Aller au contenu
Loup de mer

Éveil à la sexualité

Messages recommandés

Bonjour les amis! Et bien voilà, moi aussi j'ai une petite histoire à vous raconter. La toute première de ma vie, alors de grâce soyez tendres et indulgents.

Et, bon, je risque de me faire taper sur les doigts car il en manque encore un bon bout. Mais avant même de connaître vos réactions, je tiens à remercier celui/celle qui a eu l'excellente idée de lancer l'Alphabet de l'Amour où, grâce à quelques membres de FI, j'ai trouvé l'inspiration pour ce texte dont les racines remontent à pas moins de cinquante ans.

--------------

Premier volet: RÊVE OU RÉALITÉ?

ou Éveil d'un potache à la sexualité

ou Demande d'urgence belle rouquine pour dépucelage de potache!

Tu viens de te pointer à ma garçonnière, cadeau de mes parents. Comme à l'accoutumée, tu es guillerette et tout sourire.

- Tu as appris beaucoup de choses à ton cours aujourd'hui, mon chou?

- Bah tu sais ce que c'est! Un cours c'est un cours. Ça prend du temps à absorber. Bon, mais j'suis pas là pour parler de mon futur salon. Tu me fais une bise?

- Non. Plutôt dix. Plutôt cent. Tiens, un ptit accompte!

- C'est tout? Pas sympa, ça! Moi qui fais des kilomètres dans un métro bondé rien que pour passer la nuit incognito avec mon amant! Quatre becs, ça vaut pas le dérangement!

- Hè ma choute, t'inquiète pas, j'ai un beau p'tit programme pour toi... pour nous!

- J'ai hâte de voir ça!! Mais d'abord, une bonne douche ou un bon bain ferait l'affaire. C'est au programme?

- Et comment! Tous les jours!

- Tu m'aides à enlever ces frusques?

- Je n'ai pas besoin de me le faire dire deux fois!

Je l'aide - aussi minutieusement que je lui fais l'amour depuis trois semaines. Oui, déjà trois semaines! Le temps passe si vite! Dire que j'étais encore presque puceau il y à peine ... oui, quelques jours. Bien dégourdi depuis, le mec! Grâce au savoir-faire de l'habile Hélène. Et à son vocabulaire, pas le genre qu'on apprend au lycée.

- Hè, touche-à-tout! J'ai dit les fringues... pas la marchandise! Je ne suis pas de bois, moi. Ou de plastique! Et les chatouilles, merci, ça sera pour plus tard!

Oh comme j'adore la façon dont elle s'habille! Qui va si bien avec son p'tit air mi-mutin mi-romarin (ouais, c'est de mon cru, cette expression). Mais ce que je préfère par dessus tout c'est ... qu'elle ne porte rien dessous! Ni soutif ni même un string. C'est déjà enlevé tout ça dès qu'elle arrive sur mon palier. Là, littéralement jetés sur la chaise près de la porte. Mais aujourd'hui elle porte les nylons que je lui ai offerts avant-hier. Elle sait comme j'aime les rouler et surtout les dérouler sur ses longues jambes de déesse. Allez, viens ma Belle!

Je la prends dans mes bras. Je l'embrasse à pleine bouche. Elle me rend la monnaie. Je la colle contre le mur et lui murmure: "J'ai envie de toi. Laisse tomber la douche pour l'instant. Je te veux, là maintenant."

- Eh bien tu attendras, mon bonhomme! J'ai vraiment besoin de me doucher. On croirait que tu prends pas souvent le métro, toi! La chaleur, les odeurs... Je me sens pas fraîche du tout.

J'en suis à la jupette. Comment ça s'ouvre, déjà? Ah j'aime ça avoir à l'entourer de mes bras, la belle, pour la dégrafer à l'arrière et en profiter pour l'embrasser dans le cou! Voilà, c'est tombé. Reste à ramasser et à envoyer sur la chaise avec le reste. Bon, j'ai manqué le panier mais tant pis.

