Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Jean-Philippe03

Découverte d'une complicité sexuelle avec Christine

Recommended Posts

:D :P:D:D:lal::D:P:(

Christine et moi , nous nous fréquentions depuis deux ans . C'était un petit bonheur sans nuages . Nous aimions à nous promener dans la nature . Aller au restaurant . Aller au cinéma . Partir en vacances au bord de la mer .

Christine et moi avions une grande complicité . Nous aimions les choses inhérentes à l'amour et au sexe . J'aimais cette fille . Elle m'aimait .

Nous étions jeunes . Vingt cinq ans à peine ...

Un après-midi de congés , j'en avais profité pour aller faire quelques courses . J'avais le projet de concocter un délicieux petit plat , pour la visite de Christine , en soirée .

Je marchais entre le parking et l'entrée du supermarché . En traversant la rue , quelle ne fût pas ma surprise de voir passer Christine , dans une voiture qui n'était pas la mienne , au côté d'un homme qui n'était pas moi .

Curieusement , je n'éprouvais qu'une lointaine et diffuse interrogation . Par contre , j'éprouvais une certaine éxcitation .

Certaines légères contradictions , de ces deux dernières semaines , dans les rendez-vous et activités de Christine , s'illuminèrent d'un jour nouveau ...

Je fis mes courses . De curieuses pensées animaient mon esprit . J'étais d'un caractère enjoué . Amusé ...

Le soir , vers dix neuf heures trente , il y eut le coup de sonnette . Ce code de trois fois deux coups qui annoncait la venue de Christine .

La cuisine sentait bon . J'avais préparé un délicieux gratin dauphinois personnalisé . Tout était prêt . Une salade verte . Une bonne bouteille d'un délicieux rosé des Corbières .

En mangeant , je regardais Christine avec un regard amusé et très coquin . Christine ne manqua pas de me demander le pourquoi de cette attitude .

Je lui lançais : < Tu es une coquine ! >

< Pourquoi me dis-tu cela ? >

< Je t'ai vu cet après-midi , passer , en voiture ! >

Soudain , Christine repoussa son assiette . Posa sa tête sur ses deux mains et regardait son assiette d'un air boudeur . Presque fâchée ...

< Ne t'inquiète pas ! > Lui lançais-je . < Tout cela n'a strictement aucune importance . J'aime te savoir libre et heureuse ! >

< Tu ne m'en veux pas ? > Me demanda t-elle .

Je me levais . Me tenant debout derrière elle , je lui pris ses longs cheveux et serrait délicatement sa tête . Je lui murmurait , à l'oreille : < Surtout , ne change rien . Je t'aime comme tu es . >

Christine leva sa tête pour me fixer dans les yeux , se tournant lentement sur sa chaise , elle me dit : < Tu ne m'en veux vraiment pas ? Tu n'es pas jaloux ? Tu m'aimes vraiment ? >

< Non , tout cela me procure une certaine excitation . Je crois que je t'aime encore plus . Et , à présent , tu éveilles en moi une curiosité nouvelle . Je veux te découvrir . >

Christine me regarda avec une douceur infinie . Je pouvais deviner un immense soulagement mêlé à une certaine gêne .

Je déboutonnais ma braguette et sortais mon sexe . Je lui murmurais : < Tu lui fait ça , aussi ? >

Approchant son visage , juste avant de prendre mon sexe en bouche , elle me dit , amoureusement et un peu amusée : < Oui . j'aime comparer ! >

Ce fût , pour moi , comme une soudaine libération . Je pouvais enfin me laisser aller vraiment . Christine aimait donc vraiment sucer . Lorqu'elle me le faisait , j'épprouvais toujours une certaine gêne . Je pensais qu'elle ne pratiquait cela que pour me faire plaisir . Là , pour la première fois , je me laissais fondre dans sa bouche , sans retenue , sans appréhension ...

Pendant qu'elle me suçait , je lui dit : < J'aimerais beaucoup que tu me fasses un beau cadeau > . Christine se retira et me dit : < Pour me faire pardonner , je suis prête à beaucoup > . Je répondis : < Mais , il n'y a rien à pardonner ! Je voudrais simplement te regarder voir faire "ça" avec un autre homme ! > .

Il y eut un long silence . Christine regardait le sol . Mon érection était retombée . Au bout d'au moins cinq minutes , elle leva les yeux et me dit , d'un ton presque sévère : < D'accord ! Mais tu ne m'en voudras pas ? >

< Non ! Je ne t'en voudrais jamais d'être ma complice . >

Christine , avançant ses lèvres , avec sa bouche , se saisit de mon sexe et se mit à suçer . Poussant de petits gloussements ...

