Aller au contenu

Rencontres coquines

Wakers

Pour les courageux, longue histoire érotique

Recommended Posts

Bonsoir à tous, j'ai tout juste 18 ans et je vais vous exposer un de mes plus grands fantasmes.

Bonne lecture :roll:

Silence s’il vous plait !

En ce début de cours, les élèves étaient surexcités, comme toujours à 14h de l’après midi.

Vincent était un jeune homme très pensif et songeur. Il aimait s’accorder de longs moments pendants ses cours où s’ouvrait son écran interne théâtrale dans lequel des milliers de fantasmes aimaient se confondre et s’amuser !

Cela faisait 2 mois qu’il n’avait pas vu sa petite amie qu’il voyait uniquement pendants les vacances scolaires étant donné qu’elle habitait très loin, il avait faim, un appétit démesuré.

Ce jour là, Mme Delfin était très sexy, comme toujours d’ailleurs. Elle portait une fine jupe en soie qui laissait deviner les deux fondements délicieux qu’elle cachait. Ornée de ses bas aux rayures douces et longues et ses petites bottes à pointe, elle savait parfaitement exprimé sa féminité.

Elle avait 50 ans, et pourtant si délicieuse. Derrière ses facettes de dirigeante et directive, Mme Delfin était également douce et raffinée. Quand on lui parlait d’un sujet référant au cours, on pouvait voir qu’elle était toute savoureuse, affichant un petit air coquin, des yeux doux, une voix qui s’affaisse et une petite inclinaison de sa petite tête… Blonde, fine et de petite taille, elle était aux yeux de Vincent, un icône exquis de femmes mures, ce qu’il adorait d’ailleurs…

L’heure sonna, un brouhaha infernal de trousses qui se fermèrent et classeurs claqués retentit dans la petite salle de cours.

Vincent allât interagir avec sa professeur, il avait en effet de sérieuses questions sur son orientation à lui poser, mais ne sachant pas qui il allait voir, si c’était sa professeur ou la déesse qu’il rêvait de retrouver dans son lit lui fit perdre ses moyens.

Non non, c’est trop banal un jeune élève qui se tape sa prof, se dit il. On ne voit ça que dans les pornos.

_ Madame s’il vous plait ?

_ Oui Vincent ?

_ Eh bien voilà cela fait quelques jours que je me questionne sur mes vœux pour l’année prochaine, je crois être partagé. On sentit une petite hésitation et un manque de confiance en sois dans ses propos, Vincent commençait à entrevoir derrière le masque de sa professeur la sublime déesse dont il rêvait…

_ Oui exact nous en avions parlés déjà, tu devrais prendre un rendez vous chez le COP tu ne penses pas ?

_ Si bien entendu, cela a déjà été fait mais sans succès… Vincent déclenchait un petit teint rouge sur ses petites joues. Il était à peine à 50 cm d’elle, son envie ne fit que monter toujours plus haut.

_ Oui ce n’est pas évident à ton âge de…. Vincent se rapprocha très furtivement et lui vola un doux et agile baiser en pincer délicatement ses lèvres. Sans quoi il fuit la salle de cours.

Eldwaren Delfin était perturbée, Comme jamais elle ne l’a été dans sa petite vie. Elle ne bougea point. Resta inerte après cette accolade. Quelle audace !

Après 1 mn de réflexion, elle consentit à s’assoir et continua d’afficher un regard vide et profond…

Mais qu’est ce que ce baiser avait-il déclenché en elle ? Une libération ? Après sa petite vie type, sa famille, ses enfants, son mari qui devenait très mou au lit, sa maison qui s’attristait, ce baiser était un condensé de vitalité ! Un fin filet coulait entre ses jambes… Elle était apprivoisée !

La journée passa, le soir arriva. Toujours aussi pensif et distante des discussions avec son mari, Eldwaren n’en revenait pas, mais vraiment pas.

Elle s’endormit avec de belles pensées pour toutes les saveurs que cette journée lui avait apportées et s’endormit légèrement humide, une ligne d’or émergeante entre jambes.

A 8h tout était calme, les élèves somnolaient encore.

