Aller au contenu
Kristell

Quand l'imaginaire s'enflamme

Messages recommandés

Samedi 28 mai.

Il fait beau et très chaud ce jour-là. Korrigan m’a fait la surprise de nous emmener sur Avignon, ville pas trop éloignée de chez nous et que j’apprécie beaucoup pour ses charmes.

Nous marchons dans les ruelles étourdies de soleil, emmenons notre fille au parc de jeux pour enfants, nous amusons de la voir jouer avec d’autres petits, à la fois timide et téméraire, un chouette mélange de nos deux caractères. Puis continuons notre chemin vers le Palais des Papes, un orchestre s’est installé sur la place, attirant la foule. Je remarque deux jeunes hommes qui s’approchent de nous, l’un d’eux me regarde avec insistance, de ce fait je le regarde aussi derrière mes lunettes de soleil. Korrigan le remarque et me taquine en me disant qu’il m’a vue mater le jeune. J’éclate de rire en lui disant que c’est surtout lui qui me mate, et qu’il n’est pas du tout à mon goût de toute manière.

Vient l’heure de dîner, nous redescendons vers la place de l’Horloge, bien plus calme, et choisissons un restaurant sympa où le menu est alléchant. Nous nous installons à une table sous les parasols, il y a du monde, une majorité d’étrangers. Très vite, nous lions connaissance avec nos voisins, un couple d’américains d’un certain âge avec qui nous discutons des coins à visiter sur la région et plaisantons sur la mentalité des français vis-à-vis des anglais et américains. Notre puce s’amuse avec des petits irlandais, les enfants n’ont pas besoin de mots pour faire les quatre cents coups ensemble.

Le repas est servi, Korrigan s’attaque à son carpaccio tandis que je savoure mon magret aux cèpes, la korrigane dévore ses nuggets. C’est super agréable, et bien qu’il soit vingt heures passées, il fait une douce chaleur et la lumière et magnifique, j’aurais presque chaud dans ma robe toute légère.

Tout à coup, un jeune couple s’installe à la table derrière nous, Korrigan leur tourne le dos, mais moi, je les ai bien en face. Ils ont la vingtaine, et le jeune homme est charmant. Je me penche alors doucement vers mon chéri et lui murmure «derrière toi, il y a un jeune couple qui vient de s’installer. Le jeune homme est tout à fait à mon goût, c’est un peu ainsi que j’imagine notre complice pour réaliser notre fantasme du trio HHF ». Korrigan se retourne discrètement et jette un rapide coup d’œil au jeune homme, qu’il juge peut-être un peu jeune, mais je vois bien que ça l’émoustille.

Soudain dans ma tête se déroule un film que je ne peux ni ne veux arrêter. Je perds le contrôle total de mon esprit qui s’égare sur des chemins plus que sinueux et remarquablement lubriques.

Je m’imagine que notre fille n’est pas avec nous et que le jeune homme dîne seul à la table voisine. Il me remarque tout à coup et plante ses yeux dans les miens avec un regard à la fois appréciateur et un brin provocant. Je lui rends ses regards avec de temps en temps un petit sourire en coin discret mais sans équivoque, me penchant à l’oreille de Korrigan pour l’informer de ce qu’il se passe derrière son dos. Nous rions avec Korrigan, plaisantant en toute complicité et nous chauffant mutuellement. Il voit que je regarde souvent en souriant derrière lui, mais pour le moment, fait comme s’il ne remarquait rien.

La terrasse s’est quelque peu vidée, il reste quelques clients éparpillés par ci, par là, nous sommes tous les trois un peu à part. Le jeune homme continue de dîner, mais je vois qu’il s’intéresse de plus en plus à moi. Je change soudainement de place pour me mettre à côté de Korrigan et non en face, me rapprochant par la même occasion du jeune homme. De profil par rapport à lui, je bombe un peu la poitrine, ma robe moulant délicatement mes seins, je sais que cela sera du plus bel effet.

Je me rapproche de Korrigan, lui murmure à l’oreille que j’ai terriblement envie de réaliser notre fantasme ce soir, je sais que cela va le rendre dingue. Et je le vois au regard lubrique qu’il me renvoie. Je jette un œil discret autour de nous et commence à glisser ma main sous la table pour caresser la bosse qui commence à se former dans le pantalon de mon chéri, m’assurant que notre voisin a bien remarqué mon manège. C’est le cas et je lui souris innocemment mais mes yeux ont une tout autre expression. Je le vois déglutir et se mordiller la lèvre inférieure… humm il est canon quand il fait ça.

