Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Ice King

Ma meilleure amie

Recommended Posts

C'était un jeudi soir, vers 18h. J'avais rendez-vous avec ma meilleure amie, cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vus. Après avoir discuté un certain temps, je décidais de lui faire un massage du dos. Elle enlevait donc son débardeur ainsi que son soutien-gorge et, bien que le massage soit fini, elle ne les remit pas. Je lui demandais pourquoi elle ne se r'habillait pas et , sans rien dire, se tourna vers moi, m'offrant le spectacle de sa poitrine. Bien que n'étant pas généreuse à soit, ses seins faisaient monter l'excitation en moi.

Elle prit alors ma tête entre ses mains et l'amena vers son torse. J'entrepris de donner de légers coups de langue sur ses tétons qui pointaient de plaisir. Ma langue tournait autour, passait tantôt doucement, tantôt rapidement. Je me délectais de cela, tandis que ses gémissements se faisaient entendre. J'entrepris alors, entre 2 passage langue de mordiller légèrement ses tétons, ce qui accrut ainsi son plaisir. N'y tenant plus, ses mains descendirent vers son jean et, avec habilité, le déboutonnèrent. Je glissais alors ma main dans sa culotte, sentant l'humidité environnante. Un autre gémissement.

Puis, j'ôtais le sous-vêtement en son entrejambe s'offrit à moi, me laissant rêveur devant ces lèvres délicates, humidifées. Ma main les caressaient puis je plaçais mon visage dans ce lieu sacré. Cette fois-ci, ce n'étaient plus ses tétons que ma langue effleurait mais ses pétales de rose. C'est alors que ses gémissements se firent plus forts, plus réguliers. Je léchais tantôt de haut en bas, tantôt de droite à gauche, toujours en augmentant le rythme. Les fragrances ennivrantes m'entourant, je décidais d'accélérer encore plus le rythme. C'est alors qu'un cri d'extase se fit entendre. Elle me regarda, me força à retirer ma tête et, brusquement, se mit entre mes jambes.

La bosse dans le caleçon était formée depuis évidemment bien longtemps et, dès l'instant où elle l'aperçut, caressa le membre par-dessus le tissu. Elle plongea ensuite la main, ressortant mon sexe, tendu comme jamais, le gland décalotté, les veines saillantes. Elle dit "ben mon cochon, ça te fait de l'effet, de me lécher la chatte ! ". Sans me laisser le temps de répondre, elle déposa ses lèvres sur le gland, le couvrant de baisers et peu à peu, se mit à lécher goulûment la verge, telle une furie. Après s'être assurée qu'elle était bien passée partout, elle la prit dans sa bouche. D'un coup, sans crier garde ! Je sentais l'excitation montait en moi, la prévint que l'orgasme ne saurait tarder et elle, faisant semblant de ne rien entendre, suçait mon sexe, toujours de plus en plus vite. C'est au bout de quelques minutes que je sentais le sperme affluer, elle le sentait elle aussi mais continua malgré cela. Lors de l'éruption (si je puis dire) elle garda tout le sperme dans sa bouche, me regarda et, peu après, déglutit. Elle me dit : "Merci."

C'est mon premier récit, j'espère que ça vous a plu ?

Partager ce message


Lien à poster

:lal: :D

C'est un récit très agréable à lire .

Dès les premières lignes , on est plongé dans une histoire délicieusement torride .

Merci pour ces moments sensuels ...

:D :D

Partager ce message


Lien à poster
Guest Lebobrundu59

Très excitant, très bien raconté ! Il y a eu une suite ? Ou des suites avec cette personne ?

Partager ce message


Lien à poster

Euh... tout dépend de ce que vous voulez. Si vous voulez la suite réelle : il n'y en a toujours pas eu. Si vous voulez une suite imaginée, je peux en faire une =). Mais je compte mettre d'autres trucs dans la partie "histoires érotiques". En tout cas, je suis content que ça vous ait plu =)

Partager ce message


Lien à poster

Très excitant; J'espère que ce ne va pas gâcher votre amitié. mêler le sexe à l'amitié en général cela ne fait pas bon ménage...

Partager ce message


Lien à poster

Nous nous sommes récemment revus. Elle m'invitait juste à prendre un verre chez elle. "Tu veux boire quoi ? " Je lui répondis que je n'avais rien contre un martini. Après avoir versé ce doux breuvage dans les verres, elle revint vers moi, m'en proposa un et s'assit à côté de moi. Nous parlions de tout et de rien, tandis que nous buvions. Après nous être resservis, elle se mit à califourchon sur moi, prit ma tête entre ses mains et, sans rien dire, la plongea dans son décolleté. Elle portait une robe courte, laissant voir apercevoir une grande partie de sa poitrine (bien que peu généreuse, comme je l'ai déjà précisé).