Elle a toujours les bras autour de mon cou pour se stabiliser, et moi je commence à explorer. Vers le bas. Vers les bas. Le porte-jarretelles, c'est vraiment super-sexy! Elle, elle aime pas trop, mais elle les porte aujourd'hui pour me faire plaisir.

Je fais durer le plaisir. Le mien. Je fais ça en douceur. Lentement. Je tire sur la jarretelle, dégage le bas droit. J'ai les deux mains sur sa cuisse, elle, les siennes dans mes cheveux, qu'elle se fait un malin plaisir de triturer comme si elle me faisait un shampooing. J'aime assez, bien sûr.

Bon, monte, monte, monte la petite bête. Chatouillis sur la cuisse de la belle. Accroupi maintenant, je me contente de humer l'entre-jambes comme un épagneul. C'est vrai que ça sent pas aussi frais que d'habitude.

Même traitement sur l'autre jambe. Je touche à peine, je frôle, j'effleure sa fente. Elle me fait une grimace et me tire la langue; je vois ça dans la glace et le reflet de la vitre ouverte. Bonheur, bonheur d'amour! Petites minauderies et douces plaisanteries.

Après un beau roulé descendant gauche-droite, je lui dis: "Madame est prête!" Elle se dirige vers la douche en ondulant des hanches. Mon dieu, quelle croupe! À vous envoyer illico en enfer ! Si ça existait.

Je la laisse. La douche à deux n'est pas au programme aujourd'hui.

Assis sur le divan-lit, je prépare la réception de retour de douche. Deux verres. Une bouteille de chianti. Des jacinthes bien sûr - sa fleur préférée - sur la table basse. Un coup d'aérosol, geste oublié avant son arrivée, et voilà, on est prêt pour les choses sérieuses!

Sortie de la douche, drapée dans ma plus grande serviette (qui la couvre à peine jusqu'à son petit gazon), sourire en coin, elle me tente, elle me nargue, la coquine!

- Rigole pas: ouvre en grand ou laisse tomber, qu'on voie bien tout.

- Tu veux vraiment voir?... Ou palper? Ou sentir? Décide-toi!

- Pour moi, ça sera tout le forfait, Madame, merci !

Je m'approche. Tout contre elle, je la repousse pas à pas vers le mur le plus proche, tout en l'embrassant. De plus en plus passionnément. Oh pas trop de passion quand même, l'ami, on a tout le temps: rappelle-toi, son mari ne revient pas avant deux jours. Elle reste à dormir, ce soir.

---

Le lendemain soir, dimanche.

Nu sur le tapis, sexe bandant en main, j'en rêve encore. Je revois tout comme si j'étais à nouveau le héro. Et je le suis, évidemment.

Je te colle contre le mur, puis je recule d'un pas pour libérer mes mains et les occuper aux tâches les plus agréables. J'ai la gauche sur ton sein droit et la droite sur ton minou qui commence à mouiller... C'est mon signal.

Je t'ôte tous tes voiles, un à un... très lentement. Bon, c'est pas trop difficile puisque tu sors juste de la douche. Tu n'as donc que ma serviette autour du corps et une autre sur la tête. Mais dans mon esprit je te vois encore en nylons, car j'aime tellement te voir ainsi! Je t'enlève tes bas mi-longs, d'abord le gauche... puis le droit... rien que pour me donner un prétexte pour te caresser langoureusement les jambes, jusqu'à tes pieds si fins, si beaux .. puis remonter jusqu'à tes cuisses joliment galbées et ta chatte déjà en feu, que j'explore d'un doigt au passage.

À présent, je te malaxe gentiment le téton du sein droit puis du gauche - tu sais comme j'adore tes tétons! - oh mais ne voilà-t-il pas qu'ils se dressent, ces deux lascars! Ils en veulent encore... et encore ... Alors, je pose ma bouche sur le gauche puis sur le droit et je les suçote jusqu'à leur taille optimale, que je connais si bien. Ah que j'aime les sentir durcir et pousser à vue d'oeil sous mes mains et ma langue déjà expertes! Je les suçote? que dis-je?! je les sirote plutôt, comme on sirote un bon cognac (paraît-il).

