Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

sherieouh

Après l'avoir exciter par mails...elle m'invite enfin

Recommended Posts

L'histoire s'est passer il y a deux ans maintenant...Je fit fortuitement la connaissances d'une dame la cinquantaine, et moi 32 à l'époque par le biais d'une discussion sur le net.

Dès le début cette femme "inoubliable" me fit comprendre que malgré mes avances ont ne peu plus claire sur mes intentions, je devrai me montrer courtois et patient car elle venait de divorcer d'un long mariage, et qu'elle ne savait pas trop ce qu'elle cherchait.

Je m'employait donc à discuter avec sur sa vie, et la mienne, tout en maintenant un minimum de tension, car j'avai bien compris qu'elle était receptive. Elle me parla de ses enfants, son ex mari, j'appris qu'elle était infirmière de nuit, et ce détails me fit prendre un virage dans ma manière de l'aborder car je me mis à imaginer toute sorte de coquinnerie en tout genre, "le fantasme de l'infirmière, quel homme pourrait le nier". D'autant plus que quelques années auparavant j'avai eu la chance de vivre une aventure mémorable lors d'un passage à l'hopital pour une opération du genou, que je pourrai vous raconter une autre fois si cela vous intéresse mesdames, messieurs.

J'essayai temps bien que mal de rester le plus courtois du monde malgré mes pensée toujours plus "fantasmantes", et elle ne manquai de me complimenter régulièrement sur ma gentillesse, la douceur de mes mots, bref! confirmait que mon petit manège fonctionnait bien et qu'elle ne tarderai pas à craqué et proposer une rencontre, ou tout du moins en accepter l'invitation.

Je précise que nous ne nous étions jamais vu jusque là, pas même en photos puisque nos conversations ne se faisait que par mail successif, durant plusieurs semaines. Je précise également que mon penchant pour les femmes plus agées que moi n'a de cesse d'hanter mes pensées quasi quotidienne et que je ne rate donc jamais une occasion de faire une rencontre pour assouvir ce besoin, je fait le constat aujourd'hui que chacune des rencontres que j'ai eu la chance de vivre avec ces femmes parfois de 25 ans plus agées m'ont littéralement fait exploser la queue de jouissance extrême dont je garde de si bon souvenirs.

Bref! les semaines passant, je lui demande un jour subitement de me donner son numéro de telephone car je dois me rendre chez un amis qui habite non loin de chez elle à quelques 200 kilomètres de chez moi tout de même, et que nous avions l'occasion de pouvoir enfin se rencontrer, elle ne pu refuser et je parti donc quelques jours plus tard pour cette rencontre pleine de promesse.

La suite prochainement...

Partager ce message


Lien à poster

Hâte de lire la suite très vite...

Partager ce message


Lien à poster

La suite...

Toute la journée, je lui avait envoyé une rafale de messages afin de faire monter sa tension et la tenir en haleine, cela avait également eut pour effet de maintenir ma queue dans un état de dureté qui me faisait agréablement souffrir. J'avais deux heures à tuer pendant le trajet, et pour soulager toute cette pression dans mon pantalon je n'eut pas d'autre choix que de laisser ma queue à l'air libre , et de temps en temps, mes pensée gourmande ne me quittant plus, je me caressait un peu, cela me faisait du bien et avait plus pour effet de m'exciter encore plus.

Une petite heure avant d'arriver , et vu que je savait qu'elle avait accepté de me laisser la guider pour la soirée à venir, j'avais donc la possibilité de lui faire toute sorte de proposition coquine, pourvu qu'elle corresponde à ses fantasmes les plus fou. Ma seule limite était de rester courtois pour ne pas la bloqué,et donc, je lui envoyait un message :

-J'arrive bientôt, je veut que tu enlève tes sous-vêtements avant de me rejoindre, habille toi comme tu veut, mais c'est moi qui choisira ta lingerie.

-d'accord!

