Aller au contenu
Invité nuit-d-ivresse

Une rencontre intense

Messages recommandés

Invité nuit-d-ivresse

Cela faisait plusieurs mois que nous discutions sur Internet, dès le 1er contact nous nous étions rendu compte que nous partagions exactement le même point de vue sur le sexe et sur nos fantasmes. Le second soir fut carrément extrême au point de se faire jouir mutuellement par Cam interposé. Tout m’enivré chez elle, son corps, sa façon de se masturber en lisant mes mots, la façon dont elle imaginant comment je lui ferai l’amour, bref il y avait une réelle fusion malgré un océan qui nous séparait. Et oui à mon plus grand malheur elle vivait au Canada. Pendant plusieurs mois nous avons entretenu ce que l’on peut appeler une relation virtuelle, malgré le fait qu’elle soit marier et qu’elle est un enfant. Jusqu’au jour où, n’ayant pas eu de nouvelles de sa part depuis 4 jours, je reçu un mail qui me mit dans tous mes états. Elle était à Paris, elle serait demain soir à 21h au pied de la tour Eiffel prête à passer du virtuelle au réelle. La nuit dura une éternité, impossible de trouver le sommeil sachant la nuit que j’allais passer demain.

19h, je sors du travail et file directement dans ma voiture. Je commence à rouler, il pleut des petites goûtes, un temps d’automne où l’on devine clairement que ça va tourner à l’orage. Les kilomètres défilent sur le compteur … mais yeux fixent la route mais mon esprit est ailleurs. Impossible d’être concentré vraiment sur la route, ceux qui peut s’avérer dangereux vu le contexte mais rien n’y fait mes pensées sont ailleurs, pas loin d’où je suis. Même les éclairs au loin ont du mal à fixer mon attention.

Ca y est j’arrive enfin sur Paris … embouteillages … c’était prévisible … je commence à m’énerver, comme si l’électricité qu’il y avait dans le ciel s’était imprégné de moi. Ca n’avance pu, je m’allume une cigarette, lance la radio et essaye de me détendre. Mon esprit continue à me jouer des tours … je sors de ma poche le mail que j’avais imprimé la veille et qui hante mon esprit, je relis pour la millième fois le message dessus : « retrouve moi ce soir au pied de la Tour Eiffel a 21 h ». Je regarde ma montre … 20h45… c’est bon je serai à l’heure normalement. La circulation commence à devenir plus fluide et je prends la direction de mon rendez-vous. Apres avoir tourné pendant 15 minutes je finis par trouver une place et me gare. J’avance vers la place ou les touristes affluent par centaines malgré la pluie. Mon regard scrute les environs, il y a beaucoup de monde mais je sais que des que je l’apercevrai mon cœur me fera signe. Il est 21h10 je continue a avancer dans la foule quand soudain mon regard se bloqua … tu es la … aussi belle que dans mes pensées. J’étais comme tous ses touristes émerveillés devant ce monument sauf que moi, mon monument si précieux se trouvait la … face à moi … splendide. J’avance vers toi, tu me regardes avec ce sourire qui me fait fondre à chaque fois, je te détail de bas en haut … ton visage irradie la nuit noire, tes cheveux mouillés te donne un petit coté attendrissant qui me chavire le cœur, tu portes un imperméable et de ce que j’en aperçois, des bas ou des collants et une paire de bottes. Me voila face a toi, on se regarde un instant dans le blanc des yeux, comme si l’un et l’autre essayé de pénétrer l’esprit de son vis-à-vis. Enfin tu fais le dernier pas et viens te coller contre moi, je t’enlace dans mes bras et l’on reste quelques instant sous la Tour Eiffel qui brille de mille feu. Tes lèvres se portent délicatement sur mes lèvres, un baiser plein de tendresse qui me donne des frissons.

