Aller au contenu

Rencontres coquines

EdDono

Souvenir de 3ème II : Plaisirs dans sa salle de bain

Recommended Posts

Je vous ai déjà raconté ma première expérience en vraie ici : http://www.forum-intime.com/confession_intime/souvenir-de-3eme-vive-le-bus-t28445.html

Voici maintenant une autre expérience vécue avec Diane (la seule autre que je raconterais).

Nous sortions donc ensemble depuis 1 mois après cette fameuse expérience dans le bus. Nous nous étions retrouvés plusieurs après-midi seul à seul à nous caresser "sagement", touchant nos sexes au travers des tissus recouvrant nos corps. Nous y prenions beaucoup de plaisir et cela nous amusait, innocent que nous étions.

Cette après-midi là allait être différente, mais nous ne le savions pas encore!

Je quittais mon chez moi pour la rejoindre chez elle, ses parents n'étant pas là en ce beau mercredi après-midi. Après une demi-heure de vélo, j'arrivais enfin, quelque peu essouflé. Je sonnais en tentant de reprendre mon souffle, mais quand je la vis, celui-ci me fit complètement défaut.

Elle venait d'ouvrir la porte de chez elle, portant un simple bikini et un petit paréo autour de la taille.

- Tu viens? (clin d'oeil)

Je fus pris en instant d'une trique sévère. Je montais les quelques marches qui me séparait d'elle et entrait dans sa maison.

Moi - Que me vaut l'honneur?

Diane - Oh ce n'est pas pour toi, je bronzais dans le jardin!

Moi - Ah, désolé de t'avoir interrompu. Tu peux continuer si tu veux...ou aller te changer, histoire d'être plus décente (l'ironie était à peine subtile).

Diane - Je veux bien me changer, le ciel s'est couvert et ça c'est raffraichi...tu viens me tenir compagnie dans la salle de bain?

Moi - Ok, mais c'est bien parce que c'est toi...

J'étais impatient, excité, le sexe dur. Elle le remarqua d'ailleurs facilement, je portais un short en nylon par dessus mon boxer. Après un coup d'oeil à mon entre-jambe, elle me regarda et me lançant un sourire peu équivoque!

Je la suivis donc jusqu'à la salle de bain. Là, à peine entrée, elle vérouilla la porte (on ne sait jamais), se tourna vers moi, se colla contre mon corps et m'embrassa fougueusement.

Diane - Bon, faut que je me change moi...

Elle détacha son paréo et je découvris que son bas de maillot était en string de bain. Je sentis un frisson parcourir mon échine et un coup de sang terrible faire trembler mon membre. Elle retira ensuite lentement son haut, en me faisant dos. La situation était électrique, j'avais envie de me jeter sur elle. Elle avait aussi une idée derrière la tête, après tout, c'est elle qui avait crée cette situation. Elle se tourna vers moi, les mains cachant sa lourde poitrine que je ne pouvais pas quitter des yeux.

Je l'avais déjà vu en soutien-gorge, en maillot de bain, mais jamais encore les seins nus.

Diane - Tu peux me passer mon soutif derrière toi?

Moi- Bien sûr, attrape!

Elle fut obligée de libérer ses seins pour rattraper le sous-vêtement demandé. J'étais stupéfait, ébloui, je trouvais cela magnifique. Je bandais tellement fort que ça me faisait mal. Elle resta les seins libres, les bras le long du corps, tenant négligement son soutien-gorge dans une main, me dévisageant avec amusement, se moquant gentiment de l'état dans lequel je me trouvais.

Elle rompit le silence.

Diane - Oui, ça c'est des seins. Et le bout là, ça s'appelle un téton!

Elle s'amusait avec le bout de ses doigts sur ce qu'elle me désignait.

Diane - Mais tu sais ce que c'est, tu as déjà bien joué avec!

Moi - Oui mais c'est toujours sympa de voir ce que l'on a déjà touché.

Diane - (en enfilant son soutien-gorge) Bon, j'vais continuer de me changer, Mr le Voyeur!

Moi - Je peux t'aider si tu veux!

Diane - Ok! Vas-y...

Je n'en croyais pas mes oreilles...Je pensais qu'elle m'enverrait bouler, pas qu'elle me provoquerait. Ce n'était pas le moment de flancher. Je m'approchais d'elle, glissa mes doigts sous l'élastiques de son string au niveau des hanches, nez-à-nez avec son bas-ventre, et je commençais à descendre doucement ce petit bout de tissus qui recouvrait ses chairs. Mm après mm, je ne quittais pas sa peau des yeux, je descendais avec le tissus. Quelques petits poils qui se faisaient de plus en plus nombreux, j'arrivais à son mont de Vénus, fébrile, découvrait pour la première fois les lèvres d'une femme. J'en étais bouche-bée, le coeur battant violement dans tout mon corps de mes tempes à ma queue.

J'observais et constatais des gouttelettes constellant la pillosité intime de Diane. Un spectacle grandiose. Une apothéose.

Je déposais, timide, un baiser sur ses lèvres intimes, humides. Je glissais ma langue entre elles, fis quelques passages de bas en haut sous les gémissements de ma belle.