Tandis qu’elle ne pouvait se retenir d’émettre son petit liquide divin d’envie, Vincent lui était très observateur. Le baiser qu’il lui avait déposé la veille avait l’air d’avoir porté ses fruits. Il n’en revenait pas.

Le cour se déroula très rapidement. Vincent un peu honteux de sa réaction le jour d’avant, décida de quitta très rapidement la classe à la sonnerie.

_ Vincent s’il te plait ! Reste 2 minutes j’ai des documents à te donner. Les quelques élèves restant partirent très rapidement pour laisser la salle seule à ces deux agités.

_ Oui ? je tiens à m’excuser pour hier Madame… Il lui dit ça à contre cœur, mais il le fallait.

Elle ne répondit pas. Resta bouche bée.

_ Mon comportement n’est pas excusable et cela ne se reproduira plus. Il n’eu le temps de reprendre son souffle qu’il lui sauta dessus une seconde fois.

Il l’embrassa fougueusement, lui caressa le dos, les épaules la nuque avec la plus grande délicatesse qu’il doit tenir face à cette divinité. Elle qui adorait ça, donna carte blanche à ses mains très baladeuses qui se ravirent de parcourir son corps vêtu…

Les baisers se firent de plus en plus audacieux et nombreux, les gémissements plus osés et fréquents ! A voir ces deux êtres pleins d’envie, on pouvait lire la beauté paradisiaque de l’amour.

La sonnerie retentit, on entendait les élèves du cours suivant qui attendaient derrière la porte.

Elle le repoussa brusquement et lui donna une petite note sur laquelle était inscrite une adresse, son adresse !

_ Demain soir 19h, tu es mort.

C’était désormais à Vincent d’afficher la même réaction que Mme Delfin la veille.

Il s’en alla par la porte de l’autre classe.

Eldwaren suivit son cours avec l’impatience la plus totale de toute son existence. Elle découvrit enfin à quel point une petite heure de cours peut être longue et pénible à supporter !

[……]

19h tapante, muni d’un joli bouquet de rose rouges, vincent sonna à la porte. Il s’était vêtu d’un admirable costume avec une chemise ouverte qui laissait entrevoir une belle partie de son torse, de quoi ravir sa partenaire !

_ Bonsoir Vincent… Entre je te pris. Lui dit-elle avec finesse.

_ J’aime beaucoup votre déco dites donc ! Peinture rouge sang à grumeaux sur fond noir épais, très séduisant.

_ Merci beaucoup, c’est notre appartement à mon mari et moi, où l’on vient de temps à autre, passer des week end.

_ Hum je vois oui, vous avez une très belle vue en plus ! De sa fenêtre, on pouvait apercevoir toute la ville, cette petite fourmilière vivante avec tous ces points lumineux qui bougent dans le noir !

_ Je te sers quoi à boire ? Jack Daniels ? Un Languedoc de 98 ? Ou peut être préfère tu une bière ? Avec un petit ton ironique accompagné d’un rire coquin.

_ Ce sera un whiskey pour moi merci !

Il magnifiait par-dessus tous les petits aspects bourgeois de sa maitresse. Il s’installa sur le sofa et la contempla avec ardeur. Quelle femme tout de même ! Surprenante et délicieuse. Ce jour là, Vincent réalisa qu’il allait sans doute vivre une des plus belles expériences de sa vie.

Quelques verres plus tard, les deux passionnés se rapprochèrent toujours un peu plus, des baisers volés faisaient leur apparition et de petites caresses également…

_ Vous êtes sublime Madame. Lui dit-il d’un ton réfléchi.

Elle n’osa répondre et afficha un teint rougeâtre sur des petites joues croquantes.

Elle lui répondit par un baiser, un tendre baiser. Un unique baiser, celui que l’on savoure le plus, qui nous ouvre tous nos sens, les apprivoise, les dulcifie.

Le passage qui permet de passer à la dimension supérieur.

Les yeux fermés, elle se dégagea lentement.

_ Fais moi l’amour jeune homme. Mon corps tout entier t’appartient. A la lueur de ses yeux, on apercevait la voracité et l’insuffisance de cette femme.

