Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Kristell

Une rencontre

Recommended Posts

J'avais souhaité accompagner mon chéri à un rendez-vous professionnel dans ma ville bretonne préférée. Pendant que monsieur rencontrait son client potentiel, j'ai flâné un peu partout dans la ville, achetant un petit souvenir par ci par là, m'installant à l'ombre sur un banc pour m'imprégner de cette ville que j'aime tant.

Il faisait très chaud ce jour là, et lorsque korrigan et moi nous sommes enfin rejoints, nous avons décidé de nous désaltérer à la terrasse d'un bar.

Je m'installe tandis que korrigan va retirer un peu de monnaie à un distributeur du coin.

Un homme pas trop mal de sa personne s'approche, me sourit et me propose de prendre ma commande. Je lui réponds que j'attends mon mari qui ne saurait tarder. Il se retire en me lançant un regard qui semble appréciateur.

Korrigan revient, et nous passons commande de notre rafraîchissement préféré lorsqu'il fait bien chaud : 2 monacos. Le patron nous sourit et s'en va préparer les boissons, je remarque qu'il me regarde beaucoup, mais ce n'est pas un regard salace, c'est un regard doux et appréciateur comme une caresse. Je suis un peu gênée mais n'y prête pas plus d'attention que cela.

Le temps que nous restons en terrasse, il passe et repasse, me fixe et me sourit à chaque fois, s'arrange pour s'asseoir à une table voisine, comme il est en face de nous, je vois qu'il nous observe. Korrigan l'a remarqué aussi et semble le trouver sympathique. La conversation s'engage entre eux, ils parlent travail mais aussi du sud de la France où nous résidons, et de la Bretagne. Nous échangeons une poignée de main chaleureuse puis Korrigan et moi partons nous promener.

La promenade finie, nous repassons devant la terrasse du fameux bar, et il est toujours là, nous regarde, nous adresse un signe de la main. Nous sentons que le contact passe très bien entre nous.

Trois jours plus tard. Nous retournons à ce bar mais cette fois-ci, nous sommes en famille avec les parents de Korrigan et les enfants. Je ferme la marche, et lorsque le patron me voit dans ma jolie robe, j'ai droit à un regard très appuyé et un grand sourire. Il nous a reconnus et discute un moment avec mon chéri.

Puis l'un des petits souhaite aller aux toilettes. La serveuse m'indique le chemin, et je monte à l'étage avec le petit. Pendant que le petit fait ses affaires, le patron monte, fait mine de disposer des verres dans un coin et s'approche de moi. Il engage la conversation, je lui apprends que nous repartons le lendemain. Il prend un air déçu et me dit qu'il espère nous revoir très bientôt avec un sourire très évocateur. Je suis troublée car je sens que quelque chose est en train de se passer entre nous, non seulement entre lui et moi, mais aussi entre lui et mon chéri, je l'ai ressenti lorsque je les ai vu bavarder ensemble comme s'ils se connaissaient depuis très longtemps.

Depuis, je suis troublée par ces regards et cette complicité toute naturelle qui s'est installée entre nous trois. Korrigan et moi fantasmons sur un trio HHF depuis fort longtemps, mais jusqu'à présent, nous n'avions trouvé personne qui nous fasse autant d'effet à l'un comme à l'autre. Nous avons senti lui comme moi qu'il se passait quelque chose de fort et d'inexplicable avec cette personne. Et pour que je dise à mon chéri qu'il s'agit peut être de la perle rare que nous cherchons depuis longtemps, c'est que c'est quelque chose...

Deux mois plus tard. Korrigan et moi avions prévu de retourner dîner un soir dans ce fameux bar restaurant. C'est l'été, mais il fait froid et un crachin recouvre la ville. J'avais prévu de porter une jolie robe ce soir, mais vu le temps et le froid, j'opte pour une tenue plus décontractée, dans laquelle je suis à l'aise : pull mettant en valeur mes épaules, jeans ajustés et bottines de motard.

Nous entrons dans le décor chaleureux du restaurant, et aussitôt grand sourire de la part du patron qui nous reconnaît, il serre la main de Korrigan, semble vouloir me faire la bise mais se ravise au dernier moment : ce sera une poignée de main chaleureuse. Nous nous installons à une table, face au comptoir où il se trouve en permanence. Je sens ses yeux posés sur nous. Ce soir, je me sens très belle, les yeux qui brillent, légèrement maquillée, j'ai ébouriffé mes cheveux avec soin pour me donner un air canaille, je sais que cela plaît beaucoup à mon amour et j'espère avoir le même effet sur le complice.

Le repas se passe dans la bonne humeur, je ris avec mon chéri, je lui lance des regards entendus, bois du vin (ce qui est rare chez moi), souris, prends soin de ne pas trop regarder notre éventuel complice par pudeur et par peur de nous trahir trop vite, mais je m'aperçois qu'il ne me lâche pas du regard. De temps en temps, il sort fumer une cigarette, Korrigan en fait de même, et chaque fois qu'il passe devant moi, j'ai droit à un sourire très appuyé et un regard qui en dit long.

