Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

ronde_a_croquer

1994, j'avais 17 ans

Recommended Posts

Un pote me fait souvent relire ses nouvelles pour me demander mon avis... souvent très critiques ! Il m'a mise au défit d'en rédiger une, alors... soyez indulgent, c'est la première ! Mais d'avance merci pour vos critiques !

Bonne lecture

**************

1994, j’avais 17 ans et des papillons dans le ventre quand je le voyais arrivé.

Lui, c’était Sam ; un beau noiraud aux yeux bleus. L’archétype du jeune homme qui se sert de son côté poète pour attirer les minettes dans mon genre. Sauf que moi, j’étais l’officielle officieuse ; celle que l’on appelle pour assouvir ses désirs sans que personne ne s’en rende compte.

Je le voyais ainsi compter fleurette sous mes yeux, à de jeunes demoiselles touchées par la fausse sensibilité de ce dandy de pacotille. Il avait entretenu quelques relations mais se débrouillait toujours pour que l’histoire casse. Il venait alors vers moi se plaindre d’être incompris, se blottissait contre moi tout en réclamant des caresses qui s’ouvraient vers d’autres étreintes.

C’est avec la même tac-tic qu’il m’avait approchée la première fois. Tout penaud, il s’était installé en tailleur à côté de moi, sur le banc qui fait face au lac. Son petit jeu n’était déjà plus un mystère pour moi.

« Pas la peine de feindre des pleurs, je t’observe depuis assez longtemps » lui lançais-je en me levant. « Je veux bien batifoler avec toi, mais les pleurnicheries laisse-les sur ce banc » lui dis-je en m’éloignant.

Mon plan avait-il foirer ? Les secondes me paraissaient des heures et je n’entendais aucun mouvement derrière moi. Soudain, j’entendis ses pas rapides sur le sentier, il allait me rattraper. Je n’ai pas eu le temps de me retourner, il me fit tournoyer en m’attrapant la main, me regarda et écrasa ses lèvres sur les miennes. Une fois nos yeux ouverts, aucun mot n’était nécessaire, j’avais compris ce qu’il cherchait et ce qu’il cherchait j’étais capable de le lui donner.

Le soleil allait se cacher derrière la montagne au loin et l’obscurité naissante allait nous protéger des regards indiscrets. Il m’entraina sur la plage à quelques mètres. Je lui tournais le dos, il prit le bas de mon t-shirt et me le retira. Je le sentais humer ma peau, de ma nuque au creux de oreille où il me susurra « je vais me régaler ».

Nous voilà nus. Une fois à même le sable, nos vêtements nous offraient une couche confortable où galamment il m’invita à me coucher. Assis à côtés, il passait ces mains sur mon corps comme les caresses d’un pianiste sur les touches ivoires d’un piano pendant une balade. Il m’a regardée fixement et à diriger ses doigts vers mon sexe qu’il a effleuré.

Constatant que l’envie était là, il se coucha au dessus de moi en offrant à ma bouche sa verge déjà bien réveillée. Simultanément, sa langue et ses doigts me fouillaient avec agilité. Tantôt rapide, tantôt calme, le rythme saccadé fit monté le désir… N’en tenant plus, je stoppais les coups de langue, me laissant parcourir par un frisson, je me cambrais et le point de non-retour surgit.

Il vint déposer un baiser sur mon nombril et monta jusqu’à ma bouche, m’embrassa et me dit tout bas : tu es prête ? J’acquiesçais en fermant les yeux et en m’abandonnant.

Avec ces jambes, il écarta mes cuises ; j’étais désormais toute ouverte à lui. Accroupi face à moi, il baladait son gland de mon clitoris à l’entrée de mon vagin. Le sourire en coin, il me faisait trépigner d’impatiente. Quand allait-il me posséder ?

D’un coup de rein, il m’engouffra en moi. Je ne pus retenir un cri, qu’il retenu aussi tôt de sa main gauche. Puis lentement, les va-et-vient s’installèrent pour mon plus grand plaisir. La cadence montait, j’avais l’impression que chaque mouvement de son bassin poussait son gland encore plus loin en moi. Je le sentais nerveux, crispé.

Il se retira et me demanda de me mettre sur le dos. Il a écarté mes fesses et là je pris peur. « Pas maintenant, promis… » me dit-il et me pénétra. Je n’avais jamais testé cette position, mais me retrouver ainsi prise au piège sous son poids, fesses écartées, m‘exaltait. Il avait dû lire mes pensées ; l’envie d’une présence dans mon anus m’excitait. Un doigt perdu se réfugia à l’intérieur. Une sensation extraordinaire de chaleur enveloppa tout mon corps, je perdis pied et me rendis vite compte que le doigt allait être prochainement accompagné d’un second. Qu’à cela ne tienne, la sensation en valait la peine !

Je sentis son gland forcer sa cible. Je le priais de ne pas insister tout en essayer de le repousser d’un main, mais dans cette situation, je n’avais pas grand espoir qu’il m’écoute. « Calme-toi ! Mieux tu te sentiras et plus de plaisir tu auras ». Je respirais un bon coup et tenté de me décrisper.

Après quelques pénétrations, le plaisir était à son comble. Ces soupirs se transformèrent en gémissements, puis en grognements. Il se retira, frotta sa queue sur mes fesses et un jet chaud parcourut ma colonne vertébrale.

Ereinté, il se coucha à mes côtés en me caressant les fesses. Une fois les idées en place, il me proposa un pacte, celui d’être disponibles l’un pour l’autre, de jour comme de nuit pour assouvir nos désirs. Impossible de refuser.

2011, tous deux mariés, chacun de notre côté, nous échangeons des moments privilégiés, comme ce soir d’été où nous nous sommes découverts certaines affinités.

Partager ce message


Lien à poster

:langue: J'ai bien aimé très belle façon d'écrire. Merci pour ce récit :D

Partager ce message


Lien à poster

J'aime beaucoup ta facon d'écrire, légere et tu vas droit au but. Cela m'a fait de l'effet :langue:

J'attends déjà ta prochaine confession

Partager ce message


Lien à poster

Merci pour ce joli texte rempli de sincérité dans un style original :P

un vrai instant de plaisir. :D

Baci :langue:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anselmea00

Très beau récit, très bien raconté. Merci pour cet excellent moment que tu nous fait passer.

Anselme

Partager ce message


Lien à poster
Guest Klenack

Et bien c'est un très beau récit, très bien écrite, ça donne des émotions, ça titille .... on en veut d'autres. Bravo

Partager ce message


Lien à poster

J'adore !

(Je suis le pote qui lui fais lire et corriger mes récits, elle m'a fait découvrir ce site)

Ma petite chérie ... Tu es devenue beaucoup plus coquine et j'aime

Tu l'étais déjà pas mal pour une jeune vierge :langue: mais là ... hummm

Bonne continuation :D

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.