Puis il se lève et nous demande s’il peut s’asseoir à notre table, prétextant que nous semblons sympathiques et qu’il a besoin de compagnie en ce samedi soir. Evidemment nous acceptons et l’invitons à prendre un verre avec nous. Nous faisons rapidement connaissance dans une ambiance bon enfant, la sympathie réciproque s’installe mais la tension latente est palpable. Il s’appelle Lucas, a 23 ans et termine ses études sur Avignon. Il est rare qu’il soit seul un samedi, mais ce soir il avait besoin de se retrouver un peu après ces derniers week-ends de fêtes continues.

Le restaurant va fermer, Korrigan va régler l’addition et Lucas me demande ce que nous avons prévu de faire pour la soirée. Je lui réponds que nous n’avons pas de but précis, que sur une pulsion commune nous avons décidé de rester sur Avignon pour le week-end et avons loué une chambre pour l’occasion mais sans idée de sortie précise. Korrigan revient au moment où Lucas me dit que de son côté il en a un peu marre des sorties étudiantes et qu’une soirée tranquille lui ferait le plus grand bien. Mon chéri lui propose alors, si le cœur lui en dit, de venir prendre un dernier verre avec nous à notre hôtel histoire d’éviter la cacophonie des bars. Lucas accepte, et nous prenons le chemin de l’hôtel situé à quelques rues à peine. J’en aurais presque les jambes qui tremblent tellement j’imagine ce qui pourrait se passer. Korrigan le remarque, serre ma main et peu plus fort et me fait un clin d’œil complice. Son regard semble me dire « détends-toi, advienne que pourra, mais surtout, si cela se fait, profite à fond ma chérie ». Cela me donne du courage et je relève la tête, respire un grand coup et me dis « à la guerre comme à la guerre Kris » :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Un avant goût qui me mets en appétit :twisted:

Une suite........ :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne t'inquiète pas Libredesprit, c'est prévu, c'est même déjà écrit :twisted:

C'est un peu long, mais ça devient très très chaud par la suite, et j'avoue m'être enflammée moi-même en l'écrivant :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne t'inquiète pas Libredesprit, c'est prévu, c'est même déjà écrit :twisted:

C'est un peu long, mais ça devient très très chaud par la suite, et j'avoue m'être enflammée moi-même en l'écrivant :shock:

Et c'est encore moi qui vais devoir subir looool :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau texte, ce petit jeune a bien de la chance d'être tombé sur vous ^^

C'est vraiment très bien raconté, une belle narration, on imagine très bien la scène :twisted:

Un fantasme qui démarre fort bien ma foi... vivement la suite :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et c'est encore moi qui vais devoir subir looool :twisted:

Pauvre chou... :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Ne t'inquiète pas si c'est long, la lecture sera plus passionnante :twisted:

Tu t'es enflammé sur Koko en l'écrivant :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je manque pouffer de rire en voyant la tête du gars de l’’accueil qui nous regarde monter tous les trois. Nous entrons, la chambre est spacieuse, mais ne comporte qu’une seule chaise que nous offrons à Lucas. Je m’assois face à lui sur le lit, tandis que Korrigan va chercher des boissons dans le mini bar. Mon chéri s’assoit à son tour à côté de moi et nous discutons avec Lucas, de tout et de rien. Je vois qu’il est troublé de nous voir ainsi sur le lit, face à lui, sans doute est-il en train de me revoir caressant l’entrejambe de mon chéri tout en le regardant. Korrigan s’en rend compte et commence à me câliner doucement tandis que la conversation se poursuit. Un bisou dans le cou de temps en temps, puis une caresse le long du bras. Pfiouuu, je commence à avoir très chaud d’un coup, et Lucas le remarque car mes joues, entre autres, sont en feu.

