Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

Navisss349

Un réveil torride pour lui....

Recommended Posts

La scène : 9h du matin, Paris. Un homme et une femme dans un lit.

Tout doucement j’ouvre les yeux. La lumière est diffuse mais c’est bien le matin. Où suis-je ? Je ne parviens pas à m’en rappeler. L’odeur suave qui flotte dans l’air m’est inconnue et m’indique que je ne me trouve définitivement pas chez moi. J’entends au loin des bruits de klaxon.

Soudain tout me revient. Je me retourne, sachant qui trouver à mes côtés dans le lit. Tu es là. Tu dors encore. Ta poitrine se soulève lentement au rythme de ta respiration. Tu a les traits d’un ange. Je m’approche un peu plus, désireuse de détailler les traits de l’homme dont je suis éperdument amoureuse. Tu es magnifique, et je ne me lasse jamais de te regarder. Ta peau, baignée de soleil, semble douce comme de la soie et je me retiens de la toucher de peur de te réveiller. Tu remues dans ton sommeil et ta tête bascule de mon côté. Tes airs de petit garçon m’attendrissent.

Mes yeux continuent de parcourir ton corps endormi et s’arrêtent sur une bosse déformant les draps au niveau de ton entrejambe. Je sens une certaine excitation monter en moi alors que je soulève doucement le drap pour me glisser dessous. Je rampe jusqu’à me trouver à la hauteur de ton sexe et constate qu’en effet, tu es en pleine érection.

Un sourire vient flotter sur mes lèvres et le désir commence à ronger mon ventre à la vue de ta superbe virilité en éveil. J’ai envie de prendre ton sexe à pleines mains et de le caresser mais je décide une approche plus douce, plus tendre, afin de te réveiller en douceur.

Je soulève le drap afin de guetter tes réactions et commence à effleurer doucement ton sexe de mes doigts. Aucune réaction. Tu sembles profondément endormi. Je répète l’opération de façon plus appuyée et t’entends marmonner quelque chose avant de replonger dans le sommeil. Ce jeu m’amuse au plus haut point et m’excite également. J’ai envie que tu te réveilles et trouve ton sexe planté au plus profond de ma gorge.

Je commence à lécher tout doucement ton gland, appréciant avec gourmandise ma friandise préférée. J’adore m’occuper de ton sexe si puissant, si beau et à la peau si douce. Rien que de le regarder me met dans tous mes états.

Tu commences à sentir quelque chose, tu remues doucement, encore dans un état de semi-conscience, ne réalisant pas ce qui se passe vraiment. Je choisis ce moment pour t’engloutir dans ma bouche en me mettant à califourchon sur tes jambes et aspire doucement ton sexe au plus profond de ma gorge.

Tu te réveilles dans un long gémissement de surprise et lève la tête, complètement déboussolé. Ton regard endormi rencontre mes yeux coquins alors que j’entame un va et vient puissant qui te fait gémir de plus belle.

- « Mon bébé, tu fais quoi ? », me dis tu d’une voix tremblante.

Je sors ton sexe de ma bouche et commences à te masturber vigoureusement de la main droite.

- « Ca ne se voit pas mon amour ? », dis-je d’un air malicieux.

Tu me souris, gêné, et je viens me coller contre toi pour t’embrasser tendrement. Ma langue glisse sur tes lèvres tandis que mes mains caressent tes bras, ton cou, puis je plonge dans ta bouche, avide, et agrippe tes cheveux. Tu sens mon désir grandir de minute en minute tandis que je dévore ta bouche en frottant mon entrejambe contre ton sexe avec avidité.

Je me mets à lécher ton oreille, à la mordiller, puis tu m’entends alors chuchoter :

- « Hmmm bébé j’ai tellement envie de toi ….. »

Mon corps se presse contre le tien, cherchant à en épouser chaque contour. La chaleur que je dégage te fait frissonner et tu sens ton sexe se tendre d’avantage à la vue de la lueur d’excitation qui danse dans mes yeux.

