Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • 0
Guest Anonymous

37% des Françaises déclaraient avoir pratiqué la sodomie

Question

Guest Anonymous

37% des Françaises déclaraient avoir pratiqué la sodomie en 2006, alors qu’elles étaient 24% en 1992.

Alain Curel, psychologue et sexologue à Genève et Laurence Dispaux, psychologue et sexologue à Morges, répondent à nos questions. (Ils ont été interviewés séparément.)

La pratique de la sodomie semble être à la mode actuellement. En tant que sexologue, constatez-vous cette tendance?

A. C: Je tiens à dire que les médias ont amplifié le phénomène. On parle de sodomie dans beaucoup de revues et de médias en général, ce qui tend à faire croire que c’est une pratique courante, mais dans les faits ce n’est pas le cas. Et ce n’est pas non plus quelque chose de nouveau.

L. D: C’est une mode, c’est évident. Cela fait partie des choses que l’on envisage d’essayer et beaucoup de couples hétérosexuels en font l’expérience. Cela devient de plus en plus courant.

Comment expliquez-vous cela?

L. D: Cette tendance est due à l’influence des films pornographiques, notamment sur internet. La sodomie fait partie du protocole obligatoire du scénario. Il faut savoir que ces films sont faits avant tout pour les hommes. Mais les femmes commencent à s’ouvrir à ce genre de médias.

On donnerait ainsi l’impression aux gens qu’il faut le faire pour être «libéré»?

A. C: On fait croire aux gens que c’est une évolution de la sexualité et que c’est normal. Mais bien souvent, cela se fait sous l’impulsion de l’homme et non de la femme. Finalement, la femme s’imagine que si elle n’essaie pas, elle n’est pas libérée. Mais la liberté, c’est faire ce qui convient aux deux personnes et non pas à une seule.

L. D: La sexualité des gens, comme toute activité, peut être influencée par la mode. Il peut aussi y avoir une pression de l’un des partenaires sur l’autre.

La femme se laisserait alors convaincre contre son gré?

A. C: Dans la plupart des cas, c’est un rapport de force. La femme finit par céder, elle subit par peur de perdre son partenaire ou qu’il la trompe. Très peu y prennent plaisir (et c’est parfois plutôt le plaisir de faire plaisir). Ce n’est alors pas un échange, mais de la soumission. Ce qui n’a rien à voir avec une relation de couple telle que nous l’imaginons. Dans mes consultations, j’ai constaté que lors d’un tel rapport de couple, il va y avoir une crise. Ou alors le corps de la femme qui se soumet va réagir et se bloquer inconsciemment.

L. D: Cette pratique comporte son lot d'abus potentiels et d'enjeux symboliques autour des notions de domination et soumission, si elle est employée à des fins destructrices dans la relation, comme d'autres pratiques sexuelles aujourd'hui encore plus courantes peuvent l'être.C'est le sens qu'on lui attribue, et ce qu'on en fait dans la relation, qui importe plus que la géographie de l'acte à proprement parler. J’ai aussi connu le cas de femmes qui désiraient essayer ce qui leur semblait être à la mode et de l’homme qui se pliait à ce désir.

Est-ce un désir typiquement masculin?

A. C: C’est un fantasme masculin. Le besoin de dominer et de posséder quelque chose qui est refusé. Par le passé, c’était une pratique interdite.

L. D: Il y a de tout dans la nature! Des femmes préfèrent cette pratique à d’autres. Mais certaines le disent sous l’influence de leur partenaire. C’est effectivement un acte qui implique une représentation de domination. Mais cela peut pimenter l’excitation de certaines femmes.

Comment expliquez-vous que certains couples se sentent obligés d’essayer?

A. C: Cela correspond à notre société de consommation. Il faut varier, donc tout essayer. Personnellement, j’ai l’impression que les gens se lassent de tout et cherchent à trouver d’autres voies pour atteindre le plaisir. Alors que ce n’est pas le reflet de ce que les femmes souhaitent vivre. Moi je dis au gens de vivre toutes les expériences qu’ils veulent, pourvu que ce soit fait de manière libre et non subie.

L. D: Ce qui m’inquiéterait, c’est que la sodomie devienne une obligation et entre dans une notion de normalité. En sexualité, il n’y a pas de «normal», mais souffrance ou non souffrance. Ce qui serait dommage, ce serait que la pénétration anale finisse par être perçue comme «le must du must», la culmination obligatoire d'une relation sexuelle. Et qu'une personne se sente anormale, ringarde si elle n'est pas à l'aise (mentalement ou physiquement) à inclure la sodomie dans ses relations sexuelles.

Anatomiquement parlant, la femme sodomisée prend-elle davantage de plaisir que l’homme sodomisé?

A. C: Non, c’est le contraire. Un homme ressent beaucoup plus de plaisir qu’une femme à être sodomisé puisque sa prostate lui procure alors un plaisir que la femme ne peut pas ressentir.

L. D: Au contraire, car chez l'homme, la pénétration anale stimule la prostate.

Dans le magazine Psychologies du mois de mars, des hommes affirment prendre du plaisir à constater que leur partenaire surmonte sa douleur. Comment expliquez-vous cela ?