J'ai chaud, je me sens bien, je voudrais que le temps s'arrête, mais malheureusement, le temps file à une allure effroyable. Korrigan et moi commandons un dessert, le patron s'exclame "ho les gourmands" en nous faisant un clin d'oeil, je manque de très peu de lui répondre droit dans les yeux avec un sourire sans équivoque "vous ne savez pas à quel point je le suis". Au lieu de cela, je lui réponds que je dois tout de même faire attention à ma ligne, il me rétorque que je n'ai que la peau sur les os. Je ris. Je ne me reconnais pas, je suis hardie, joueuse, provocante. Je les sens tous les deux me regarder avec insistance. Je vois bien que mon chéri est tout émoustillé.

Les derniers clients sont partis, il ne reste plus que nous, le patron et sa serveuse. Korrigan leur propose de leur offrir un verre à notre table, le patron répond sur le ton de la plaisanterie qu'il irait bien boire un verre ailleurs avec nous, mais finit par nous servir. Nous nous présentons respectivement, mais nous connaissons déjà son prénom, nous avions pu le glaner quelque part. Nous buvons tous ensemble, bavardant sur un ton badin, plaisantant entre nous.

J'aurais tellement souhaité que la serveuse, au demeurant fort sympathique, finisse par rentrer chez elle... mais malheureusement, cela ne se produit pas. Je suis un peu déçue, mais je me dis que ça ne devait pas être le bon moment, que nous aurons l'occasion de nous revoir.

Nous repartons, flânons un peu dans la ville désertée, repassant au détour d'un chemin devant l'établissement mais tout est fermé et éteint. Alors bras dessus bras dessous, nous nous rendons jusqu'à la voiture. Nous n'avons pas envie de rentrer de suite, encore sous le charme de cette soirée bien qu'il ne se soit rien passé. L'atmosphère était magique, chargée de chaleur et de sensualité pure, avec en prime une complicité hors norme avec le patron.

Nous nous promenons encore une heure, parcourant la côte puis les petits villages endormis dans les terres, il est très tard ou plutôt très tôt. Nous discutons de cette soirée, imaginant tous les deux ce qui aurait pu se passer, à un cheveu...

Cette soirée m'a rendue très câline, mes sentiments pour mon chéri sont exacerbés, je l'aime comme une folle et je sais qu'il en sera toujours ainsi. Lorsque nous rentrons, je m'empresse de me couler contre lui sous la couette pour lui offrir un tendre câlin.

Partager ce message


Lien à poster
Guest TomVodoo

J'ai eu peur au début que tu te sois trompé de partie mais non, bien au contraire.

Un récit sans pudeur qui traduit bien tes envies. Pas trop frustrée ? Ton fantasme s'est-il réalisé ?

Partager ce message


Lien à poster

Non, pas frustrée du tout, plus c'est long, plus c'est bon :welcome:

Fantasme toujours pas réalisé pour le moment, mais nous retournons souvent en Bretagne, et j'ai la très forte impression que le monsieur Breton n'est pas indifférent. On l'aura un jour, on l'aura

:D

Partager ce message


Lien à poster

Non, pas frustrée du tout, plus c'est long, plus c'est bon :D

Fantasme toujours pas réalisé pour le moment, mais nous retournons souvent en Bretagne, et j'ai la très forte impression que le monsieur Breton n'est pas indifférent. On l'aura un jour, on l'aura

:welcome:

C'est la MAAF :D :D

Partager ce message


Lien à poster

C'est la MAAF :welcome::D

Oui :D

Bon, revenons à nos moutons :D

Partager ce message


Lien à poster
Guest alexiane_

:welcome:

Hum sans mr le breton vous oubliez pas de passer à la maison hein :D

Partager ce message


Lien à poster

:D

Hum sans mr le breton vous oubliez pas de passer à la maison hein :D

:D pas de souci :welcome:

Partager ce message


Lien à poster

Joli texte en tous cas Madame K :shock:

Il résume très bien ton ressenti et l'ambiance vécue.

Je dois avouer que de te voir les yeux brulant au restaurant ce soir là, et sentir ton envie forte m'a surpris énormément et fait rire. Du jamais vu.

J'aurais une question Madame K :shock:

Est ce que ton envie de realiser ce fantasme se focalise uniquement sur Monsieur le Breton comme l'appelle Alexiane ou est ce que ton envie est ouverte sur l'éventualité de trouver un "complice" inopinément?

Cordialement Madame K :clap:

Partager ce message


Lien à poster

Je m'y attendais à celle-là :P

Pour répondre à ta question mon cher Monsieur K, j'avoue que le monsieur breton que nous avons rencontré a sacrément titillé mon esprit, et qu'il reste pour moi LE fantasme vivant pour un trio HHF. Il a de la personnalité et du charisme, ce que j'adore, et pour son âge, il n'est pas moche du tout.

