Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

priastoul

Se taper la médecin chef de mon service

Recommended Posts

Comme je suis un simple étudiant en médecine, je vogue de service en service hospitalier au cours de mes stages d'apprentissage...

Mais un beau jour, j'ai eut la chance d'arriver en psychiatrie. Pourquoi me diriez vous ? Parceque le hasard a voulu que les 3 nanas les plus canon et les mieux roulées que je puisse rencontrer, se soient trouvées réunies dans le même service.

2 magnifiques internes à la poitrine généreuse, et une CCA (chef de clinique assistant) au fesses délicieuses et aux décolletés plongeants.

Imaginez mon inconfort à leur première rencontre.

Mais attendez un peu que je vous raconte le meilleur : Un beau matin j'ai eut la surprise de voir que la CCA était particulièrement bien (dés)habillée ce jour là. Elle avait mit un joli décolleté qui laissait paraitre plus de la moitié de ses seins. Je n'ai pas pu m'empêcher d'être un éleve très attentif toute la matinée.

Au retour chez moi mon esprit a divagué :

Je la vois arriver vers moi me faisant la bise comme à son habitude (ce qui a pour effet de renforcer son sex appeal) mais cette fois en semblant beaucoup plus "proche". Elle me dit qu'elle voudrait me voir dans son bureau. Je la suis sagement comme un toutou à sa botte, et en profite pour me laisser hypnotiser par ses fesses bien fermes et bien moulées par son jean serré, se balançant alternativement ... gauche, droite, gauche, droite ... AH ! nous voilà dans le bureau. Je ne comprends pas tout de suite pourquoi mais elle ferme la porte à clef de l'interieur.

Elle s'approche de moi pour me parler, mon coeur bat très fort, car elle se trouve à seulement un ou deux centimètres de mon visage. Elle me sourit et me regarde intensément de ses yeux chocolats et me dit d'une voix suave "j'aimerais qu'on soit plus proches tous les deux". Là elle me déshabille du regard et commence à se rapprocher encore et encore plus près. Lorsque ses hanches touchèrent les miennes, l'émotion fut telle qu'elle déclencha une erection en moi, sauvage et brutale. De sorte qu'elle ne pouvais pas passer à coté. Plus que ça, une fois en contact avec mon membre chaud et dur au travers de nos vêtements, elle se serra fort contre moi et m'embrassa pleine de désir.

J'ai a peine le temps de me rendre compte que j'embrasse ma chef, qu'elle enfourne déja sa main dans mon pantalon, sans même prendre la peine de déboutonner ma blouse.

L'excitation est énorme, tout comme mon membre qui ne cesse de durcir et de durcir, et là, le désir prend le controle de moi, j'oublie tout, j'oublie que je me trouve à un mur seulement du bureau des internes, et je prends meme un plaisir vicieux à les imaginer toutes les deux écoutant nos gémissements de plaisir.

J'oublie que je suis un simple étudiant et elle une femme de la trentaine aux longs cheveux bruns et aux courbes magnifiques. J'oublie tout, et je deviens désir, je deviens ... sexe. Je l'empoigne, la repousse contre son bureau de sorte à la bloquer contre mon entrejambe, et je la déshabille à toute vitesse. Je découvre ces seins que j'ai tant admiré, enfin mis à nus. Je la déshabille complètement sans même prendre le temps d'en faire de même. Elle semble adorer ça, elle me dit "fais ce que tu veux de moi". Ces mots sont comme de l'or pur s'écoulant dans mes oreilles.

Sans plus attendre elle baisse mon pantalon, mon boxer déja déformé par mon sexe, et elle l'empoigne férocement. Elle le branle sans délicatesse ni douceur, non il n'est pas question d'être tendre, elle me veut, elle veut mon corps et je la désire autant qu'elle me dévore le sexe avec ses levres, sa langue et meme ses dents.

Tressaillant de plaisir, mon corps entier se raidit, je ne peux étouffer mes gémissements de plaisir tant elle engloutit furieusement mon manche. J'enlève ma blouse et me retrouve nu comme un ver, un ver qui prend son pied.

"C'est à ton tour maintenant, je veux te faire jouir comme jamais tu n'as pris du plaisir" lui dis je.

Je l'allonge sur son bureau, pousse tout ce qui se met sur notre chemin et tout en la couvrant de caresses, je lui écarte les jambes. Je lui baise ses collines, je les lèche du bout de ma langue pour l'émoustiller. Mais c'est penne perdue, car elle brûle déja de désir et pousse ma tête vers son sanctuaire. Elle me force à l'embrasser sur les lèvres...

Je l'embrasse tendrement, je lèche doucement du bout de la langue, parcourant l'entrée de son sanctuaire délicatement afin de la rendre folle de désir. Petit à petit j'accélère la cadence et je lèche de plus en plus.