Maintenant, j'ai les deux mains sur tes seins et je les empoigne pour bien sentir leur rondeur et leur chaleur. Ta peau est particulièrement douce et lisse sur les mamelons et j'adore errer aux alentours et jusqu'aux hauteurs des pics. Ma bouche enfiévrée s'égare sur les ballons - dont la forme me rappelle subitement le Ballon d'Alsace de mon enfance (ma mémoire me joue de ces tours depuis quelques jours!) - et s'attarde encore sur les sommets, que je grignote avec ravissement.

Après quelques minutes de ce délicieux manège, je te serre soudain contre moi à hauteur des hanches pendant que mes lèvres et ma langue descendent délicatement sur ta peau en y laissant une trace de salive chocolatée qui en dit long sur les baisers fougueux qui honorent ta féminité. De là, ton nombril est d'accès facile et ma langue dardée le veut picorer longuement.

Ne pouvant s'arrêter en si bon chemin, lèvres et langue poursuivent leur route, sur ton mont d'abord, qu'elles explorent de long en large, puis, toutes narines maintenant ouvertes par l'appel de ta mouille croissante, j'en viens finalement au petit pelage roussâtre de ton triangle d'amour.

Les choses deviennent pressantes, et pour toi et pour moi, alors le lent cheminement devient hâte et, mes mains maintenant empoignant tes fesses rebondies ... je prends ta main et la pose vitement sur mon instrument de plaisir raidi pour l'encourager à naviguer elle aussi. Tu pousses un petit cri de surprise et j'en profite pour m'emparer à nouveau de ta bouche et y darder ma langue endolorie par tant de cajoleries.

Langues entremêlées et sentant l'excitation monter dans nos corps enlacés, nous perdons le sens du temps et en oublions presque l'objet de nos élans.

Prenant soudain conscience de ton manque à l'entre-cuisses, j'y reviens vite avec bouche et main. Toi, à nouveau prise au dépourvu par ce geste inattendu, tu en lâches presque prise sur ma hampe, mais la reprends bien vite solidement en main en te déhanchant quelque peu !

-suite au prochain numéro-

___________________________________________

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Éveil de la sexualité - 2e volet et fin:

Des images flottent dans ma tête pendant que je commence à me branler lentement. Ah comme mon sexe se souvient de ta main, à toi! C'était sublime. Bien meilleur que là, maintenant, avec la mienne. Je n'ai pas encore la technique. Comment toi, femme, peux-tu si bien savoir ce qui plaît tant aux hommes ? Où as-tu acquis cette expérience alors que tu n'es qu'à peine de dix ans mon aînée?

Ton mari est-il si bon prof qu'il t'a tout enseigné, ou bien est-ce simplement ton instinct de femme qui te souffle les bons gestes?

Je repense à nos jeux d'hier. Moi aussi, à vrai dire, j'ai un certain instinct pour ces choses de l'amour. J'avais beaucoup rêvé, imaginé, mais la pratique me manquait sérieusement. La masturbation sans ta main ce n'est pas du tout la même chose!

Mais hier je me suis quand même bien défendu. Mon habileté à te faire jouir m'impressionne moi-même et ... Tu me dis précoce; le suis-je vraiment ou n'est-ce qu'une façon pour toi de me donner confiance auprès des femmes ? de celles qui te suivront, toi mon initiatrice, mon premier et grand amour?

Un rayon de soleil vient me chauffer le gland. Salut, soleil! Que c'est bon! Je commence à somnoler. La main toujours sur mon sexe, j'arrête le va-et-vient afin de mieux me concentrer sur l'image de ton corps.

La paume de ma main sur ta chatte, je sens ton fluide - comment l'appelles-tu? ah oui, ta cyprine -, suinter entre mes doigts. Quelle belle sensation! À ma langue maintenant de recueillir, laper ce nectar. Je deviens chat. Ton liquide est une boisson divine dont je ne peux me rassasier. J'introduis un doigt, puis deux, dans ton bassin humide et après quelques tâtonnements, je trouve ton bouton secret. Je le chatouille, le gratouille. Ton odeur m'affole. Ton corps se cambre. Mon nez, enfoncé entre tes lèvres, ne veut plus te lâcher. Mais il le faut ... Ma langue pénètre à son tour dans ton intimité. Quel beau couple que la langue et le clito! Elle fouine et s'agite et titille le bel objet en érection. Oh le mien aussi s'émeut sous l'effet de ta main! Des tremblements le parcourent, la sensation devient si forte que je me sens déjà venir. Mais non, tu sais quand faire une pause avant le prochain mouvement, si doux, si caressant et néanmoins super excitant.