C’est un déclic pour lui. Il délaisse la chaise pour venir s’asseoir à côté de moi sur le lit, presque timidement. Son regard croise celui de Korrigan, y cherchant une quelconque approbation. Le regard de mon chéri est sans équivoque. Ils commencent à me caresser tous les deux et embrassent tour à tour mon cou, mes joues, ma bouche. J’ai du mal à réaliser ce qu’il m’arrive, j’ai l’impression de vivre un rêve éveillé. Ce trio que j’attendais depuis si longtemps va enfin avoir lieu, j’hallucine, mon cœur bat à 100 à l’heure.

Lucas m’embrasse langoureusement, sa langue caresse la mienne, tandis que Korrigan commence à faire glisser les bretelles de ma robe qui glisse sur mes hanches, dévoilant mes seins encore prisonniers de leur écrin de dentelle. Puis tous les deux prennent chacun un sein, les faisant déborder de mon soutien-gorge et commencent à lécher mes tétons tellement durcis que j’en aurais presque mal. Une onde de plaisir traverse mon corps des pieds à la tête, mes mains s’aventurent chacune sur les braguettes de leurs pantalons. J’ai du mal à les ouvrir tellement j’ai les mains qui tremblent de désir. En parfaits gentlemen, ces messieurs s’interrompent pour me faciliter la tâche. Les voilà tous deux en caleçon, leurs sexes déjà bien durs pointant le bout de leur gland par delà l’élastique de leur vêtement. Cette vision m’excite au plus haut point, je suis littéralement trempée. Je commence à onduler inconsciemment du bassin et sens mon clitoris se gonfler, le contact de mon string sur cette partie hypersensible suffirait presque à me faire jouir une première fois.

Les mains de ces messieurs descendent le long de mon buste tandis que leurs bouches continuent à titiller mes seins. Ils m’écartent les cuisses, remontent ma robe et écartent la fine couche de dentelle qui les séparent de ma chatte détrempée. L’un frôle mon clitoris tandis que l’autre introduit aisément un doigt dans mon antre. Le contact de deux mains différentes sur mon sexe me fait défaillir. Les coquins se débrouillent très bien avec leurs langues sur mes seins et leurs menottes en contrebas, je suis à deux doigts d’hurler à la mort. A mon tour de les rendre dingue.

J’interromps leurs fantaisies et m’accroupis au bord du lit, face à eux. Les petits malins ont deviné mes intentions et s’empressent de sortir leurs sexes rigides et gonflés de ces morceaux de tissus devenus trop étroits pour eux, pour me les présenter, bien au garde à vous. Par lequel commencer ? Celui que je connais bien pour le savourer très souvent ou l’inconnu qui mouille et palpite d’excitation à l’idée de se faire engloutir par une bouche totalement inconnue ? Le choix est cornélien mais j’opte pour l’inconnu, je sais que cela rendra fou mon chéri qui rêve de me voir me déchainer sur un complice. Un clin d’œil à mon chéri et un regard coquin vers notre complice, je me mets d’abord à le lécher doucement de la base vers le gland, avec lenteur et application, histoire de tâter le terrain. Je vois Lucas retenir son souffle et rejeter sa tête en arrière, les pupilles de Korrigan se dilatent d’excitation, ça lui plaît de voir sa femme jouer les cochonnes sur un autre que lui. Après l’avoir bien léché de partout, je gobe soudain le sexe de Lucas, aspire, recrache, aspire recrache, darde ma langue pour la passer à toute vitesse autour de son gland qui n’en finit pas de mouiller. J’aime son goût, différent de celui de mon chéri mais agréable. Puis je fais subir la même chose à Korrigan tandis que Lucas mate comme un fou. J’ai une envie folle de les enfourner tous les deux en même temps dans ma bouche, mais je me dis que ça ne serait pas raisonnable. Alors je me mets à les enfourner chacun son tour dans ma bouche sous leurs regards incrédules et lubriques qui semblent dire « la petite coquine s’éclate apparemment ». Mais eux ont envie d’autre chose.