21h30, nous avançons tranquillement dans les rues de Paris, tu me racontes ton voyage en Europe, je te raconte ce que je fais de ma vie actuellement. On tourne dans une petite rue, le genre de petite rue qui fait tout le charme de paris. Une rue étroite et sombre, éclairer seulement par un réverbère quand tout a coup tu me plaques contre un mur et te colle a moi. Tu me murmures à l’oreille que tu n’en peux pu et que tu veux que je te fasse l’amour. Ta langue glisse dans ma bouche, un baiser plein de fougue, je te saisies par la taille et a mon tour te plaque contre ce mur. Ma langue s’enfonce dans ta bouche, se mélange a la tienne. Un baiser que l’on voit seulement dans les films américains. Nos salives et nos langues ne font plus qu’un … ma main glisse sur ta cuisse, remontant lentement le nylon qui couvre tes jambes … des bas … j’en étais sur. Je passe sous ton imper et à ma grande surprise découvre que tu n’as pas de jupe ce qui en moi réveille quelque chose que j’ai beaucoup de mal a cacher sous mon costume. Mes deux mains saisissent tes fesses et les masses avec tendresse mais force. Mon doigt glisse sous la ficelle de ton string … redescend le long de tes fesses et arrive vers ton sexe que je sens déjà humide. Je frôle délicatement tes lèvres qui commencent a gonfler de plaisir … je te sens te relâcher quand je stop tout. « Pas ici … pas comme ça » tu me regardes comme si tu avais espéré que je te dise ça. Je saisie ta main et d’un pas décider nous partîmes vers un hôtel. Connaissant bien le quartier je n’eu pas de mal a trouver ce que je cherchais, un hôtel somptueux qui brillait de mille éclats. Arriver à la réception je demande une chambre pour la nuit … la jeune fille nous regarde avec un sourire malicieux qui montre bien qu’elle a compris ce qui allait se passer ici ce soir dans cet hôtel.

On pénètre dans l’ascenseur, je n’en peux pu tu le vois bien, et alors que devant nous se tenais la jeune fille qui nous dirigeait vers notre chambre, ta main se déposa sur l’entre jambes de mon pantalon, provoquant immédiatement une érection des plus violentes, tu frottes mon sexe avec la paume de ta main, j’ai du mal a me contenir, j’aimerai te sauter dessus la tout de suite dans cet ascenseur. On arrive enfin à l’étage, la fille nous emmène devant notre porte et l’ouvre, tu rentres la première, elle te regarde et te souhaite une bonne soirée avec un regard et un sourire qui en dit long. Je lui donne un pourboire et ferme la porte.

Tu déposes ton sac sur la chaise et à peine te retournes tu que ma langue et déjà dans ta bouche et mes mains parcourent ton corps. Ce baiser plein de passion donne l’impression de durer des heures, je m’arrête et arrache littéralement ton imper et le jette au sol. Tu es la face à moi … dans un petit déshabillé rouge en soie, un string rouge, une paire de bas noires et des bottes qui montent presque à tes genoux. La huitième merveille de monde se dresse face a moi, tu n’attend qu’une chose c’est que je te prenne brutalement mais je reste la immobile … te fixe laissant monter encore plus en toi le désir. « Allonges toi sur le lit » … tu me regardes incrédules et te diriges vers le lit immense de cette chambre. Tu t’allonges dans une position qui te rend des plus sexy. Je prend la chaise face à moi et vient m’asseoir face au lit, je retire ma veste de costume et te regardes. Tu te demandes ce qu’il va se passer, le fait de ne pas maîtriser les choses fait encore plus grimper le désir en toi. « Caresse toi » tu me regardes avec stupeur et avec encore plus de désir, tu viens de comprendre que la nuit serait très longue. Je m’allume une cigarette et assiste à ce spectacle avec délice. Tes mains glisse sur chaque parties de ton corps, tes doigts glisse sur la soie rouge, masse tes seins, passe entre tes cuisses. Tu me vois commencent a dégrafer ma braguette … je sors de mon boxer mon sexe déjà tendu a son maximum mais pourtant je ne bouge pas de ma chaise. « Doigte toi en pensant à mon sexe en toi », je sens dans ton regard que tu me hais de te laisser comme ça mais qu’en même temps tu n’as jamais eu autant envie de moi que maintenant et tu t’exécutes. Ta main glisse sur ton string, ton corps commence à se tordre. Un de tes doigts passe sous ton string et commence a pénétrer en toi, tu te mord les lèvres, tu remues a chaque pénétration, un second doigt ne tarde pas a rejoindre le premier. Tu accélèrent le rythme, ton souffle devient plus fort, je te sens partir quand je te dis « arrêtes tout maintenant » tu te stoppes brutalement et me fixe pleine de frustration. Je me lève de ma chaise, mon sexe toujours aussi dur a l’extérieur de mon pantalon, je me dirige vers mon sac et l’ouvre. J’en sors 4 petits foulards et m’approche de toi. Je dépose un baiser plein de tendresse sur les lèvres, ton regard me fait comprendre que tu sais ce que je vais faire de ça et que tu me fais pleinement confiance, J’accroche délicatement tes poignets et tes chevilles aux barres du lit. Serré juste ce qu’il faut pour ne pas te faire mal mais assez pour que tu ne te libères pas. Je retourne sur ma chaise et te détails de bas en haut … d’une main je déboutonne ma chemise et de l’autre me caresse le sexe. Je retire ma chemise, fait glisser mon pantalon le long de mes jambes, me voila juste en boxer, la main sur le sexe en train de branler face à toi. Je te vois essayer de te débattre mais tu ne peux rien faire, tu te mords les lèvres encore plus fort. Je me lève et prend la direction du lit. Je viens au dessus de toi et m’allonge sur toi. Mon sexe est collé au tient, je sens ton string mouillé par ta masturbation d’avant. Je te fixe dans le blanc des yeux comme si j’essayai de pénétrer ton âme. Je dépose mes lèvres sur les tiennes et t’embrasse. Mes mains parcours ton corps vibrant de désirs. Ma bouche passe de tes lèvres à ton cou. Je redescend lentement vers tes seins … et au mon dieu qu’elle paire de seins lourde comme j’aime. Je m’en saisis à pleines mains et les caresses avec fermenter par-dessus ta nuisette. Je n’en peux pu et arrache ta nuisette avec violence libérant tes seins. Mes mains les malaxent avec puissance et ma langue s’amuse à exciter tes tétons déjà durs comme du béton. Ma langue joue avec tes bouts, ma bouche les aspire, je te les mordille. Tu commences à pousser des petits cris de désirs qui m’excitent encore plus. Ma langue descend encore le long de ton ventre pour se retrouver face a ton string ou l’on aperçoit la marque faite par la mouille qui a coulé de toi. Je pose ma bouche sur ton string, l’embrasse le lèche, je sens ton corps se cambré a chaque fois que ma langue te touche