J'étais aux anges, cette femme qui ne m'avait jamais vu auparavant, acceptait de se prêter à mon jeu, je ne savait pas comment elle était physiquement, mais cela n'était pas un problème car nous en avions discuté quelques temps avant, et je savait qu'elle devait être plutôt mignonne car elle m'avait décrit quelque peu ses traits...

On se fixait rdv sur un parking, et elle ne tarda pas à venir juste après moi. J'avais volontairement choisi de mettre un jean moulant afin qu'elle puisse voir sans ambiguïté mon excitation, et prendre la mesure de mon appareillage.

Lorsqu'elle descendit de voiture, j'eus évidemment une poussée dans le pantalon en la regardant venir moi, elle me plu tout de suite. Elle portai un pull rose qui tombai sur ses épaules, pas le rose bonbon vulgaire que l'on pourrait voir dans un film porno sans âme, non! Un rose raffiné , très doux avec de grosses mailles, qui pouvait laisser voir son chemisier blanc en dessous, ses seins soulevait le devant de son pull, et je su donc qu'il devait être assez gros, mais pas énormes, la bonne taille en somme, elle portait une longue jupe flottante à fleur presque transparente, qui virevoltait au gré de ses pas, elle avait des cheveux brun mi-long, qu'elle avait attaché, c'était un jolie brun de femme d'environ 1,70m avec de jolies formes un peu partout comme j'aime.

J'avançai vers elle et je savait que ma queue, étendue sur le côté gauche de mon jean , déformait ma poche. Je ne cachai rien et la prix par les hanches pour l'embrasser sur la joue lorsqu'elle arriva à ma hauteur. Une bise , puis deux, son parfum me rempli le nez d'une douceur que je qualifierai de désirable. Puis en la fixant droit dans les yeux, je lui proposai d'aller prendre un verre dans un pub, ce qui je pense eu pour effet de la soulager quelque peu. Je la savait timide, et comme je la dominai d'un bon 20cm, je ne voulait pas qu'elle soit trop sur la défensive, après tout ce n'était pas une fillette de 20ans manquant de confiance, ou excusez moi mesdames une trentenaire hésitante ne voulant pas être prise pour une « salope » comme je l'entend parfois. Il s'agissait là d'une femme quinquagénaire ayant envie de vivre un moment agréable avec un garçon de l'âge de ses enfants comme me l'avait elle dit, et qui visiblement était très coquin, presque cochon (dans le bon sens du thermes) pour lui faire oublier son passer et prendre son pied au maximum. Je souhaitai qu'elle s'abandonne à moi sans retenue, et que nous échangions nos désirs en tentant de se satisfaire mutuellement sur l'hôtel de fantasme complémentaire (ouah tout ça me semble bien scientifique lol!).

Nous nous sommes installé au fond d'un pub, pour avoir un peu de tranquillité, et je me suis employé pendant deux heures durant à la faire rire à gorge déployé, de temps en temps je posait ma main sur la sienne, et, la complicité s'installant nous quittions le pub pour aller chez elle le plus simplement du monde, je n'avait pas abordé la question des sous vêtements puisque je connaissait la réponse, par contre, je lui avais fait toute sorte d'allusion, et elle ne m'avait pas quitté une seule seconde du regard. Je savait que mes mots pour elle était presque aussi puissant que ma queue la transperçant, elle en redemandai sans cesse et j'avais l'impression de l'apprivoiser , je savait qu'elle faisait l'ignorante pour mieux me laisser faire, et j'en abusai. Toutes ses précautions d'usage, ne m'avait pas épargné d'une érection toujours aussi puissante, et je ne débandai pas depuis plusieurs heure maintenant.

Arrivé chez elle, elle me proposait un verre, et quelques minutes seulement après me l'avoir servi, je lui demandai de me faire visiter sa petite maison...Je savait que cette occasion me permettrait par la suite vous l'avez compris de la prendre , car j'avais une envie folle de la baiser sauvagement, malgré que je ne laissait rien paraître. Je m'était placé dès le départ comme son professeur censé lui refaire son éducation, et j'avais donc une mission...

