Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Matthieu43

Une soirée au cinéma

Recommended Posts

Mes bras passent autour de sa taille. Mon bassin vient rechercher le contact de ses hanches. Mes lèvres se posent avec envie sur les siennes. Cela fait plus d'une semaine que j'attends, une semaine sans pouvoir toucher son corps, caresser ses formes, donner et prendre du plaisir dans ses bras. Mes mains dévient sur ses fesses. Il faut dire que sa mini me facilite grandement les choses. Je sens son corps qui frémit déjà, qui brûle de cette ardeur que seul le sexe peut apaiser. Sa main passe lentement sur ma braguette, se refermant sur ma virilité dressée par toutes les envies qu'elle m'inspire.

Laisse-toi faire, j'ai envie de te faire l'amour! lui dis-je au creux l'oreille.

Adossée au mur, sa jambe droite remonte le long de la mienne dans un mouvement des plus lascif. Le contact de nos entrejambes se fait encore plus intime. Le plaisir augmente d'un cran.

Faire l'amour? Quelle drôle d'idée! Tu ne te rappelles pas? On retrouve Clothilde et Stefano au cinéma! Allez, viens, il faut partir! Sans cela, on risque d'arriver en retard… comme d'habitude!

Ah mince! Je l'avais bel et bien oublié ce rendez-vous! Le cinéma! Comme si j'avais envie, là, en ce moment, d'aller au cinéma! Et si j'annulais? Les appeler pour prétexter n'importe quoi! Ou alors… Si c'est clothilde qui répond, pourquoi ne pas lui dire la vérité? Clothilde, on annule le ciné, j'ai envie de baiser Séverine là, tout de suite! Clothilde, je la connais depuis plusieurs années. Nous sommes de bons amis et je suis certain qu'elle comprendrait parfaitement mes motivations. Séverine ne semble cependant pas de cet avis et après avoir remis de l'ordre dans notre tenue vestimentaire, nous voilà en route vers le cinéma, au centre de la ville.

Comme d'habitude, ils sont arrivés avant nous. Décidément, l'été a vraiment du bon avec toutes ces jambes qui se dévoilent sous des tenues raccourcies au possible. Un échange de sourire, des bises de circonstances et nous voilà dans la salle de projection. Le titre du film? Aucune idée? Le film est le dernier de mes soucis. J'ai d'autres envies en tête que celle de regarder des images défiler sur un grand écran. Aussi, est-ce moi qui choisis les places. Non, pas celles-ci, bien trop de passage… ni celles-ci, trop près des lumières… Celles-là par contre sont parfaites! Avant que la séance ne commence, je passe nous chercher quelques rafraichissements. Bien mal m'en a pris car je tombe sur un collègue de travail un tantinet bavard! Il parle, il parle, il n'en finit pas! Pendant ce temps, passent dans mon esprit les images de Séverine, nue sur le sofa, les jambes entr'ouvertes, une main sur son sein caressant d'un doigt humide son téton, une main entre ses jambes allant et venant de haut en bas passant de son clitoris à une pénétration peu profonde...

Enfin, les lumières s'éteignent. C'est l'excuse idéale pour couper court à la conversation et revenir prendre place auprès d'elle. Je m'installe confortablement et j'attends la fin du générique. C'est tout de même la moindre des choses avant de…

Ca y est! C'est le moment de passer aux choses plus intéressantes. Sans jamais détaché mon regard de l'écran, ma main s'égare sur le genou de Séverine. C'est un geste simple certes. Mais c'est un geste dont elle connait la signification. Mes doigts glissent sur le soyeux de ses bas pour remonter lentement jusqu'à la lisière de sa mini-jupe, puis reviennent tranquillement reprendre leur place sur son genou qu'ils caressent d'un mouvement circulaire. Elle ne bouge pas, ne réagit pas. Glissant lentement, je viens explorer l'intérieur de sa cuisse… toujours lentement. Je remonte vers son entrejambe et lorsqu'une nouvelle fois, j'atteins sa mini-jupe, je fais marche arrière et viens reprendre ma position initiale. Elle déplie ses jambes jusqu'à alors croisées et les entr'ouvre légèrement, signe de son assentiment à continuer mes caresses.

Mes doigts glissent une nouvelle fois sur ses bas, le long de l'intérieur de sa cuisse. Arrivé à la lisière de cette gaine de soie, je joue avec les coutures un instant. Elle écarte encore un peu plus ses jambes comme si elle désirait que j'aille plus loin. Dans le noir de la salle de cinéma, je souris intérieurement, et ma main glisse vers son entrejambe, atteignant enfin une autre zone toute aussi soyeuse protégée par un dernier rempart de tissu.

