Aller au contenu

Rencontres coquines

AsMoth

Accolements dans le métro et fesses divines

Recommended Posts

L'été, le métro... les femmes en mini-jupes. Ma tête virevolte, mon corps bout. Mon coeur s'accélère, je bande comme un âne. Je suis humain, je suis un homme.

Ligne 1 du métro parisien, nous approchons de l'heure de pointe. J'ai vu cette jolie femme en minijupe bleu ciel, en tissu fin comme du papier de cigarette, et qui moule merveilleusement ses jolies fesses rebondies.

Je ne suis qu'un homme. Surmonter mes pulsions serait renier qui je suis, serait renier mon statut d'homme, serait renier ma nature même. La suivant de près alors que la rame vient de s'arrêter, je prie au fond de moi de me retrouver derrière elle, contre elle. Je prie pour qu'elle ne se retourne pas ; qu'elle ne se faufile pas. Je prie pour qu'elle ne m'échappe pas.

Nous montons dans la rame. Les gens me bousculent. Les portes se ferment. La belle me fait dos et se tient à la barre d'aluminium prévue à cet effet. La rame démarre. Mon sexe frôle une première fois son joli cul, ferme et rebondi. Celui-ci m'électrise le bas ventre. Je sens mon coeur s'accélérer. Le désir envahit mon corps tout entier à la vitesse de la lumière. Mon sexe gonfle et se bande. Juste le temps pour moi se passer ma main dans ma poche pour discrètement sortir ma queue et mes boules de mon boxer, en rabattant la courte jambe de celui-ci de l'autre côté de mes parties. Ca y est, je suis libre. Je peux bander. La minijupe de la belle inconnue est courte, très courte. Si courte, que je sens le bout de mon sexe frotter contre sa cuisse droite. Je ne suis pas tout à fait derrière elle, mais plutôt à côté. Cela me convient. Je bande dur, très dur. Profitant que la rame tangue, je fais frotter le bout de mon sexe contre la belle inconnue. Mon sexe est si dur que cela ne devient plus qu'un simple frôlement : c'est mon sexe tout entier, qui, dans mon pantalon en tissu ample, vient frotter contre sa cuisse.

La belle ne dit rien ; elle ne fait rien pour s'éloigner où me faire comprendre que cela la gêne. Une femme qui nous fait dos m'empêche de me caler entre ses fesses. Je baisse les yeux. La vue de son joli cul rebondi me rend fou. Je perds la raison. Sa jupe, si courte, me cache de peu un spectacle que j'imagine merveilleux. Elle doit porter un string, à peine visible, tant ses fesses semblent être à fleur de peau. Je deviens fou. Mon coeur bat à exploser. La rame tangue soudainement plus fort que d'habitude. Elle m'emporte à moitié. Instinctivement, je tends la main. Paume ouverte, celle-ci se pose sur la fesse gauche de ma belle inconnue, mon pouce levé atteignant tout juste sa hanche. Je tends mon sexe vers l'avant. Celui-ci glisse contre son corps de rêve. Je sens mon gland se décalotter, trempé de mouille. Je laisse ma main sur sa fesse. La belle ne rechigne pas. L'aubaine de ma vie. Je peine à réaliser que je suis en train de peloter ce joli cul. Ses formes bien rebondies me rendent fou. Je rêve d’entrer en cette belle inconnue, d’y faire pénétrer mon sexe tout entier pour avoir le plaisir de sentir ses jolies fesses s’écraser contre mon bas ventre. Sommet à mon sens de l’érotisme. Jadis timide, ma main s'ouvre plus grand encore. J'agrippe sa fesse gauche toute entière et la serre doucement entre mes doigts. La belle me rend folle. Elle doit avoir mon souffle caressant sa nuque. Elle prend position, s'ancrant dans le sol. La fesse que je tiens dans ma main gonfle et se contracte, plus sexy que jamais. Je deviens fou. J'en veux plus, toujours plus. Personne ne nous voit. Une aubaine encore ! Mais je crois que si quelqu'un pouvait nous voir, cela n'aurait rien changé pour moi. Le cul de déesse de la belle inconnue me rendait fou, me faisait disjoncter. Si bien que ma main vint glisser sur ses fesses. Je l'avais au milieu, et mon majeur vint plisser le tissu fin de sa robe pour venir s'immiscer dans sa raie culière. La belle se mit à bouger les jambes qu'elle garda serrées, avant de cambrer son cul légèrement et discrètement en arrière, comme pour me l'offrir. Jusqu'au moment où la rame s'arrêta au prochain arrêt. La belle changea légèrement de position, semblant préférer demeurer discrète. Elle finit par ouvrir légèrement les cuisses. Pourtant, j'osai caresser ses fesses encore, je sentis le bout de mes doigts passer de l'autre côté de sa jupe. Elle tourna alors la tête vers moi, comme agacée. Je compris le message. Nous devions rester discrets.

