Aller au contenu

Rencontres coquines

alben

Maria..

Recommended Posts

Préliminaires...

Enhardi par mon expérience nouvelle avec Maria, et troublé cependant d'avoir trompé ma copine de l'époque, je passe deux jours seuls. Maria a un copain, elle aussi. Le peu qu'elle m'en a dit, c'est qu'elle ne l'aime plus, sauf pour le sexe, ce qui me rend déjà jaloux, qu'il est un peu brutale parfois, ce qui me fait un peu peur, pour moi.. et qu'elle va le quitter, surement un jour.. Pas de nouvelles d'elle pendant deux jours, je n'en donne pas non plus, je dois faire le point. Avec ma copine d'alors, au lit, ce n'est pas vraiment ça. Je suis son premier amant, elle dit être amoureuse, mais n'arrive pas à se détendre, reste sèche malgré son excitation ( j'en déduis qu'elle ne l'est pas) mais manifeste du désir, tout en restant "de marbre" ou presque à mes pratiques, je n'ai pu déceler qu'un tout petit orgasme depuis le début de notre relation, et bêtement, je me fais une fierté d'essayer de lui "apprendre" à jouir, peine perdu surement, mais on est idiot pour ne pas dire con quand on est jeune..

Si bien que cette Maria, même si j'avais déjà eut d'autres expériences sexuelles heureuses avant (heureusement..) m'a fait un bien fou, physiquement, cela va sans dire, mais aussi dans la confiance que j'avais en moi, vacillante peu à peu au contact de ma copine. Je passais les deux soirs seuls à me masturber à plusieurs reprises. Repensant à la scène, serrant la base de ma queue, comme si c'était son cul, éjaculant en criant pour combler la solitude de mon acte, j'avais envie de sexe aussi libérateur qu'avec la Maria, je ne savais pas si on se reverrait, et peu à peu je pris la décision d'essayer à nouveau, fort de ma nouvelle confiance, de recoucher avec ma copine, trop de sûre de moi sans doute, et d'enfin la faire jouir..

Le troisième jour, je la retrouve chez elle. Je suis tout excité, elle aussi semble caline, et il ne nous faut pas plus d'une heure pour nous retrouver au lit. Elle me suce, elle sait faire, c'est le moindre de ses défauts, je bande comme un surhomme, elle parait toute chaude, je la lèche, insiste jusqu'à lui arracher un gémissement, mais la vague de froid que je connais bien d'elle, passe et repasse entre ma langue et son sexe.. J'y vais délicatement, la pénètre doucement, tout bascule à nouveau, ma première impression, pourtant, et qu'elle en a envie, c'est même elle qui insiste pour que je continue, mais rien à faire, je la sens se resserrer sur moi, mais à l'inverse de Maria, tout sèchement, et si elle insiste encore pour que je vienne en elle, je le sais à présent, c'est qu'elle culpabilise de ne pas parvenir, par elle même ou par moi, à venir elle aussi...

Fin de baise habituelle, tendre malgré la chute, sauf que cette fois là, je comprends qu'on se plante, il faut que tout ça s'arrête... mais surtout et à ce moment, là, j'ai Maria en tête..

Je ne reste pas chez elle, prétextant du travail, je rentre seul chez moi. Arrivé, je m'assied, là même où Maria m'a fait tant jouir l'autre jour. Malgré le pathétique orgasme que je viens de "subir", je rebande à nouveau sors ma bite comme un con, et me branle à pleine main, repensant à la petite aux cheveux courts... tout en continuant à m'agiter fébrilement sur ma queue, je décide de lui envoyer un texto au cas où elle serait libre. La réponse est rapide, Il est là ce soir.. elle va voir... Je souffre, suis excité, mon érection me tient, je n'ai plus qu'elle en tête, son cul et ses seins ronds dansent devant mes yeux, j'ai le gout de son sexe et ses cries dans ma tête, mes caresses sont longues, intenses et expressives, je finis par venir sur mon ventre, piteux et rouge je file sous la douche. Là, le téléphone sonne, comme de bien entendu, trempé et nu je file pour répondre, c'est elle, elle arrive dans une heure. Comme tous les mecs je pense immédiatement que j'aurai dû attendre son appel plutôt que de me branler.. Deux éjaculations rapprochées peuvent encore se faire, mais si vraiment elle vient, vais-je pouvoir assurer ?... Je suis mou et petit.......

