Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

didierot13

kate la gourmande de sexe

Recommended Posts

Depuis dix ans de mariage, Kate était la bonne épouse de son mari. Fidèle, elle lui satisfaisait le moindre de ses caprices comme d’aller lui acheter ses cigarettes, de lui servir ses verres de whisky. Mais elle s’ennuyait ferme dans son mariage. Il n’avait aucune attention pour elle si ce n’est de la commander comme une bonne à tout faire. D’ailleurs elle se demandait souvent pourquoi elle l’avait épousé tellement elle était invisible à ses yeux et ce n’est pas faute d’avoir essayer de le distraire en se baladant complètement nue pendant qu’il regardait la télévision ou en faisant la cuisine en tenue sexy. Quoiqu’elle pouvait faire, il ne s’en intéressait pas. Il était issu d’une riche famille d’affaire et avait hérité du patrimoine financier de ses parents décédés dans un accident de voiture mais l’attention ne l’étouffait pas. Il croyait que tout lui était dû.

Elle avait fait de longues études commerciales et était directrice d’une agence de mannequin.

A quarante ans, elle se posait de sérieuses questions sur sa vie de couple qu’elle remettait en cause. Elle ne voulait pas gâcher le reste de temps à vivre avec un mari totalement absent surtout qu’elle avait croisé bien souvent des regards masculins éloquents sur son charme évident. Elle était grande avec une coiffure longue et brune aux yeux verts, plantée sur de longues jambes. Puis elle se rendait à l’évidence que son corps avait besoin de vibrer.

Tous les jours, elle s’enfermait dans sa chambre et fantasmait sur des mains masculines inconnus qui la caressaient de haut en bas. Ca l’excitait. Elle s’allongeait alors sur son lit, face au miroir de son armoire car elle aimait se regarder. Elle se frottait langoureusement le sexe par dessus sa culotte qu’elle trempait abondamment car elle mouillait rapidement.

Kate voulait en finir avec son mariage raté et rattraper les années perdues. Mais elle n’aurait jamais pensé devenir la femme qu’elle est, atypique et lubrique. Même si des soupçons au cours de son passé laissaient présager qu’elle se démarquait de ses femmes bien rangées et sages.

A quinze ans, elle fréquentait un jeune homme de dix ans son aîné. Rien à signaler sinon la différence d’âge et qu’elle aimait l’embrasser à pleine bouche et se faire caresser tout le corps. Pendant ces moments de bouche contre bouche, les langues se mélangeant avec insistance, elle avait l’impression de voyager et de fuir tous ses soucis quotidiens.

Son petit ami habitait un meublé de quelques mètres carrés qu’elle n’avait jamais visité parce que sa chère mère lui avait recommandé de se méfier des garçons. Mais il y avait déjà deux ans que Kate avait perdu sa virginité. Quand ses petites amies se vantaient d’être pures, elle souriait se disant silencieusement qu’elles ne savaient pas ce qu’elles rataient.

Un après midi, poussée par sa curiosité et la proposition insistante de son mec, elle succomba à la tentation de retrouver ce dernier chez lui. Pour ne pas passer pour une fille délurée, elle se jurait de ne s’en tenir qu’aux caresses prolongées et aux baisers fougueux avec lui.

L’air qui planait ce jour là était léger mais la légèreté perdura dans le studio de son ami. Il hébergeait un ami. Pendant que ce dernier sirotait un jus d’orange sur une chaise, les amoureux s’embrassaient fougueusement sur le canapé. Elle se sentait un peu gênée mais ne pouvait pas se passer de ses longs et chauds baisers. Néanmoins, elle repoussait les mains entreprenantes d’Eric qui passaient sous sa robe rose volante découvrant ses cuisses satinées. Elle ne voulait pas passer pour ce qu’elle n’était. Pourtant, au bout de plusieurs tentatives, elle desserra doucement les jambes pour sentir les ferventes caresses d’Eric atteindre sa petite culotte. L’ami en face n’en perdait pas une miette. Il s’était même déboutonné le jean pour sortir sa queue prête à éclater.

Kate trempait son petit tissu qui cachait sa toison brune. Se sentir observée la gênait un peu mais l’excitait aussi. Elle ne savait pas vraiment ce qui lui arrivait. Elle s’abandonna aux avances d’Eric qui lui ôta tous ses vêtements et la prit en missionnaire devant son ami, assis dans le séjour. Au bout de quelques jours, ils se séparèrent. Elle pensait souvent à ce fameux jour où des yeux indiscrets avait détaillé la moindre de ses formes et avait observé sa jouissance. Elle passait systématiquement sa langue rose autour de ses lèvres charnues.

A la fin de sa licence de commerce, elle travailla quelques années comme « hôtesse » dans un bar de Marseille. C’était pour elle une manière d’allier l’utile à l’agréable et de faire un pied de nez à l’éducation très stricte de ses parents. Elle se sentait à l’aise dans ses tenues provocantes qui suscitait l’envie. Courte nuisette noire transparente s’arrêtant juste au raz de sa foune, des bas et des portes jarretelles couvrant ses longues jambes, elle prenait un plaisir raffiné devant les hommes qui venaient consommer de l’alcool et s’exciter pour quelques heures. Au bout de quelques verres de champagne, elle se laissait tripoter selon son envie puisque elle avait décidé que tout lui était permis et rien obligatoire. C’est ce qu’elle fit avec un homme de trente ans de plus avec un costume cravate dont le pénis raide forçait le pantalon. Elle croisait et décroisait les jambes pour bien montrer sa toison entretenue et faire baver d’impatience son client. Normalement dans cet établissement, les hôtesses ne devaient que pousser le client à boire mais pas aller plus loin. Elle était trop chaude pour ne s’en tenir qu’à allumer les hommes sans profiter de leur queue dont elle raffolait. L’homme lui proposa d’aller à l’hôtel à la fin de son travail. Elle répondit dans l’affirmative en tirant doucement sa langue vers lui et en promenant sa main sur tout son corps. L’hôtel était désert. Il servait souvent de lieu de baise à certaines prostitués. Entrés dans la chambre, le Monsieur de son prénom Victor, passa la main au cul de Kate. Il sentit ses fesses fermes et dodues dont la raie était ouverte par l’élastique d’un string.