Tu es encore engourdi de sommeil et peine à réaliser ce qui se passe quand je me lève pour me placer debout face à toi au pied du lit. Tes yeux finissent par s’accoutumer totalement à la semi-obscurité baignant la pièce et tu découvres avec des yeux stupéfaits que je porte de longs bas noirs bordés de dentelle, un porte-jarretelle, un string et un minuscule débardeur noir peinant à contenir ma généreuse poitrine. Je te vois te redresser sur un coude, soudain plus attentif, et attrape des cordes que j’avais cachées sous le lit….

Donnez moi vos impressions....

Partager ce message


Lien à poster

Très bon début d'histoire érotique, bien écrite, ça donne envie d'être réveillé ainsi :P . J'attends la suite avec impatience.

Partager ce message


Lien à poster

Merci c'est gentil, c'est un début en douceur le torride est à venir ensuite alors motivez vous pour que je l'écrive ! lol

Entre parenthèses je m'identifie au personnage principal et je compte bien réaliser ce récit dans les jours à venir !

Partager ce message


Lien à poster

Je viens te chevaucher de nouveau et t’attache fermement les mains à la tête de lit. Tu te laisses faire en souriant jusqu’à ce que je te bande également les yeux. Je me lève alors et prépare silencieusement mes accessoires, sachant que si tu ne m’entends pas bouger ton angoisse grandira peu à peu. C’est ce que je cherche, à te propulser dans l’inconnu, à te surprendre, à te faire découvrir une facette de moi que tu n’avais jamais imaginée….

Je prends dans ma main un glaçon et me place à coté du lit, debout. La chaleur de mon corps réchauffe la glace qui commence à fondre et je laisse tomber quelque goutte glacées sur ton torse. Pris au dépourvu tu pousses un cri étouffé et comprends alors que c’est moi qui tient les reines. Cette pensée te ravit et t’inquiètes en même temps car tu ne sais vraiment pas à quoi t’attendre de ma part.

J’utilise divers objets pour te titiller, plume, papier, tissu, et je bascule lentement vers des objets plus froids, plus métalliques, je te griffe les bras lentement avec une fourchette, suivant mes envies les plus étranges. Le résultat ne se fait pas attendre, à ce stade tu ne sais plus si tu vas avoir mal ou prendre ton pied la prochaine fois que je te toucherai.

Ton sexe reste pourtant dur comme le marbre et je finit par céder à la gourmandise d’y gouter à nouveau. Je fais lentement glisser ma langue le long de ton membre bien dur et savoure ta saveur avec délectation. Je t’avale tout entier, sentant mon sexe s’échauffer à son tour, et commences à entamer de lents va et vient. Tu commences à gémir de plus en plus fort, ton corps tremble, et j’attend que tes râles deviennent plus sourds encore pour stopper net mon activité.

Je viens me mettre à cheval sur ton torse et place ma main sur ta gorge en serrant fortement :

- « Fermes-là, t’as compris ? », dis-je d’une voix hargneuse.

Je ne sais pas quel démon s’est emparé de moi mais en cet instant je ne contrôle plus mes actes. Je retire le bâillon qui t’occultait la vue et le fourre dans ta bouche pour te faire taire. Je perçois brièvement une lueur d’inquiétude dans ton regard mais n’y prête aucune attention. Je te connais bien maintenant et je sais que ce jeu te plait.

Je décide de rehausser ta tête à l’aide d’un coussin afin que tu ne rates rien du spectacle à venir et en profite pour libérer mes seins du débardeur qui les enserrait. Comme toujours tu écarquilles les yeux devant la taille impressionnante de mes seins que je viens approcher de ton sexe. Je commence alors à te masturber lentement dans leur chaleur et vois tes yeux se fermer. Tes gémissements me parviennent malgré le bâillon et je viens alors positionner mon sexe au dessus du tien.