On sonne, enfin c'est elle. Elle entre, elle est sublime, et s'assied juste à l'endroit où... On discute un petit peu, très vite on parle de nos couples. J'ose lui raconter ce que je viens de faire avec ma copine et le désastre qui a suivit, je passe sous silence ma branlette stupide.. elle aussi vient de baiser.. J'en suis fou de jalousie, et étrangement, alors que mon sexe, jusque là dormait bien, je me met à bander.. comme si de savoir qu'elle venait de se faire prendre par un autre que moi m'excitait d'avantage.. J'ose un :

-C'était bon ?

- oui..

-Pourquoi tu es venue?

-pour toi...

- mais si tu viens de... pourquoi pour moi ?

- Parce que Lui, il me prend, et toi, tu te laisse prendre....

-Mais si c'est bien avec lui ? (l'idée même d'être comparé me rend dingue..)

-oui, c'est bien, mais l'autre jour, c'était mieux...

- (ouf.. et encore je n'ose pas poser la question sur la taille de sexe que tous les mecs se posent.. ) mieux comment?

- (elle prend les devants..) c'est pas une question de taille ! il a une queue énorme ! (et merde ! ) mais en te laissant faire, tu m'a laissé mieux jouir !

- ah bon ?

- oui... rien que de t'en parler, ça m'excite..

- pourtant, tu viens de jouir..

- oui, mais pas comme ça... pas par là.. pas avec cette précision.. Lui, il me pénètre fortement, me remplie si j'ose dire, c'est bon, mais vague si tu vois ce que je veux dire..

- ( je ne vois rien du tout, mais malgré mon complexe d'un coup grandissant sur la taille de ma pine, je le prend pour un compliment..) pas par là, tu veux dire..

- tu as tres bien compris.. il est trop gros, et ça fait mal... mais la tienne est parfaite.. j'avais découvert ça avec mon ex, et j'avais adoré, mais avec lui, impossible, il est trop brutale et il n'aime pas trop ça.. dès que j'ai vu la tienne l'autre jour, dans le couloir, j'ai fantasmé dessus.. je veux dire spécialement pour... et je n'ai pas été deçue... j'en ai encore envie....

la suite tres vite...

Partager ce message


Lien à poster

Là elle ose commander la suite des évènements..

Sors ta queue... je m'exécute, elle retire elle même mon jean et mon caleçon, je suis debout face à elle. Elle remarque ma semi érection, prend ma bite à deux doigts, la redresse, et tout en commençant à la sucer, experte, poursuit, comme à son habitude, ses petites conversations... je ne tarde pas à bander vraiment, c'est presque douloureux, je me suis trop branler..

-et ta copine.... elle te suce? ...hmmm.. j'adore ton membre..

-oui...

- et tu aimes... quand elle te suce ? ....

-oui... ) (sa bouche est divine..)

-autant que .... quand c'est moi ?..

- ..putain.... non... j'sais pas comment tu fais...

- pourtant.. tu me regarde faire... (j'adore son humour, même la bouche pleine..)

-tout est plus doux.. plus chaud... et tu aspires pourtant plus fort...

-hmmm...... je sais.. hmmm...on me l'a toujours dit... et puis... j'aime ça.. et je veux que ta queue.. soit parfaite pour mon....... cul..

à ses mots un premier spasme de jouissance vient poindre dans ma verge, je le retient, elle s'en rend compte et serre la base de mon sexe, tire sur la peau, faisant grossir mon gland qu'elle leche du bout de sa langue.. elle me tient un instant comme ça , prisonnier dans ses doigts, ça redescend un peu, elle ajoute : tu es pret !

elle se lève, se déshabille, j'en profite moi aussi pour me mettre tout nu, elle s'affale sur le canapé, sur le dos, le cul tres en avant elle regroupe ses jambes sur son torse, les serre l'une contre l'autre contre ses seins tout ronds et me lance sans honte : à toi de me préparer...et ne t'inquiètes pas, j'ai pris une douche avant de venir..

toujours ses Explicits Lyrics, qui me plaisent à ravir..

