Aller au contenu

Rencontres coquines

AsMoth

La belle-fille qui aime exciter son beau-père

Recommended Posts

Emilie, sale petite garce…

Cette soirée du Cercle des Ténèbres s’annonçait tout particulièrement excitante. Nous avions fait une nouvelle recrue, Simon, à qui nous avions établi les conditions d’entrée dans notre club privé très restreint. Nous avions fait connaissance tout d’abord avec lui sur un tchat coquin. Rapidement, de fil en aiguille, la conversation avait dérivé sur les tourments que lui causait sa belle-fille, Emilie. Elle était la fille unique de sa nouvelle compagne et elle vivait avec eux. Simon nous avait confié tout le désir qu’il éprouvait pour elle. Mais plus pernicieux encore, celui-ci nous avait témoigné le fait que cette petite garce s’évertuait à jouer de ses charmes pour le déstabiliser, le bouleverser, le rendre fou. Tout à fait innocente en apparences, la belle Emilie qui avait dix neuf ans, avait, dit-il, rapidement compris comment faire tourner la tête des hommes et profiter d’eux à sa guise. C’est ainsi que lorsque sa mère était absente, Emilie s’amusait à traîner dans la maison en petite culotte et top moulant, voire en string, passant devant les yeux ébahit et le cœur paniqué de Simon qui regardait tranquillement la TV dans son coin. Le petit jeu était allé une fois jusqu’à ce que Simon oublie – est-ce la vérité ? – de fermer le verrou de la salle de bain. Il se paluchait à pleine main, gémissant de plaisir en fantasmant sur ce qu’il venait de voir, à savoir le joli petit cul de sa belle-fille merveilleusement moulé dans une petite culotte quasi transparente. Le top qu’elle portait ce jour était du même acabit selon lui… Bref, croyant que la petite nymphe était en bas, il gémissait son plaisir comme un pauvre malheureux. Sauf qu’Emilie ouvrit la porte et entra, se retrouvant nez-à-nez avec son beau-père avec son sexe viril à la main, complètement offert et décalotté, et ses boules chargées de sperme réclamant d’être vidées. Il nous confia avoir eu à cet instant précis une peur panique. Mais il fut surtout surpris de voir la belle Emilie rester de marbre, sur le pas de la porte, ses yeux dévorant les parties intimes et en chaleur de son beau-père. Il se mêla de confusions. Elle ne sourcilla pas. Elle lui fit même un sourire ; un sourire narquois de satisfaction. Elle avait atteint son but : celui de rendre son beau-père complètement fou. Elle referma la porte après plusieurs et longues secondes, toujours ce petit sourire en coin. Les jours qui passèrent, Emilie s’amusait, toujours avec ce sourire, à poser son regard sur l’entrejambes de Simon. Bien qu’habillé, le message semblait clair : elle voulait sa queue ; tout du moins, elle le lui faisait croire pour emporter sa raison dans les abîmes. Elle réitéra son manège à plusieurs reprises, y compris lorsqu’un soir, Simon prenant sa douche dans la salle de bain du rez-de-chaussée dont la porte n’avait pas de verrou, la petite Emilie s’amusa à y entrer, l’air de rien, pour s’y brosser les dents. Simon entendit ses pas. Il n’était effectivement pas seul dans le lieu normalement enclin à l’intimité la plus absolue. Jetant un œil en écartant discrètement le rideau de douche, il vit en effet sa belle-fille penchée en avant, son joli petit cul bien offert, en train de se brosser les dents. Il se mit à bander fort, très fort. Son corps battait à rompre nous confia-t-il. Le sang bouillait dans son crâne, semant confusion et doute sur ce qu’il devait faire. Il la désirait en cet instant plus que tout. Un désir à la fois animal et si naturel. Il sortit alors de la cabine de douche, nu, le sexe en érection totale. Emilie dut le voir dans le reflet du miroir situé devant elle. Simon prit sa serviette de bain et s’essuya avec. Il dévora les jolies fesses de sa belle-fille du regard. Sa bite en feu et en pierre paraissait si grosse à côté. Leurs regards se croisèrent dans le miroir. Simon cachait son sexe avec sa serviette. Il ne savait plus quoi faire face aux diableries de sa belle fille. Il regardait le petit cul de celle-ci bouger de droite à gauche. Elle cherchait à l’exciter. Par instinct, ce dernier passa sa main libre discrètement sous sa serviette et commença à se palucher. Sans doute le vit-elle, ou le devina-t-elle… Sans s’en rendre compte, Simon s’était approché d’elle, sûrement pour mieux dévorer son joli petit cul du regard. A l’instant qui suivit, Emilie se recula pour cracher le dentifrice dans le lavabo. Ses fesses heurtèrent le gland ultra-sensible de Simon. Une décharge électrique nous confia-t-il. Son sexe tout entier, jusque ses couilles bien lourdes et viriles furent prises de spasmes violents. Grimaçant, se mordant la bouche pour ne pas crier, il se mit à éjaculer dans sa serviette. Seule celle-ci séparait son sexe en fusion des fesses d’Emilie. Celle-ci fit un nouveau pas en arrière. Elle dût sentir les spasmes du sexe de son beau-père contre son cul ; deviner qu’il était en train de jouir. Elle le lut sur son visage. Une étrange odeur de sperme embauma la petite salle d’eau. Emilie finit par se retourner pour monter dans sa chambre. Ses yeux se posèrent sur la bosse énorme dessinée par le sexe de son beau-père sous la serviette. Il ne sut si elle avait aussi remarqué le sperme qui avait coulé jusqu’à se répandre sur le sol. Elle lui dit simplement « bonsoir » en lui collant un bisou sur la joue. Il sentit la main d’Emilie heurter le bout sensible de son sexe lorsqu’elle leva celle-ci pour la poser sur son torse et s’y appuyer. Puis, elle disparût.

