Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

sophxxx

La Clinique du Sexe

Recommended Posts

Je profite du soleil printanier en prenant mon petit déjeuner sur la terrasse, tout en parcourant mon journal habituel. En feuilletant rapidement celui-ci un encart attire mon attention ...

Cet encart disait :

«Clinique très réputée dans son domaine cherche des volontaires en bonne santé pour des tests cliniques dans le domaine de la sexualité féminine.

Profil : femme, la trentaine, vie sexuelle épanouie, sans antécédents médicaux

Rémunération : 1000 euros/jour

Contacter le Dr P. au ...»

?Suivait un n° de téléphone portable. Intriguée - et attirée par les gains possibles il faut bien l’avouer - je téléphone. Un homme me répond. Je lui dis que j’appelle pour l’annonce ... Il se présente, médecin, travaillant pour «La Clinique du Sexe», établissement ultra-chic spécialisé dans les problématiques sexuelles. Ils mènent une étude autour du plaisir féminin et cherchent donc des volontaires pour se soumettre à différents tests. Il s’agit de tests sans danger pour la santé, non douloureux. Il faut simplement être disponible durant quelques jours le mois suivant. Le médecin me pose quelques questions anodines sur mes antécédents médicaux et ma vie sexuelle et me dit que mon profil correspond à ce qu’ils cherchent.

J’accepte ... Voilà de l’argent facilement gagné finalement !

Un mois plus tard, je me présente à la Clinique le matin à 9h comme prévu. Je suis accueillie par une standardiste court-vêtue et ultra-maquillée qui me demande de patienter dans la salle d’attente n° 2. Les locaux sont classe, simples et sobres mais luxueux ...

10 mn plus tard, une infirmière vient me chercher. Elle marche devant moi dans la couloir. Je vois ses fesses sous sa blouse, je suis sure qu’elle est nue, vu la chaleur ambiante. Elle est grande, brune, ses cheveux sont retenus en chignon sur son cou. Elle a de petits seins pointus que j’ai repérés à son arrivée ...

Enfin bref, je ne suis pas là pour elle ...

Elle m’installe dans une salle d’examen, me demande de me déshabiller entièrement pour l’examen d’admission des volontaires. «Une fois déshabillée, vous vous installerez sur la table d’examen s’il vous plait» dit-elle sèchement. Elle repart, emmenant ma valise.

Je me dévêts, posant mes vêtements sur une chaise. Je suis entièrement nue et je m’installe sur la table gynécologique comme elle me l’a demandé. Je suis un peu mal à l’aise.

Un homme, pas très grand mais très musclé, arrive. Il porte lui aussi une blouse. «Bonjour, Dr P., c’est moi que vous avez eu au téléphone. Je vais faire quelques tests pour votre admission après quoi Nadia, l’infirmière qui vous a accompagnée ici viendra finir de vous préparer pour démarrer les tests immédiatement.»

Il parle d’un ton autoritaire et qui ne suppose aucune réplique ...

Il me demande de placer mes pieds dans les étriers et de me détendre. Il commence à me palper les seins ... palpation un peu surprenante pour un médecin ... il les prend à pleine main, les pétrit voluptueusement ... Je frémis ...

Puis il commence à titiller mes têtons entre ses doigts, ce qui les durcit immédiatement. Je commence déjà à mouiller, un peu gênée malgré tout.

Puis il glisse sa main entre mes cuisses et son index vient se blottir entre mes lèvres. «Mmmm, dit-il, je vois que vous réagissez vite ... C’est tout à fait ce qu’il nous faut ...».

Il caresse légèrement ma vulve, son doigt parcourant l’entrée de mon vagin. Je ne peux m’empêcher d’écarter les cuisses et de basculer mon bassin. Mon séjour ici commence plutôt bien ...

Il glisse alors un doigt, puis 2, puis 3 et va et vient dans ma caverne ... puis se retire ... «Ok dit-il, tout est en ordre. Nadia va venir s’occuper de vous. Restez-ici et ne vous rhabillez pas.»

Et il sort ...

Je reste là, tenaillée par l’envie de me toucher mais gênée de pouvoir me faire surprendre ...