A. C: Avoir plaisir à voir sa partenaire souffrir, c’est tout simplement du sadisme. Il y a là quelque chose à soigner. Je ne porte pas de jugement, mais ce n’est pas cela, une relation entre homme et femme.

L. D: Les hommes disent en effet souvent aimer voir une femme vivre une certaine douleur et la transcender; la quantité de douleur affrontée "avec plaisir" est à la hauteur de leur compétence d'amant, peuvent-ils penser. Il y a un peu le fantasme de faire passer leur partenaire du "non, non, non" au "oui, encore", tant l'homme fait bien les choses! Et sans doute aussi encore l'idée de soumission, la notion de se soumettre à la douleur "pour" l'homme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

12 réponses à cette question

Recommended Posts

moi j'ai envie de dire ....heuuu très machiste ce sondage !!

Pourquoi "des françaises " ?.... ça aurait été plus intéressant " des français " !!!!

on est tous égos devant la sodo ! :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi j'ai pratiquer la sodomie avec 3 femmes différentes et c'est toujours elle qui ont demandé. Je pense que certaine femme peuvent avoir du plaisir autant que les hommes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest gilles7197

A vrai dire je ne sais pas trop, est ce les films que l'on regarde qui nous incite à explorer? Est ce nous, pour connaitre un plaisir que d'autres ressentent et que l'on aimerai expérimenter? Ma femme et moi avons tenté l'expérience mais sincèrement, ni elle ,ni moi n'avons trouvé un reel plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest raguifat

Le plaisir de certaines femmes n'est pas feint et je ne suis pas d'accord avec la différence de plaisr entre l'homme et la femme.

- Je suis sur que beaucoup de femme atteigne le plaisir en étant sodomisée.

- Je suis par contre septique pour l'homme, même si le massage de la prostate apporte chez l'homme un certain plaisir, la sodomie ne peut entraîner l'éjaculation (à mois d'être terriblement excité). Il lui est nécessaire de se masturber pour jouir.

Pour l'évolution au fil des ans, je reste persuadé qu'au moyen age les couples pratiquaient déjà la sodomie.

Et ils n'avaient pas de gel pour faciliter l'introduction:-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Romantic

:-D parfaite Analyse bravo ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

Pour répondre à Tiboub, je pense aussi que certaines femmes avouent plus facilement la pratique de la sodomie. Et là on peut imaginer que finalement les "vrais chiffres" entre les deux époques n'ont guère varier !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

:oops:

J'ai adoré la fin de l'article : L'homme éprouve plus de plaisir que la femme... je le savais mais ça fait toujours du bien à lire.

:oops::-D:-D je peux pas comprendre qu'un homme qui voit sa femme prendre du plaisir lorsqu'il la sodomise ne veuille pas essayer d'être sodomiser quand on sait que nous, les males, les hommes avons des prédispositions au plaisir anal.

Par contre le reste de l'article me laisse relativement perplexe et à mon sens relève quand même un peu du cliché...sur 37% je connais pas forcément grand monde. Il aurait été plus intéressant,à mon sens, de voir l'évolution sur ces 50 dernières années de la proportion des femmes, pratiquant la sodomie, le nombre qui correspond à la description du "contre son gré". Une évolution importante aurfait permis de rendre l'article plus optimiste et loyeux sur notre libéralisation sexuelle...

Il est tard je pars un peu en délire tout seul sur mon clavier, Sorry :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'a pas tort ! La sodomie est beaucoup plus représentée qu'à une époque, et même la double pénétration. Je comprends que des femmes se sentent obligées d'en passer par-là même si elles n'en ont pas envie. Je connais pas mal de femmes qui ne sauraient pas dire non à quelqu'un qu'elles aiment, les plus jeunes en tout cas...

Même pour la sexualité, on essaie de nous faire rentrer dans un moule. Pour une chose si intime, c'est un comble !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

J'ai trouvé l'analyse intéressante !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, je ne suis pas spécialiste vu que ça ne m'est arrivé qu'une fois. Mais je voudrais dire ceci :

1) la sodomie est pour moi un fantasme qui remonte à pas mal d'années, avant l'apparition d'internet (quand les dinosaures parcouraient la terre...)

2) la fois où ça m'est arrivé, je n'ai pas eu mal ; ce n'était pas très confortable au début, mais mon partenaire était doux et patient. Et j'ai envie de recommencer :oops: !

*Par contre*, qu'une femme se sente obligée de le faire parce qu'un homme en a envie, là non ! C'était le cas dans un autre topic du forum. Faire l'amour doit être un plaisir partagé, pas une torture ou un chantage à l'abandon ou je ne sais quoi.

Je comprends que tu aies soulevé ce problème et tu as bien fait (ça ne m'étonne pas de toi :oops: ), surtout sur un forum comme celui-ci. Justement pour que cela reste un plaisir et non une obligation ou une mode.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

ça me laisse perplexe...

ne peut-on pas imaginer la sodomie comme un plaisir partagé plutôt que toujours subi ??

je ne la conçois pas autrement pour ma part...(je n'aurai aucun plaisir à voir ma partenaire souffrir)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.