Tous mes sens en éveil, je ne sais plus lequel prédomine. C'est comme une symphonie de senteurs, de couleurs, de goûts sur la langue, de touchers à fleur de peau ... un orchestre! C'est cela qu'on appelle la sensualité. Je suis sensuel, tu me l'as révélé, ma belle Hélène. Avant, ce n'était pour moi qu'un mot, comme bonjour, mais maintenant! ah maintenant j'en ressens le sens en profondeur et dans sa vaste gamme d'exquises sensations. Oh oui, je serai romancier un jour. J'écrirai des romans pour les femmes. Pas à l'eau de rose, non, des vrais romans pleins de nuances et de subtilités. Mais je dois encore connaître les femmes, beaucoup de femmes. Des femmes comme toi, peut-être, mais d'autres aussi, bien différentes. La femme, je le sais maintenant, je le sens, est une merveille infinie de formes et de vibrations.

Les yeux fermés, je continue à revivre les images, les sensations d'hier. Pendant le ralenti sur mon sexe, tu me regardais, tu me surveillais du coin de l'oeil tout en te concentrant sur tes propres sensations. Tu me l'avais expliqué, que c'était un art délicat que d'amener l'homme et la femme à la jouissance simultanée. Car chacun est sollicité par des sensations tellement fortes que les maîtriser n'est pas toujours possible, ni même parfois nécessaire. Ce que je dois retenir, toutefois, c'est que le corps ne réagit pas pareillement, ne vibre pas au même diapason, selon que l'on est homme ou femme. Pourquoi ne pouvons-nous parfois substituer les sexes dans le même corps, tantôt homme, tantôt femme, par simple acte de volonté? Pas modifier le corps, mais seulement éprouver les sentiments, les sensations de l'"autre". Ne serait-ce pas la meilleure façon de se comprendre, de se respecter mutuellement? Évidemment, c'est ce qu'est l'extase, la qualité suprême de la jouissance.

J'ouvre un instant les yeux et reprends mon va-et-vient solitaire. La sensation s'accroît au fur et à mesure que les images se précisent. Ta main, hier, a si bien su comprendre ce que je désirais! Je m'efforce de communiquer la même connaissance à mon sexe aujourd'hui. J'y parviens peu à peu. Je prends conscience de la différence entre se branler et être branlé, entre pause et mouvement continu, entre ralenti et accéléré.

Le désir ... n'est-ce pas cette sensation qui suit l'excitation et qui descend à partir de la tête et vous prend aux tripes, se communique au corps et au coeur? Pourquoi crie-t-on "Je t'aime! Oh je t'aime!" quand on atteint le paroxysme de l'excitation? "Oh oui, oui, oui! continue, mon amour! Je viens! Je viens! Haaaa!"

La jouissance est l'objectif instinctif du corps; le désir celui du coeur. Entre les deux, sans doute, de même qu'au point d'origine, la tête joue le rôle d'observateur, de directeur ou de guide. Ah Hélène, tu m'en a appris des choses! Sur toi en tant que femme, et sur moi aussi. Tu m'as ouvert à moi-même, ouvert des portes cachées, inconnues, qui débouchent sur des sentiments et des sensations que j'ai bien de la peine à définir et à harmoniser. L'initiation n'est pas chose à prendre à la légère et à laisser au hasard. Mais combien d'hommes, combien de femmes ne le découvrent que bien plus tard? Trop tard.