à genou devant elle, mon sexe droit comme un i, bloqué en érection, presque trop douloureux, je m'approche de sons sexe, fente parfaite dans cette position, ma mangue trouve son clito sou le replis de chair, tourne autour, le dégage l'aspire et le contourne. Puis je descend entre les lèvres chaudes et son gout m'envahit, c'est superbe, divin et enivrant, je la baise de ma langue, mes doigts l'écarte un peu. Elle gémit, je la mange, passe de son clitoris à son sexe qui s'ouvre, ses lèvres sont gonflées et tres rapidement suintent de son jus délicieux. mon pouce s'introduit et ma langue descend, large d'abord sur le bas de son sexe, elle lape son petit, Maria se cambre, mon pouce s'enfonce, elle écarte les cuisses, ma main masse son pubis autour du clito et mon gros doigt la baise pendant que ma langue joue à entrer et sortir peu à peu un peu plus dans le creux de l'anus.

- continue, je vais jouir..

Je pointe ma langue comme je peux, son orifice s'ouvre, Maria tire sur ses jambes pour mieux me présenter sa grotte enchantée, elle crie de plus en plus, mon pouce continue, toujours au même endroit, toujours au même rythme, son jus coule de son sexe pour rejoindre ma langue qui s'agite goulument au centre de son cul... Son anus est vivant , il s'ouvre et se contracte avec plus d'amplitude à chaque gémissement, elle hurle qu'elle jouit, même si j'avais compris, une vague plus chaude de sa liqueur intime vient d'enduire mon doigt et de se déverser délicatement vers ses fesses si bien que je le goute et jouis intérieurement de la voire prendre ainsi son plaisir.

la suite un peu plus tard..

Partager ce message


Lien à poster

HIIIIII! vivement la suite :-D

Super excitant comme récit :roll:

Partager ce message


Lien à poster

Après un long moment où ma tête ne quitte pas l'entre deux fesses, et ou ses cries font vibrer tout son corps, soudain elle se redresse, se lève, et m'empoigne par la queue, m'embrassant au passage, sa langue dans ma bouche me met le feu au ventre.. Elle me plaque contre le mur, attrape une chaise qu'elle met devant elle , se baisse, suce ma verge qui ne tient déjà plus en place, un court instant encore, et m'enfile la capote qu'elle avait vu trainer sur le bureau à coté. elle la déroule avec sa bouche sur mon sexe qui se sent tout à coup à l'étroit. Elle crache sur mon pieu recouvert de plastic, et m'ordonne de ne pas bouger et de laisser mes mains de chaque coté de moi, collé le long mur.

Et puis, se tenant au dossier de la chaise, elle se penche devant moi en avant, prend ma queue dans sa main, et la fait lentement glisser tout au long de sa raie et jusque sur sa vulve. elle doit se mettre sur la pointe des pieds et m'oblige à écarter les jambes pour descendre mon bassin au niveau de ses fesses. Je sens ce qu'elle va faire et frémit d'impatience, J'ai envie de la prendre, mais me souviens de ses mots, je la regarde faire, elle prend son temps, enfonce un peu mon membre dans sa chatte grande ouverte, fait quelques va et vient, puis l'enfonce jusqu'au bout , appuie une fois ou deux, puis le fait ressortir, ne le lâche pas de sa main, et l'introduit encore, me torturant de joie. En s'empalant elle même dans son sexe elle le lâche, se baise par ma queue et en quelques coups, crie, me disant qu'il restait dans cet endroit précis, encore un peu à jouir depuis que je l'avais leché... Elle m'étonne par ses mots autant que pas ses gestes... Elle sert ses jambes et vibre sur mon membre, se plotant un sein, elle me hurle :

-Ne bouge pas,. une fois encore je t'ai mis juste où il faut...

et elle continue à jouir sur mon sexe en feu.. Mais au lieu d'avoir l'air d'un orgasme qui la calme, c'est tout l'inverse qui à lieu.. Elle vibre, s'arrète net en criant, puis revibre, s'arrète encore un instant dans un crie, et à chaque fois elle serre encore un peu plus mon sexe dans le sien.. Je n'ose plus bouger, j'ai même fermé les yeux et je me laisse faire, à chaque fois qu'elle crie, je sens mon gland gonfler et pourtant , bien que le plaisir soit là, je ne me sens pas pret à éjaculer. Maria n'est maintenant qu'une boule de plaisir, elle tremble, fait ressortir ma bite, devenue insensible de plaisir, et la présente net à l'entrée de son cul.