Sur cette phrase, Vincent lui sauta littéralement dessus. Allouant baisers sur baisers, caresses sur caresses, l’envie des deux ardents agités ne faisait que croitre.

Leurs mains respectivement baladeuses se faisaient une joie de découvrir certaines terres inconnues.

Elle avait une magnifique fine robe noire et des bas qu’il commençait déjà à explorer au plus profond d’elle-même.

Vincent dégustait avec appétit la langue de sa partenaire, elle était si douce et chaude. Tandis qu’elle, commençait à apprécier la forme qui se dessinait sur son pantalon de costume tout fin.

Eldwaren pris les choses en main, battit son élève contre le sofa tandis qu’elle était au dessus de lui.

_ Tu es mort jeune homme ! Lui lança t-elle avec un terrible regard malicieux.

Elle ôta sa robe pour dévoiler une poitrine curieusement généreuse derrière ce soutient gorge à dentelle rouge et noir et finie par se jeter amoureusement sur son partenaire. Vincent découvrit à quel point sa professeure mouillait autant. C’était si chaud et humide qu’il avait du mal à contrôler ses pulsions et s’avérait très affamé de cette femme d’expérience !

Elle glorifiait ça ! Et poussa dors et déjà de petits cris de bonheur. Alors elle dégriffa le plus rapidement possible le pantalon du jeune homme. Elle commença par un baiser langoureux avec une main sur le boxer, qui évolue avec des bisous juste au dessus de ce même boxer, et qui se termine avec le-dit sous vêtement à ses pieds tandis que les bisous, les jeux de langues et de lèvres ainsi que les caresses s’affairent sur ce qu’il u était renfermé. Un délice, jamais elle ne s’était autant régaler.

Les gémissements de Vincent la poussa à continuer toujours plus vite jusqu’à ce que ce dernier lui déverse son ultime liquide divin. Elle trouva ça délicieux, le sperme d’un jeune homme, un vrai régal. Elle recouvrit et s’amusa avec cette précieuse semence ses lèvres pour finir par tout avaler sans laisser une seule petite goutte.

Si elle croyait s’en être sortie elle se trompait bien, elle n’eut le temps de se révéler que Vincent la saisit pour lui ôter furtivement son petit tissus qui ornait son entre jambes. Rose et dentelé, c’est avec ses dents qui lui enleva. Elle écarta ses divines jambes et se laissa déguster.

Lui aussi aimait la divinité du fluide divin qui régnait entre ses jambes, c’était si chaud et délicieux.

Aucune saveur n’était comparable.

De très nombreux coup audacieux de langue plus tard, les deux amants s’accouplèrent enfin. Ils ne faisaient désormais qu’une seule et même personne. Flamboyant de désirs, de cris, de jouissement et d’extase, ils étaient hors d’eux même à cet instant.

Soudain, Vincent lâcha du velours dans le creux de ses reins.

Elle jouit alors.

Extenuée et pas encore remise de ses émotions, l’audacieuse professeure se retira légèrement et dégusta le peu de semence qu’il avait laissé jaillir or d’elle même.

Eldwaren l’invita à rejoindre la chambre, cette petite nymphomane n’avait toujours pas été rassasiée. Il lui en fallait bien plus, oh que oui !

Elle l’attendait allongée, jambes écartées.

_ Je veux te sentir en moi Vincent… De cette phrase, le jeune homme se jeta sur le lit soyeux recouvert de velours et brandit son engin dans la bouche de sa maitresse. Elle le dégusta avec plaisir et frénésie jusqu’à ce qu’elle se mit à quatre pattes et lui ordonna de l’empoigner sévèrement. De la dominer, elle qui exerçait cela à moindre échelle à longueur de journée en classe !

Il ne se fit pas prier et exécuta les ordres. Elle souriait, criait, fermais et rouvrait ses yeux avec ardeur, elle adorait ça, elle découvrit avec enchantement que Vincent lui avait volé son petit anus. Sensation nouvelle, c’était pour elle une seconde naissance. Il alla de plus en plus fort, elle criait de plus en plus fort, il voulait la faire jouir, il la fit jouir à nouveaux.

