Aller au contenu
AsMoth

Masturbation dans le bus,la belle inconnue se laisse tenter

Recommended Posts

Entrant dans le bus en cet après-midi d'été, je vins m'asseoir sur l'un des deux siège de la rangée de droite. Au même niveau, de l'autre côté du couloir central, était assise une jolie brune aux cheveux longs. Elle devait avoir dans les vingt cinq ou vingt huit ans. Elle était accoudée sur le maigre rebord de la vitre et regardait le paysage de la ville en ce lieu très vert défiler devant elle. Elle portait une robe d'été en nylon, noire comme ses cheveux. La jolie brune avait le teint mate, une jolie peau lisse et bronzée qui lui donnait un charme fou. Mes yeux parcourent aussitôt le corps de ma presque "voisine". Elle semblait avoir une belle poitrine, ainsi contenue dans sa robe, et surtout de très jambes, sa robe arrivant au-dessus de la moitié de ses cuisses. La belle portait enfin de grosse lunettes de soleil teintées en noire, comme cela l'était très à la mode.

Moi, je portait mon petit short en nylon avec un boxer en-dessous. Je partais habillé très "léger", avec l'intention d'aller au parc pour courir à l'abri des gaz d'échappement.

Mais rapidement, une onde de désir se propagea en moi, voyant cette sulfureuse brune assise à ma gauche, à quelques mètres seulement. Un désir qui se transforma en excitation, mon coeur s'emballant. La belle avait sa main droite posée à l'intérieur de ses cuisses. Je m'imaginai un instant que ce fut la mienne... Je sentis dès lors mon sexe commencer à gonfler dans mon boxer. Nous étions quasiment seuls dans ce bus. Les vibrations du moteur faisaient frémir mes boules chargées de sperme. Je n'avais pas joui depuis plusieurs jours... J'en avais subitement une folle envie. Des idées obscènes me vinrent. Obscènes ? Vraiment ? Je sentais en tout cas mon sexe ne cesser de se gorger de sang, prisonnier dans un boxer qui me faisait mal.

Le coeur battant, je pris une grande respiration et me contenta se passer mes doigts sous mon boxer, par la jambe droite de mon short pour faire levier et extirper enfin mon sexe et mes boules qui étaient si douloureusement prises au piège de mon sous-vêtement.

Je sentis aussitôt mon sexe se tendre en avant, tel un chien fou. Mon gland vint tomber et claquer contre le bord du siège sur lequel j'étais assis. Un "choc libérateur" ; un choc de plaisir qui me fit lâcher un petit râle de plaisir. Oups ! Je n'étais pas discret, et j'avais maintenant toute ma queue à l'extérieur de mon short, dressée entre mes cuisses. Qu'étais-je diable en train de faire ?!

Je vis alors dans le coin de mon champ de vision la cuisse gauche de ma voisine se lever et surtout sa tête se tourner en ma direction. Elle venait de poser son pied sur un rebord qui de fait la contraignait à lever et plier sa jambe. Je regardais aussi discrètement que possible pour mirer sa réaction à voir ainsi mon sexe en érection totale dressé entre mes cuisses. Au moment où elle le vit, la belle brune leva sa cuisse plus encore, comme par réflexe, tournant la tête droit devant elle... avant de la tourner quelques secondes après de nouveau dans ma direction.

Mon coeur était sur le point d'exploser. De peur ? D'excitation ? De honte ? Impossible à dire. Surement un mélange des trois ; mais il faisait affluer avec virulence dans ma tige, jusqu'à mon gland qui était gonflé à bloc et que je sentais littéralement trempé de mouille. La fille me matait et ses mains avaient curieusement remonté jusqu'en haut de ses cuisses. Elle plia sa jambe en la rapprochant de l'autre, comme si sa petite chatte la démangeait elle aussi soudain, avant de laisser retomber lourdement son pied à même le sol. Je voyais quant à moi tanguer mon sexe sous les coups de sang qui le gonflait et le durcissait. Mon dieu où étais-je ? En enfer ? Au paradis ?

Le bus stoppa à l'arrêt suivant et repartit. J'en profitai pour prendre mon manche dans ma main, sentir sa grosseur, sa raideur, sa chaleur. La coquine avait l'avantage de ses lunettes qui masquait ses yeux... Elle ne regardait pas directement en ma direction (à 90°) mais plutôt à 45°... juste ce qu'il faut pour me voir tout en laissant imaginer qu'elle regardait plus loin devant.