Elle me devança dans un petit escalier étroit, et j'avais alors une vue imprenable sur ses fesses charnues, quelle vue magnifique que ce fessiers qui s'offrait à moi, je suis qu'elle devait se doutait que je ne devait pas en perdre une miette, et je vous avoue que je due faire un effort conscient pour résister à l'envie de me jeter sur elle pendant cette ascension. La montée de cet escalier se faisait en silence, mais cette me semblait durée une éternité et je fini par me dire en chemin qu'après tout ce fessier m'était offert. Ma main vint donc subitement se poser sur sa croupe, et dans ce geste je plaçai franchement mon majeur au milieu de ses fesses pour appuyer plus fortement ce qui à ma grande surprise lui arracha un cri strident qui en disait long sur son état d'excitation, tout en finissant de monter je continuai à lui mettre des fessées et je l'entendis rire ou soupirer je ne sait pas...c'était parti.

Interlude : la visite n'en fût pas une puisque nous ne sommes arrêté qu'une fois dans sa chambre sans même avoir vu les autres pièces, après tout c'était le but.

Là! je l'attrapai par les hanches et lui mis directement ma langue dans sa bouche, bien sûr elle me rendit la pareil et alors que nos se mirent à se mélanger à toute vitesse, je posai mes mains sur ses fesses pour constater qu'elle avait bien enlevé sa culotte. Le tissu fin de sa jupe glissai entre mes mains avec une douceur indescriptiblement délicieuse, et au fur et à mesure que je malaxai ses fesses, je faisait remonter sa robe tout en la collant à moi pour qu'elle sente à quel point ma queue était dure. Je ne restait pas longtemps sur ses fesses car j'avais envie de découvrir sa poitrine que je sentait ferme sur ma poitrine, elle enleva son pull et je m'empressai de glisser mes sous son chemisier pour prendre ses seins à pleine mains.

Magnifique instant de plaisir que de sentir ses tétons durci et pointus, ornés une poitrine charnues. Je lui léchai maintenant les seins à n'en plus finir, ils étaient fermes en poire, et me remplissait la bouche et les mains , cet instant durait et sa main ne tardait pas à plonger dans mon caleçon et faire tomber mon pantalon, elle me branlait fortement, et je dus un instant m'arrêter pour apprécier son geste, ma queue était au bord de l'explosion et pour retarder ce doux moment, j'eu le reflexe au dernier moment de me mettre à genoux pour me glisser sous sa jupe. Elle était encore debout à cet instant, ma bouche entra immédiatement en action et je me mis à littéralement lui baisé sa chatte rasé, avec ma langue. J'avais pris ses fesses entres mes mains et ainsi la bloquai contre moi pour mieux lui bouffer la chatte. Il n'était plus question de prendre des pincettes avec cette femme qui maintenant était ma poupée, mon jouet, je léchai son clitoris, aspirait son sirop qui coulai à flot, elle mouillait, et gémissait à voix haute, j'avais moi aussi l'impression que ma bouche jouissait tellement j'en redemandai, ma langue s'enfonçait en elle profondément puis tournoyait entre ses lèvres, elle n'arrêtai pas de gémir, presque des cris de plaisir, et je n'était plus étonné car le simple travail de ma langue sur ses tétons quelques minutes avant l'avait déjà mise dans état de hors contrôle total.