Essoufflée et toute rouge de plaisir et d’excitation, elle s’allongea rêveuse et pensive.

_ Je t’aime.

_ Je t’aime.

Que de beauté, d’expression de tout sentiment ce soir la, elle consentit à lui faire une dernière fellation pour avoir le délicieux gout de sa semence afin de pouvoir s’endormir paisiblement.

Les deux amants s’endormirent, enlacés et content d’exister.

Une main caressa le sexe dressé et regorgeant de plaisir de Vincent. Il était 10h du matin et Eldwaren avait encore un appétit céleste. Vincent venait de se réveiller.

Eldwaren contempla avec délice le beau pénis de son associé sexuel. Elle l’imaginait déjà dans sa bouche, se régalant avec ses jeux de langue pour enfin sentir le geyser de sperme lui remplir sa petite bouche…

Elle s’exécuta donc.

Vincent était d’humeur ce matin et cela dura une bonne trentaine de minute, après cela, il ne put s’empêcher de satisfaire la soif de cette hystérique sexuelle et déversa donc une énorme quantité de son fluide divin dans la bouche de son professeur. Il était assommé.

_ Tu m’as tué, ça y est Eldwaren.

_ Je n’ai plus soif, merci.

Sur ces derniers mots, ils échangèrent quelques caresses et baisers et quittèrent rapidement cette situation pour se rhabiller.

D’un ultime baiser d’amoureux sur le pas de porte, elle consentit :

_ Tu as parfaitement fait tes devoirs !

_ A lundi Madame.

Beaucoup de mal à écrire certains passages sans me laisser distraire par des envies :-D

Au plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anonymous

Mais je comprend tout à fais ! Comment ne pas être excité tout en écrivant ce récit hors du commun ! oO

Perso ! MERCI ! :roll:

J'ai adoré et crois-moi je ba*** beaucoup !

Mais, et oui il y a un mais, un peu plus de détail sur les rapports sexuels.

Sinon, 19/20 !!!!

MERCI pour la lecture !

Partager ce message


Lien à poster

Wahou je m'attendais pas à autant !! :roll:

Oui tu as bien raison, je pense que je vais le remanier un petit peu. ^^

Merci beaucoup !!

Partager ce message


Lien à poster

Bonsoir à tous, j'ai tout juste 18 ans et je vais vous exposer un de mes plus grands fantasmes.

Bonne lecture :content:

Silence s’il vous plait !

En ce début de cours, les élèves étaient surexcités, comme toujours à 14h de l’après midi.

Vincent était un jeune homme très pensif et songeur. Il aimait s’accorder de longs moments pendants ses cours où s’ouvrait son écran interne théâtrale dans lequel des milliers de fantasmes aimaient se confondre et s’amuser !

Cela faisait 2 mois qu’il n’avait pas vu sa petite amie qu’il voyait uniquement pendants les vacances scolaires étant donné qu’elle habitait très loin, il avait faim, un appétit démesuré.

Ce jour là, Mme Delfin était très sexy, comme toujours d’ailleurs. Elle portait une fine jupe en soie qui laissait deviner les deux fondements délicieux qu’elle cachait. Ornée de ses bas aux rayures douces et longues et ses petites bottes à pointe, elle savait parfaitement exprimé sa féminité.

Elle avait 50 ans, et pourtant si délicieuse. Derrière ses facettes de dirigeante et directive, Mme Delfin était également douce et raffinée. Quand on lui parlait d’un sujet référant au cours, on pouvait voir qu’elle était toute savoureuse, affichant un petit air coquin, des yeux doux, une voix qui s’affaisse et une petite inclinaison de sa petite tête… Blonde, fine et de petite taille, elle était aux yeux de Vincent, un icône exquis de femmes mures, ce qu’il adorait d’ailleurs…

L’heure sonna, un brouhaha infernal de trousses qui se fermèrent et classeurs claqués retentit dans la petite salle de cours.

Vincent allât interagir avec sa professeur, il avait en effet de sérieuses questions sur son orientation à lui poser, mais ne sachant pas qui il allait voir, si c’était sa professeur ou la déesse qu’il rêvait de retrouver dans son lit lui fit perdre ses moyens.

