Aller au contenu

Rencontres coquines

AsMoth

Ma voisine tend son linge... sans porter de petite culotte !

Recommended Posts

L'été... Quel bonheur de pouvoir vivre presque dénudé ; de sentir son corps caressé par le vent tiède, érotiquement câliné par le soleil.

Je me souviens de ce fameux été dans les Vosges. Mes parents avaient loué une maison dans ce merveilleux espace situé au beau milieu de la nature. Notre maisonnette, louée à cette occasion, faisait partie d'un corps de ferme dont les propriétaires habitaient l'autre bâtisse.

Dans ce coin retranché de l'arrière-pays, je ne me serais jamais attendu à rencontrer pareille surprise...

En effet, les propriétaires étaient un couple sans enfants ayant un peu plus que la trentaine. L'homme partait aux champs tôt le matin et remontait à la ferme qu'en fin de journée, laissant sa femme - un canon ! - ainsi seule toute la journée durant.

Sa femme, Béatrice, était en effet une splendeur. Une jolie femme, par très grande, aux cheveux châtains et bouclé. Le jour de notre venue, je ne l'avais pas trouvée particulièrement avenante envers nous. Sûrement avait-elle déjà vu pas mal de monde défiler au sein de leur bâtisse en location ; sûrement s'était-elle fait une raison, les gens perdant le contact au fil du temps une fois les vacances terminées, et ce malgré les premiers échanges de sympathie.

Loin des yeux, loin du coeur... On finit vite par oublier ceux qui nous ont chaleureusement accueillis.

Alors que mes parents faisaient la sieste en début d'après-midi, fidèles à leur habitude, moi, je restai dehors, et ce malgré le soleil de plomb. M'ennuyant ferme, j'en profitai pour m'éloigner et m'isoler un peu en vue de m'adonner à des plaisirs solitaires que je pimentais généralement en me mettant complètement nu, là où personne ne pourrait me voir, pour pouvoir enfin de palucher à pleine main et rendre les heures et les minutes plus agréables.

Il devait être quatorze heure lorsque je sortis de la maison pour trouver une façon de tuer l'ennui. J'avais dix neuf ans à l'époque, et je regrettais de ne pas avoir pu partir avec des potes en vacances, ainsi condamné à rester avec mes parents. Cela dit, j'aimais voyager, découvrir de nouvelles contrées. Il m'arrivait de prendre mon vélo en fin de journée pour me balader par des chaleurs moins torrides.

Je me mis donc à marcher dans la cour centrale, lorsque soudain je relevai la tête quand je vis Béatrice en train de pendre son linge.

Je n'avais jamais vu Béatrice vêtue autrement qu'en jupe, pour ne pas dire minijupe. Mais au moment où elle m'apparût, ce vent tiède qui soufflait généreusement souleva, coquin, la minijupe de Béa qui lui arrivait au ras du cul. Elle me faisait dos, elle ne me voyait donc pas. Mon coeur se figea lorsque je la vis ainsi, ses belles cuisses généreusement dénudées, en train de pendre son linge. Le vent souffla entre ses cuisses qu'elle avait légèrement écartées. Je devinais sans mal la rondeur de sa fesse droite. Le vent insista soudain un peu plus et souleva de longues secondes durant la minijupe de Béa. Complice, il offrit à mes yeux ébahis les jolies petites fesses de la prorio. Je crus un instant halluciner. Mais non : elle ne portait pas de petite culotte. Pas de string. La vue des rondeurs de ses jolies petites fesses accéléra aussitôt mon rythme cardiaque. Je fus pris d'une sacrée trique. Presque paniqué, mais épris pourtant d'un élan d'instinct primaire, presque de chasseur, je décidai de m'approcher pour mieux voir encore le beau spectacle que Béatrice m'offrait malgré elle. Je portais mon micro-short en nylon, sans rien en-dessous moi non plus. Je ne tardai pas à sortir ma queue en érection et mes boules par la jambe droite de celui-ci. Saisissant mon gros manche à pleine main, je réussis à m"approcher assez près, en silence, caché par un bosquet. Les oiseaux chantaient, le vent soufflait. Les charmes de la nature associés à ceux de la belle Béa m'emportaient sur le chemin du désir. Je n'étais plus qu'à quelques mètres de Béa. Malheureusement, cela m'avait contraint à me positionner de trois-quart derrière elle. Je n'étais plus dans l'axe direct...

