Aller au contenu

Rencontres coquines

Gillou Gillou

Dans le parc du lycée...

Recommended Posts

Au lycée, vers 16 ans, je sortais avec une certaine Manue, jeune fille délurée pleine de vie, toujours rieuse et imprévisible... Par un bel après midi d'été, avant de retourner en cours une heure plus tard, on s'était allongés tranquillement dans l'herbe du parc, histoire de profiter du soleil...

On se faisait quelques câlins très soft, des baisers doux puis plus enflammés parfois... Allongés cote à cote, rien d'équivoque, mais des chatouilles qui parfois se perdaient sous son t-shirt, vers sa poitrine (qu'elle avait très généreuse d'ailleurs), ou des tentatives auto-avortées de glisser une main sous sa jupe (jupe assez large, qui lui arrivait à mi-mollet, pour info). On s'excitait mutuellement, de cette excitation qui semble dire "moi je vais un peu plus loin.. et toi ?" et une chose entrainant l'autre, on s'est retrouvés collés l'un à l'autre, mes mains sous son t-shirt et les siennes sous le mien...

Inutile de préciser que, étant en plein bouillonnement hormonal, je me trouvais dans une érection avancée, qu'elle ne pouvait pas ne pas sentir... D'ailleurs sa main a commencé à descendre sur mes fesses, puis est venue sur le devant de mon pantalon... et elle s'est mise a caresser la bosse qui déformait ma braguette... Comprenant que cela me donnait implicitement l'autorisation d'en faire autant, je glissais ma main sous sa jupe et venais doucement caresser son entre-jambes.. Je trouvais le fond de sa culotte déjà fortement humide, et je caressais doucement l'endroit ou j'imaginais que se trouvait son clitoris.. (je n'avais encore pas bcp d'expérience à ce sujet !!). Sans doute devais-je être proche de l'endroit adéquat, puisque ses baisers se faisaient encore plus enflammés, soupirs et petits gémissements compris.

Je commençais déjà à maudire mon manque de prévoyance, puisque je n'avais aucun préservatif sous la main, ce que je lui murmurais au creux de l'oreille... "Tant pis pour toi" me dit-elle en souriant... J'enrageais intérieurement, j'aurais pu "conclure" ce jour-là, en plus elle me caressait tant et plus, se riant de mon érection grandissante, à la limite de l'explosion... "mais ne t'inquiete pas, je ne vais pas te laisser t'en sortir comme ça !"

En disant cela, elle me bascule en arrière, m'allongeant sur le sol, puis elle s'assied à califourchon sur moi ! Laissant retomber sa jupe en corolle autour de nous, cela me laissait la possibilité de laisser ma main divaguer sur ses fesses et entre ses jambes. Je transformais sa culotte en string et commençait une exploration fessière qui parfois s'attardait vers la zone secrète de son sexe... Je glissais un doigt sous l'élastique et ce que je trouvais confirmait mes supputations précédentes : elle était très excitée, ses lèvres gonflées, ouvertes, glissantes de ce miel délicat... Du bout du doigt, je caressais les lèvres lentement, jouant avec, et parfois me glissant entre elles pour venir titiller sa vulve...

Pendant ce temps elle n'était pas restée inactive, loin de là : ses mains avaient ouvert ma braguette et sorti mon sexe tendu, toujours bien caché sous sa jupe... Sa main enserrait mon sexe, le décalottait doucement, puis sa paume venait froler le gland, avant de recommencer son mouvement de va et vient terriblement excitant... Ses yeux dans mes yeux, je voyais son regard brillant d'excitation, ses lèvres qu'elle mordillait parfois ou venait humidifier d'un rapide mouvement de langue, je voyais sa bouche entr'ouverte qui laissait échapper de petits soupirs, sa respiration plus lourde, plus difficile... Moi meme j'avais beaucoup de mal à garder mon calme, a me retenir de plonger mon sexe dans le sien, toutes les conditions étaient réunies, l'envie était clairement réciproque, tout, tout, tout ... sauf le petit capuchon...

"j'ai envie de te sentir", me murmura-t-elle... oui mais comment ??? Elle glissa alors sa main sous sa jupe et commença une savante mise en place : écartant l'élastique de sa culotte, elle fit passer mon sexe entre le tissu et sa toison intime, mais de façon à pouvoir sentir toute sa longueur frotter entre ses grandes levres et sur son clitoris... je ne sais pas si vous arrivez à imaginer ce que ça donne mais.. tout à coup j'avais la chaleur et l'humidité de son sexe sur le mien..