Je te regarde, tes yeux sont rivés sur mon sexe, en attente du plaisir à venir mais je prends mon temps et frotte doucement mon clitoris à l’aide de ton gland. Ta tête se renverse en arrière, tu perds patience, tes yeux me supplient de t’accorder ce que tu demandes alors j’insère très lentement ton sexe dans le mien et m’empale d’un coup sec sur ta queue bien raide. Tu pousses un cri que le tissu parvient à peine à étouffer et je ressors ton sexe très vite. JE n’ai pas l’intention de te redonner ce plaisir tout de suite et te fais patienter à nouveau jusqu’à ce que tes hanches se soulèvent, me suppliant de t’accorder la délivrance que ma chatte peut apporter à ton membre érigé…. Je m’empale de nouveau plusieurs fois de cette manière, te rendant plus fou de désir à chaque seconde qui passe avant de cesser ce manège.

Je t’oblige alors à te redresser et te met à genoux, dos à tête de lit à laquelle je t’attache, t’obligeant à redresser le torse. Te voilà en position de levrette, les mains attachées dans le dos et je me positionne face à toi, prête à te faire découvrir des plaisirs que tu ne soupçonnes pas…..

J'attends vos commentaires....

Partager ce message


Lien à poster

Récit terriblement sensuel qui me donne plein d'idées coquines!

Continue comme ça!!!

Partager ce message


Lien à poster

Tu me contemples, ton dos plaqué contre la tête de lit bardée de barreaux en métal et je m'approche lentement de toi. Mes mains parcourent ton corps, mutines, pendant que je plonge mon regard dans le tien. j'ôte le baillon de ta bouche et t'embrasse avec fièvre, t'envahissant de ma langue en me plaquant contre toi. Le désir me mord le ventre, je me sens bouillante de désir et dévore du regard ton sexe superbe en érection.

Je te masturbe de la main, trés vite, en ne te quittant pas des yeux, puis lèche chacun de mes doigts trés lentement à quelques centimètres de ton visage. Mon goût est délicieux, et me voir savourer ma propre mouille te fait gémir de frustration et de désir en même temps.

- "T'en veux un peu toi aussi c'est ça ? ", te dis-je en souriant.

Tu me réponds d'une voix rauque :

- "Laisses moi te lécher je t'en prie....."

- "Non, c'est moi qui tient les reines, toi tu n'es là que pour assouvir mes moindres envies c'est bien clair ?"

Mon ton est dur et mes yeux te fusillent du regard. Tu ne dis rien mais je sens ton excitation monter encore d'un cran face à cette facette de moi que tu ignorais.

- "Tu vas subir mes désirs sans pouvoir faire quoi que ce soit....", dis-je en me retournant et en exposant à ton regard mes fesses rebondies que je viens coller contre ton bassin. Je saisis alors ton sexe à pleine main et l'insère au plus profond de moi. Tu pousses un cri sous le coup de la surprise tandis que j'entame un lent va et vient sur ton sexe en pleine érection. C'est moi qui décide de la cadence, de la puissance des coups et je sais trés bien que ne pas pouvoir m'agripper les hanches pour me défoncer à te guise te frustre énormément. Mais tu ne restes pas longtemps insatisfait car maintenant c'est moi qui m'empale sur ton membre telle une sauvage, avide de coups de boutoirs. C'est moi qui te baise, et cette vision te rend fou, te fait gémir, haleter, tu crèves d'envie de reprendre le controle des opérations en cet instant, mais tes liens t'en empechent.

C'est quand je sens ton plaisir atteindre des sommets que je cesse tout mouvement et me dégage. Tu n'as pas besoin de parler pour que je comprenne l'intensité de ta frustration, je sais pertinemment que je paierai cher ce que je viens de faire, et j'adore cette idée. JE me positionne face à toi, allongée, et commence à me toucher le sexe, sachant que la frustration n'en sera que plus grande pour toi. Je lèche lentement mes doigts couverts de mouille et répète l'opération jusqu'à ce que je vois dans tes yeux l'impatience prendre le pas sur le désir. Je comprends qu'il est temps que je passe aux choses sérieuses. J'attrape un gode noir en dessous du lit et commence à le sucer lentement. Ton regard est rivé sur mon sexe humide tandis que je me pénètre lentement avec le jouet.

