Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

mathou810

Rencontre dans un hôtel

Recommended Posts

J'ai écrit ce texte pour un membre de CI, qui je l'espère de tout coeur, se reconnaîtra...

Bisous à toi, et à très vite..

Devant passer quelques jours à Décines pour mon travail, je me suis installé dans un hôtel tranquille.

Il n'y a rien à faire le soir, je ne connais personne, c'est le soir, je viens d'arriver.

Je décide de dîner dans le restaurant de l'hôtel, et puis d'aller me coucher rapidement.

La salle est presque vide.

Quand on dîne seul, on observe les gens.

Il y a cette femme qui termine son repas tranquillement.

Je l'observe, elle m'intrigue.

Complètement absorbée dans ses pensées, elle ne prete pas attention à moi.

Elle mâche lentement, songeuse.

Je me demande ce qu'elle fait ici.

Le travail probablement.

Je la trouve belle.

Ce n'est pas tant son physique qui m'attire, que sa façon de manger en pensant à autre chose.

Cette distraction solitaire, pleine de charme, qui me donne envie de lui parler,

de l'écouter plutôt.

Elle termine son repas et se lève, interrompant ma rêverie, elle ne m'a pas regardé.

Elle n'a pas l'air triste, mais elle porte en elle un sorte de mélancolie.

Sa démarche est légère, et vaguement sensuelle.

Je suis sous le charme c'est sûr.

Un peu plus tard, quand je vais me coucher, elle occupe toujours mes pensées.

Je suis couché dans mon lit, et je me demande ce qu'elle fait.

Lit-elle?

S'est elle déjà assoupie?

Comment est-elle habillée.

Il fait plutôt chaud dans la chambre, je n'ai gardé qu'un drap pour dormir.

J'imagine le tissus sur sa peau, et l'érection ne se fait pas attendre.

Peut-être qu'elle prend un bain...

Je me masturbe lentement, en pensant à elle peut-être en fait-elle autant.

Je m'endors tout content.

Le lendemain, au petit déjeuner, je la cherche en vain.

Un peu déçu, je ne m'attarde pas, je la croiserai sûrement ce soir.

Quand je rentre à l'hôtel, plus tard, dans la soirée, et que je ne la trouve pas au restaurant,

Je suis vraiment désapointé.

Aurait-elle déjà quitté l'hôtel?

Moi qui me faisait une joie de croiser son regard.

C'est après un repas plutôt morose, que je me dirige vers l'ascenseur.

J'appuye sur le bouton du troisième, et c'est au moment ou les portes vont se refermer que

je découvre soudain, la voix de ma belle inconnue.

-Attendez.

Elle accélère le pas et vient me rejoindre, dans cette espace minuscule et clos qu'est une cage

d'ascenseur. Mon jour de chance...

-Bonsoir.

-Bonsoir. elle m'a répondu poliment, en me jetant un oeil, et puis regarde ailleurs.

ding fait l'ascenseur alors qu'il nous emporte vers nos chambres.

tout le reste se passe en silence.

Quelle n'est pas ma surprise et ma satisfaction, quand je constate que nous avons le même étage.

Je la laisse sortir, elle prend à gauche, comme moi.

Sa chambre est voisine à la mienne.

On ouvre chacun nos chambres et je lui glisse un

Bonne nuit.

surprise, elle me dévisage. me scrute un instant puis parait rassurée.

Bonne nuit.

échange de politesses, mais elle a sourit.

De la savoir si proche m'électrise.. et le sommeil est difficile à trouver.

Surtout quand j'entends, qu'elle se fait couler un bain.

Je décide dans faire de même, et je nous imagine tous les deux nus, si proche et pourtant...

Je me carresse à nouveau.

Le jour se lève à nouveau, et je suis d'excellente humeur.

Je pars travailler avec entrain. je termine pas trop tard, et je flâne un peu en ville,

faisant les boutiques.

Quand je rentre à l'hôtel, elle vient de s'installer à table.

Je prends mon courage à demain.

Bonsoir, j'ai cru comprendre que vous dîner seule, ce soir, ça vous ennuie si je me joint à vous?

Oh bonsoir...

non, bien au contraire, j'aime manger accompagnée.

La soirée se déroule à merveille, c'est son travail qui l'amène par ici, elle aussi bouge beaucoup.

Nous parlons de la vie d'hôtel, de nos petites habitudes, et de nos préférences.

Le courant passe.

Quand nous reprenons l'ascenseur ce soir là, ce n'est plus pareil.

La promiscuité nous a ramené au silence, mais cette fois on se regarde.

le son de l'ascenseur parait plus sensuel.

On se sourit.

Quand nous regagnons chacun nos chambre, c'est elle qui cette fois prend la parole.

Hé bien bonne nuit à vous... son sourire est franc, son regard pétillant.

à vous aussi.

Je rentre dans ma chambre le coeur serré..

Je pars demain, j'aurais du dire autre chose..

Je tourne en rond dans ma chambre, puis n'y tenant plus, en sort pour venir frapper à sa porte.

Quand elle ouvre, elle n'est pas surprise, je me sens un peu gêné mais tiens bon.

Je lui souris.

Entre me dit-elle.

J'avance, elle ne bouge pas. nous somme au milieu du couloir. Je referme la porte.