Nadia, la belle brune de tout à l’heure, surgit à ce moment-là ... «Bon restez comme ça, je vais vous épiler entièrement sinon nous ne pourrons pas mener les tests». Je n’ose pas bouger ... elle prend un rasoir et commence à me mettre de la mousse à raser sur la chatte. Puis elle passe son rasoir tout en douceur pour éliminer les quelques poils qui pouvaient persister ...

Elle est devant moi, la tête entre mes cuisses et quand elle se penche, je vois ses seins sous sa blouse entrouverte ...

Le passage du rasoir est comme une caresse sur ma peau. Chaque fois qu’elle s’approche de mes lèvres, je frémis et je gémis ...

Elle me lave ensuite la chatte avec un gant tiède, insistant doucement sur ma fente. Son doigt me caresse, s’insinue à travers le gant légèrement rugueux. Je bouge mon bassin ... j’ai envie d’elle, j’aimerai défaire sa blouse, lécher ses seins, sa chatte, son bouton rose, sentir sa cyprine sur ma langue et sur mes doigts. Elle continue à me laver, allant et venant sur mon sexe. Cette caresse est insoutenable pour moi qui suis folle d’excitation.

«Tu as envie de moi hein ?» dit-elle soudain ... Je réponds oui dans un souffle ... Elle rit ... Elle s’approche et m’embrasse à pleine bouche. Je sens ses seins contre moi, fermes et pointant, sa bouche est douce et fraîche. puis me dit «allons, c’est moi qui vais m’occuper de toi pendant ton séjour et pour les tests, tu devrais faire tout ce que je te dis et nous verrons ensuite si tu peux ou pas profiter d’autre chose. Lève-toi maintenant et mets-ça» en me lançant un simple peignoir.

«Suis-moi !» ordonne-t-elle ensuite en sortant de la salle. Je la suis ...

Elle m’amène dans une autre salle. Un fauteuil en cuir est placé devant un miroir sans tain qui donne sur une chambre luxueuse, rien à voir avec une chambre d’hopital, une chambre digne d’une suite d’hotel de luxe, avec un lit majestueux ...

«Déshabille-toi et assieds-toi sur le fauteuil» dit-elle ... Elle se penche ensuite et attache mes chevilles à des piquets placés à l’avant. Mes cuisses sont largement écartées. Elle me plaque ensuite contre le fauteuil puis attache mes bras aux accoudoirs avec des lanières de cuir. Elle plaque ensuite ma tête contre le dossier et place sur mon crâne un casque bourré d’électrodes.

Je ne peux plus bouger du tout.

«Le premier test consiste à tester ta vitesse de jouissance sans contact.» dit-elle énigmatiquement. Puis elle sort de la pièce.

J’attends ... Et puis soudain devant moi, la porte de la chambre s’ouvre. Nadia y entre, suivie d’un homme, sans doute un patient ou un cobaye comme moi.

Nadia ferme la porte derrière elle et indique à l’homme de s’asseoir sur un fauteuil qui se trouve sur le côté. Je le vois de 3/4. Elle se met sur le lit, jambes écartées, face à lui mais presque face à moi aussi ...

Je peux vérifier qu’elle est nue sous sa blouse ... je suis déjà excitée et mouillée, j’ai envie d’elle ...

Elle défait lentement sa blouse, bouton par bouton, face à l’homme qui reste impassible même si je peux constater que son pantalon commence à se gonfler ...

Les seins de Nadia, petits, ronds, pointant impudiquement vers l’homme, me font frémir quand ils surgissent de sa blouse ... Elle se caresse d’une main, plaçant celle-ci contre sa chatte, glissant un doigt dans son sexe et allant et venant en elle.

Je ne peux que contracter mon vagin, sans serrer les jambes, sans me toucher ... sans LA toucher ... Comme j’aimerai sentir sa peau contre la mienne, glisser ma main en elle, ma langue, ...

Je mouille abondamment, je sens l’odeur de ma cyprine, je la sens couler sur le fauteuil.

L’homme a défait son pantalon, il a sorti son sexe, il se branle sans vergogne devant elle, sa gland turgescent dépassant de sa main. Il a un sexe pas très long mais visiblement bien large.

Il se lève, se place devant elle, elle le lèche, le suce, le pompe langoureusement tout en se touchant. Il la couche sur le lit, finissant d’écarter la blouse.