C'est évidement elle qui pousse ma verge en elle. Là je craque et je crie moi aussi que c'est trop. Son cul est si serré, et si souple à la fois, qu'au fur et à mesure que chaque centimètre de ma queue rentrent en elle, c'est comme un nouveau stade de plaisir pour moi qui me mène droit au but, je sens bouillir mes couilles et mon sperme monter, pourtant je veux rester de marbre, qu'elle profite de moi jusqu'à perdre haleine.. et lorsque mes couilles touchent les deux lèvres de feux qui s'ébahissent en dessous, je sens poindre l'orgasme. Elle attrape mes boules tres délicatement, et comme l'autre fois les tire en arrière, vers mon cul en serrant son petit trou. Je crie, c'est un orgasme, cette fois, j'en suis sur, un orgasme sans éjaculation, et Maria est patiente et attend que ça s'apaise pour relâcher sa prise. Moi je n'ai pu m'empêcher de prendre vigoureusement, ses petites fesses à pleins mains pour tenter en vain de contrôler la chose, lorsque mes doigts se relâchent sur son cul que je viens de griffer, je sens l'anneau serré, s'assouplir à nouveau.

D'une main elle tient sa chaise, de l'autre elle pousse mon torse, et commence sa pornographique danse sur ma verge tendue. D'abord elle se dandine et se détend sur moi, puis commence à se décambrer pour faire ses va et vient. Tres lentement elle s'encule sur moi mes mains sont accrochées à ses fesses divines, mais ne guident pas ses gestes. A chaque coup de cul lent, elle gémit un peu grâve, Notre baise dure une éternité à ce rythme chaloupé.

- t'es trop bon, toi , tu sais..

- mais je ne fais presque rien..

- si, tu me laisses faire, hmmmmmm, et je te sens en moi... comme, je veux, où je veux...

- pour moi aussi c'est bon..

- je sais, et je te sens... j'aime ton corps et ta queue... ooooooh... tu sais rester si dur..

- grace à toi..

la suite pour bientot..

Partager ce message


Lien à poster
Guest Tendre émoi

Waou ! Superbe récit, vraiment bien écrit dans ce que tu ressens, dans ce que tu éprouves...

Tu sais capter tes lecteurs, bravo !

J'en suis tout chose, là...

Partager ce message


Lien à poster

:-D Wow, très bon récit... :D Vitee la suitee!! :roll:

Partager ce message


Lien à poster

C'est magnifique, c'est si vrai et tu sais emmêler sentiments et descriptions du plaisir, je suis amoureuse de ce récit. :roll:

Partager ce message


Lien à poster

suite et fin..

Maria est une causeuse.. elle commente pendant qu'elle baise.. c'est troublant au début, mais tres excitant finalement. entendre le son de sa voix, entrecoupé de ses gémissements, vibrante au rythme de son sexe, saccadée par les spasmes de son plaisir, c'est une chose unique, difficile à retranscrire.. Elle agite toujours son tout petit cul sur mon membre, moi je râle de plaisir, et j'ai du mal à suivre sa conversation.

Elle lache sa chaise, se redresse, et continue à faire aller et venir son petit trou autour de ma queue, tout en attrapant ma nuque et en tournant la tête pour venir m'embrasser de sa langue incroyable. Elle prend mes mains qu'elle plaque sur ses deux petits seins et m'entraine à les malaxer comme elle le veut. Je me laisse faire et je fais.. Maria, crie dans ma bouche à chaque fois que mon sexe semble à l'intérieur d'elle, stimuler là où il faut. Son cul accélère le rythme, jusque là très lent. Chacun de ses cries dans ma bouche font comme un souffle chaud, son plaisir m'enivre, je n'en crois ni mes yeux, ni ma langue ni mes mains, ni ma queue.. Je ne pensais pas que la sodomie puisse être si douce, si forte si délicate et si onctueuse.. Ses fesses sont délicieuses, souples et denses.

Son cul caresse mon ventre tout en me baisant. Soudain, elle se penche en avant, attrape elle même ses fesses qu'elle écarte, et commence des va et vient de plus en plus rapide. elle hurle en cadence, m'arrachant au passage mes premiers cries, que j'ose laisser sortir comme jamais je ne me l'étais autorisé.. La scène devient torride, ça commence à sérieusement sentir le cul dans toute la pièce, nous crions ensemble à chaque coup qu'elle assène de son antre merveilleuse sur ma queue. Puis elle se cramponne à nouveau à la chaise, tourne sa tête vers moi et me lance, un pornographique : "Bourre-moi maintenant!"

