Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

quebecois

La balançoire

Recommended Posts

Au petit déjeuner, nous discutions des activités a faire. Je vous ai tout simplement demandé, une petite balade dans les bois accompagné d`une session de photo automnale, aller comme disent les Japonais : momijigari. Qu`est-ce que ce mot ? Les Japonais lorsqu`ils vont admirer les érables, ils disent momijigari. Pourquoi pas, fut votre réponse spontanément. Je me remémore cette balade impromptue, le soleil au rendez-vous, les érables rougissaient que pour nous. Vous avoir à mes cotés, c`est redessiner le paradis.

Nous avions choisi, la journée idéale. La palette des couleurs s`agrippait encore aux arbres. Le soleil accroché à son sommet, ces chauds rayons se faufilaient entre les branches. Elles se dénudaient de plus en plus à chaque petit coup de vent. Clic, une photo s`immortalisait dans l`appareil digital. Clic une autre, clic, clic. Nous avons marché jusqu`à la clairière.

Au gros chêne, les cordes de la balançoire semblaient harponner le ciel. Je veux éterniser vos yeux d`enfants lorsque vous vous êtes assis, clic. Vos cheveux qui se balancent en caressant l`air, vous êtes l`ange de ce paradis. Moi petit démon, j`ajuste mon objectif, votre jupe rouge qui se soulève juste assez pour que je puisse conserver la blancheur de votre petite culotte.

J`ai déposé mon appareil pour un moment de solitude. Vous en avez profité pour prendre une photo de moi derrière l`arbre. Curieuse, vous regardez les clichés précédents. Vous avez rougi. Vous étiez encore assises sur la balançoire à mon retour. Vous me priez de reprendre d`autres photos. L`oscillation de vos jambes soulevait encore plus votre jupe. Je m`amuse à faire le focus, lorsque j`ai remarqué l`absence de la blancheur.

Un petit démon qui rougit au paradis, voila ce que j`étais devenu. Et lorsque votre fermeture éclair a miraculeusement cédé à votre main, que vos seins fendaient l`air. Je ne savais plus à quelles saints –seins- me vouer. Vous avez arrêté l`oscillation de la balançoire.

Votre dos appuyé sur le chêne, vos paroles sur le dos du vent, me soufflèrent. Monsieur le photographe, je suis votre modèle. J`obéis à vos moindres désirs. Clic, clic, clic, pose par dessus pose. Je ne m`arrête pas, je demande ceci, cela, je ne regarde même pas le résultat. J`ai perdu le compte, la carte mémoire déborde. Vous vous approchez, vous saisissez mon appareil photo. Nous regarderons le tout à notre retour.

Ai-je accélérer le pas ou nous étions près de la maison ? Nous voici devant l`écran cathodique, la coloration des arbres a perdu de son importance. J`avance rapidement le défilement des photos, me voici derrière l`arbre. Les prochaines photos, je remercie le numérique. Votre jupette devient pétales entourant le pistil fraichement rasé. Vos magnifiques seins qui sourient d`une blague du vent. L`impatience me gagne a chaque clichés.

Vous voici devant le chêne. Au début, j`étais photographe paysagiste, panoramique, portraitiste. Le soleil qui s`amuse a faire des ombres avec vos seins, les jambes distancées la jupe soulevé jusqu`a s`interroger. J`aime celle où une main sur l`arbre, l`autre qui tient la couture du tissu, votre dos légèrement courbés, le vent qui balaie vos jolies fesses.

Vive les grands objectifs, la photo ou vous étiez assises sur l`herbe, écartant vos lèvres. La macro-photo m`a fait découvrir un nouveau soleil. Il luit grâce à votre excitation, je vous regarde rougir auprès de moi. Vous avez de l`œil, vous remarquez sous pantalon, une fusée sur la rampe de décollage, prête a se perdre dans les anneaux de saturne.

Un petit oups quitte vos lèvres. J`ai oublié de remettre ma petite culotte. Soulevant votre jupe, je constate la vérité. Sourire aux lèvres, votre main se dirige sur la voie lactée. Vous me dites : Aimeriez-vous faire alunir vos lèvres ici, là et là ? Je suis en état d`apesanteur, l`attraction me fait plier le dos. Ma bouche gourmande suit une trajectoire. Je suis perturbé par une phrase mélodique. Est-ce que la mémoire de l`appareil est vide ? Nous pourrions faire d`autres photos !

Nous quittâmes nos sièges pour une session qui fera rougir à son tour, le soleil. Même le grand vent d`automne ne peut faire retourner les pages de mes souvenirs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest decibel

Très jolie narration :shock: ... ah ces fantasmes des photos prises à la sauvette !!! :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

très joli en effet, mais les photos premettent plus que des fantasmes aussi :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe ! :wink: :shock:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.