Nous étions tous les deux dans la seconde moitié du bus. Seules deux femmes étaient assises dans la première moitié, loin de nous. Je n'en pouvais plus, la belle avait de nouveau posé son pied sur le rebord, levant ainsi sa cuisse gauche. Je cédai à l'envie : Je me mis à me palucher doucement. Mon sexe dur et brûlant me fit fondre. Je vis alors de nouveau sa tête tourner vers moi. La vue de ses belles cuisses me rendait fou. La sensation de la peau épaisse de mon sexe coulissant sur mon gland trempé de mouille me fit fondre. Ce fut un plaisir si intense, si interdit, que je cambrai mon bassin. J'avais les joues rouge à exploser, tant une confusion de sens bouillait en moi. La belle brune le vit. Ses mains se rapprochèrent du haut de ses cuisses qui étaient généreusement mises à nu tant sa robe s'était retroussée. JE voyais que la belle hésitait à se soulager de quelque chose. J'étais en tout cas rassuré : mon petit spectacle fortuit ne la dérangeait pas, bien au contraire.

La belle céda à son tour lorsque, sentant que je bandais comme un âne, je n'eus d'autre choix que de décalotter mon gland. Celui-ci apparût à ses yeux gonflé à bloc et luisant de mouille. Je vis alors ses lèvres bouger. Elle dut prononcer un mot pour elle-même... Dès lors, sa main gauche vint se poser à l'intérieur de son genou... à l'intérieur de cette cuisse qui était dressé en l'air puisque le pied posé sur le rebord. Et là, lentement, je vis cette main que j'imaginais être la mienne glisser le long de sa cuisse pour terminer sa course tout près de son entrejambes.

La belle craquait !

Elle avait maintenant les cuisses plus ouvertes que tout à l'heure. Pire : elle ôta ses lunettes. La belle, la tête bien tournée en ma direction, regardait ma main s'activer sur mon manche épais que j'arborai fièrement à la verticale, pour bien l'offrir à ses yeux. Mon sexe chuintait de mouille tant cette situation pour le moins incongrue, interdite, m'excitait plus que tout. Voilà que la belle avait sa main gauche posée sur le haut de sa cuisse gauche et ma main droite plongée entre ses cuisses. Je la vis bouger les doigts de cette main là, comme pour caresser ou ôter quelque chose.

Foutu pour foutu, je m'assis de trois quart dans mon siège pour me présenter à elle avec le plus de générosité possible. Ses mains et ses doigts bougèrent. Elle réussit finalement à mettre son string sur le côté gauche de sa belle chatte sans poils qu'elle me présenta. Elle aussi s'était un peu tournée de façon à bien me montrer. On regarda tous les deux en même temps les personnes situées en face de nous pour savoir si nous avions le champ libre. On se regarda et on sourit. Personne ne pouvait deviner départ nos positions ce que nous étions en train de faire.

Je vis alors l'index de sa main gauche, posée sur le haut de sa cuisse, venir effleurer son pubis, et descendre. Son majeur quant à lui avait pour vocation de tenir le string bien sur le côté de son fruit d'amour. La vue des chairs brunâtres et fines de son fruit m'électrisa. Je vis le bout de son index glisser sur son clito, ce qui eut pour effet de lui faire fermes les cuisses comme par réflexe, avant d'y plonger ses doigts. La bouge de la brunette s'entrouvrit. Oui, elle voulait gémir, ou peut-être chercher de l'air pour répondre aux palpitations de son coeur. Nous étions à cet instant précis tout près du prochain arrêt. L'une des femmes s'était levée. Elle avait vue si elle se retournait légèrement sur la belle brune, qui du coup avait légèrement refermé les cuisses. Seuls le bout de ses doigts osaient encore frémir. Moi, j'étais en feu, je ne pouvais plus rien masquer. J'avais ma main qui agrippait fermement la première moitié de mon sexe, l'autre moitié étant visible aux yeux de toutes. Heureusement, le siège d'en face me masquait vis-à-vis de cette passagère. La jolie brune, ne pouvant faire grand chose, regarda en ma direction, dévorant mon sexe en feu du regard, ouvrant la bouche à nouveau d'excitation. J'étais au bord de l'explosion.