Non non, c’est trop banal un jeune élève qui se tape sa prof, se dit il. On ne voit ça que dans les pornos.

_ Madame s’il vous plait ?

_ Oui Vincent ?

_ Eh bien voilà cela fait quelques jours que je me questionne sur mes vœux pour l’année prochaine, je crois être partagé. On sentit une petite hésitation et un manque de confiance en sois dans ses propos, Vincent commençait à entrevoir derrière le masque de sa professeur la sublime déesse dont il rêvait…

_ Oui exact nous en avions parlés déjà, tu devrais prendre un rendez vous chez le COP tu ne penses pas ?

_ Si bien entendu, cela a déjà été fait mais sans succès… Vincent déclenchait un petit teint rouge sur ses petites joues. Il était à peine à 50 cm d’elle, son envie ne fit que monter toujours plus haut.

_ Oui ce n’est pas évident à ton âge de…. Vincent se rapprocha très furtivement et lui vola un doux et agile baiser en pincer délicatement ses lèvres. Sans quoi il fuit la salle de cours.

Eldwaren Delfin était perturbée, Comme jamais elle ne l’a été dans sa petite vie. Elle ne bougea point. Resta inerte après cette accolade. Quelle audace !

Après 1 mn de réflexion, elle consentit à s’assoir et continua d’afficher un regard vide et profond…

Mais qu’est ce que ce baiser avait-il déclenché en elle ? Une libération ? Après sa petite vie type, sa famille, ses enfants, son mari qui devenait très mou au lit, sa maison qui s’attristait, ce baiser était un condensé de vitalité ! Un fin filet coulait entre ses jambes… Elle était apprivoisée !

La journée passa, le soir arriva. Toujours aussi pensif et distante des discussions avec son mari, Eldwaren n’en revenait pas, mais vraiment pas.

Elle s’endormit avec de belles pensées pour toutes les saveurs que cette journée lui avait apportées et s’endormit légèrement humide, une ligne d’or émergeante entre jambes.

A 8h tout était calme, les élèves somnolaient encore.

Tandis qu’elle ne pouvait se retenir d’émettre son petit liquide divin d’envie, Vincent lui était très observateur. Le baiser qu’il lui avait déposé la veille avait l’air d’avoir porté ses fruits. Il n’en revenait pas.

Le cour se déroula très rapidement. Vincent un peu honteux de sa réaction le jour d’avant, décida de quitta très rapidement la classe à la sonnerie.

_ Vincent s’il te plait ! Reste 2 minutes j’ai des documents à te donner. Les quelques élèves restant partirent très rapidement pour laisser la salle seule à ces deux agités.

_ Oui ? je tiens à m’excuser pour hier Madame… Il lui dit ça à contre cœur, mais il le fallait.

Elle ne répondit pas. Resta bouche bée.

_ Mon comportement n’est pas excusable et cela ne se reproduira plus. Il n’eu le temps de reprendre son souffle qu’il lui sauta dessus une seconde fois.

Il l’embrassa fougueusement, lui caressa le dos, les épaules la nuque avec la plus grande délicatesse qu’il doit tenir face à cette divinité. Elle qui adorait ça, donna carte blanche à ses mains très baladeuses qui se ravirent de parcourir son corps vêtu…

Les baisers se firent de plus en plus audacieux et nombreux, les gémissements plus osés et fréquents ! A voir ces deux êtres pleins d’envie, on pouvait lire la beauté paradisiaque de l’amour.

La sonnerie retentit, on entendait les élèves du cours suivant qui attendaient derrière la porte.

Elle le repoussa brusquement et lui donna une petite note sur laquelle était inscrite une adresse, son adresse !

_ Demain soir 19h, tu es mort.

C’était désormais à Vincent d’afficher la même réaction que Mme Delfin la veille.

Il s’en alla par la porte de l’autre classe.

Eldwaren suivit son cours avec l’impatience la plus totale de toute son existence. Elle découvrit enfin à quel point une petite heure de cours peut être longue et pénible à supporter !