Elle se réajuste sur son siège cherchant sans doute la position la plus confortable car elle sait que je m'apprête à la faire jouir. Au dessus du tissu de son string, mes doigts glissent le long de sa fente de haut en bas, de bas en haut. Je sens ce tissu qui s'infiltre entre ses lèvres. Je le sens s'imprégner de cyprine. Quelle agréable sensation que celle de savoir que l'on donne du plaisir à une femme!

Nouveau réajustement sur la chaise. Mes caresses lui font de l'effet, tout autant qu'à moi, et c'est à mon tour de réajuster ma position pour essayer de pallier à l'étroitesse que je ressens désormais au niveau de mon bas-ventre. Etre discret pour ne pas avoir à se justifier de façon quelconque devant Clothilde et Stéfano. C'est alors que je sens sa main venir à son tour titiller une zone plus qu'érogène chez moi. D'un mouvement lent et saccadé, elle descend ma braguette et insère sa main par l'ouverture ainsi créée. Recouvrant mon sexe de sa main, elle effectue à son tour un mouvement masturbatoire de haut en bas. Le plaisir monte graduellement en moi comme je l'imagine qu'il se développe en elle.

De mon côté, c'est désormais sur son clitoris que je concentre la plupart de mes efforts. J'ai envie de voir sa réaction lorsqu'elle jouira sous ma main, mais ne voilà t-il pas que je sens la sienne venir prendre place sur sa chatte. Veut-elle compléter ma caresse? Non, elle retire d'un geste ma main visiblement trop curieuse et se lève. Je ne détourne pas le regard de l'écran comme début le début de nos attouchements. Mais où va t-elle?

L'attente interminable dure quelques minutes. Quand elle revient, c'est elle qui vient reprendre ma main. Elle y glisse un morceau de tissu soyeux. Après quelques instants de palpation, je reconnais son string. Sa main revient vers la mienne et elle la dirige de nouveau vers son antre de plaisir. Deux mains… il y a deux mains sur sa chatte et je comprends, par le fait qu'elle commence elle-même à se caresser le clitoris que c'est dans sa fente que ma part de caresses doit se réaliser. Sa chatte est mouillée comme je l'ai rarement connue. mon doigt glisse aisément en elle. Il la pénètre le plus profondément qu'il peut. Je cherche en elle ces petites stries si significatives pour le plaisir vaginale, et lorsque je les ai trouvé, j'entame mon va et vient. A chaque mouvement, une petite angoisse nait en moi quand j'entends le clapotis significatif de sa mouillle résonner dans ma tête. Sommes-nous réellement si discret que cela?

Sur son clitoris, son mouvement s'accélère. Je sens que son plaisir augmente significativement. Désirant être au diapason de son plaisir, je suis à mon tour son rythme dans son vagin. Je sens ses jambes se resserrer. Je sens le plaisir affluer dans son corps. Je la sens se crisper. Le mouvement s'accélère encore. Elle croise les jambes jusqu'aux pieds. Elle les étend. Ma main est désormais coincée entre ses jambes. Il m'est impossible de la bouger. Je dois me contenter de petits mouvements du bout des doigts pour l'amener à la jouissance, jouissance qu'elle atteint sans doute mieux du côté de son clitoris. Alors tout se fige. Je sais qu'elle jouit! Son corps est contracté à l'extrême. J'aime cette sensation! J'adore cela même!

Le film lui? Je ne sais même pas où l'on en est. Je n'ai maintenant plus qu'une hâte, c'est de sortir d'ici, de la prendre dans mes bras, et laisser libre court à toutes mes envies. Ce soir je ne peux me contenter de mes mains sur sa chatte, je la veux toute, pleine et entière! Je veux la caresser de partout, lui faire maintes fois l'amour! La prendre comme jamais je ne l'ai prise! Enfin, après un moment interminable, le générique de fin apparait. Les lumières se rallument. Je me tourne vers elle pour lui chuchoter un petit aperçu du reste de la soirée que je lui réserve lorsqu'une surprise sans nom déforme mon visage.

Clothilde?

Clothilde! Comment se fait-elle que ce soit Clothilde qui soit à… cette place? De honte, je détourne le regard. Savait-elle que c'était moi ou…?

Ah? Tu ne savais pas? me dit Stefano Les deux filles ont demandé à échanger de place car visiblement Séverine était gênée par la personne devant elle! Je me suis bien proposé pour prendre sa place, mais elles ont insisté pour faire l'échange entr'elles!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Joli récit

le cinéma est toujours propice aux coquineries :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.