< Je serais caché , je te regarderais faire . Tu seras la seule à savoir . C'est le plus beau cadeau que tu puisses me faire . >

Christine me pompait avec délice . Jamais je n'éjaculais aussi vite , aussi fort ,avec autant de plaisir . Contrairement à toutes les autres fois , je ne me retirais pas après l'éjaculation . Je découvrais avec bonheur que Christine ne se retirait pas . Au contraire , elle continuait de suçer .

Je prenais conscience de toutes les jouissances , à côté des quelles j'étais passé , tant de fois , en me retirant après l'éjaculation .

Avec un immense bonheur , dans une osmose totale , nous repartions pour un second tour ...

:P:P:P:D:P:P:P:P

Suite de mes aventures avec Christine :

Ce matin-là , Christine essayait de nouveaux vêtements , devant le miroir de la chambre à coucher . Moi , assis dans le fauteuil à bascule , je regardais et donnais des appréciations .

Christine , belle brune , au cheveux longs , mince et sportive de vingt cinq ans , avait passé la nuit avec moi . Elle avait tenu à me montrer ses tenues de printemps acquis la veille .

Lorsqu'elle essaya une jupe à carreaux rouge et brune , comme un kilt , vêtue d'un chemisier blanc , d'un pull bleu-marine fin , chaussée d'escarpins noirs à talons , elle était ravissante . Terriblement sexy . Christine tournait sur elle-même , devant le miroir . Belle . Sensuelle . Grâcieuse .

Je me levais . Je m'approchais d'elle . Je la pris dans mes bras . Je l'embrassais longuement . Je savourais sa bouche , sa salive , sa langue .

Elle me fit basculer sur le lit en riant . J'étais sur le dos . Christine sur moi . Nous nous sommes mis à faire l'amour . Nous nous bercions d'un rythme lent . J'étais à présent sur elle . J'approchais ma bouche de son oreille pour lui murmurer : < Penses-tu parfois au "cadeau" que tu m'as promis ? > . Christine m'embrassa longuement et me dit : < Bien sûr ! J'y pense tous les jours , au moins une fois ! >

Ces mots nous excitèrent davantage . Accélérant nos mouvements , nous savourions ces instants d'amour . Christine me pris la tête entre les mains et me dit : < Tu veux ? Cet après-midi ? Un inconnu , dans un sous-bois ? > . J'accélérais mon va et viens . Ensemble nous nous mettions à jouir d'un orgasme volupteux .

Christine , allongée près de moi , sa tête contre la mienne respirait doucement . Je pensais qu'elle s'endormait . < Tu dors ? >, lui demandais-je . < Non , je pense à ce que nous projetons pour cet après-midi . > me dit-elle .

< Tu veux vraiment le faire cet après-midi ? > demandais-je encore . Elle se serra contre moi pour me préciser : < Oh , oui . On va bien préparer ça . Mais n'hésitons pas à faire au moins cent kilomètres , afin de ne jamais risquer de revoir la personne . > . Je découvrais l'esprit pratique de Christine jusque dans ce fantasme commun que nous avions le désir de réaliser .

Nous étions à nouveau très excités . < Gardons-nous bien pour cet après-midi . > me dit Christine en se levant et en se réajustant . < Regarde , ma jupe est toute fripée ! Elle est neuve et déjà bonne pour le repassage ! > . Nous éclations de rire ...

J'étais très excité à l'idée l'aventure qui nous attendait cet après-midi . J'en faisait quelques fois part à Christine , durant la matinée . < Moi aussi , tu sais . > me fit-elle . < Allons au restaurant à midi . Ainsi , dès la fin du repas , nous partons . Il faut rouler au moins soixante dix kilomètres pour aller dans les environs de N. > proposais-je . < Oh oui , excellente idée , préparons nous . Tu veux que je reste habillée comme ce matin ? > me répondit-elle ...

Je ne manquerais pas de relater cette aventure dans mon prochain post , ici , dans cette rubrique ...

Un peu de patience .

Partager ce message


Lien à poster

:P :P:D:D:lal::P

Expédition aventureuse avec Christine . (Suite) .

Une fois le repas terminé , vers midi trente , nous avons roulé quelques quatre vingt kilomètres .