Korrigan me relève, me débarrasse de mes vêtements et me demande de me mettre à quatre pattes sur le lit, présentant mes fesses et mon sexe à Lucas. « Vas-y, elle n’attend que ça ». Lucas ne se fait pas prier et commence à lécher lentement mon abricot, la langue bien à plat, remontant du clitoris vers mon anus, s’introduisant dans ma fente. Ma mouille doit lui engluer la langue, mais il a l’air d’aimer ça et moi aussi. Je déteste rester la bouche vide dans ses moments là et attrape le sexe de mon chéri pour continuer à lui dispenser une fellation d’enfer. S’il y a bien une chose que j’adore faire, c’est sucer comme une malade. J’ai toujours adoré la fellation et pratique ce sport autant que possible avec mon amour, pour son plus grand plaisir. Mais je n’avais jamais eu le plaisir de me faire lécher la chatte par un quasi inconnu pendant ce temps, ni me faire prendre par un autre. Lucas semble avoir deviné ma pensée car soudain, je sens son sexe rigide tapoter brièvement la raie de mes fesses et s’introduire en moi, d’abord lentement, puis de plus en plus fort. Ses coups de reins donnent le rythme de ma bouche le long de la queue de Korrigan, qui a le visage transformé. J’aime le voir ainsi, le regard fou et les traits tirés par le plaisir. J’ai envie de changer et inverser les rôles des garçons qui s’empressent évidemment d’accepter. Mon chéri me donne une petite tape sur la fesse avant de s’introduire en moi, j’aime beaucoup ça, surtout quand il accompagne son geste en me susurrant « c’est qui ma petite salope ce soir ? ». Lucas me présente sa verge, je lui souris et lui fait un clin d’œil avant de le gober goulument. Ces messieurs semblent apprécier la situation et moi avec, j’ai la tête qui tourne et des étoiles plein les yeux. Mon corps n’est que multitude de sensations plus agréables les unes que les autres, et je n’ose imaginer ce que ce sera lorsque je réaliserai le clou de mon fantasme.

Tandis que je suce Lucas, Korrigan continue ses va-et-vient dans ma chatte grande ouverte pour l’occasion et entreprend de titiller mon petit trou avec son doigt, il sait que j’adore ça et que ça va contribuer à le dilater pour passer aux choses sérieuses. Il s’interrompt un instant pour bien lubrifier l’endroit et continue son manège pour mon plus grand plaisir. A cet instant, je rêve d’une double pénétration, mon fantasme ultime, que nous avons eu l’occasion de réaliser de temps à autre grâce à un accessoire. Malheureusement, un bout de plastique ne remplacera jamais la chaleur humaine.

Je me sens prête, j’ai envie d’eux en même temps, je n’en peux plus, je vais devenir folle s’ils ne me prennent pas tout de suite, en même temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Je comprend mieux pourquoi tu dis t'être enflammé sur le texte. J'en ai des bouffées de chaleur qui montent.

Ne t'arrête pas la, tu écris très bien et J'adore la situation :twisted:

La suite... :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me retourne vers Korrigan pour lui faire signe que c’est le moment. Il se libère de moi et vient s’allonger sur le lit. Je viens sur lui, mais lui tourne le dos, afin qu’il puisse s’introduire dans mon petit trou, comme nous en avons l’habitude. Lucas devine et patiente en se caressant, attendant que je sois bien installée pour venir me retrouver. Je m’empale lentement sur mon chéri et sens son sexe palpiter dans mon anus. Il attaque quelques mouvements histoire de bien me « prendre en main ». Je suis à moitié allongée sur lui, les jambes bien écartées, mon sexe ouvert n’attendant plus que Lucas. Enfin il vient. La position et la situation l’intimident un peu apparemment, mais il se reprend vite, me lèche les seins et s’introduit en moi avec délicatesse. Enfin je les ai tous les deux pour moi toute seule. La sensation est incroyable, fulgurante et sauvage, d’autant qu’ils prennent soin tous les deux de caler leurs rythmes pour aller et venir en moi tels deux pistons. Je manque défaillir. Je penche la tête en arrière pour embrasser Korrigan à pleine bouche. Lucas me gobe les seins, presque avec violence. Tout comme moi, ils sont en train de perdre pied et me baisent de plus en plus fort. Je mords mes lèvres pour ne pas ameuter tout l’hôtel, j’ai toujours détesté me faire remarquer, mais là, l’exercice est difficile. Alors le seul subterfuge qui me vient à l’esprit est d’embrasser Lucas à son tour. Je lui roule une pelle d’enfer qui nous laisse pantelants tous les deux tandis que mon chéri continue à s’activer en me pétrissant les seins.