La rame repartit. J'étais tout aussi excité, mon sexe plus tendu et humide que jamais. Je voulais ses fesses. Je voulais ses fesses. La femme qui nous gênait était partie. Je pus me mettre plus près d'elle, quasiment dans l'axe. J'osai saisir mon sexe en feu entre mes doigts pour passer discrètement le bout de celui-ci sous sa jupe. Qu'elle sente ainsi mon gland s'approcher de ses chairs intimes. De sa rondelle. La belle se prêta au jeu sans rechigner, bien au contraire. Le libre-court qu'elle me laissait me rendait dingue. J'en voulais toujours plus. Les yeux baissés sur ce spectacle, Je regardais le tissu de sa jupe entrer entre fesses et mouler celles-ci à faire bander un mort. J'avais le bout de mon sexe trempé de mouille. Je mis de nouveau ma main entre ses fesses, plus virilement cette fois-ci. Je voulais caresser sa rondelle. La belle tendait et fléchissait ses jambes, comme pour trouver la meilleure position possible. Mes doigts se montrèrent incisifs. Soudain, la belle les repoussa. Merde j'étais allé trop loin...

Je réitérai le petit jeu, en posant ma main sur ses fesses. Elle me laissait faire cela sans problème. Puis, décidé à la faire céder, à lui procurer aussi du plaisir, je retentai mon approche. Mes doigts remontent le long de l'intérieur de ses cuisses. Jusqu'au moment où je les sentis passer sous sa minijupe. Je sentis alors une chaleur moite au bout de mon index. Cela devait être l'entrée de son vagin ou de sa rondelle... La belle lâcha un profond soupir. Je la vis fermer les yeux alors que ses joues étaient rouge pivoine. Saisissant son cul, je me remis à faire glisser mon sexe tendu contre ses cuisses. La rame tanguait. Je vis la belle se trémousser soudain pour inciter ma main baladeuse à en profiter au maximum. Je sentais mon gland en fusion s'écraser contre sa cuisse lisse. J'étais au bord de l'éjac. Cette situation devenait insupportable, tant l'excitation était forte.

La rame se vida un peu plus à l'arrêt suivant. Moins de monde. Mais je pense, de fait, plus que personnes potentiellement en position de voir notre petit jeu. Moi, j'étais trop excité pour me calmer. La rame redémarra. Je passai discrètement mes doigts sous sa jupe et la saisissai pour lentement tenter de la relever. Je voulais à tout prix voir son cul ; savoir si elle portait quelque chose en-dessous ou non. Ma queue en feu glissant contre sa cuisse, lentement, je relevai le tissu de sa minijupe. Je fus ça si bien que je me demandais si elle le sentait. La belle se mit en une position qui gonfla ses fesses. Le tissu résistait un peu. Je dus me résoudre à forcer un peu. Elle dut irrévocablement sentir celui-ci glisser au niveau de ses hanches. Je voyais la moitié de son cul. Elle ne disait rien. Elle semblait plutôt scruter les alentours. Le souffle court, je retroussai un peu plus encore sa minijupe. Bordel, je voyais ses jolies fesses rondes, ainsi mises à l'air ! Elle portait une petite culotte ou un string - je ne sus - en nylon rouge, si fin qu'il était totalement transparent. Tenant sa minijupe ainsi discrètement retroussée, je me mis à frotter mon gland contre sa fesse droite ainsi dénudée. Ma main gauche vint se poser sur ses fesses ainsi nues. Je croyais halluciner. La rame approchait du prochain arrêt et freinait déjà. La belle m'invita à rabaisser sa jupe de sa main. Moi, je n'en pouvais plus ; j'étais au bord de l'éjac. Je me mis à peloter son joli petit cul par-dessus sa jupe, le gland en feu, celui-ci glissant merveilleusement contre sa cuisse. Ma main gauche parcourait son joli cul de rêve jusqu'au moment où je ne pus me retenir plus : sentant l'éjaculation arriver, je pris ma belle inconnue par les hanches, et, passant mon sexe sous sa jupe, je le calais à la verticale entre des fesses, et là, bien calé dans sa raie culière, et pris de violents spasmes, je me mis à jouir. La belle sentit les contractions faisant vibrer mon sexe dur et long entre des fesses ; mon souffle s'intensifier dans son cou. Je jouissais contre elle. Je l’entendis gémir. Petite coquine !

Je quittai la rame aussitôt à l'arrêt précédent, cachant les jets de sperme qui avaient giclé dans mon pantalon et qui déjà transparaissaient avec mon sac à dos.

Partager ce message


Lien à poster

oh la la, c'était toi alors ! :roll:

très excitant (à lire surtout, dans la vraie vie, faut être vraiment de bonne humeur pour apprécier)

Aurélina

Le premier qu'essaye sur moi je te le... :-D

Aurelianos

Partager ce message


Lien à poster

Histoire très bien écrite mister Asmoth (comme d'hab) !

Juste une petit point de détail : la proximité et le contact dans les transports en commun peuvent se révéler très excitant et conduire a ce genre de situation qui comble les deux protagonistes !

Cependant si la personne "ciblée" n'est pas encline a recevoir un tel hommage, la moindre insistance peut être extrêmement blessante et humiliante pour elle ! Donc a manier toujours avec le plus grand soin et la plus grande délicatesse!!