[……]

19h tapante, muni d’un joli bouquet de rose rouges, vincent sonna à la porte. Il s’était vêtu d’un admirable costume avec une chemise ouverte qui laissait entrevoir une belle partie de son torse, de quoi ravir sa partenaire !

_ Bonsoir Vincent… Entre je te pris. Lui dit-elle avec finesse.

_ J’aime beaucoup votre déco dites donc ! Peinture rouge sang à grumeaux sur fond noir épais, très séduisant.

_ Merci beaucoup, c’est notre appartement à mon mari et moi, où l’on vient de temps à autre, passer des week end.

_ Hum je vois oui, vous avez une très belle vue en plus ! De sa fenêtre, on pouvait apercevoir toute la ville, cette petite fourmilière vivante avec tous ces points lumineux qui bougent dans le noir !

_ Je te sers quoi à boire ? Jack Daniels ? Un Languedoc de 98 ? Ou peut être préfère tu une bière ? Avec un petit ton ironique accompagné d’un rire coquin.

_ Ce sera un whiskey pour moi merci !

Il magnifiait par-dessus tous les petits aspects bourgeois de sa maitresse. Il s’installa sur le sofa et la contempla avec ardeur. Quelle femme tout de même ! Surprenante et délicieuse. Ce jour là, Vincent réalisa qu’il allait sans doute vivre une des plus belles expériences de sa vie.

Quelques verres plus tard, les deux passionnés se rapprochèrent toujours un peu plus, des baisers volés faisaient leur apparition et de petites caresses également…

_ Vous êtes sublime Madame. Lui dit-il d’un ton réfléchi.

Elle n’osa répondre et afficha un teint rougeâtre sur des petites joues croquantes.

Elle lui répondit par un baiser, un tendre baiser. Un unique baiser, celui que l’on savoure le plus, qui nous ouvre tous nos sens, les apprivoise, les dulcifie.

Le passage qui permet de passer à la dimension supérieur.

Les yeux fermés, elle se dégagea lentement.

_ Fais moi l’amour jeune homme. Mon corps tout entier t’appartient. A la lueur de ses yeux, on apercevait la voracité et l’insuffisance de cette femme.

Sur cette phrase, Vincent lui sauta littéralement dessus. Allouant baisers sur baisers, caresses sur caresses, l’envie des deux ardents agités ne faisait que croitre.

Leurs mains respectivement baladeuses se faisaient une joie de découvrir certaines terres inconnues.

Elle avait une magnifique fine robe noire et des bas qu’il commençait déjà à explorer au plus profond d’elle-même.

Vincent dégustait avec appétit la langue de sa partenaire, elle était si douce et chaude. Tandis qu’elle, commençait à apprécier la forme qui se dessinait sur son pantalon de costume tout fin.

Eldwaren pris les choses en main, battit son élève contre le sofa tandis qu’elle était au dessus de lui.

_ Tu es mort jeune homme ! Lui lança t-elle avec un terrible regard malicieux.

Elle ôta sa robe pour dévoiler une poitrine curieusement généreuse derrière ce soutient gorge à dentelle rouge et noir et finie par se jeter amoureusement sur son partenaire. Vincent découvrit à quel point sa professeure mouillait autant. C’était si chaud et humide qu’il avait du mal à contrôler ses pulsions et s’avérait très affamé de cette femme d’expérience !

Elle glorifiait ça ! Et poussa dors et déjà de petits cris de bonheur. Alors elle dégriffa le plus rapidement possible le pantalon du jeune homme. Elle commença par un baiser langoureux avec une main sur le boxer, qui évolue avec des bisous juste au dessus de ce même boxer, et qui se termine avec le-dit sous vêtement à ses pieds tandis que les bisous, les jeux de langues et de lèvres ainsi que les caresses s’affairent sur ce qu’il u était renfermé. Un délice, jamais elle ne s’était autant régaler.

Les gémissements de Vincent la poussa à continuer toujours plus vite jusqu’à ce que ce dernier lui déverse son ultime liquide divin. Elle trouva ça délicieux, le sperme d’un jeune homme, un vrai régal. Elle recouvrit et s’amusa avec cette précieuse semence ses lèvres pour finir par tout avaler sans laisser une seule petite goutte.