Je vis alors Béa se pencher en avant, gardant ses jambes tendues, afin de prendre le linge qui était stockés dans son panier à linge, resté à-même le sol. Au même moment, le vent souffla encore. Il réussit à retrousser complètement la jupette de Béa sur elle-même. Ma belle proprio se retrouva le cul totalement à l'air, offert à mes yeux affamés. Mon dieu quel cul ! De belles jambes fines et lisses, terminées par de jolies fesses rondes et fermes. Heureusement que Béa ne me voyait pas ! Ses cheveux longs et bouclés cachait l'angle-mort dans lequel je me situais.

Béa resta de longues secondes durant dans cette position, visiblement peu ennuyée de se retrouver les fesses à l'air. Elle dénouait un string qui s'était enroulé sur lui-même. Moi, j'étais fou ! Je me paluchais comme un beau diable. Mon gland sensible et humide depuis ce matin luisait de mouille épaisse. Ma belle queue chuintait, tendue et gonflée à bloc de désir pour le joli cul de Béa.

Le vent souffla encore. Il s'engouffra sans son top très ample et finit sans difficulté, vue la position penchée en avant que Béa arborait, par dénuder ses seins. De beaux seins ronds aux tétons bruns et pointus. La belle semblait très excitée de s'offrir, elle aussi, à cette nature très entreprenante.

Béa finit par se redresser. Mais sa jupette ne se remit pas totalement. Je dévorais des yeux une bonne partie de ses jolies fesses rondes, laissées ainsi nues.

Mon dieu quel cul ! La vue de celui-ci me rendait fou. Si beau, si joliment offert. Béa était-elle une diablesse lascive, en manque de sexe du fait de l'absence de son homme ? J'osai le penser. Le vouloir, le désirer ! Et si le fait qu'elle me voit le sexe à la main lui donne envie de se faire remplir, ne serait-ce que furtivement, l'entrejambes. Sentir le sexe d'un mâle en elle ; une queue bien raide pour lui rassasier sa petite fente. Peut-être avait-elle déjà deviné ma présence ? Peut-être que ses postures pour le moins aguichantes étaient un appel à l'amour - un cri de désespoir ?!

Oh Béa, oh que oui tu aurais été heureuse de t'empaler sur mon beau chibre ; de sentir cette verge dure glisser en toi, dans ton bas vente déjà moite et chaud ; de sentir tes petites fesses claquer contre mon bassin... De sentir mes mains calines s'emparer de ta poitrine dure et pointue. A la vue de ton petit cul, pourtant de femme affirmée, dans la force de l'âge, ma belle queue d'adolescent paraît presque être une arme, offensive ; dangeureuse. Comment aurais-tu accueilli mon sexe dur et gonflé si tu l'avais vu venir vers toi, prêt à t'empaler, t'écarteler, te remplir ? Te faire jouir... Je me serais fait homme, viril, pour répondre à la moindre de tes envies. J'aurais soulevé ton corps de femme et je t'aurais fait asseoir sur mon sexe raid et tendu vers le ciel, pour que tu l'accueilles au plus profond de ton antre d'amour. Je t'aurais fait grimacer, je t'aurais fait gémir, je t'aurais fait râler, je t'aurais fait jouir. Jouir.

Le summum fut atteint lorsque Béa, faisant quelques petits pas pour s'approcher de son panier de linge resté à côté d'elle, finit par se pencher en me présentant son cul. Elle se pencha en cambrant outrageusement celui-ci, gardant les jambes bien tendues. Cela me parut presque exagéré. Exagéré ? Oui ! Comme si cela était à destination d'un spectateur. Moi ! C'est ainsi que Béa me présenta -malgré elle ?- sa jolie chatte. Une jolie chatte aux lèvres rasées mais au pubis orné d'une belle toison chatain. La vue des poils de son pubis - sa féminité - associée à la vue de sa vulve (les lèvres de sa chatte étaient en effet entrouvertes, laissant apparaître les petites et leur ouverture) finit par emporter mon désir. La vue de son fruit d'amour ainsi ouvert, si généreusement offert - elle n'aurait pas pu faire plus ! - , cul et chatte ainsi à l'air, candeur provocante, finit par me faire grimacer, chuinter de mouille. Râler. Quel homme aurait donc résisté à l'envie de lui caler son chibre en érection totale dans la fente face à une telle situation ?! N'est-ce pas là la nature même ? N'importe quel homme aurait désiré, à cet instant précis, prendre Béa par les hanches ou poser ses mains râpeuses sur ses jolies fesses pour enfin enfoncer son dard dans sa fente déjà entrouverte de désir...

