Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

quebecois

Au bal

Recommended Posts

Je resonge à ce soir là, dans la salle de bal. Où sous cette robe à traîne, vos rondeurs prisonnières dans ce corsage attiraient les regards des Sirs. J`eus surpris quelques brides des conversations masculines. Sir un tel disait que vous étiez un fruit défendu. Un autre Sir priait les cieux pour que vous lui accordiez audience. D`autres Sirs n`avaient point de pudeur, voulaient simplement la chose à l`horizontale. Moi bouche bée, mes yeux valsaient avec le tissu de vos hanches. A l`écart, je vous regardais, sentant en moi un désir gravir, un désir muet.

La chance m`a sourit quatre fois ce soir là. La première fois fut lorsque vous étiez isolée. J`ai enjambé la distance pour vous demander cette valse. Un coup de vent passant par l`aveugle, soufflant les cierges. Un frisson vous envahit, vous me dites à l`oreille. Sir prenez-moi dans vos bras, j`ai froid et peur. Le temps que les valets puissent les rallumer. J`eus le temps d`humer vôtre doux parfum, sentir vos formes contre moi. Ai-je rougit ? Je ne saurais dire. Mais vous m`avez dit sourire aux lèvres : Sir votre corps contre ma cuisse, vous trahit.

La seconde fois que la chance m`a favorisé, ce fut la suite de votre phrase. Venez dans l`antichambre, je saurai assouvir quelques peu, votre ardeur. La musique des gongs n'eut pas le temps de se terminer, que votre main délaçait mon pantalon. Vos lèvres brulantes d`envies prirent mon cierge masculin. Je le voyais fondre entre vos douces lèvres. Mes jambes manifestaient mon excitation.

Cessez madame, je vous en prie, follement je vous dis. Vous vous êtes relevée, sembliez vexée. D`un regard froid et conjugué du ton autoritaire, vous avez chuchoté. Venez dans mes quartiers.

La troisième fois que la chance m`a épaulé. Une fois rendus, vous m`avez sommé de rester là, à faire ce que votre guise désirait. Vous m`avez tourné le dos et ordonné de retirer votre robe. De Sir à serviteur, j`étais descendu. Mais d`inconnu à amant j`étais parvenu. Les lacets furent aisément défaits, votre robe tomba à vos pieds. Vous étiez tel un papillon royal sortant de son cocon. Et le corset maintenant. Lorsque votre poitrine s`offrit à l`air ambiant, demi-tour vous faites. Vos seins fermes et ronds invitaient mes mains. Ils prenaient toute ma main, une belle lourdeur, je les sentai se mouvoir. La pointe aigue voulait piquer ma langue, votre parfum a épicé le gout. Ma langue circulait sur votre mamelon vanillé.

Je m`agenouillai pour offrir à la blancheur de vôtre ventre de tendres baisers. Votre culotte alla retrouver vôtre abri coconnien. Mes lèvres se faufilaient sur votre sexe. Ma langue s`amusait avec le joyau de votre personne. Vous avez repoussé ma tête et vous vous êtes dirigée vers le Récamier. Ma langue retrouva son coffre à bijou, jouant de nouveau avec votre solitaire. Votre sexe s`humecte, verse son suc sur ma langue. L`ai-je égayé, il se gonfle prisonnier de mes lèvres. Votre souffle, se coupe un instant, laissant un cri strident faire mélodie avec le silence.

Vous m`implorez de me dévêtir, nu sexe à l`horizontal, sans quitter votre siège. Votre bouche redonne les délices de l`antichambre. Cette vague de va-et-vient trouble la mer de mes émotions. Vous le savez fièrement. Laissant votre salive sécher, vous vous agenouillez sur le récamier. Votre rondelette croupe s`offre à moi. Telle une épée trouve son fourreau, mon sexe épouse le vôtre. Mes mains sur vos hanches, vous criez fort et creux. L`agitation nous mène à l`excitation ultime. Nos cris convolent à l`unisson.

Dame de mes pensées, vous qui comblez mes moindres fantaisies, je vous rends hommage ce soir. Vous lecteurs, vous vous demandez, c`est quand la quatrième fois que la chance m`a sourit ? La réponse est simple, c`est que je peux réaliser ceci à tous les soirs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de vos beaux et bons mots. Je dois dire que j`aime l`écriture, ma copine ne vit pas encore avec moi (mois de juillet). Alors je triche un petit peu. Car les textes que je publie ici sont des extraits des lettres que je lui envoie, avec sa permission naturellement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bravo :wink::wink::-D:clap::clap:

Participe au concours, tu aurais toutes tes chances ! :wink: ! regarde ma sign

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.