Je lui arrachai maintenant la jupe pour aussitôt replonger ma bouche sur sa chatte car je n'en avait pas encore assez, puis sans me décoller, je la poussait sur le lit et entreprit de lui faire un cunni dont elle se souviendrait fort longtemps. Mes épaules appuyait sur l'arrière de ses cuisses écarté, pendant que j'essayai d'aller toujours plus loin avec ma langue en elle. Je pressait ses seins , pinçai ses tétons lui enfonçait un doigts puis titillait son bouton, tout était bon pour la faire jouir encore et encore, ce qui ne tarda pas à arriver. Dans un mouvement de « cabrâge » elle se contorsionna en soulevant ses fesses et comme pour mieux la faire jouir, j'enfouis ma langue en elle pendant ses quelques secondes et lui explorait chaque recoin de son intimité. Elle retomba violemment, j'étais déjà sur elle ma queue tout prêt de sa bouche.

Elle ne dit pas un mot et se mis à me sucer tout en me masturbant avec habileté, je l'avais libéré de sa timidité, et maintenant elle se donnait à moi sans retenue. En bon serviteur de cette dame, je ne lui laissait pas le temps de me faire jouir et lui proposai de nous mettre tête bêche , je me mis sur le dos, elle vint sur moi, et le travail insatiable de ma bouche appliqué ne tarda pas à reprendre le dessus, très vite elle se retrouvait une nouvelle fois prisonnière, et incapable de continuer à s'occuper de moi, elle se contentait de serrer très fort ma queue pleine de salive, et se remit à jouir de plus belle, il faut dire que dans cette position, je pouvais rajouter mes doigts à mes caresses intimes. Après ce nouvel orgasme je décidait enfin de la baiser, et d'un geste brusque je l'envoyai valser sur le côté pour lui monter dessus tel un animal, je n'en pouvait plus, cette femme m'excitai terriblement et j'empalai avec fougue sa chatte étroite.

Interlude again : à ma grande surprise lorsque j'ai découvert sa chatte (tout à l'heure), j'eu l'impression que cette femme avait 20 ans, son minou tout rose était fin avec des lèvres graçieuse et fines, superbe....

je la baisai dans tout les sens, tantôt sa jambe sur le côté et moi appuyé sur ses fesses, tantôt les cuisses bien écarté, je la bloquai en posant mes mains sur ses épaules pour l'attirer à moi, puis mes sous ses fesses pour en finir...Une décharge de 20 000 volts me traversa le corps, et j'eus juste le temps de m'extraire pour retomber sur elle et me vider presque entièrement je déchargeai à n'en plus finir...Quelques minutes passèrent ainsi, mais je n'avais pas débandé d'un centimètre, ma queue bronzé restait encore aussi dure et je repris vite mes esprit. Ses yeux était fermé, et je pense qu'elle ne devait plus trop savoir ou nous en étions puisque machinalement, je la fit se retourner et vit qu'elle s'exécuta sans même rouvrir les yeux avec beaucoup de difficulté. Elle devait être à bout de force, je n'en avait pas fini avec elle. Je la pris en levrette toujours aussi fermement et sans trop tarder je senti une nouvelle fois un frisson me monter au bout de la queue, je sorti ma queue violacée pour jouir sur ses fesses puis m'allongeai à côté d'elle, épuiser.

Nous sommes rester ainsi quelques longues minutes, puis je m'en suis allé vers de nouvelles aventures. Je n'ai jamais revu cette femme, mais de temps en temps nous nous envoyons un petit mail en toute sympathie...

Partager ce message


Lien à poster

wouaaahhhh super récit et quel rythme tu y a mis... :aime2:

j'ai a.. do.. rée... :content:

Partager ce message


Lien à poster

merci

je suis convaincu par cette citation de brigitte lahaie : la préméditation augmente le plaisir...

Et puis surtout je pense que les petits détails sont important dans un récit pour bien imager la scène

Partager ce message


Lien à poster

:D alors là, félicitations à tous les niveaux.

j'ai adoré ta confession.

que du bonheur à lire, à en rêver

sam :tomate: :D

Partager ce message


Lien à poster

Et moi qui commençait à me dire que mon récit était bof! merci sam ....Enfin quelqu'un qui apprécie, ce fut long à décrire, et je le re dit chaque détail compte

sherieouh

Partager ce message


Lien à poster

merci christal

je vais t'en raconter une autre tout aussi croustillante , un peu de patience, faut juste que je trouve le temps

Partager ce message


Lien à poster

C'est si bien écrit... mais pourquoi n'avoir pas continué à découvrir ce volcan de sensualité? :wink:

Partager ce message


Lien à poster

merci

je suis convaincu par cette citation de brigitte lahaie : la préméditation augmente le plaisir...