Je lâchai donc un râle, malgré moi. Un premier jet de sperme gicla devant moi, suivi d'un second, plus puissant. ET un autre. Et un autre. Je me mordais les lèvres pour ne pas crier. Crier de plaisir soit. Mais crier de désir. De Désir de Béa. Je ne l'ai pas fait. Par peur de représailles.

Je n'ai jamais su si Béatrice m'avait vu, ou même deviné ma présence. Ce dont je suis sûr, c'est qu'elle a forcément entendu mon seul et unique râle - non-contenu - de plaisir. Un râle de désir ; un râle pour signaler à Béa, peut-être inconsciemment, que je la désirai plus que tout.

Je regrette depuis cet instant de ne pas avoir été vers elle. De ne pas avoir été plus entreprenant. De ne pas avoir saisi l'occasion qui se présentait à moi, si généreusement offerte, criante elle aussi de désir. Du désir d'une queue capable de la sustenter dans l'attente de l'arrivée de son homme...

Partager ce message


Lien à poster

Un moment délicat, rendu avec délicatesse. Ah, ce vent qui soulève nos paréos au mauvais moment sur certains bords de mer, hein, Aurélianos ? :P

Aurélina

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Si tu a un siège de libre, avec vue sur la charmante, je prends une concession.... :shock:

Partager ce message


Lien à poster

Ah ah, le retour du micro-short préféré :fessee:

:fessee: mister Asmoth. Toujours un plaisir de te lire.

Et puis on ressent bien la fougue de la jeunesse dans ton récit, c'est très sympa à lire.

Bise.

Partager ce message


Lien à poster

:fessee: Magnifique!!!! :fessee:

Partager ce message


Lien à poster

Comme toujours, on s'y croirait! :aime2:

C'est vrai que, ces voisines qui se laissent matter en principe sans le savoir, on se dit souvent trop tard que l'on était peu être pas si discret que ça, et qu'une tentative d'approche aurait peu être été bienvenue...

Partager ce message


Lien à poster

le charme des femmes se situe là : elle nous perdent dans le dédale de leur beauté et nous font perdre nos repères, nous font tourner la tête... :aime2:

Partager ce message


Lien à poster

ha!! les joies de la nature! C'est décidé je passe l'été dans les vosges!!

Partager ce message


Lien à poster

Une fois de plus félicitation et merci pour ce récit

Partager ce message


Lien à poster
Guest kurk2003

je veux l'adresse :bbl:

Partager ce message


Lien à poster

Douce tentation que de céder à ses pulsions et de se dévoiler sans se soucier des conséquences et des opinions des "braves gens". Georges Brassens nous y a fait goûter depuis longtemps déjà avec sa "mauvaise réputation".

Partager ce message


Lien à poster

Très beau récit, bravo. :welcome:

Tout exité on se dit que c'est dommage que Bea soit mariée et femme du proprio de surcroit ... Bah oui on est pas tous comme ça, on ne convoite pas celle d'autrui, mais on peut regarder, c'est pas interdit non ?

Partager ce message


Lien à poster

à la campagne! que de plaisir tu peux nous donner.... un petit vent frais qui passe sous un jupe et c'est tout nos sens qui sont en éveil!!!! :welcome:

très beau récit, très bien raconté comme toujours!!!

Partager ce message


Lien à poster
Guest jessiloupi

Un bien beau récit! Félicitations!

Partager ce message


Lien à poster
Guest bobinio

J'ai lu pas mal de récits de femmes non crédibles ici ( je ne suis inscrit que depuis Hier pourtant ) mais cette fois c'est un hommes lol...

Ba rien d'autre qu'un fantasme bien raconté, une fois de plus la situation est magnifiquement exitante mais impossible dans notre monde.

Comme si une propriétaire ( super bonne qui plus est ) allait se promené le cul à l'air sous sa jupe alors que ses invités peuvent le voir à n'importe quel moment !!! MDR!

En plus rare sont les femmes qui ne plient pas les jambes pour prendre leur linge dans le panier !!!( genre elle font du sport !!!!! excellent lol ).