Je me relevais et la serrait contre moi. Nous avions a peu près la même taille, de sorte qu'ainsi enlacé, nos sexes étaient l'un contre l'autre, séparé de quelques mm de tissus.

Nous nous sommes embrassés fougueusement, à pleine bouche (ça ne devait pas être beau à voir, mais bon dieu qu'est-ce que c'était bon!).

Je glissais ma main à son entre-jambe, glissais mes doigts entre ses lèvres, sans jamais chercher à la pénétrer, les courbant pour suivre la forme de son sexe, et, ses soupirs me guidant, je me mis à caresser sa vulve humide et chaude. Debout. Instinctivement. La tenant contre moi. Ses mains posées dans mon dos. Je la caressais régulièrement, pas trop vite, en faisant des mouvements circulaire autour de son clitoris (je ne le savais pas à l'époque, j'agissais et adaptais selon la force de ses soupirs et gémissements). Plus elle gémissait fort, plus je la serrais contre moi et plus j'augmentais la pression sur son sexe. Il était de plus en plus mouillé. Le silence de la maison, la sonorité particulière de la salle de bain faisait que seul se faisait entendre ses gémissements et le clapotis de sa mouille entre mes doigts et son sexe.

Elle me serra soudain dans ses bras, de plus en plus fort, et elle contenait difficile de petits cris. Elle jouissait. Bien plus fort, bien plus intensément que lors de nos précédents petits jeux. Elle jouissait. Fort, pleinement, innondant ma main de mouille.

Immédiatement après son orgasme, elle s'effondra au sol, essouflées, les jambes flagellantes, un grand sourire aux lèvres.

Moi, je m'allongeait avec elle sur ce carrelage glacé, tout-sourire, fier de moi et du plaisir que je lui avais procuré.

Diane - (me chuchotant dans l'oreille, comme elle savait [sait?] si bien le faire) Tu as bien mérité un petit quelque chose mon beau!

A suivre...

Partager ce message


Lien à poster

Merci à tou-te-s pour vos encouragements!

Je ne cherchais pas à être cruel ou frustrant, je suis juste quelque peu pris ces jours-ci,

mais je vous promets que d'ici à samedi, la suite aura été rédigée et postée!

(ceci dit, ça a un côté excitant, cette situation de détenir ce que vous demandez ^^)

A plus!

Partager ce message


Lien à poster

Deuxième partie : Rien que pour mon plaisir!

Je la regardais maintenant droit dans les yeux, excité, intrigué, me demandant ce qu'elle allait faire. Elle se releva et m'invita à faire de même. Elle enfila son soutien-gorge et un jolie petit string noir. Je devais avoir l'air un peu déçu, car elle me dit de suite :

- Ne t'en fais pas, je ne t'oublie pas! Mais dans un soucis d'équité, il fallait que je me r'habille! Toi en revanche...

Elle s'approcha de moi, saisis mon t-shirt et me l'enleva rapidement, un peu maladroitement, et le jeta en arrière. Nous rigolions, ce qui détendait quelque peu l'atmosphère.

Diane - Dis au revoir à Mr Short...

Moi - Au revoir...

Elle baissait mon short tout en s'agenouillant devant moi, comme moi avant. Je bandais toujours très dur, je sentais la peau de mon sexe se tendre, mon gland frotter contre le tissus de mon boxer...Une véritable torture. Diane fixait la bosse qui tendait mon dernier vêtement.

Diane - Y a un camp scout au complet là?!

Moi - J'espère qu'ils ont la place qu'ils veulent...

Diane - Il fait beau, ils vont dormir à la belle étoile!

Et elle enleva mon boxer, petit à petit. Mon sexe tendu venait se terminer contre l'élastique, et descendait donc avec le tissus. Soudain, il ressortit et remonta hors du sous-vêtement et vint cogner la joue de Diane dont le visage était tout proche. Nous avons éclaté de rire devant la situation.

Moi - J'aime bien ça...l'humour...ça détend un peu l'atmosphère...

Diane - Ca a pas l'air de TOUT détendre!

Moi - C'est vrai...

Diane - Je vais voir ce que je peux faire!

Elle approcha sa main de mon sexe, tendu à bloc. Je frémissais rien qu'à l'idée de sentir sa main se refermer sur mon chibre. Elle avait les yeux grands ouverts, ne manquait pas une miette du spectacle qui s'offrait pour la première fois à elle. Je sentais la chaleur de sa main avant qu'elle ne me touche, je sentais arriver l'instant imminent où elle allait me prendre. Mon coeur cognait à rompre ma cage thoracique.

Ca y est...sa main se refermait délicatement mais fermement autour de mon sexe. Que c'était bon! Elle tira doucement la peau en arrière, libérant entièrement mon gland luisant de mouille. Cette caresse me fit frémir et je ne pus m'empêcher de lâcher un râle. Sa main s'activait maintenant lentement sur mon sexe, faisant de doux va et vient, de la base au gland. Son pouce venait parfois jouer avec mon frein. Elle se débrouillait très bien, j'en étais d'autant plus excité. Elle se leva soudain, arrêtant sa caresse, me fis m'asseoir sur le tabouret qui était dans sa salle de bain et chercha quelque chose dans un tirroir, m'offrant une magnifique vue sur ses fesses. Je me caressais très lentement en la regardant chercher. Elle se retourna et me présenta un flacon d'huile de massage.