Il va falloir trouver quelque chose à dire. Je vais prendre la parole, mais elle m'en empêche

en s'approchant de moi tout simplement.

En me reagardant, elle glisse ma main sous ma chemise, et pose la main sur mon ventre.

Elle s'empare du haut de mon pantalon et m'attire à elle.

Je lui carresse le nez, avec le mien, alors que j'ouvre sa chemise.

Elle déboutonne mon pantalon, qui glisse le long de mes jambes.

je découvre son ventre et ses épaules, alors qu'elle glisse sa main dans mon slip.

Elle prend mon sexe dans sa paume. Il gonfle entre ses doigts.

J'embrasse son cou en lui retirant sa chemise. Elle penche sa tête en arrière pour mieux gôuter à mes baisers,

tout en massant mes couilles.

Nos lèvres se rejoignent. plaisir intense, de la rencontre de nos bouches.

Le contact est doux et chaud.

Nos langues humides se mélangent, alors qu'elle carresse mon sexe devenu dur et brulant.

J'ai envie que nos peaux se touchent.

J'enlève ma chemise, luis retire son soutien gorge.

Et c'est en toujours en s'embrassant à pleine bouche, que nous voici ventre contre ventre.

Ses seins carressent ma poitrine.

Je la maintiens contre moi en lui massant les fesses.

Nous glissons l'un contre l'autre en ajustant nos tétons pour qu'il s'effleurent.

J'ai glissé un genou en tre ses jambes, et elle se frotte contre moi.

Nos vêtements nous brûlent, et nous voici nus.

On se regarde, on se désire. on s'embrasse à nouveau, et elle peut sentir mon sexe contre son ventre.

Je lui carresse le dos, avec les ongles, lui malaxe les fesses.

Elle me prend par la main et m'entraîne vers le lit.

Je me couche sur le dos.

Elle prend mon sexe en main, et l'amène à sa bouche, tout en me regardant.

Je regarde mon gland, avalé entre ses lèvres.

Je regarde sa langue qui me lèche.

j'ai envie de gouter à son sexe. Je lui fait comprendre que j'ai envie qu'elle me rejoigne, et tout en continuant

de me sucer, elle vient offrir sa chatte à ma bouche.

J'adore la voir enjamber mon corps à quattre patte.

Je regarde sa chatte, et vois briller quelques gouter que je m'empresse de venir aspirer.

En m'agripant à ses fesses, je viens lui lécher le clitoris, que j'aspire et je suce avec une lenteur infîme.

Nous sommes chacun rivés au sexe de l'autre. Je sens mon sexe lui remplir la bouche, alors que sa chatte innonde

la mienne. Le plaisir est monte par saccade. On a envie de s'embrasser à nouveau.

Elle s'allonge sur moi et vient m'embrasser. Je lui ouvre grand la bouche, et laisse sa langue me pénétrer.

Je sens l'odeur de mon sexe, se mélanger au goût que j'ai de sa chatte.

Ca nous rend fous tous les deux.

On ondule sauvagement, l'un contre l'autre.

On roule dans le lit en s'embrassant fougueusement.

Je prends entre mes dents un de ses tétons.

Je le mordille, puis le suce. tout en massant son sein.

Elle prend mon sexe dans sa main, et le guide en elle. Je m'enfonce très lentement, enveloppé par la chaleur

de son sexe, qui semble m'aspirer.

Je ne peux m'empécher de gémir, elle me mordille la poitrine, la gorge et les oreilles.

Elle va et vient sur mon sexe.

Je pousse mon bassin en avant, pour la rejoindre loin.

Je l'aime avec force et douceur, nous sommes connectés l'un à l'autre.

Nos corps ne font plus qu'un et nous entrâinent au-delà du temps et de l'espace.

Suis-je en elle, est-elle en moi. je l'ignore.

Ce qui est-sur c'est que nous allons l'un vers l'autre, sans plus de retenue.

Nos corps sont moites de sueur, nous continuons notre danse.

flirtant avec l'orgasme, nous repoussons l'échéance, pour prolonger l'instant.

Ses seins dans ma bouche.

Sa langue sur ma peau.

Mes lèvres contre les siennes.

Et nos sexes qui fusionnent.

Les cris s'échappent de nos bouches, nos mains se croisent, se carressent et s'agrippent à nos muscles.

Elle jouit soudain, dans un long cri, que j'accompagne de baisers, en m'enfoncant au plus profond d'elle.

Elle me dit

viens...

Et je me retire pour jouir par saccades sur son ventre. L'éclair de l'orgasme me prive de la vue.

Tout est jaune,blanc, noir puis rouge.

Je regarde le sperme gicler sur son ventre.

Nous nous embrassons passionément, le souffle court.

Nous sommes en nage.

De longues minutes s'écoulent ainsi avant que nous revenions à nous-même.

Nous finissons par nous endormir l'un contre, l'autre, repus de plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On veux son nom ! :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Ninie888

:aime2: Bravo :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

wouawww !!! c'est chaud ! et tellement agréablement raconté .... on s'y croirait !!! :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest alexiane_

Whaouuu Mat ... :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest K@thy

:clap: :clap: Mat :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest Anonymous

:langue: :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.