Christine était vêtue d'une jupe kilt , d'un chemisier crême et d'un pull bleu-marine . Chaussée de mocassins à petits talons .

Au bout d'environ une heure de route , nous arrivions dans la région de N. Je prenais la petite départementale qui menait vers la campagne . Je roulais lentement et avisait un chemin et un petit endroit où garer la voiture . A partir de ce lieu partait un chemin . Sur un poteau , un panonceau précisait : "Etangs du Loir" ...

Ce temps de fin avril , était doux et agréable . Malgré un ciel un peu couvert , aucun risque de pluie ou de dégradations quelquonques . Christine , une fois sortie de la voiture , enleva sa culotte . Je lui demandais : < Tu pars pour une pipe ou pour une nique ? > . Elle me fit un clin d'oeil et me précisa : < Une pipe ! Comme prévu ! > .

Nous marchions depuis cinq minutes . Ce chemin , très agréable , parcourait une forêt de chênes . Au bout de cinq minutes , nous arrivâmes sur les bords d'un étang . En face de nous , sur l'autre bord , il y avait un petit cabanon de pêche . Quelques bancs étaient disposés sur le pourtour du plan d'eau .

Il n'y avait personne . Lentement , nous marchions . Faisant le tour de l'étang . Arrivés au cabanon , nous pouvions découvrir qu'il s'agissait d'une sorte d'abri , précaire , constitué de planche . Une simple porte battante donnait sur un intérieur dépouillé . Un banquette en faisait le tour . Un vieux barbecue rouillé , occupait le milieu du petit local . Une porte arrière etait entre-ouverte . Faisant face à la porte d'entrée .

Par la fenêtre , aux vitres sales , nous pouvions avoir une vue sur le plan d'eau . Nous étions là depuis cinq minutes , lorsque notre attention fût attirée par la silhouette d'un homme se profilant à l'autre bout de l'étang .

Nous restions à observer . Je sortais les jumelles de leur étui . Je regardais la silhouette . C'était un homme d'environ cinquante cinq ans , légèrement ventru . Il marchait d'un pas lent . Portant un matériel de pêche . Je passais les jumelles à Christine . Elle scruta avec attention . Je passais par la porte arrière et dit à ma compagne : < Pourquoi pas ? > . Elle me fit un sourire un peu contrit suivi d'une petite grimace en disant : < Je ne suis pas certaine du tout ! > .

Je passais derrière le cabanon . Une petite ouverture dans la cloison , destinée à recevoir un tuyau de poêle , me permettait d'observer discrètement l'intérieur du local .

Christine , sortant du cabanon , marcha lentement , faisant semblant de n'avoir pas remarqué la présence de l'inconnu . L'homme installa son matériel et déplia sa petite chaise en tissus , presque devant le cabanon . Chritine , debout sur le bord de l'étang , à demi dissimulée derrière un bosquet , observait la scène . Distante d'un petite centaine de mètres .

J'observais avec les jumelles . Le pêcheur s'était assis . Il avait remarqué la présence de la jeune femme . Christine , s'accroupissant près de l'eau , faisait semblant d'en scruter la surface . Cuisses légèrement écartées , face à l'inconnu . Elle resta ainsi de longues minutes . Avec les jumelles , je pouvais la voir "loucher" en direction de l'homme .

La scène dura quelques longues minutes . Christine , se redressant , revint lentement sur ses pas . Je pouvais voir le pêcheur déboutonner discrètement son pantalon . En extraire son sexe . Invisible depuis le lieu où je me trouvais , à environ vingt mètres .

Je pouvais distinguer le mouvement régulier de son bras droit . Christine s'avançait lentement , regardant autour d'elle , comme tout promeneur . A L'homme , de petite taille , se leva doucement . Christine , arrivée à une dizaine de mètres , pouvait voir les agissements de l'homme qui lui lança un

< Bonjour > répondit-elle . En s'arrêtant à quelques mètres de l'inconnu , elle demanda : < La pêche est bonne ? > . L'homme se tourna pour bien se présenter de face . Je pouvais vaguement distinguer quelque chose de minuscule pendre de son pantalon de velours marron . < Non , pour le moment , rien ! > , dit-il ...

Christine resta debout à regarder la braguette ouverte du pêcheur . Ce dernier lui demanda : < Vous êtes du coin ? > . < Non , je me promène , j'attends mon ami , nous avons rendez-vous > . Cette affirmation pouvait calmer toutes dérives éventuelles , inhérentes à la situation .