Diane - Ca te dis, quelque chose de plus...coquin?

Moi - (difficilement -je n'avais plus beaucoup de salive ^^-) Oh oui, toujours!

Elle mit une bonne dose d'huile dans ses mains et s'agenouilla au pied du tabouret. Elle reprit ses caresses, m'étalant de l'huile sur tout le sexe, caressant délicatement mes testicules, les soupesant, les malaxant gentiment, remontait le long de mon manche pour s'attarder sur mon gland. J'étais aux anges. Ma belle faisait des merveilles. Elle me regardant droit dans les yeux en me saisissant et en me caressant vigoureusement. A chaque fois qu'elle arrivait au bas de mon sexe, j'émettais un râle. Mon regard se perdait entre ses yeux plantés droits dans les miens et ses magnifiques seins bien mis en valeur par son soutien gorge. Je n'en pouvais plus. Je n'allais plus trop tarder à jouir.

Moi - Je...ça vient...ça ne va pas tarder...

Diane - Oh! J'ai une petite surprise pour toi!

Moi - Quoi?

Diane - Ne m'en veux pas, tu ne seras pas déçu!

Je ne comprenais pas, quand soudain, elle arrêta ses caresses. Au bord de l'explosion, j'étais quelque peu abasourdi, quand elle dégraffa son soutien-gorge, remis de l'huile au creux de sa main droit et vint s'en étaler sur les seins. Elle se caressait sensuellement, de la base des seins jusqu'au téton. Elle remis encore un peu d'huile dans son sillon mammaire. Elle luisait à la lumière. Moi, mon sexe dardait vers elle et je la fixais. Je la regardais faire, me délectant tout en me demandant ce qu'elle me réservait. Elle se redressa et s'apprcha de moi. Ses tétons vinrent effleurer mon gland. Elle jouait de la sorte, me faisant frémir à chaque approche.

Diane - Je sais que tu les aimes, alors c'est eux qui te feront jouir!

En disant cela, elle calla mon sexe entre ses deux beaux gros seins recouvert d'huile et commença le plus doux des va et vient. Sa peau, fine à cet endroit, combinée à l'huile, était la chose plus douce du monde. Je n'en croyais pas mes yeux. Mon sexe était littéralement pris en étaux, mon gland disparaissait pour mieux réapparaître au sommet de ses seins à chaque aller-retour. Je n'en pouvais plus, je gémissais sans retenu! J'aurais aimé que cela dure encore et encore, mais je n'en pouvais plus. Diane regardait ma queue, s'amusait en la faisant disparaître entre ses seins, pressait, bougeait de différente façon.

Moi - Oh! Mon amour continue! C'est...c'est...OOh c'est bon!

Diane - MMmmmh ça m'excite, j'en suis de nouveau trempée!

Moi - Je...oh! Je vais jouir!

Diane - Lâche toi mon coeur, ne t'en fais pas!

Je sentais que j'allais éclater. J'avais l'impression que tout le sang de mon corps était acheminé vers mon sexe. Mon coeur battait à tout rompre.

Ses seins descendirent le long de mon sexe, tirant la peau au maximum, laissant mon gland complètement décalloté, luisant, brillant, battant au rythme de mon coeur. Dans un râle qui s'approchait plus d'un cris, un premier jet épais, long, puissant sorti de mon gland pour venir finir sur sa joue. D'autres suivirent, abondant, recouvrant ses seins, ses épaules, son visage. Je râlais, encore et encore. Je me vidais littéralement. Diane continua quelques va et vient et se laissa tomber en arrière. Je m'affalais sur le tabouret. Je la regardais.

Elle souriait. Je l'aimais.

Cette très belle expérience s'acheva un peu dans la panique, sa mère rentrant plus tôt que prévu du boulot arriva alors que nous nous nettoyions (surtout elle). Elle fut quelque peu surprise de nous savoir vérouillé dans la salle de bain, mais nous sortimes rapidement et elle ne posa pas de questions (elle se doutait sûrement de quelque chose).

Nous sommes sortis ensemble encore deux semaines, mais nous n'avons plus eu l'occasion d'avoir de telles expériences. Nous nous sommes ensuite séparés, pour des raisons diverses. C'était la première fille avec qui j'ai eu de vraies relations sexuelles, et il y en a eut et il y en a encore d'autres. Mais ça, ça fera l'objet d'autres confessions, à l'occasion!

En espérant que ça vous a plus,

Ed

Partager ce message


Lien à poster
Guest sliver

Très beau récit mes félicitations pour cette belle plume !!

Partager ce message


Lien à poster

Tres belle histoire! Dommage de s'arrêter la!

Si t'en as en réserve, hésite pas car ta plume est très chouette a lire!

Merci

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.