Tu ne sais plus à quoi t'attendre de ma part : va-t-elle se faire jouir sous mes yeux sans que je puisse la toucher ? va-t-elle me faire patienter encore longtemps ? Les questions se bousculent dans ta tête tout en suivant les va et vient du gode dans ma chatte ouverte. Je ressorts alors une dernière fois l'objet, te regarde et le dirige lentement vers mon anus.....

Partager ce message


Lien à poster

je peux tres facilement imaginer la frustration qu'il pourrait subir

le meme frustration qui va emaner de moi en attendant la suite :P

vivement la suite :P

Partager ce message


Lien à poster

Mon histoire erotique s'est realisee hier soir sauf que c'est Monsieur qui m'a attachee avec sa cravate et qui a pris les reines !!! J'en ai pris pour mon matricule bon sang !!! Je n'ai qu'une chose a dire, je ne sens plus ma chatte !!! :P:P :P

Partager ce message


Lien à poster

Ca donne chaud ce récit!!! Vite la suite!!!!

Partager ce message


Lien à poster

Ben alors elle est où la suite ? Je pense que je ne suis pas le seul qui a envie de connaître la suite !

Partager ce message


Lien à poster
Guest sliver

Hé bien hé bien c'est une belle confession, à la fois passant par la sensualité, l'érotisme, l'excitation, l'amour...j'adore. Bravo pour ce beau récit !!

Partager ce message


Lien à poster

Magnifique récit! J'adore la façon dont tu l'as écrit: sensuelle et torride à la fois.

On s'y croirait.

Tu m'as donné envi coquine! :wink:

Partager ce message


Lien à poster

Suite et fin, désolée de l'attente !

Tu regardes le cylindre noir s'approcher de mon intimité la plus profonde avec un intérêt non déguisé. Les muscles de ta mâchoire se tendent de frustration quand tu vois le gode commencer à s'enfoncer lentement dans mon cul et s'y engouffrer de plus en plus profondément. Je suis très détendue, habituée de cette pratique et mon anus cède sans difficulté, s'ouvrant pour accueillir l'instrument. Une douleur aiguë apparaît cependant mais je la supporte, sachant qu'un plaisir intense va lui succéder sans attendre. Je renverse la tête en arrière quand je sens enfin le plaisir monter et sens ma mouille couler le long de mes cuisses sous tes yeux écarquillés de désir. Tes bras se tendent, cherchant à se libérer de tes liens et je crains un bref instant qu'ils ne résistent pas.

Le gode est maintenant tout au fond de mon cul. J'entame de lents va et vient mais comme à mon habitude je n'ai pas utilisé de lubrifiant et mon jouet peine à glisser dans mon antre. La douleur se fait plus intense mais peu à peu le jus de ma chatte coulant sur le gode parvient à le lubrifier entièrement. Le plaisir supplante enfin la souffrance. Je me sens perverse de pratiquer cet acte que beaucoup considèrent comme sale et malsain mais au lieu de me rebuter ce sentiment m'excite. J'aime cette sensation d'interdit, de tabou et tu le sais. Tu vois mes prunelles se dilater et ma peau rougir d'excitation tandis que ma main se dirige lentement vers mon entre-jambe, désireuse d'en vérifier l'humidité.

Je commence à me masturber doucement devant toi et je sais que cette vision t'excite autant voir même plus encore que celle du gode malmenant mon anus. Je suis à présent bien dilatée, et le jouet glisse sans effort, entrant et ressortant de mon cul, me tirant à chaque mouvement des gémissements de plus en plus intenses. J'aurais presque envie de me faire jouir sous tes yeux sans que tu puisses me toucher mais je sais que ta bite me fera bien plus de bien que si je me finis seule. Je continue cependant mon petit manège un long moment avant de retirer lentement de mon cul le gode luisant d'humidité. Je continue à me masturber en me malaxant les seins et en te regardant, en dévorant des yeux ta virilité superbe en pleine érection.... Je la désire, je la veux dans mon ventre, dans mon cul, dans ma bouche, où il te plaira, je commence à ne plus avoir la force de t'imposer ce supplice, j'aie envie que tu viennes me ravager, me défoncer, me punir de ce que je t'ai fait subir. je me relève donc brusquement et viens t'embrasser langoureusement, t'exprimant dans ce baiser toute ma passion, toute mon envie, te faisant comprendre que je te veux et que mes jouets ne me suffisent plus....