Je titille son bouton d'or avec ma langue, elle laisse échapper un lourd cri de jouissance, elle s'agite au fur et à mesure que j'accélère, elle se balance, se déhanche et me dit qu'elle n'en peut plus qu'elle me veut tout entier.

Alors je m'exécute comme un sage étudiant bien instruit.

Je m'approche d'elle et l'empale d'un seul coup. C'est à ce moment que nous entrons tous les deux en transe, mes hanches commencent à s'agiter, d'abord lentement puis de plus en plus vite, de plus en plus profond, de plus en plus fort. Nos souffles commencent à se faire très bruyants et il devient difficile de croire que personne ne nous entend là dehors.

Une goutte de sueur coule le long de mon torse, ses cuisses son moites, nous sommes tous les deux à bout de souffle. Pendant ce délicieux moment de plaisir intense, je contemple encore sa poitrine qui ondule sous mes coups de bassin, je vois son visage se tordre de plaisir, ses yeux se révulser, son corps se déchainer comme si elle était possédée.

Je décide alors de contempler encore une fois ses magnifiques fesses, elle se tourne à plat ventre sur son bureau, et j'entre à nouveau dans sa caverne, brulante comme la braise, et trempée, tellement trempée qu'elle ruisselle le long de ses jambes de top model.

Je ne fais plus dans la dentelle, il s'agit maintenant de prendre le maximum de plaisir, j'accélere tres vite, et nos souffles deviennent des gémissements, nos gémissements des cris, et ses fesses qui continuent de rebondir sur moi...

Je sens le plaisir monter en moi à mesure que le sien croit en intensité. Je sens que l'orgasme arrive, je sens que le sien arrive car elle intensifie d'elle même le mouvement, car je sens son nectar s'écouler abondamment sur moi, je sens l'extase, je sens la libération en moi... ma verge se contracte, ma CCA pousse un cri d'extase, c'est magique, nos jouissances sont à l'unisson et je la rempli de mon liquide de plaisir. Mon plaisir est à son comble et le sien ne faiblit pas.

Ce n'est qu'une fois retiré, que l'extase prend fin peu à peu...

Ce fantasme pourrait durer encore des pages mais je dois bien finir un jour :lal:

La suite la prochaine fois, seulement si j'ai de bon échos

Partager ce message


Lien à poster

ohhh tu m as mis le feu :lal:

humm elles sont trois a te plaire non...donc encore deux jolies récits a venir!!!

Partager ce message


Lien à poster

dommage que ce ne soit qu'un fantasme :shock:

pourtant quand on a déjà fait une soirée " médecine " :twisted:

Partager ce message


Lien à poster

pourtant quand on a déjà fait une soirée " médecine " :shock:

raconte :lal: :twisted:

Partager ce message


Lien à poster

raconte :x :twisted:

c'est assez orgiaque : sexe drogue et alcool

la première chose que j ai vue en arrivant c était une fille qui se faisait prendre debout par deux mecs en même temps, un devant, un derrière au beau milieu de la salle

:shock:

d autres jeunes filles qui se faisaient caresser par plusieurs mecs et qui n était pas en reste question travaux manuels

sans compter ceux qui baisaient dans leur coin

je ne suis pourtant pas choqué facilement, mais je ne m'attendait pas à ça dans une soirée de futurs docteurs :lal: ( en tout cas pas a ce point la )

Partager ce message


Lien à poster

bien remis de ma surprise, je suis allé m'installer avec ma (jeune) partenaire pas loin d'un groupe en question : 1 jeune femme entourée de 2 hommes qui la caressait.

elle avait la poitrine quasi dénudée et masturbait un des mecs qui avait le sexe sorti de son pantalon, et caressait l'autre par dessus son pantalon.

elle échangeait des french kisses plus que fougueux avec ses deux partenaires dont les mains s'aventuraient un peu partout.

nous ne faisions que regarder mais le sourire de ma partenaire en disait long et on était bien exités.

j ai commencé à la caresser un peu et elle se collait contre moi,

puis un troisième étudiant et arrivé derrière le trio qui s'activait et a passé une main de chaque côté des épaules de la fille qui devait gémir ( vu le volume de la musique et les cris, les discussions, ça couvrait pas mal de choses ) et elle a relevé la tête et lui a roulé une pelle a lui aussi

là un des deux mecs a côté d elle a commencé a bien lui écarter les jambes, sans être gêné plus que ça par ceux qui regardaient et sa main s est activée entre les cuisses de la jeune fille qui remuait son bassin, l

le deuxième a coté de la fille a fini par sortir son sexe aussi vu que le fille fouillait dans son pantalon

je caressais ma jeune amie qui se serrait plus fort contre moi, et j ai passé la main sous sa jupe comme je pouvais, notre position assise n 'était pas très pratique et si moi je commencais a bien bander, elle était carrément trempée

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.