Je pense que les histoires comme la tienne ne doivent pas faire oublier que bcp de personnes subissent des attouchements non voulus dans ce type de contexte !

Voilà, désolé de faire le rabat-joie !

Bonne soirée a tous !

Partager ce message


Lien à poster

Waouh! Quelle histoire!! :-D Il t'en arrive des aventures hors du commun Asmoth!:D

C'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau récit de ta part, toujours bien écrit et très excitant! :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Guest sliver

Il est vrai que l'histoire est très bien narré mais cela n'empêches pas de penser que c'est plutôt pervers ce genre d'"expérience" :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Il est vrai que l'histoire est très bien narré mais cela n'empêches pas de penser que c'est plutôt pervers ce genre d'"expérience" :P
Pervers, certes, mais délicieux!

Partager ce message


Lien à poster

ce soir, dans le train, il y avait une femme en legging... je ne sais pas ce qu'elle portait par-dessus, une robe ou quoi, son manteau le cachait.

Mais en montant, j'ai mis la pliure de mon doigt tout près de ses fesses... Son corps dégageait une chaleur proche de celle de l'enfer ... une chaleur corporelle si excitante ! :P :P

Partager ce message


Lien à poster

tres excitant... on croirait y etre et voir le cul de la belle! que ca doit etre bon de partager ca avec une inconnue

Merci pour ce moment

Partager ce message


Lien à poster

oui, et comment ! d'autant que la belle, je l'ai revue le lendemain sur le quai de la gare ; elle était habillée du même genre avec un legging et une pseudo-robe ras le bonbon... y'en a qui cherchent quand même !!! :???::D :D

Partager ce message


Lien à poster
Guest David rugit

Hmm un délice de te lire

Tu as jouis et tu es parti aussitôt?...

Elle n'a rien eut?..

Partager ce message


Lien à poster

oui, je suis parti, j'ai fuit... que faire d'autre face à tant d'émotions quand le monde réel revient soudain à l'esprit ! On réalise que l'on est dans une facheuse position :???:

Partager ce message


Lien à poster

oh la la, c'était toi alors ! :furax:

très excitant (à lire surtout, dans la vraie vie, faut être vraiment de bonne humeur pour apprécier)

Aurélina

Le premier qu'essaye sur moi je te le... :sms:

Aurelianos

Tout à fait d'accord! Très sexy comme récit mais pas certaine que dans la vraie je ferais de même! :sms:

Partager ce message


Lien à poster

Très sympa comme histoire, je pense que j'apprécierais si c'était mon mec mais un inconnu je pense que je partirais rapidement, ça m'excite tout de suite moins...

Partager ce message


Lien à poster

quel mec n'a jamais fantasmé sur une femme dans un transport public...

Apres de la a passé a l'acte ...

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anonymous

Waouw ça fait vraiment rêver.

Partager ce message


Lien à poster

Tu racontes toujours aussi bien, toi :arrow::welcome:

Mais pour en avoir fait l'expérience, sache que ce n'est pas du tout agréable un pervers se collant à toi, surtout lorsque le métro est bondé et que personne ne peut bouger. Je lui ai dit de se calmer et d'arrêter de me coller, mais faisant l'innocent il m'a répondu qu'on était tous collés. Les gens ont rigolé, et moi j'ai rougis, me sentant prise pour une débile ou carrément une nympho. Pas top du tout :wink:

Partager ce message


Lien à poster

Tu racontes toujours aussi bien, toi :D:welcome:

Mais pour en avoir fait l'expérience, sache que ce n'est pas du tout agréable un pervers se collant à toi, surtout lorsque le métro est bondé et que personne ne peut bouger. Je lui ai dit de se calmer et d'arrêter de me coller, mais faisant l'innocent il m'a répondu qu'on était tous collés. Les gens ont rigolé, et moi j'ai rougis, me sentant prise pour une débile ou carrément une nympho. Pas top du tout :D

:arrow: Et le pincer en douce ou lui écraser sournoisement les pieds avec tes talons??? :wink:

Partager ce message


Lien à poster

:arrow: Et le pincer en douce ou lui écraser sournoisement les pieds avec tes talons??? :wink:

Le pincer lui aurait peut-être fait penser à autre chose de ma part.

Non, je n'ai pas réagis. Sans doute je lui aurais mis une claque si j'avais pu me retourner, mais là c'était impossible. D'habitude je gueule mais là je suis restée muette et rouge. Je voulais surtout sortir, ce que j'ai fait 3 stations après.

Partager ce message


Lien à poster

Tu racontes toujours aussi bien, toi :welcome::arrow:

Mais pour en avoir fait l'expérience, sache que ce n'est pas du tout agréable un pervers se collant à toi, surtout lorsque le métro est bondé et que personne ne peut bouger. Je lui ai dit de se calmer et d'arrêter de me coller, mais faisant l'innocent il m'a répondu qu'on était tous collés. Les gens ont rigolé, et moi j'ai rougis, me sentant prise pour une débile ou carrément une nympho. Pas top du tout :wink:

Ca aurait plutôt été a lui de se sentir géné...

Mouais moi c'est le genre de truc que jamais j'aurais osé faire ^^

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.