L’orgasme est là, je le sens venir du plus profond de mes entrailles. Des ondes me secouent de la tête au pied, je n’ai plus de tête d’ailleurs, je ne sais plus où je suis ni comment je m’appelle. Les spasmes de mon bas ventre resserrent mes orifices autour des sexes de mes complices, ils doivent sacrément être à l’étroit les coquins. Je devine à leurs respirations saccadées qu’ils sont à deux doigts de jouir eux aussi. Je parviens à lâcher dans un souffle « libérez-vous tous les deux » et ils ne se font pas prier. Je sens leurs spasmes se joindre au miens tandis qu’ils relâchent toute la pression accumulée depuis tout ce temps. La sensation de les savoir éjaculer quasiment en même temps en moi est divine.

Lucas se dégage enfin et roule sur un bord du lit. Je l’imite et me mets au milieu, histoire de me blottir entre eux. Fatigués mais heureux, nous restons un moment silencieux dans la pénombre de la chambre, ne réalisant pas encore ce que nous venons de vivre tous les trois.

« Kristell ? Ma chérie ? Je te parle… oxo appelle la terre, oxo appelle la terre ».

« Oui ? Quoi ? Pardon… ». Je rougis, honteuse de m’être évadée si loin sans prêter attention à mon chéri qui me demandait si je souhaitais prendre un dessert. J’ai failli répondre que je prendrais bien « du jeune homme derrière nous » mais devant la mine en attente du serveur, je me suis ressaisie et j’ai commandé un chocolat liégeois, pas idéal pour la ligne mais tellement bon pour le moral.

Nos desserts terminés, Korrigan s’est empressé d’aller régler l’addition. Avant de quitter la terrasse tous les trois, je jetais un dernier coup d’œil au jeune homme en me disant « s’il savait… ». Quoi qu’il en soit, cette rêverie sera l’occasion de partager un moment de complicité avec mon chéri lorsque nous nous retrouverons seuls tous les deux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Très bien écrit. tu as su me donner chaud et envie d'aller au restaurant ce soir :twisted:

Merci d'avoir partagé tes rêves avec nous :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup, c'est en plus une première pour moi :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

:twisted: tu aurais pu le faire avant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:twisted: tu aurais pu le faire avant

Mais je suis une femme très occupée moi monsieur :shock:

Et puis j'attendais le déclic qui me permettrait de me lancer. Merci mon chéri pour cette journée à Avignon :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais je suis une femme très occupée moi monsieur :shock:

Et puis j'attendais le déclic qui me permettrait de me lancer. Merci mon chéri pour cette journée à Avignon :lal:

Tres joliement ecris ma chere et fouyaaat il fait chaud soudain.

Je crois que le monsieur libredesprit est en plein fantasme là lol :shock: :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci mon chéri :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Tres joliement ecris ma chere et fouyaaat il fait chaud soudain.

Je crois que le monsieur libredesprit est en plein fantasme là lol :lal: :x

Koko le crois pas, sois en sur :-D :x

Madame est très occupé avec des week end de 4 jours :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Madame est très occupé avec des week end de 4 jours :twisted:

Mais oui, je t'assure, c'est même pire que pendant les week-ends normaux :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Je veux même pas savoir :twisted::shock:

Va falloir attendre ton prochain week end de 4 jours pour avoir un autre récit :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, pas spécialement, parce que ce n'est certainement pas demain la veille que je vais en pondre un autre :twisted:

Mais au fait, j'ai menti, ce n'est pas mon premier récit, j'avais oublié mon texte intitulé "une rencontre". Alzheimer me guette, à 32 ans... :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super !

J'aime beaucoup le déroulement du récit.. on y sent beaucoup de passion... beaucoup d'envie.

Reste plus qu'à te trouver un Lucas :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ça le plus dur :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Libredesprit

Non, pas spécialement, parce que ce n'est certainement pas demain la veille que je vais en pondre un autre :lal:

Mais au fait, j'ai menti, ce n'est pas mon premier récit, j'avais oublié mon texte intitulé "une rencontre". Alzheimer me guette, à 32 ans... :twisted:

Je serais patient alors :shock:

Si elle te guette à 32 ans je suis pas loin, faut que je me méfie je suis pas loin :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.