Aller au contenu
quebecois

Vive le chaperon rouge

Messages recommandés

Comme nous aimons les vieux meubles, les vieux objets. Nous voici en Estrie, le royaume des antiquaires, des petits villages au charme pittoresques Anglo-saxons. La fébrilité de ma copine a commencé, il y a une semaine. Lorsque je lui ai dit que nous partions à l`aventure. Elle aime les beaux vieux meubles brillants sous les couches de vernis, les vieux objets et même quelques fois les antiquaires qui laissent la poussière gagner du terrain sur les meubles. Est-ce la raison pourquoi, elle m`aime ? Étant son aîné de 13 ans. Mais sa fébrilité vient surtout de la petite escapade.

Ce matin, nous avons quitté l`auberge très tôt, après deux antiquaires, une boulangerie, une fromagerie, le soleil s`accroche déjà son zénith. Elle me dit, que son ventre commence à crier famine. Pourquoi ne pas rebrousser chemin ? Un joli parc où faire une collation, nous attends, non loin. Je stationne la voiture, le souffle presque coupé par la grandiose vue sur le lac et le collier de chalet.

Nous mangeons la baguette de pain et le fromage presque dans un silence religieux. La vue nous scie la parole, sous mes lunettes de soleil mes yeux la regardent avec admiration. Avez-vous déjà écouté le silence ? Il parle par lui-même. J`aime lorsqu`elle est en jupe d`été, j`aime regarder ses jolis rondeurs, j`aime ces seins qui semblent briser le silence en criant mon nom. Je déplace légèrement mon torse, sous cette chemise, je peux voir ce string pour épaule qui retient son soutien gorge. Il est rouge, je ne peux me retenir : Je suis le gros méchant loup et toi le chaperon rouge.

Je l`ai ébranlée car elle ne comprend pas. Sourire aux lèvres, je lui explique simplement. Qu`à la vue de son soutien gorge, j`ai fait un mariage d`idées. Elle rit et comme écho de ma phrase, elle souffle : cochon.

La collation terminée, elle me dit, je vais aux cabinets, je range les restes dans l`automobile. La tête encore dans le coffre, j`attends : Hé le méchant loup ! Je regarde et je vois ma copine s`enfoncer dans le petit boisé.

J`emboite le pas. Elle est assise sur un gros rocher, les jambes distancées un peu. Le soleil brille sur ces cuisses, sa jupe fait ombrage sur son sexe.

Elle me dit simplement : Ne change pas l`histoire, mange-moi. J`aime ces petits jeux enfantins, mais combien ils laissent court à notre imagination. A chaque pas il me semble que j`avance point. Lorsque je suis près d`elle, elle m`agrippe par les cheveux, me guide vers son sexe. Ma langue monte doucement sur sa lèvre de gauche, affleure son clitoris, descend sur la lèvre de droite.

Je souffle sur son clitoris, ce léger vent frais la fait frissonner à chaque fois. Sa main dans mes cheveux devient de plus en plus intimidante. Ma bouche se soude à son sexe, ma langue ricoche sur son clitoris. Je le suçote tantôt avec douceur, tantôt avec ferveur comme me l`ordonne sa main. Son sexe mouillé trempe mon menton. Elle tire ma tête vers l`arrière, sa main libre se joint à notre jeu. Elle soulève les jambes, me tenant toujours par les cheveux pour tenir l`équilibre. Aussi elle adore lorsque ma langue taquine son anus.

L`oscillation qui se passe au dessus de ma tête, m`excite. Mon sexe solide voudrait bien prendre l`air. Le son de la fermeture éclair s`accorde à la musicalité de son souffle et des oiseaux qui chantent pour nous. Je me masturbe, elle le sait, son cri fait fuir les oiseaux comme si le loup avait donné son coup de grâce. Elle reprend, le souffle qui lui fut voler l`espace d`un instant. Elle laisse mes cheveux, descend de son perchoir. Ces lèvres prennent mon pénis comme juchoir. Elle me partage l`ivresse de sa jouissance. Ce volcan au point de l`éruption s`active entre ces douces lèvres. Elle se relève et appui ces coudes sur le roc. Je relève sa jupe, sa magnifique croupe s`offre à moi. Mon sexe implore le sien. Elle saisi ma main, petit signal que nous avons développé avec le temps. Un doigt caresse son anus. Plus fort, plus vite, plus loin, mon pénis se baigne dans ce petit canal humecté. Le volcan va répandre sa lave, je me retire à la vitesse de l`éclair, pour le verser au sol. Nous n`avons pas fini la visite des antiquaires. Telle une mante religieuse, sa bouche vient soutirer la dernière goutte.

Nous sortons du boisé sourire aux lèvres. Un couple assis à la table de pique nique nous regarde. Les aurions-nous dérangés ? La dame semble furieuse et l`homme à des yeux envieux et un petit sourire aux lèvres.

Ce que peut faire nos histoires d`enfance : Vive le chaperon rouge.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est sympa comme association d'idée ! bravo !

Oh Mère-Grand, comme vous avez une grande langue !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Récit plein de chaleur :clap: Décidément, le grand air semble tenter bien des membres de ce forum :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Dentelle

La prochaine fois que je visiterai un antiquaire et qu'un pique-nique sera prévu, je repenserai à la charmante histoire du petit chaperon rouge!

:clap:

Dentelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité mikyky

mmm... vive les contes de fées...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

:aime2: :aime2::aime:

version moderne du petit chaperon rouge...qui pourrait en faire rougir plus d'un!!! :langue: :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

:langue: :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.