Mais dans sa bouche, tout est beau ! je ne me fais pas prier, et mes mains empoignent ses fesses. Mon bassin, interdit jusque là de faire le moindre mouvement, se décolle du mur et commence à "bourrer"... Sentir, qu'à chacun de mes mouvements, Maria s'emplit de plaisir, me fait décoller.. Mais c'est elle qui me dirige. Peu à peu elle avance vers le canapé, je la suis, ridicule, tout en continuant mes mouvements de fesses, elle se met à 4 pattes sur le sofa, se cambre de plus bel ouvrant en grand son cul, elle m'ordonne de la faire jouir.

-encule moi.. continue,... je veux jouir, là... maintenant.. oh..... putain.... oui... voila....encore...encore.... encore.... oui..... encore... oui, c'est là.. Ohhh... mais putain.... ouiii.. continue,..... n'arrête pas... c'est trop bon.... ahhhh....

Moi, je "bourre" comme je peux debout derrière elle, je deviens fou, m'enhardit et crie aussi à chaque coup de bite. Elle vient en premier, d'abord par un silence, puis pas des hurlements courts et intenses. Moi je continue à la baiser jusqu'à ce qu'elle me dise d'arrêter, qu'elle n'en peut plus, alors que je n'ai pas jouit...

elle tombe sur le clic clac, épuisée comme moi... sauf que ma queue est dressée comme jamais au point d'être douloureuse. Elle reste les yeux fermées, lassive quelques minutes, avec le souffle court, moi j'enlève l'horrible capote, et ma queue reste droite! Assis à coté d'elle, j'ai l'impression de ne pas être là, de ne plus vraiment sentir mon corps à part mon coeur que je sens battre dans ma verge..

Je ferme aussi les yeux et je sens à un moment sa main, caresser mes couilles, puis sa langue qui descend de mes couilles à mon anus... sensation incroyable, d'une main maria me branle lentement, et de sa bouche elle me donne des caresses inédites, gobant mes couilles une à une, lechant mon petit trou qui ne se savait pas si sensible à ces choses, Je n'en crois pas mon corps.. jusqu'à ce qu'elle me dise qu'elle veut que je jouisse en elle. Elle me met une autre capote, puis s'assoit sur ma queue. C'est doux, son vagin est du velours, je ne pourrais jamais choisir entre le plaisir de son cul et celui de son sexe..

Elle se penche sur moi, m'embrasse et me baise du bassin. Mes mains rejoignent ses fesses que désormais j'adore plus que tout au monde, et nous faisons l'amour tres délicatement, contrastant avec les cries de bêtes que nous venons de faire. Je sens venir en moi l'orgasme fou, elle aussi semble avoir envie de venir, encore.... et nous jouissons ensemble, pour la première fois, longuement, elle se tend et se relache à chaque vague de plaisir, et moi j'ai l'impression absurde d'éjaculer des litres, Maria qui jouit sur moi, c'est un vrai paradis, sa fente brule mon corps, sa mouille me recouvre, je reste en elle longtemps, bien après que nos sexes, rassasiés de plaisirs, se rétractent l'un dansl'autre...

Partager ce message


Lien à poster

Une fin à la hauteur du reste du récit... Bravo! :roll:

Partager ce message


Lien à poster

Superbe !

Jolie alchimie entre délicatesse et diablerie :-D:D

Une description sentant parfaitement le vécu, qui me donne pas mal de frissons. J'aime beaucoup :roll:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Ouahhhhhh comme je t'ai dit magnifique a vivre surement comme a lire.....

On ne se detache pas ce texte

Je suis curieuse mais avec elle vous vous etes revus?Avez continuez?

Partager ce message


Lien à poster

Superbement excitant et bien écrit ! Un régal !

Partager ce message


Lien à poster

merci pour tous vos commentaires...

il y a tant à écrire sur le sujet..

dois-je vous raconter d'autres anecdotes avec elle ?

Partager ce message


Lien à poster

OOOOOOOOOOOOHHHHHHH que oui Alben tu peux continuer a nous en raconter des récits comme ça,bravo tu racontes super bien tout y est dans ton récit il ne manque rien....j'avoue que ça m'a fait bander

au grand plaisir de te relire :content::D

Partager ce message


Lien à poster

hmmm.. toi tu sais y faire...

tu m'a laissé au bord de l'orgasme....

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.