Inconsciemment, mes mains caressèrent ses cuisses, remontant peu à peu, jusqu'à soulever légèrement son vêtement. Elle ne disait toujours rien, se contenant d'appliquer mon visage contre ses seins. Puis mes mains parvinrent au sommet de ses cuisses. Je sentis un bout de tissu, qui n'avait absolument rien à faire là et qui ne tarderait pas à déguerpir. Je me relevais et lui demandai "puis-je ? ". Elle acquit d'un signe de tête et je me permettais donc de lui ôter sa robe (je n'ai pas précisé la couleur mais elle était noire). Un petit string rouge se montra timidement, tandis que sa poitrine, elle, n'hésitait pas à s'exposer "en public".

Puis, à son tour, elle me déshabilla, voyant ainsi mon sexe tendu d'excitation. "T'es toujours aussi tendu quand on fait des cochonneries, hein ? " Elle prit la verge en main et me força à me lever, m'emmenant vers la chambre. Là, elle me poussa sur le lit et m'allongea sur le dos. Ses mains attrapèrent alors mon engin et le caressèrent, lentement d'abord puis de plus en plus vite. Après quelque minutes de caresses, ma compagne de sexe approcha sa tête et sa langue parcourut de bas en haut le manche de la lance. D'une main, elle jouait avec les testicules, les faisant rouler, les pressant délicatement. Une onde de plaisir me parcourut alors, elle le savait bien. Alors, elle mit le morceau entier dans la bouche et suça, téta le gland, lui faisant subir mille épreuves de résistance.

Tandis que je profitais de cet instant, elle stoppa brusquement et vint alors sur moi. Au sens propre du terme. S'asseyant sur mon visage, je vis ses lèvres se rapprocher de ma bouche et son pubis de mes yeux. Ma langue se mit alors à jouer sur ses pétales de rose, pendant que mes mains passaient sur ses hanches. Puis elle s'assit un peu plus, me permettant ainsi de "manger" son sexe. Elle aimait ça et je le savais bien. J'en profitais alors pour accélérer le rythme, comme une sorte de vengeance et de remerciement à la fois pour ce qu'elle me fit endurer et apprécier peu avant. Je léchais continuellement, tantôt de haut en bas, tantôt de gauche à droite. Elle gémit, comme la fois précédente. Mais je sentais qu'elle mouillait de plus en plus et, n'y résistant pas, je mis deux doigts dans son intimité. L'effet ne se fit pas attendre. Je les bougeais délicatement et elle ne put réfréner un cri de bonheur. De temps à autre, je plaçais ma bouche contre son bouton de rose et aspirait délicatement. Je le faisais aussi rouler sur ma langue, sentant que son excitation ne cessait d'augmenter. Mais, aussi soudainement que peu de temps auparavant, elle se retira.

Déçut de l'arrêt brutal, je ne compris pas son geste, mais je n'eus pas à attendre longtemps. Elle "descendit" (je dis "descendis" mais je devrais plutôt dire "recula", étant donné que j'étais allongé) vers mon sexe et s'assit sur celui-ci, qui attendait ce moment depuis tant de mois ! Je sentis ses lèvres trempes glisser sur ce dernier, comme le vent glisse sur l'eau. Sa chaleur, liée à son humidité vaginale n'eurent d'autre effet que d'accroître mon excitation. Elle posa alors ses mains sur mon torse et se mit à exécuter ce mouvement si typique de la position de l'amazone. Elle montait et descendait, pendant plusieurs minutes. N'y tenant plus, j'attrapais ses flancs et la soulevais doucement. Je la retournai et elle comprit rapidement. Elle se mit à quatre pattes, tandis que je lui demandai si elle n'avait rien contre. "Bien sûr que non ! Tout ce que je veux, c'est que tu me fasses jouir ! ". Elle ne me le dit pas deux fois. Je guidai mon sexe vers son entrée et la pénétrai. Mes mains se posant sur ses hanches, je commençais à donner des coups de rein, mon pubis claquant sur ses fesses.

Les gémissements se faisant entendre, j'agrippai ses hanches un peu plus fort et accélérai le rythme. Puis, après quelques minutes de cela, elle me demanda, haletant, de me retirer. J'obéis et à cet instant, elle s'allongeait sur le dos, sa main caressant son clitoris. C'est alors que je vis le jet de cyprine partir ! Elle fermait les yeux, hurlant de bonheur, m'aspergeant aussi de son bonheur. Puis, elle me demanda de venir à califourchon sur elle, ce que je fis, et, tandis que je m'approchai, prit mon sexe entre ses mains et me masturba vigoureusement. J'éjaculai alors, mon sperme s'éparpillant sur ses seins. Elle me regardait en souriant et passa son doigt sur ma semence, le léchant ensuite. Nous nous allongeâmes l'un à côté de l'autre et finirent la soirée ainsi, nous endormant sereinement.

Partager ce message


Lien à poster

hummmm un recit trop bendant ,encore ,c est trop bien écrit !!!!

Partager ce message


Lien à poster

Domage que je n'aie pas d'amie comme la tienne :arrow: ... Wow génial :twisted:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.