Et puis surtout je pense que les petits détails sont important dans un récit pour bien imager la scène

oh que oui et elle a bien raison, l'attente et la préméditation rien de tel même si un peu d'imprévu pimante les relations, ton récit m'a fortement laissé imaginer quelle jouissance tu as du ressentir.

Bravo...

Partager ce message


Lien à poster

Quelle belle histoire, très bien raconté. J'espère te lire encore

Partager ce message


Lien à poster

Pourquoi ne pas l'avoir revu ? disons que je suis parti butiné d'autre fleu tout aussi délicieuse. D'ailleurs il est temps que je m'emploie à vous racontez une autre histoire tout aussi passionnante, Que préférez - vous ? la rencontre en arrivant sur le parking de la plage avec cette dame au short en jean ultra court qui à failli me faire sortir l'outils de mon short tout d'un coup bien de trop serré, ou bien celle avec cette superbe dame que je croisait tout les jours dans les rayons du supermaarché et qui me faisait de l'oeil ouvertement lol. La première est énorme relol

Partager ce message


Lien à poster

Pourquoi ne pas l'avoir revu ? disons que je suis parti butiné d'autre fleu tout aussi délicieuse. D'ailleurs il est temps que je m'emploie à vous racontez une autre histoire tout aussi passionnante, Que préférez - vous ? la rencontre en arrivant sur le parking de la plage avec cette dame au short en jean ultra court qui à failli me faire sortir l'outils de mon short tout d'un coup bien de trop serré, ou bien celle avec cette superbe dame que je croisait tout les jours dans les rayons du supermaarché et qui me faisait de l'oeil ouvertement lol. La première est énorme relol

Un faible pour la dame du supermarché qu'on croise chaque semaine...

Partager ce message


Lien à poster

On va faire dans l'ordre alors...

Juste le début, et le reste....après!

Arriver sur le parking de cette petite plage peu connu, par cette été bien ensoleillé, j'avai juste prévu d'aller me baigner rapidement et rentrer ensuite. Seulement voilà!

je n'avai pas prêter attention à la berline qui venait de se garer un peu plus loin, et alors que je sortai ma serviette du coffre, une femme, grande, la quarante environ sorti de la voiture...je jette un oeil distrait lorsque la porte se ferme, puis mes yeux furent comme absorbé par ce mini short en jean ultra court qu'elle portait. Pas du genre moulant, le truc fait main qu'elle avait dus découpé à la va vite pour pouvoir laisser à l'air ses longues, très longues jambes.

Je la laissait passé derrière moi non sans l'avoir fixé du regard un instant, et je compris de suite que le retour qu'elle me fit semblait me dire salut tu en veut d'autre! eh bien prend tes responsablilités mon garçon...Mon short me sembla tout d'un coup beaucoup plus serré...

La suite plus tard

Partager ce message


Lien à poster

La suite

La plage se trouvait quelques mètres en contrebas, je ne tardait pas à la suivre avec une légère distance de façon à me laisser le temps de contempler sa silhouette redoutablement sexy à souhait, son short lui rentrait entre les fesses et je devinai que le maillot caché en dessous ne devrait pas être trop imposant. Comble de bonheur, en cette fin d'après-midi je constatai que la plage semblait déserte, il faut dire qu'elle se trouvait assez isolé et peu connu; je savait alors qu'il me serait assez facile d'aborder cette femme , fruit de mon désir, spontané.