Si elle croyait s’en être sortie elle se trompait bien, elle n’eut le temps de se révéler que Vincent la saisit pour lui ôter furtivement son petit tissus qui ornait son entre jambes. Rose et dentelé, c’est avec ses dents qui lui enleva. Elle écarta ses divines jambes et se laissa déguster.

Lui aussi aimait la divinité du fluide divin qui régnait entre ses jambes, c’était si chaud et délicieux.

Aucune saveur n’était comparable.

De très nombreux coup audacieux de langue plus tard, les deux amants s’accouplèrent enfin. Ils ne faisaient désormais qu’une seule et même personne. Flamboyant de désirs, de cris, de jouissement et d’extase, ils étaient hors d’eux même à cet instant.

Soudain, Vincent lâcha du velours dans le creux de ses reins.

Elle jouit alors.

Extenuée et pas encore remise de ses émotions, l’audacieuse professeure se retira légèrement et dégusta le peu de semence qu’il avait laissé jaillir or d’elle même.

Eldwaren l’invita à rejoindre la chambre, cette petite nymphomane n’avait toujours pas été rassasiée. Il lui en fallait bien plus, oh que oui !

Elle l’attendait allongée, jambes écartées.

_ Je veux te sentir en moi Vincent… De cette phrase, le jeune homme se jeta sur le lit soyeux recouvert de velours et brandit son engin dans la bouche de sa maitresse. Elle le dégusta avec plaisir et frénésie jusqu’à ce qu’elle se mit à quatre pattes et lui ordonna de l’empoigner sévèrement. De la dominer, elle qui exerçait cela à moindre échelle à longueur de journée en classe !

Il ne se fit pas prier et exécuta les ordres. Elle souriait, criait, fermais et rouvrait ses yeux avec ardeur, elle adorait ça, elle découvrit avec enchantement que Vincent lui avait volé son petit anus. Sensation nouvelle, c’était pour elle une seconde naissance. Il alla de plus en plus fort, elle criait de plus en plus fort, il voulait la faire jouir, il la fit jouir à nouveaux.

Essoufflée et toute rouge de plaisir et d’excitation, elle s’allongea rêveuse et pensive.

_ Je t’aime.

_ Je t’aime.

Que de beauté, d’expression de tout sentiment ce soir la, elle consentit à lui faire une dernière fellation pour avoir le délicieux gout de sa semence afin de pouvoir s’endormir paisiblement.

Les deux amants s’endormirent, enlacés et content d’exister.

Une main caressa le sexe dressé et regorgeant de plaisir de Vincent. Il était 10h du matin et Eldwaren avait encore un appétit céleste. Vincent venait de se réveiller.

Eldwaren contempla avec délice le beau pénis de son associé sexuel. Elle l’imaginait déjà dans sa bouche, se régalant avec ses jeux de langue pour enfin sentir le geyser de sperme lui remplir sa petite bouche…

Elle s’exécuta donc.

Vincent était d’humeur ce matin et cela dura une bonne trentaine de minute, après cela, il ne put s’empêcher de satisfaire la soif de cette hystérique sexuelle et déversa donc une énorme quantité de son fluide divin dans la bouche de son professeur. Il était assommé.

_ Tu m’as tué, ça y est Eldwaren.

_ Je n’ai plus soif, merci.

Sur ces derniers mots, ils échangèrent quelques caresses et baisers et quittèrent rapidement cette situation pour se rhabiller.

D’un ultime baiser d’amoureux sur le pas de porte, elle consentit :

_ Tu as parfaitement fait tes devoirs !

_ A lundi Madame.

Beaucoup de mal à écrire certains passages sans me laisser distraire par des envies :-D

Au plaisir.

C'est pas mal :D J'aime beaucoup !

Partager ce message


Lien à poster

:content: Bravo pour ce texte, très bien écris.

Au contraire de MisterAlexs je ne b**** pas du tout mais je comprend que tu est eu des difficulté à ne pas te laisser embarqué ! :D

Vraiment bravo pour ton récit !

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.