Kate eut un sursaut de surprise et aussi de colère.

- Attention ! Je ne suis pas ta chose. J’ai envie de baiser avec toi mais respectons nous, ok ?

Victor lui expliqua son goût prononcé pour les rapports de soumission et que son intention avait été juste de jouer avec elle comme si elle était pour un moment sa poupée. Cette petite explication l’influença plus tard pour des pratiques qu’elle ne connaissait pas.

Pour l’heure, elle s’était assise sur le lit, les jambes écartées, sa toison a l’air et sa main massant doucement son clitoris avec des poussées de temps en autre beaucoup plus fortes. Elle voulait l’exciter, voir sa queue durcir, le mettre dans tous ses états afin qu’il la prenne comme un sauvage. Pendant qu’elle s’enfilait deux doigts dans son vagin humide et béant, il se masturbait lentement la traitant de bonne petite salope. N’en pouvant plus alors, il lui demanda de se mettre à quatre pattes sur le lit. Son cul relevé et offert, sa chatte ruisselait, elle attendait la tige la ramoner. Dans ces moments là, elle oubliait tout. Il glissa un doigt dans son trou, le retira pour l’enfiler dans son cul. Elle bougeait d’avant en arrière et lui supplia d’introduire son énorme queue, longue et épaisse. La tige allait et venait entre les grosses lèvres de son sexe, parfois Victor sortait son gland pour caresser son clito puis l’enfonçait dans son cul. C’était la seconde fois qu’on l’enculait. Au début, elle eut un peu mal vu la dimension de l’engin mais au fur et à mesure, elle prenait goût à ces allers et retours de plus en plus profonds et forts. Au moment de jouir, il se présenta devant la bouche de Kate qu’elle ouvrit en grand et déchargea tout son jus. Elle adorait sentir le sperme chaud en elle.

Elle se rappelait encore de tous ces souvenirs qui l’enflammaient et qu’elles avaient dû mettre de côté quand elle s’était mariée. Son mari ne savait rien de ce passé qui l’avait tant épanoui. Il n’en saurait rien surtout maintenant qu’elle avait décidé de divorcer. Elle se préparait pour aller chez l’avocat. Elle prenait soin de bien se maquiller, enfilait une robe serrée sans culotte et sans soutien gorge. Elle adorait sentir ce contact avec le tissu et provoquer les autres.

Dans la rue, elle croisait le regard de certains hommes qui la détaillaient de la tête au pied, enfiévrés de voir le bout de ses seins qui débordaient de son décolleté plongeant. Elle tortillait encore plus le cul s’inventant de chaudes aventures avec eux sans limites et sans tabous. Elle en arrivait à mouiller son bouton tellement elle y croyait.

Dans le cabinet de l’avocat, elle passait au wc avant son rendez vous, prenait soin de ne pas fermer la porte complètement au cas où des yeux curieux viendrait la mater. Sa robe levée, les jambes écartées sur la lunette des wc, elle se frottait énergiquement la chatte, titillant fermement son clitoris raide. Elle enfilait son long doigt dans son vagin offert, le faisant coulisser rapidement et le porter à sa bouche pour le sucer en imaginant que c’était une des tiges des hommes qu’elle avait croisés. Quelle extase pour elle. Elle fermait les yeux et soupirait.

Quand elle signa les papiers du divorce, elle remarquait qu’elle n’était pas indifférente à son avocate, une femme sexy qui portait un tailleur noir et dont les yeux jouaient avec les siens. Elle n’avait jamais essayé de femmes mais il y a longtemps que l’idée lui effleurait l’esprit. Depuis le jour où elle avait visionné une cassette porno dans laquelle deux femmes et un homme s’envoyaient en l’air. Elle se souvient de son excitation si forte devant la femme léchant le minou de sa partenaire. Elle avait envie de goûter à tous les plaisirs du sexe et découvrir de nouvelles choses, de nouvelles pratiques car elle s’en était trop privée pendant son mariage.

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Superbe histoire, j'aime beaucoup, les souvenirs du passés se mêlent subtilement au présent. J'imagine très bien Kate, ses aspirations, ses envies etc...

Y aura-t-il une suite ?

j'aime bien les longues histoires :police:

Partager ce message


Lien à poster

Superbe histoire, j'aime beaucoup, les souvenirs du passés se mêlent subtilement au présent. J'imagine très bien Kate, ses aspirations, ses envies etc...

Y aura-t-il une suite ?

j'aime bien les longues histoires :police:

Oui, il y aura une suite puisque je veux en faire un roman érotique..Il m'a été inspiré par une libertine que j'ai connu il y a plusieurs années, elle s'appelait Kate...

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.