Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

joliette

L'aube radieuse

Recommended Posts

--------------------------------------------------------------------------------

Je me retourne tristement sur les ruines de ma vie,

Et mes larmes sont comme l'eau d'une digue qui cède.

Tout s'écroule autour de moi, sur moi, et moi.même, j'implose

Je n'ai plus envie de lutter, ni seulement d'exister, car tout est dévasté

Envie de précipiter la chute, de mordre, de me déchirer tel l'agneau dans les ronciers,

D'hurler comme un chien blessé ma peine de voir mon passé se désintégrer.

La défaite m'est amère, l'eclat du soleil naisssant me fait mal.

Me suis je perdue en recherchant éperdumment un idéal,

Tel un papillon insouciant virevoltant parmi les fleurs?

Partager ce message


Lien à poster
Guest Loukas

C'est si beau et à la fois si triste. :clap:

Courage Joliette, ne te rabaisse pas. Voilà un bisou qui je l'espère te redonnera du moral. :welcome:

Partager ce message


Lien à poster

Merci, Loukas!

Ce poéme est plutôt un cri, un exutoire, une interrogation. J'ai tellement l'impression d'etre broyée par un truc qui me dépasse, ces jours-ci...

:welcome:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Loukas

Je sais bien que ce que je vais dire va paraitre facile à dire mais pas à faire mais accroche toi. !!!

Je dis ça parce que ce poème malgré la douleur et tout, il y a derrière aussi un peu d'espoir de voir tout ça mal prendre fin. Du moins, c'est comme ça que ton poème me parle. :welcome:

Partager ce message


Lien à poster

--------------------------------------------------------------------------------

Je me retourne tristement sur les ruines de ma vie,

Et mes larmes sont comme l'eau d'une digue qui cède.

Tout s'écroule autour de moi, sur moi, et moi.même, j'implose

Je n'ai plus envie de lutter, ni seulement d'exister, car tout est dévasté

Envie de précipiter la chute, de mordre, de me déchirer tel l'agneau dans les ronciers,

D'hurler comme un chien blessé ma peine de voir mon passé se désintégrer.

La défaite m'est amère, l'eclat du soleil naisssant me fait mal.

Me suis je perdue en recherchant éperdumment un idéal,

Tel un papillon insouciant virevoltant parmi les fleurs?

C'est très jolie mais tu es si triste que ça ? :langue:

Partager ce message


Lien à poster

Oh ma joliette :langue: c'est très touchant comme poème. T'inquiète ça va passer, il faut positiver :P je sais c'est facile à dire mais à faire :D

Partager ce message


Lien à poster
Guest egan

J'aime beaucoup le paradoxe avec le titre

Aller ma belle courrage, tu extériorises, d'une très belle manière ta peine :P

:D:P :langue:

Partager ce message


Lien à poster

Je n'avais pas lu ce poème.

Contradiction entre le titre et le contenu. Que se passe-t-il Joliette ?

Le poème est beau mais ne ressemble pas à ta personnalité plutôt amusante.

Une période nostalgique qui, avec les beaux jours, doit s'estomper.

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.