Quelle chance j'ai eue de t'avoir repérée, là-bas au Parc Monceau, mon amour, et d'avoir fait mouche après quelques mots, quelques regards. Tu as été séduite? ou l'ai-je été? Les deux peut-être. Tu m'as dit, "tu es vraiment beau gosse, tu sais?" avec ce sourire enjôleur, cette voix raffinée, ce regard caressant, qui me touchaient jusqu'au fond du coeur.

Je suis tombé amoureux de toi sans crier gare. Ça n'était assurément pas mon intention. Ni la tienne évidemment. Je ne cherchais rien en cet instant. Mais j'avais toujours z'yeuté les belles nénettes partout où je déambulais. Celles de mon âge. Cependant, jamais je n'aurais osé imaginer qu'une aussi belle femme que toi puisse un jour devenir mon premier amour. Et bien plus encore.

Tu resteras pour toujours dans ma mémoire, avec tous les sentiments, toutes les valeurs dirais-je, que tu incarnes et que tu as su si bien me transmettre.

Hélène! Mon amour. Le premier. Pas le seul, mais celui qui a vie éternelle. Celui qui s'épelle B-O-N-H-E-U-R.

--------

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité alexiane_

Je t'ai déjà dis ma façon de penser sur ta façon d'écrire et d'expression...

J'adore ...

:aime2::aime2:

:oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo LDM :aime2:

Un concours, ça te dis ?

http://www.forum-intime.com/confession_intime/forum40.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo LDM :oops:

Un concours, ça te dis ?

http://www.forum-intime.com/confession_intime/forum40.php

Je suis flatté, cher administrateur, mais je ne me sens pas encore à la hauteur de Maîtres de cet art brûlant, :aime2: comme vous-même et quelques autres dont Momo. Toutefois, j'avoue être tenté... On verra.

:wink::cry: :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis flatté, cher administrateur, mais je ne me sens pas encore à la hauteur de Maîtres de cet art brûlant, :aime2: comme vous-même et quelques autres dont Momo. Toutefois, j'avoue être tenté... On verra.

:cry::aime2::oops:

ne doute pas de toi ! :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité decibel

Bravo, Loup de Mer, non seulement tu écris très bien :aime2: , mais en plus tes idées très coquines :aime2: nous rendent "toute chose" ... :oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Tes textes sont superbes, je suis impressionnée par ton style, vraiment. :aime2: :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, un grand merci à tous et toutes pour vos encouragements!

Si vous êtes surprises, vous les dames, et vous les maîtres du genre, croyez bien que je le suis bien plus encore!

Comme quoi la traduction, même commerciale, peut affiner et raffiner le style des romanciers en herbe. Même de ceux qui ne se seraient jamais imaginé écrivant de la haute littérature de ce genre. :aime2:

Bon alors, peut-être bien que ... je participerai à ce nouveau concours après tout, sinon la première fois, alors la seconde?

Ça demande réflexion. :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Bon alors, peut-être bien que ... je participerai à ce nouveau concours après tout, sinon la première fois, alors la seconde?

Ça demande réflexion. :aime2:

Lance toi tu as toute tes chances!!!!! :aime2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Dentelle

plutôt un réveil en fanfare!

Beau texte! :aime2::aime2:

Dentelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais c'est très bien Loup, il ne faut pas hésiter à concourir, comme le dit si bien décibel, on se sent toute chose en te lisant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je joins ma voix à celle des autres, c'est un très bon texte, très bien rédigé, alors lance-toi :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité egan

Un récit bien agréable à lire,

raconté de façon originale

et très bien écrit

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos tout derniers commentaires, surtout le tien, egan, qui a réactualisé un texte déjà ancien concernant un événement qui l'est bien plus encore.

Je profite de l'occasion pour dire que ce qui m'a le plus surpris, lors de la rédaction de ce texte, c'est la facilité avec laquelle me sont revenus, non seulement les pensées, mais aussi et surtout les sensations et les sentiments qui m'habitaient à cette époque et qui m'ont permis de rédiger ce texte comme j'aurais pu le faire seulement quelques semaines après ma rencontre avec mon initiatrice; dans le même style et avec la même fraîcheur.

Merci encore pour tous vos commentaires, qui me font très chaud au coeur.

:twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.