J’écarte ton string laissant apparaît ton sexe reluisant et lisse. Je m’approche très lentement, tu sens mon souffle sur tes lèvres gonflé à l’extrême … tu n’en peux pu, c’est trop tu hurles carrément « mange moi ». Sans hésitation ma langue glisse entre tes lèvres et tu hurles d’un plaisir divin. Ma langue remonte tes lèvres très lentement puis glisse à l’intérieur de toi cherchant a léché toutes les parties possible et inimaginable. Mon visage est inondé de ta mouille, ma langue parcoures tout les endroits possible pour ne pas perdre une goûte de ce nectar si délicieux. Sentant que tu vas bientôt jouir je me stoppe net. Tu remues tellement que tu es à deux doigts de casser les barreaux, tu me hurles de continuer. Je me lèche les lèvres pour goûter encore une fois à ton jus. Je détache tes mains et te demande de me sucer, ni une ni deux tu saisies mon sexe et l’enfonce dans ta bouche, ta langue tourne autour de mon gland, ta bouche m’aspire entièrement. En même temps tu n’es pas en reste mes doigts commencent a te pénétrer … un ... deux … puis trois doigts en toi. Tu es tellement mouillé que je n’ai aucun mal à t’enfoncer mes doigts. N’en pouvant plus ni l’un ni l’autre, je prend une capote dans le sac l’enfile sur mon sexe, m’allonge sur toi et pénètre d’un cou sec. Tu hurles de plaisirs, je reste en toi quelques seconde et commence mon vas et viens. Lentement très lentement … tes yeux ne lâchent pas les miens, j’accélère la cadence maintenant. Nos corps et nos bouches ne forment plus qu’un. Maintenant le rythme est infernal, à la limite du sauvage, je vois ton regard se perdre dans les méandres du plaisir. Je me retire … tu te mets a quatre pattes, m’offrant ton sexe grand ouvert et dégoulinant, je glisse en toi, agrippe tes seins et me déchaînes en toi, a chaque cou tu sens mes couilles taper ton sexe. Ca y est la fin est proche … nos deux corps sont en extases, transpirant de bonheur. Je me retire avant d’exploser, te remet sur le dos et retire la capote viens exploser sur tes seins. Une fontaine de jus blanc qui coule sur tes tétons. Je m’écroule à tes cotés, nous sommes a bouts de souffles, avec tes mains tu caresses tes seins avec mon sperme et avec un doigt tu en récupèrent pour le glisser dans ta bouche.

On remonte le drap sur nous, je tamise les lumières, tu te glisses dans mes bras et comme ça … sans un mot … nous nous enlaçons plein de tendresse … tout en sachant pertinemment que la nuit va encore être très longues…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité RQT
nuit-d-ivresse -> Merci de faire un effort pour écrire ton texte en une seule fois, 4 messages à la suite pour l'écrire est inutile. Je les ai fusionné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nuit-d-ivresse

Ah ok pas de soucis

Je pensais que ca serait un peu plus lisible comme ca

désolé :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité firepopi

un joli morceau de vie ... bien decrit ...

comme quoi tout arrive, l'emotion et les sens bridés jusqu'a ce moment la ont dut litteralement explosé :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Ninie888

Magnifiquement bien écrit ! :( :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.