Elle commença a faire quelques légers mouvements de reins, et je sentais les lèvres glisser, décalotter mon sexe doucement... je sentais son miel couler sur moi, sur mes testicules, je sentais toute sa chaleur de femme collée à ma chaleur d'homme... Évidemment les premiers coups de reins en appelèrent d'autres, de sa part comme de la mienne, le moment était suprêmement intense, divin, excitant à en mourir mais toujours chaste... Nos lèvres se trouvaient, à pleine langue nous échangions d'autres fluides, partagions nos soupirs saccadés, nos reins trouvèrent le rythme de leur sarabande conjointe, venant à la rencontre l'un de l'autre, de plus en plus vite, de façon de moins en moins contrôlée...

Tout à coup elle s'est redressée sur ses bras, a ouvert les yeux en grands et les a plongé dans les miens.. La bouche ouverte a laissé échapper une gémissement sourd, long et profond, puis elle s'est mordue les lèvres, a refermé les yeux et a jeté sa tete en arrière, pendant que ses reins, dans des soubresauts incontrôlés, faisaient eclater sa jouissance dans son ventre... J'aurais aimé arreter le temps, figer cet instant, tellement elle etait belle, dans cet orgasme foudroyant et silencieux... mais ses soubresauts provoquèrent bien évidemment mes propres soubresauts, et je lâchais mon plaisir dans son sous-vêtement, sur sa toison, il me semblait que je me vidais littéralement de tous mes fluides corporels tellement mon éjaculation semblait abondante...

Puis elle retombée, pantelante, sur moi, on voulait rester comme ça des heures, ne plus bouger, sentir les derniers tremblements du plaisir de son sexe sur le mien, et du mien sur le sien... Mais il était l'heure d'aller en cours, tout de même, et auparavant il fallait se redonner un visage humain... On s'est donc redressés, rhabillés tant bien que mal, essayant de cacher d'éventuelles traces de fluides divers et variés sur nos vêtements... Puis on s'est dirigés vers les toilettes pour s'essuyer un peu, surtout elle à vrai dire...

Et quand elle est sortie, elle me murmura au creux de l'oreille : "ma culotte est dans un état lamentable mais je veux la garder sur moi pour sentir à la fois ton plaisir et le mien pendant le cours..." Et tout à coup, l'image de son sexe , "marqué" de nos plaisirs partagés, me sembla la chose la plus parfaite qui soit, la plus significative de notre amour naissant... et si j'avais eu le temps, je l'aurais embrassé...

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anselmea00

Oua très beau récit, très sensuel. J'adore :wink:

Anselme

Partager ce message


Lien à poster
Invité

excitant à souhait! hummm les années lycées!!!! :wink:

Partager ce message


Lien à poster

le temps des premiers amours et l'émotion des premières découvertes... joliment et sensuellement raconté.

ça me donne un sourire aux lèvres. bravo et merci.

Partager ce message


Lien à poster

Merveilleux récit et plume sublime ! Quand a l'expérience racontée elle est simple mais tellement belle ^^

Partager ce message


Lien à poster

merci de vos commentaires..... je garde un excellent souvenir de ce jour là, même si je me maudis encore de n'avoir pas eu de préservatif sur moi !!!! :wink::roll: :D

Partager ce message


Lien à poster

superbe !!

cela rappelle quelques souvenirs :wink:

Partager ce message


Lien à poster

Magnifique témoignage. Je suis rouge d'admiration.

Tu as su décrire ces premiers émois avec beaucoup de tendresse et de sensualité, j'en suis émue. Et ça m'a beaucoup rappelé mon adolescence hi hi !

Merci pour cela.

Je vais m'empresser de te lire plus souvent :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anonymous

Je suis fan de cette histoire oO !!!

J'aime bien. J'ai testé ce "frottement" dans ton histoire et c'est très excitant ! :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Invité

Ouahhhh je suis sans mot merveilleusement bien decrit j'avais l'impression d'etre dans le parc et de vous regardez...

Meme si tu regrettes de ne plus avoir de preservatif je trouve que justement ca fait tout le charme de cet episode a la fois tres charmant

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.