Je défaits tes liens en me collant contre ton corps, impatiente de découvrir tes intentions maintenant que tu es libre. Tu ne me déçois pas. Tu me renverse sur le dos et ton corps vient s'abattre sur moi, me clouant au lit. Une bouffée de peur monte en moi et me submerge, à ton plus grand plaisir. Tu aimes cette panique dans mes yeux, car tu sais que j’aime cette sensation, qu'elle m'excite au plus haut point et que me faire violer par toi est un de mes plus grands fantasmes. Aujourd'hui je t'ai poussé à bout et je vois bien que tu bous d'impatience de me prendre, de me faire payer mon attitude provocante et dominatrice. Je sens quand tu approches ton gland de mon sexe que la douceur n'aura pas sa place dans ce que tu t’apprêtes à me faire. J'ai amplement raison.

Ton sexe s'engouffre dans le mien avec une violence fulgurante et vient butter contre l'entrée de mon utérus. Je crie de douleur mais tu n'en as cure, tu me pistonnes sans relâche, ignorant la peur dans mes yeux tandis que tu me plaques contre le matelas à l'aide d'une main sur ma gorge. Tu m'étrangles presque, pesant de tout ton poids sur cette main qui coupe la respiration. Une réelle panique commence à monter en moi, mais je ne me débats pas, j'ai une confiance absolue en toi, je sais que même en cet instant tu m'aimes, que jamais tu ne me ferais réellement de mal. Tu vois bien dans mes yeux que malgré la panique, l'excitation elle aussi est à son comble, et mon sexe dégoulinant de plaisir me trahit.

Après m'avoir malmenée pendant quelques minutes tu te retires et m'empoignes par la taille, me retourne sur le ventre et relève mon bassin, venant le coller au tien :

- Prêtes à payer ce que tu viens de me faire ? Dis-tu d'un ton inquiétant.

Tu colles alors ton gland sur mon anus et sans prévenir t'enfonces de toute ta longueur dans mon cul. Je hurle de douleur face à cette intrusion soudaine car malgré la préparation à l'aide du gode je n'étais pas prête à recevoir un tel calibre. Mon gode est en effet bien plus court et fin que toi..... Les larmes ruissellent sur mon visage et je me demande un bref instant si j'ai bien fait de te provoquer ainsi. Je suis tentée de céder réellement à la panique et pousse de petits hoquets, cherchant à contenir mes pleurs. Tu n'as jamais été aussi violent, et malheureusement je ne peux rien te reprocher, j'ai cherché cette situation.