Il lui lèche les seins, les suce. Sa queue touche surement sa chatte, j’ai l’impression de la sentir contre moi ...

Puis il descend et commence à lécher sa chatte. Elle est au bord du lit, jambes écartées, il est à genoux devant elle ... Il met sa langue entre ses lèvres puis va et vient de haut en bas à de multiples reprises ... Je gémis, je ne sais plus si je veux être à sa place à lui ou à elle ...

Je voudrais me caresser, me branler, me toucher ...

Je le vois qui fait entrer sa langue profondément en elle puis la titille bien au fond, oui là, juste là ... Mmmm ... rien que de le voir, je sens à la fois le contact de son clitoris à elle sur ma langue, ce petit bouton un peu dur à l’entrée de sa grotte et celui de sa langue à lui contre le mien qui frémit d’impatience ...

J’entends Nadia gémir, elle se cambre ... oui je la vois jouir sous sa langue, jouir longement, langoureusement, avec délice ...

Alors il continue à la lécher ... je sais ce que ça fait : le clitoris encore frémissant, chaque coup de langue est comme un supplice dont on ne sait plus s’il doit continuer ou s’arrêter ...

Alors il la remonte plus haut sur le lit, se couche sur elle en tenant ses mains haut en arrière puis la pénètre d’un seul coup. J’imagine son sexe entrer en moi aussi, son gland passant sur mon bouton de rose encore tout excité, encore une caresse insupportable qui m’excite ...

Il va et vient en elle presque brutalement mais mouillée comme je le suis - heu comme elle doit l’être - cette brutalité est une douceur excitante ... il va bien au fond, sa queue doit toucher les parois de son sexe. Je contracte mon vagin au rythme de leurs étreintes, c’est la seule chose que je puisse faire ...

J’ai envie d’elle, de lui, je ne sais plus ... je veux juste jouir, jouir, jouir, ...

Je crois que je crie «prends-moi, prends-moi ...» ... tout est trouble pour moi ...

Il sort sa bite pour la rentrer à nouveau tout entière et j’imagine ce que le passage de ce gros gland doit provoquer comme sensations à Nadia qui visiblement apprécie en offrant son bassin à ce dard bienfaisant.

Elle doit le retenir en serrant fort sa chatte autour de lui comme si elle ne voulait plus qu’il reparte, il doit se sentir la gangue de chair autour de son sexe, comme un fourreau chaud et doux.

Oh oui, je voudrais me toucher, qu’on me touche, ...

Il s’arrête un instant, suce à nouveau ses têtons, les aspire. Je vois les seins de Nadia effrontément pointus, elle frémit, moi aussi.

Il reprend ses va-et-vient ... plus vite plus fort, s’arrêtant de temps à autre pour têter ses petits seins fermes.

Elle jouit à nouveau, je le vois, je le sens j’ai envie de jouir avec elle ...

Il continue son va-et-vient ... je sens qu’il va jouir lui aussi, j’imagine son sperme se répandre à l’intérieur d’elle, elle va sentir les soubresauts de son sexe répandant sa semence tiède dans ses entrailles ...

Je ferme les yeux, contractant mon vagin rythmiquement autour de ce sexe imaginaire. «Prends-moi, lèche-moi, baise-moi ...», j’ai envie, envie ... oui baise-moi ... Et soudain ma jouissance monte, légère et frémissante comme une brise d’avril.

Une contraction douce qui me laisse toute alanguie ... mais tellement insatisfaite ...

Je reprends peu à peu mes esprits, attendant le retour de Nadia et impatiente de savoir quel sera le prochain test ...

Partager ce message


Lien à poster

Je suis impatient aussi...

C'est beau, c'est chaud, ça donne des envies...

Merci !

Partager ce message


Lien à poster
Guest sylphide

Très bon texte. Je suis très impatiente de connaitre la suite

Partager ce message


Lien à poster
Guest pim-kim

Hmmmm !

C'est le premier texte que je lis et je n'ai pu m'empêcher de me caresser, c'est tellement chaud, sensuelle et désirable que j'attends impatiemment la suite de ces test qui me font aussi frémir !

Quelle imagination :bbl:

Partager ce message


Lien à poster

trés sympatique ce texte. Dommage, il n'y a pas de clinique du sexe vers chez moi !! :-D

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.