Tout en descendant vers la plage, je me rendit compte qu'elle prenait son temps comme si elle attendait que je la rattrape, je n'en fit rien car je voulait m'assurer d'abord une fois en bas que nous serions bien seuls, auquel cas je prévoyait déjà de l'aborder sommairement d'une manière ou d'une autre, afin d'être fixer sur mon sort pour le quart d'heure à suivre.

Elle toucha le sable et s'arrêta un instant pour se débarrasser de ses claquettes, en se baissant de tout son long, comme j'avais quand même gagner sur elle lors de la descente, et me trouvant très proche, j'eus l'idée fugace de jouer le gars distrait qui ne s'en était pas rendu compte. Et ce qui eut pour conséquence de forcer le contact de la plus belle des manière (pour moi en tout cas). Vlan ! D'un léger coup de rein j'ajustai au passage ma cible afin que mon membre déjà prêt à l'emploi se place pile au bon endroit, l'air surpris je posai mes mains sur ses hanches, et la logique que j'osai espérer fonctionna à merveille. Comme quoi, un peu d'audace parfois...

Elle poussa un petit cri de surprise savamment calculé j'en suis persuadé car elle ne se pressa pas vraiment pour se relever. Les présentations faites si je puis dire, je m'excusai en souriant, un peu gêné et paniquer aussi car je n'avait aucune certitude quand à sa réaction. Un large sourire récompensa mes efforts, et elle me répondit à ma grande surprise :

-ne vous excusez pas! Tout cela me semble un peu prémédité n'est ce-pas? Avec un clin d'œil en prime. Et, d'enchainer, allons plutôt nous assoir et discuter, pourquoi ne pas vous joindre à moi?

A ce moment précis j'ai cru un instant que mes jambes me lâchait, j'acquiesçai fébrilement, car mon cerveau avait voyagé jusque dans mon short de plage et j'avais du mal à cacher la bosse qui me trahissait. Je ne sait pas si elle s'en rendit compte de suite et je fut tout mon possible pour le dissimuler pendant les minutes qui suivirent.

Lorsqu'elle me proposa de nous installer sous la falaise légèrement caché par un arbre je compris que je n'avais plus besoin de trop forcer le destin et j'eus encore cette sensation d'afflux de sang dans ma queue qui n'en finissait plus de vibrer intensément. J'étendis ma serviette, elle en fit de même, puis entrepris d'ôter mon polos, mais cette fois je pris soin d'attendre qu'elle soit disponible pour pouvoir contempler mon état d'excitation. Je prit mon temps, et lorsque ma tête réapparu, je pouvait voir qu'elle n'en avait pas perdu une miette puisqu'elle fixait mon short avec un regard hagard comme happé par ce spectacle qui s'offrait à elle, rien que pour elle.

Je me rassit sur ma serviette et elle revint à elle. Je fît comme si de rien n'était mais j'attendai qu'elle me rende la pareil. Je lui lançai -vous êtes du coin ? Ou en vacances blabla, elle me repondi que oui elle possédait une maison de vacances pas très loin, et qu'elle était venu avec ses 2 filles qui se trouvait sur une autre plage, quand à elle, elle préférait la tranquillité de cette petite plage pour pouvoir bronzer et lire , et qu'elle y venait assez régulièrement en fin d'après midi depuis quelques années.

Ceci étant, je la vie déboutonner son short et se cambrer en arrière pour l'enlever, de cette façon je pouvais voir la bosse de son maillot d'où quelques poils furtifs me laissait penser qu'une belle touffe gracieuse devait s'y trouver. Je faisait tout pour contenir mon excitation, mais à ce momentprécis, un geste incontrôlable et contrôler me poussa à ne pas retarder d'avantage l'inévitable issu de notre rencontre incongru. Et je posai ma main de tout son long sur son maillot tout chaud. Deuxième coup d'audace encore une fois payant car la belle non seulement me laissa faire, mais retomba sur le dos en soupirant de plaisir, je vis ses yeux se fermer un instant puis elle me dit, d'une grande simplicité, -oui c'est bon, continue ne t'arrête pas! J'étais à la fois surpris par la facilité de cette rencontre et le fait qu'elle me laissa faire sans même avoir pris le temps de se connaître, mais en même temps je n'était pas là pour y trouver des réponses.