Maintenant, vu que j'ai dit que je ne me mettais plus de limite d'âge (j'attends par là des hommes plus jeunes), si une belle occasion se présentait... pourquoi pas. Maintenant, pour être honnête, je rêve de l'avoir ce monsieur breton, de vous avoir tous les deux en fait, rien que pour moi, rien que pour une nuit. Il est devenu en quelque sorte une "proie", même si le terme me semble réducteur, ou une chouette "timbale" à décrocher :aime:

Mes plus respectueuses salutations Monsieur K :aime:

Partager ce message


Lien à poster

J'ai hâte que ton fantasme se réalise pour que tu nous le transformes en récit :aime:

Et en plus quand c'est un fantasme commun :aime:

Partager ce message


Lien à poster

Je m'y attendais à celle-là :P

Pour répondre à ta question mon cher Monsieur K, j'avoue que le monsieur breton que nous avons rencontré a sacrément titillé mon esprit, et qu'il reste pour moi LE fantasme vivant pour un trio HHF. Il a de la personnalité et du charisme, ce que j'adore, et pour son âge, il n'est pas moche du tout.

Maintenant, vu que j'ai dit que je ne me mettais plus de limite d'âge (j'attends par là des hommes plus jeunes), si une belle occasion se présentait... pourquoi pas. Maintenant, pour être honnête, je rêve de l'avoir ce monsieur breton, de vous avoir tous les deux en fait, rien que pour moi, rien que pour une nuit. Il est devenu en quelque sorte une "proie", même si le terme me semble réducteur, ou une chouette "timbale" à décrocher :aime:

Mes plus respectueuses salutations Monsieur K :aime:

En tout cas, la réponse est claire et merci d'avoir pris le temps d'y répondre :D:D et je comprends le phénomène de la cerise sur le gateau... :D

Et si tu devais définir le type idéal de complice, quel serait il? age, physique etc... ?

Partager ce message


Lien à poster

Je n'ai aucun type idéal en particulier, même si j'apprécie les hommes plus âgés que moi en général (eh oui, le charme des cheveux grisonnants :aime: ).

Peu importe l'âge, le type, la morphologie, etc... L'important c'est surtout un bon feeling et une grande complicité entre nous trois, c'est primordial à mes yeux. Un bon sens de l'humour et de la répartie, un peu d'espièglerie suffiront à m'intriguer et à me donner des envies pas très catholiques :P.

J'ai toujours fonctionné au feeling et je fais confiance à mon instinct :aime:

Partager ce message


Lien à poster

Eh bien Kristell, je ne te connaissait pas coquine comme ça!

En tout cas, félicitations pour ce fantasme très joliment raconté. J'espère pour vous trois que vous aurez rapidement l'occasion de le vivre pour de bon.

C'est vrai qu'une longue attente exacèrbe les envies.... Il faudra tout nous raconter après!!!

Partager ce message


Lien à poster

Eh bien Kristell, je ne te connaissait pas coquine comme ça!

En tout cas, félicitations pour ce fantasme très joliment raconté. J'espère pour vous trois que vous aurez rapidement l'occasion de le vivre pour de bon.

C'est vrai qu'une longue attente exacèrbe les envies.... Il faudra tout nous raconter après!!!

Kristell est quelqu'un pleine de paradoxes (un scorpion quoi... :aime: )

C'est quelqu'un de calme, de doux mais qui peut d'un seul coup s'enflammer et devenir predatrice et brulante.

Le soir du restaurant, je ne la reconnaissais plus du tout. Un véritable regard de braise, des allusions et des sourires évocateurs trahissaient son énorme envie.

Je sais que ce "complice", elle en crève qu'il se joigne à nous un jour, mais je sais aussi que parfois cela ne lui déplairait pas d'en trouver un "virtuel" sur le net.

Kristell, une femme douce et timide le plus souvent, mais un esprit de feu et une prédatrice en dedans!!! :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Guest TomVodoo

Je sais que ce "complice", elle en crève qu'il se joigne à nous un jour, mais je sais aussi que parfois cela ne lui déplairait pas d'en trouver un "virtuel" sur le net.

Par virtuel, tu entends ficitif, par écran interposé ou rencontré via le web ?

Partager ce message


Lien à poster

Par virtuel, tu entends ficitif, par écran interposé ou rencontré via le web ?

Alors là, faut demander a Madame Korrigan...

Partager ce message


Lien à poster

J'ai hâte que ton fantasme se réalise pour que tu nous le transformes en récit :-D

Et en plus quand c'est un fantasme commun :-D

Moi aussi :oops:

Partager ce message


Lien à poster

Eh bien Kristell, je ne te connaissait pas coquine comme ça!

Ne dit-on pas qu'il faut se méfier de l'eau qui dort ? :-D

Partager ce message


Lien à poster

Kristell, une femme douce et timide le plus souvent, mais un esprit de feu et une prédatrice en dedans!!! :-D

C'est un peu ça en effet :oops:

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.