Aussitôt la femme descendue à son arrêt, la belle brune rouvrit les cuisses. La vue une nouvelle fois de sa belle chatte sans poils aux lèvres lisses qui se plissaient au contact précis du bout de son majeur sur son bouton finit par m'emporter. Le manche à 45°, je me mis à éjaculer violemment et copieusement sur le dossier du siège situé devant moi. Si fort, que mes jets de sperme puissants et épais vinrent claquer contre le plastique gris. Tout gland dehors, la belle vit mon sperme en jaillir, dans mes grimaces, mes râles à moitié contenus, mon bassin cambré sous la force de l'orgasme. Face à ce spectacle de l'orgasme mâle, la belle ouvrit la bouche plus en grand encore.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel poète tu fais :clap: ... à chaque fois on s'y croirais :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai longtemps pris le bus il y a quelques années, et je n'ai jamais rien vu de semblable! :clap: J'aurai peut-être dû ouvrir l'oeil! :clap:

Toujours un très bon récit Asmoth, très excitant et plaisant à lire! :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je prends 4 fois par jour le bus et je dois dire que maintenant au lieu d'etre plongé dans ma lecture je vais plus regarder ce qui se passe autour lool

Tu arrives toujours a nous decrire aussi bien tes situtations veçues :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une experienxe tres bien raconter sa devrait arriver plus souvent :clap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

petite info pour pour vous les filles...

comme il fait froid en ce moment, ma technique est de mettre sous mon pantalon une sorte de "collant" fait expres pour la course à pied ou le vélo. Bref, un truc bien moulant.

Dans le train, que je prends chaque matin et chaque soir, je n'hésite pas à me faire bander. Mon sexe gonfle et s'allonge le long de ma cuisse, serré par ce fameux collant. Je sens mon sexe chaud contre ma cuisse. Il me suffit alors de bouger la jambe de gauche à droite et voilà que mon gland frotte contre ce nylon stretch qui le caresse en douceur et tend mon frein.... Hum quel plaisir de pouvoir s'en donner en toute discrétion. Pour me motiver, rien de tel que des photos, videos ou récits sexy tirés de CI que je me matte sur ma console portable...

le progres ne faut que s'il est partagé par tous ! :oops: hi hi hi !!! :lal:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

... en tout cas, ravi de voir que des femmes qui prennent le bus apprécieraient de se retrouver dans une telle situation... finalement, homme ou femme, certains d'entre nous aiment le "risque et l'interdit" ! Moi qui avait peur de choquer... :oops:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guest mb06cs

Ce fut... intense!

Merci pour ce récit, j'en suis encore tout excité!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excellent !!!! j'en bande sous mon bureau..... Situation hautement excitante, et très bien racontée !!!!!

Et vous n'êtes pas descendus du bus ensemble ? Tu l'as revue, un autre jour dans le même bus , ou pas ??? Ca serait bien si vous aviez un rdv quotidien, régulier, sans se parler, juste se caresser et s'exhiber l'un à l'autre...

voila qui me donne plein d'idées..... :wink::wink: :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

curieusement,je n'ai pas osé reprendre le bus pendant plusieurs semaines. Un sentiment troublant que je ne saurais définir... Est-ce par peur de donner une "suite" à cette expérience... une suite qui viendrait "entacher" la pureté et la puissance des sensations et émotions ressenties au travers de celle-ci ? Je ne sais pas. C'est comme si ce moment fut une parenthèse de l'histoire : de cette fille, de la mienne ; un "incident" : nous avons succombé au désir, mais cela reste une erreur, une parenthèse non regrettée tant qu'elle reste en l'état...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'aime bien bander fort dans mon pantalon jusqu'à que ce que la femme assise à côté de moi le remarque...

j'essaye de définir le profil type de l'intéressée idéale, difficile à dire... les ados sont soit curieuses (donc intéressées), soit trop bouleversées sur le coup pour se rincer l'oeil.

pour les femmes d'âge plus avancé : difficile à dire.

j'aime en tout cas voir leurs joues rosir, voire rougir... mais rares sont celles qui osent maintenir leur regard posé sur mon sexe. Pourtant, je ne fais que bander... une envie toute naturelle... il est sur que les femmes qui ont leur string calé entre les lèvres de leur minette et qui jouent en serrant les cuisses et autres font preuve de plus de discrétion. Mais sommes-nous vraiment si différents ?! :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique récit , à me faire mouiller ma petite culotte ! Tu as de la chance que cette femme ne se soit pas rebuter !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique récit , à me faire mouiller ma petite culotte ! Tu as de la chance que cette femme ne se soit pas rebuter !

ça te donne envie de prendre le bus ? :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

hummm... ravi de voir que mon récit ait rendu ta petite culotte toute humide... tu aimerais un jour sentir la queue d'un inconnu comme ça entre tes fesses ? Si cela arrivait, comment réagirais-tu ? Tu te laisserais faire ?

Et plus encore, si la main insidieuse de cet homme venait remonter entre tes cuisses pour caresser tes fesses, voire ton antre d'amour ? Que ferais tu :P :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

miam très excitant!!

j'attend mon copain avec patience !! :P

merci de nous avoir raconter cette histoire avec tant de détails :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.