Ce cas nous a tout particulièrement bouleversé, tant par son authenticité que par la profondeur du chaos que cette petite Emilie était capable de provoquer dans la conscience d’un homme.

Aussi, j’ai rencontré Simon un soir dans un café. Je lui ai expliqué la marche à suivre.

Nous voilà tous réunis dans notre repère secret pour explorer les désirs profonds de cette petite garce d’Emilie. La partie va pouvoir enfin commencer…

= si cette intro vous plait, n'hésitez pas à lire la suite sur mon blog / envoyez-moi un MP...

Partager ce message


Lien à poster

je pense que ce n'est pas forcement les fessées qui se perdent mais il y a surement quelques coups qui se perdent :furax:

oui la suite s'il te plait, encore un écrit de qualité!!!

Partager ce message


Lien à poster
Invité

A quand la suite?? petit recit fort interesant :lal:

Partager ce message


Lien à poster
Guest decibel

:bbl: Désolée AsMoth, je suis un peu moins présente sur le forum pour des raisons personnelles :???::P ... mais c'est toujours un plaisir de te lire :D8)8)

:P

Partager ce message


Lien à poster

Toutes des garces, ces Emilie :???:

Allez mon cher, faut nous livrer la suite rapidement, là. On ne tient plus du tout ici 8) :bbl:

Partager ce message


Lien à poster

Emilie, sale petite garce…

Cette soirée du Cercle des Ténèbres s’annonçait tout particulièrement excitante. Nous avions fait une nouvelle recrue, Simon, à qui nous avions établi les conditions d’entrée dans notre club privé très restreint. Nous avions fait connaissance tout d’abord avec lui sur un tchat coquin. Rapidement, de fil en aiguille, la conversation avait dérivé sur les tourments que lui causait sa belle-fille, Emilie. Elle était la fille unique de sa nouvelle compagne et elle vivait avec eux. Simon nous avait confié tout le désir qu’il éprouvait pour elle. Mais plus pernicieux encore, celui-ci nous avait témoigné le fait que cette petite garce s’évertuait à jouer de ses charmes pour le déstabiliser, le bouleverser, le rendre fou. Tout à fait innocente en apparences, la belle Emilie qui avait dix neuf ans, avait, dit-il, rapidement compris comment faire tourner la tête des hommes et profiter d’eux à sa guise. C’est ainsi que lorsque sa mère était absente, Emilie s’amusait à traîner dans la maison en petite culotte et top moulant, voire en string, passant devant les yeux ébahit et le cœur paniqué de Simon qui regardait tranquillement la TV dans son coin. Le petit jeu était allé une fois jusqu’à ce que Simon oublie – est-ce la vérité ? – de fermer le verrou de la salle de bain. Il se paluchait à pleine main, gémissant de plaisir en fantasmant sur ce qu’il venait de voir, à savoir le joli petit cul de sa belle-fille merveilleusement moulé dans une petite culotte quasi transparente. Le top qu’elle portait ce jour était du même acabit selon lui… Bref, croyant que la petite nymphe était en bas, il gémissait son plaisir comme un pauvre malheureux. Sauf qu’Emilie ouvrit la porte et entra, se retrouvant nez-à-nez avec son beau-père avec son sexe viril à la main, complètement offert et décalotté, et ses boules chargées de sperme réclamant d’être vidées. Il nous confia avoir eu à cet instant précis une peur panique. Mais il fut surtout surpris de voir la belle Emilie rester de marbre, sur le pas de la porte, ses yeux dévorant les parties intimes et en chaleur de son beau-père. Il se mêla de confusions. Elle ne sourcilla pas. Elle lui fit même un sourire ; un sourire narquois de satisfaction. Elle avait atteint son but : celui de rendre son beau-père complètement fou. Elle referma la porte après plusieurs et longues secondes, toujours ce petit sourire en coin. Les jours qui passèrent, Emilie s’amusait, toujours avec ce sourire, à poser son regard sur l’entrejambes de Simon. Bien qu’habillé, le message semblait clair : elle voulait sa queue ; tout du moins, elle le lui faisait croire pour emporter sa raison dans les abîmes. Elle réitéra son manège à plusieurs reprises, y compris lorsqu’un soir, Simon prenant sa douche dans la salle de bain du rez-de-chaussée dont la porte n’avait pas de verrou, la petite Emilie s’amusa à y entrer, l’air de rien, pour s’y brosser les dents. Simon entendit ses pas. Il n’était effectivement pas seul dans le lieu normalement enclin à l’intimité la plus absolue. Jetant un œil en écartant discrètement le rideau de douche, il vit en effet sa belle-fille penchée en avant, son joli petit cul bien offert, en train de se brosser les dents. Il se mit à bander fort, très fort. Son corps battait à rompre nous confia-t-il. Le sang bouillait dans son crâne, semant confusion et doute sur ce qu’il devait faire. Il la désirait en cet instant plus que tout. Un désir à la fois animal et si naturel. Il sortit alors de la cabine de douche, nu, le sexe en érection totale. Emilie dut le voir dans le reflet du miroir situé devant elle. Simon prit sa serviette de bain et s’essuya avec. Il dévora les jolies fesses de sa belle-fille du regard. Sa bite en feu et en pierre paraissait si grosse à côté. Leurs regards se croisèrent dans le miroir. Simon cachait son sexe avec sa serviette. Il ne savait plus quoi faire face aux diableries de sa belle fille. Il regardait le petit cul de celle-ci bouger de droite à gauche. Elle cherchait à l’exciter. Par instinct, ce dernier passa sa main libre discrètement sous sa serviette et commença à se palucher. Sans doute le vit-elle, ou le devina-t-elle… Sans s’en rendre compte, Simon s’était approché d’elle, sûrement pour mieux dévorer son joli petit cul du regard. A l’instant qui suivit, Emilie se recula pour cracher le dentifrice dans le lavabo. Ses fesses heurtèrent le gland ultra-sensible de Simon. Une décharge électrique nous confia-t-il. Son sexe tout entier, jusque ses couilles bien lourdes et viriles furent prises de spasmes violents. Grimaçant, se mordant la bouche pour ne pas crier, il se mit à éjaculer dans sa serviette. Seule celle-ci séparait son sexe en fusion des fesses d’Emilie. Celle-ci fit un nouveau pas en arrière. Elle dût sentir les spasmes du sexe de son beau-père contre son cul ; deviner qu’il était en train de jouir. Elle le lut sur son visage. Une étrange odeur de sperme embauma la petite salle d’eau. Emilie finit par se retourner pour monter dans sa chambre. Ses yeux se posèrent sur la bosse énorme dessinée par le sexe de son beau-père sous la serviette. Il ne sut si elle avait aussi remarqué le sperme qui avait coulé jusqu’à se répandre sur le sol. Elle lui dit simplement « bonsoir » en lui collant un bisou sur la joue. Il sentit la main d’Emilie heurter le bout sensible de son sexe lorsqu’elle leva celle-ci pour la poser sur son torse et s’y appuyer. Puis, elle disparût.

Ce cas nous a tout particulièrement bouleversé, tant par son authenticité que par la profondeur du chaos que cette petite Emilie était capable de provoquer dans la conscience d’un homme.

Aussi, j’ai rencontré Simon un soir dans un café. Je lui ai expliqué la marche à suivre.

Nous voilà tous réunis dans notre repère secret pour explorer les désirs profonds de cette petite garce d’Emilie. La partie va pouvoir enfin commencer…

= si cette intro vous plait, n'hésitez pas à lire la suite sur mon blog / envoyez-moi un MP...

pas mal, mais c'est dangeureux comme jeu non?

Partager ce message


Lien à poster

Pk on n'a pas la suite ?

Partager ce message


Lien à poster

Pour répondre à tous :

= si cette intro vous plait, n'hésitez pas à lire la suite sur mon blog / envoyez-moi un MP...

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.