Mais bon, les fantasmes sont là pour etre exprimés, celui-ci à le mérite d'etre très exitant en imaginant la situation, dommage que ce soit si peu crédible...

On dirait du Pagnol érotique lol !!!!!

Je préfère tellement les témoignages moins "poignants" mais plus réels !

cela di je nourri moi aussi de nombreux fantasmes, je n'ai juste pas la patience de les retranscrire sous forme de fausses expériences comme c'est le cas ici...

Mais on est là pour fantasmer, donc fantasmons !

Partager ce message


Lien à poster
Guest sliver

Tu es aigri ou quoi Bobinio ?

Partager ce message


Lien à poster

J'ai lu pas mal de récits de femmes non crédibles ici ( je ne suis inscrit que depuis Hier pourtant ) mais cette fois c'est un hommes lol...

Ba rien d'autre qu'un fantasme bien raconté, une fois de plus la situation est magnifiquement exitante mais impossible dans notre monde.

Comme si une propriétaire ( super bonne qui plus est ) allait se promené le cul à l'air sous sa jupe alors que ses invités peuvent le voir à n'importe quel moment !!! MDR!

En plus rare sont les femmes qui ne plient pas les jambes pour prendre leur linge dans le panier !!!( genre elle font du sport !!!!! excellent lol ).

Mais bon, les fantasmes sont là pour etre exprimés, celui-ci à le mérite d'etre très exitant en imaginant la situation, dommage que ce soit si peu crédible...

On dirait du Pagnol érotique lol !!!!!

Je préfère tellement les témoignages moins "poignants" mais plus réels !

cela di je nourri moi aussi de nombreux fantasmes, je n'ai juste pas la patience de les retranscrire sous forme de fausses expériences comme c'est le cas ici...

Mais on est là pour fantasmer, donc fantasmons !

Je ne peux pas garantir si ce récit est réel ou fantasmé mais je peux en tout cas affirmer qu'il est plausible, si tu ne le crois pas c'est qu'il ne t'est pas arrivé encore grand chose. Peut être est tu trop jeune ?

Ces situations arrivent et même parfois des plus folles, je peux te le garantir, forcément pas tous les jours, et encore il faut savoir les provoquer discrètement, sans faire le "gros bourin".

Le sexe et l'exhibition titille autant les hommes que les femmes, la difficulté est de réunir les conditions pour que l'autre ai envi de se lacher... ou d'observer... :tomate:

Partager ce message


Lien à poster
Guest bobinio

Lol,

parce qu'avoir un cerveau et ne pas gober tous les fantasmes les plus incrédibles qu'il soit c'est être jeune, haigri et "gros bourin" ? MDR

ok, alors pensez que je suis tout ça, ça ne me gène pas, je préfère passer pour ce que je ne suis et garder un certain sens de l'honneteté, de la dignité et de la sincérité.

Snif il ne m'est rien arrivé dans ma triste vie ( puisque c'est apparament la seule raison qui me fasse émettre des doutes lol ).

Au passage, il existe une rubrique " présentation" où je me suis;.......présenté. Donc e parler de mon age ...

Mais bon, je voulais pas vous facher, hein !

je ne dis pas que ce récit n'est pas exitant ( et une fois de plus on est là pour ça ) je dis juste que cette personne ne l'a pas vécu ( j'y parierai BEAUCOUP d'argent ).

Partager ce message


Lien à poster

Je n'ai fait en aucun cas une attaque personnelle. Lorsque je parle de bourin, c'est a propos de certains lourds qui s'incrustent pour matter sans discrétion et qui du coup cassent toute envie à la femme en face.

Pour ton age, je ne peux pas me rappeler de ceux de tous les membres du forum.

Je ne pense pas être plus bête que les autres, et par ma propre expérience, je sais que ces situation arrivent, même des plus ambigus, alors pourquoi systématiquement mettre en doute celle ci ? et quelle importance ? a quoi bon remettre en question le contenu de ce forum ?

Et presque on en déduirait que toutes les femmes ici seraient en fait des hommes ? regarde un peu mieux et tu aura des preuves du contraire

Si effectivement certaines narration semblent parfois peu plausibles, elles restent minoritaires et les membres en question sont souvent bannis rapidement car les modos restent vigilants, merci à eux.

Sans rancune aucune :) le but n'était pas de t'attaquer mais d'éclaircir quelques points.

Sur ce, fin du HS pour ma part

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.