps presque nu

Alors je me mettais à genoux sur l’herbe et commençais à me masturber doucement. Les images des filles des villages alentour me revenaient à l’esprit. Mais le plus souvent, c’était à ma cousine que je pensais car elle venait quelquefois passer les vacances chez nous. Un été je l’avais surprise involontairement en train de se changer dans sa chambre pour se mettre en maillot de bain. En ouvrant la porte, ignorant qu’elle fut là, je l’ai vu devant la glace sa culotte à mi cuisses, sa petite touffe à l’air très excitante pour l’adolescent que j’étais alors. Cette image m’avait alors longtemps tracassé car j’étais à cette époque très réservé et particulièrement timide. Les filles me semblaient tout à fait inaccessibles pour moi et je fantasmais beaucoup sur elles sans jamais oser leur parler du désir que j’avais d’elles. Ainsi le spectacle de ma petite cousine, la culotte baissée devant la glace de la chambre, me hanta pendant toute cette époque et fut à l’origine de nombreuses masturbations.

Ainsi agenouillé ou assis dans l’herbe en pleine nuit, les jambes nus je prenais mon sexe dans ma main et me caressais lentement en pensant à ce que j’avais vu de ma cousine et qui créait chez moi un trouble si profond et mystérieux. Puis une fois la jouissance passée, je remettais le pantalon de pyjama et je revenais sans me presser dans ma chambre, apaisé et profitant encore le plus possible de la beauté de la nuit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très joli texte, merci d'avoir partagé tes souvenirs avec nous!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.