< Vous seriez tentée par un petit digestif ? > lança l'homme en montrant son sexe . < Pourquoi pas ! > répondit Christine . < Allons dans la cabane > , proposa l'inconnu . Christine y pénétra la première . L'homme se mit debout près du barbecue .

Je pouvais voir son sexe minuscule , sans érection . Mou et flasque . Un sexe qui pendait de sa braguette ouverte .

Christine , restant un peu en retrait , regardait la "chose" , dubitative . L'homme se mit à mimer une fellation de la main gauche en montrant son sexe de l'index de la main droite .

Christine eut un petit rire .

S'approchant et s'accroupissant , le visage proche de la braguette , Christine observait avec attention . Dans ma cachette , mon coeur battait la chamade . Je me masturbais doucement . Je croyais être dans un rêve ...

Christine , approchant encore son visage , du bout de la langue , goûtait la peau frippée de l'extrimité du sexe de l'étranger . Elle retira sa tête et regarda l'inconnu en faisant une légère grimace . Passant sa langue sur ses lèvres avec un air de dégoût .

L'homme saisit son apendice minuscule entre le pouce et l'index et le présenta à Christine . Cette fois , la jeune femme pris le sexe en bouche . Son nez et son menton contre le tisus du pantalon . Je pouvais la voir sucer doucement . Les joues de Christine restaient creusées de longues secondes . L'homme s'était cambré en avant , prenant appui des deux mains sur le barbecue , derrière lui .

Soudain , je pouvais voir Christine déglutir , surprise . Le sexe de l'homme restait mou . Pas d'érection . Lorsque Christine se retirait pour reprendre son souffle , je pouvais voir la peau frippée , du sexe , toute luisante et jaunâtre . Dégoulinante . Comme la bouche de Christine . Je devinais se qui se passait là ...

Christine avait repris sa suçion . Parfois , je pouvais percevoir de légers gémissements . Connaissant Chritine , je devinais le plaisir qu'elle était entrain d'éprouver là . Je voyais la jeune femme rester immobile , de longues secondes , afin de bien déglutir , doucement . Ses joues se creusaient à intervalles réguliers . J'entendais distinctement les gargouillis .

Le sexe minuscule de l'inconnu restait sans érection . Lorsque Christine se retirait , je pouvais vor du liquide séminal s'écouler , visqueux , des lèvres de la jeune femme .

Tout cela durait depuis une bonne vingtaine de minutes .

L'homme se mit sans doute à éjaculer , car il eut une série de spasmes . Christine , à présent à genoux , sur la terre battue , déglutissait avec délice . L'homme , voulu la repousser délicatement . Mais Christine , resta , comme une ventouse , à sucer . Malgré les efforts de l'homme , Christine restait collée au sexe .

Au bout de quelques minutes , l'homme devait se lâcher , car Christine , se remis à déglutir . Ses gémissements étaient mêlés de dégoûts et de surprises ...

L'homme se retira fermement . Vascillant sur ces jambes , il s'assit sur la banquette . < Tu es une sacré salope , tu veux me faire mourir de plaisir ? > , dit-il dans un souffle . Son sexe dégoulinant d'un liquide jaunâtre et visqueux ...

< Bonne fin d'après-midi > , fit Christine en laissant l'inconnu et en sortant rapidement du cabanon .

Moi , avec une érection délirante , je la rejoignait au bout de l'étang . L'homme était sortit du cabanon et appellait Christine : < Hé ! Hé ! Revenez ! > . Comme s'il ne me voyait pas . Rapidement , nous retournâmes à la voiture .

< Il faut que je boive , j'ai un goût dégueulasse dans la bouche > me lança Christine . Elle se mit à boire un jus d'orange que nous avions dans la voiture . < Ce vieux salopard m'a tout lâché , c'est un vrai dégueulasse ! > me lança t-elle . La mine écoeurée . < Plus jamais , beurk . > conclut-elle .

Pourtant , Christine , quelques semaines plus tard , me demanda de revenir au bord de cette étang ...

:D:P:P:P:P:P :P

Partager ce message


Lien à poster

wah!très excitant...elle a peur de rien la Christine !! qu'est ce qui s'est passé de nouveau au bord de l'étang? :lal:

Partager ce message


Lien à poster

Plutôt étonnant comme histoire. Ce type au bord du lac n'avait pas l'air très ragoutant. Christine a-t-elle vraiment aimé cela. C'était une gageure plus qu'un plaisir, non ? J'attends d'en connaître plus avec impatience.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.