J'ignore si tu t'es rendu compte de mon émoi mais tu te me fais pivoter et m'allonge sur le dos, le sexe toujours profondément ancré en moi. A cet instant je te déteste de ne pas te retirer car je souffre, j'ai mal, je me sen écartelée et je n'ai plus aucune force dans les membres. Je me sens épuisée par la douleur, apeurée. Tu t'allonges alors sur moi et m'embrasse avec passion, envahissant ma bouche, tenant mon visage entre tes mains puissantes. Tu sens ma résistance, ma douleur dans ma façon de répondre à ce baiser mais tu n'en tiens pas compte, tu ne te retires pas pour autant. Tes mains commencent à agacer mes tétons qui malgré ma douleur se tendent aussitôt de plaisir. Ton sexe fiché en moi me donne l'impression que mon cœur bat au niveau de mon cul, je ressens chaque pulsation douloureusement tandis que mes muqueuses s'habituent peu à peu à la douleur. Tu continues à m'embrasser, à me cajoler, à lécher mes seins et mon corps malgré moi répond à tes avances. Je me sens mouiller de plus belle, à torrents, excitée de sentir ta queue plantée dans mon cul pendant que tu me procures toute cette soudaine douceur. Tu n'as pourtant pas l'intention de renoncer à tes projets et je m'en rends compte très vite. Sentant que ma douleur s'est apaisée tu entames un lent va et vient dans mon orifice douloureux. Tu bandes très dur et je sens les larmes resurgir mais ta langue sur mes seins et tes mains qui me caressent écartent peu à peu la douleur. Tu prends une de mes mains et la pose sur mon sexe, m'invitant à me masturber. Je me touche doucement et instantanément le plaisir survient, éteignant peu à peu la douleur sourde émanant de mon anus. Ce n’est qu’au bout de quelques minutes que je me rends compte que je n’ai plus mal et qu’une sensation nouvelle émane en moi. Tes mouvements se font plus profonds, plus puissants, et à chaque va et vient je ressens le plaisir grandir en moi. Je retiens mes gémissements, peu désireuse de te montrer mon plaisir après la douleur fulgurante que tu m’as infligée auparavant. Malheureusement tu me connais comme si toi-même m’avait faite et tu continues à me caresser et à me prendre le cul jusqu’à ce que le plaisir soit si intense que je ne puisse plus me retenir de l’exprimer. Je vois le contentement dans tes yeux tandis que tu accélères tes mouvements, brulant du désir de me pistonner violemment. Tu te retiens cependant, ne voulant pas me faire vraiment mal comme tout à l’heure. Ce que tu ignores c’est que je meurs d’envie que tu sois de nouveau violent maintenant que la douleur est passée. Je ravale donc toute fierté et telle une chienne en chaleur te dit d’un ton fiévreux :

- Vas-y, défonces moi allez !!!

Tu ne te fais pas prier et entames de me marteler le cul à un rythme infernal. J’ai réellement du te pousser à bout pour que tu sois aussi empressé et violent. A ma grande surprise je ne ressens plus aucune douleur mais d’immenses vagues d’excitation me submergent face à la soumission totale que tu me fais subir. Tu commences à me traiter de sale chienne, de petite pute, de salope, je sais que malgré notre amour dans ces moments là ces mots t’excitent au plus haut point. J’aime pour ma part que tu me rabaisses ainsi malgré mon caractère d’un naturel fort, j’aime ne pas me sentir en contrôle de la situation, voir que je suis ta chose et que tu fais de moi ce que tu veux. Je continues à me masturber furieusement pendant que tu me pilonnes le cul comme une trainée. La jouissance monte et mes cris se font de plus en plus bestiaux et sauvages. Je ne contrôle plus mes réactions, je suis revenue à un état primaire et j’aperçois dans tes yeux une joie sauvage devant ce spectacle. Tu aimes me voir ainsi, les yeux révulsés, la langue tendue comme une chienne en chaleur, totalement à ta merci…. La jouissance m’emporte alors de façon fulgurante, transcendant mon corps tel un éclair. Par réflexe mon cul se resserre, achevant de faire monter ton désir et tu jouis au plus profond de mon cul en poussant des cris gutturaux, des cris d’animal qui rejoignent les miens.

Tu t’écroules alors près de moi, sans force, le cœur battant à tout rompre. Après quelques secondes haletantes tu ouvres péniblement les yeux et me chuchote en souriant :

- Tu me surprendras toujours mon amour….. Merci.

Partager ce message


Lien à poster

Ca valait le coup d'attendre !!! Très stimulante cette description de sodomie brutale :tomate:

Partager ce message


Lien à poster

:???: j'ai adoré, superbe histoire, très bien raconté.

Le passage entre la dominante et "proie" est superbement bien décrite, je me suis vue à ta place et j'ai vraiment envie de vivre ça

ce doit être quelque chose de faire monter un homme en pression, au maximum, et le laisser "s'exprimer" ensuite.

Merci pour ce délicieux moment que tu viens de me donner :P

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.