Je me sait très gourmand et sans frein quand il s'agit de lécher une chatte s'offrant à moi, alors que croyez vous que je fit. Ma main caressa longuement son maillot en nylon et je sentais le feu en elle quand mes doigts appuyait sur sa fente. Elle était à la fois bouillante et terriblement humide, peut être avait t'elle prévu initialement de venir se caresser sur le sable chaud, toute seule. Alors sentir une main inconnu le faire à sa place devait la mettre dans un état....

Revenons au présent pour les besoins du récit voulez-vous: mes doigts se faufilent maintenant de par et d'autre de de ce frêle morceau de tissu qui protège ses chairs et se font de plus en plus intrusifs. Je tire un peu dessus pour emprisonner sa chatte et d'un seul coup mais avec beaucoup de douceur, après un dernier regard sur la plage, non personne; Mes lèvres viennent se poser à l'un de mes endroits préférer en pareil situation. Mesdames! Juste là , le long de l'échancrure, à la limite entre les cuisses, le tissu, cet endroit si particulier ou le corps est tendu, et mes lèvres sur proches mais pourtant si loin. Pendant que je la lèche un peu partout, je décide de prolonger mon intrusion en écartant maintenant son maillot, je ne me suis pas trompé et sa chatte est recouvert d'une fine touffe châtain, suffisamment ajusté pour que je puisse atteindre son bouton facilement, la garce ne s'est pas rasé depuis quelques jours mais sa chatte déjà bien trempé en forme d'abricot est vraiment superbe. Ma langue s'y enfonce en longeant les lèvres humide puis plonge brutalement pour y chercher...le grall! Elle gémit, se tord de plaisir, je la lèche de plus en plus violemment, ce ne sont plus des caresses, je lui bouffe la chatte maintenant et ses mains son poser sur ma tête pour que j'aille toujours plus profondément, encore, puis encore,. Je n'épargne rien de son intimité depuis maintenant quelques minutes, et commence à faire tomber mon caleçon car d'un moment à l'autre, sans qu'elle puisse reprendre son souffle, je vais la baiser subitement, elle m'a tellement excité que sans qu'elle le sache, et tout en continuant de lui dévorer l'entrejambe, je laisse de plus en plus de salive sur sa chatte pour la pénétrer subitement. Je me redresse et tiens! Je suis déjà rentré de quelques centimètres, je pousse encore, sans ressortir pour aller tout au fond et je sens ma queue enserré par ses mâchoires de soie humides qui m'accueillent en m'enserrant, puis je remonte en arrière, et repart une fois, puis deux, puis en rythme, cela ne dure que quelques instants car c'est si bon que je sent déjà le pincement du bout de mon dard qui sonne comme un serpent à sonnette, ça y est je suis comme électrisé, plus rien n'as d'importance, à peine le temps de m'allonger sur elle, je lui passe les mains sous les hanches, ma tête blotti dans son coup, je joui, mon corps se vide de plaisir, mes forces m'abandonne, je suis épuisé incapable de bouger je me glisse à côté d'elle temps bien que mal et nous restons là.

Nous avons conclue cette journée par une baignade à marée haute, et puis nous nous sommes séparé de la manière la plus simple qui soit.

Lol. C'était …. agréable

Partager ce message


Lien à poster

quel merveilleuse expérience tu as eu avec cette dame qui sous ses airs de personne bien élevé s'est avérée être une louve lubrique et docile.

merci pour ce partage

Partager ce message


Lien à poster

Ah ouai pas mal du tout !

Sacré veinard et sacrée confiance soit dit en passant ... ^^

Merci en tout cas !

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.