Aller au contenu

Messages recommandés

Un texte beaucoup plus polisson que mon précédent ;)

En vous souhaitant bonne lecture !

Céline et moi étions ensemble depuis trois mois. Je n'avais pas du attendre longtemps avant de la convaincre de venir habiter dans mon studio. Un vrai coup de foudre, je n'étais toujours pas redescendu de mon petit nuage, et nous étions en plein dans cette période bénie où nous cherchions à être tout le temps blottis l'un contre l'autre, essayant de nous cerner, de dissiper tout ce que l'on ne connaissait pas encore, chassant le moindre petit secret. Bref, il me fallait tout savoir sur elle. Sans oublier le plus important, on passait tout notre temps libre d'étudiants à nous envoyer en l'air.

Ce jour-là, on écoutait les infos à la télé en finissant notre dîner gastronomique. Heu... une pizza. Hé, on avait fait un sacré effort, on n'était pas passé au Mac Do depuis deux jours. Le débat du soir était consacré à un thème d'actualité d'une importance capitale pour le développement socio-économique de notre civilisation : fallait-il ou non interdire la fessée ?

Céline finissait sa dernière bouchée avant de venir s'affaler sur moi. Pour la décrire en quelques mots, cette fille, on lui aurait donné le bon dieu sans confession. Une petite brunette, un visage angélique, un sourire ingénu, c'était l'archétype de la femme enfant, parfois colérique, parfois carrément insupportable, avec un caractère mutin à souhait. Mais bon, son coté joueuse, un peu "chatte", sa façon de rouler des yeux me faisait littéralement craquer.

Céline m'observait, sans rien dire. Au bout de quelques secondes, elle finit par me demander :

- Et toi, t'en penses quoi ?

- J'en pense quoi de quoi ?

Son regard était plongé dans le mien, et je rougissais. Elle lisait en moi avec une facilité déconcertante.

- Ouais, c'est ça, fais l'innocent... T'es pour ou contre la fessée ?

- Heu... bin contre bien sûr. Même si y'a des gosses qui la méritent cent fois je leur filerais pas.

- Même pour les très vilaines filles ?

Un gros blanc constitua ma réponse. Elle me faisait quoi, là ? En fait, je n'eus jamais le temps de répondre quoi que ce soit. Elle se leva aussitôt et fit lentement le tour de la pièce. Elle s'arrêta devant le seul meuble potable de l'appartement.

- Je t'ai déjà dit que cette pendule était hideuse ? Un cadeau de ta mère, je suppose ?

Quelques secondes plus tard, la pendule en question gisait au sol, mortellement blessée, façon puzzle. Céline plaça ses mains sur la taille, très fière du résultat.

- Alors, que dis-tu de cela ?

Je me suis contenté d'attraper son bras. J'ai forcé Céline à s'allonger sur mes genoux. Enfin, forcé est un bien grand mot, elle se laissait faire. Puis j'ai commencé à la fesser. Ma main venait s'aplatir contre sa jupe en jean's. Je ne disais rien, me contentant d'exécuter méthodiquement le même geste ; c'était comme si j'étais ailleurs, dans un état second.

Au bout de quelques minutes, j'ai arrêté. Ma main commençait à me faire un peu mal, pourtant je n'avais pas tapé bien fort. Je m'attendais à ce qu'elle se lève. Au lieu de ça, j'ai eu droit à tout autre chose.

- C'est fini ? T'étais à fond, là ?

Là, d'un coup, je me suis franchement mis en colère. Alors mademoiselle critique ma mère, pète mes objets, et en plus elle se fout de ma gueule ? Attends un peu, tu vas pas regretter d'être venue.

- Lève-toi !

Le ton de ma voix était ferme, beaucoup plus autoritaire qu'à mon habitude. Céline en fut tout étonnée. Elle se leva en me regardant un peu bizarrement.

- Retire ta culotte !

Elle leva sa jupe, m'offrant une vue imprenable sur son string rose. Elle semblait un peu gênée, ce qui me surprit. Après tout, son anatomie n'avait plus aucun secret pour moi.

- Plus vite !

Elle accéléra le mouvement. Je lui arrachais le string des mains, le jetant à l'autre bout de la pièce. D'une main, j'attrapais son poignet et la plaçais de force de nouveau sur mes genoux. Cette fois, sa croupe n'aurait aucune protection. Je recommençais à claquer ses fesses, cette fois sans me retenir.

- Tu te prends pour qui ? Je vais t'apprendre à me respecter ! T'es vraiment insupportable, petite peste !

Je n'avais aucun mal à laisser la colère exploser en moi. Non seulement je n'avais pas apprécié son comportement, mais j'ai pour gros défaut d'être jaloux, bien trop possessif, et l'imaginer avec ses ex petits copains me mettait hors de moi. Dire qu'elle avait déjà offert ses charmes à des gars que je connaissais, des loosers de première... Céline, elle, n'était pas jalouse de ma première avant elle, et elle s'amusait parfois à me provoquer avec cela. Je trouvais ça méchant de sa part, je n'avais rien dit jusque là, et c'était le bon moment pour repenser à tout ceci.

Au bout de quelques minutes, les fesses de Céline étaient passées d'un léger rosé à un rouge bien vif. Céline reniflait fortement, je voyais quelques larmes tomber sur le parquet, elle agitait inutilement ses jambes dans le vide, et elle se mettait à pousser des petits cris de douleur pour accompagner chacune de mes claques. Je commençais à ne plus sentir mes doigts, j'allais arrêter, ma main était douloureuse, mais je ne pouvais pas céder le premier. Elle finit par lâcher prise.

- J'en peux plus hhhh ! , t'as gagné, j'ah - bandonne !

Là, il était clair que dans dix, quinze secondes au plus tout serait fini. Mais je me décidais pour une dernière petite torture mentale, lui faire croire que j'étais disposé à faire durer son supplice.

- J'en ai pas encore fini avec toi !

Ses cris augmentaient en intensité à chaque coup. Elle tenta une ultime négociation. Inutile de souligner qu'elle n'était pas vraiment en position de force.

- Si t'aaaah rrête pas main... oooh, tenant, je te laiiii hhhh ! sse pas me prendre han! en levrette touuuuh de suite !

L'art de la négociation dans toute sa splendeur. Quelle leçon ! Bien évidemment, impossible de résister à son offre.

Je l'ai dégagé de mes genoux. Elle a posé les bras sur le canapé, j'ai baissé mon caleçon et je l'ai prise sans lui laisser le moindre répit.

Je mettais jusqu'alors un point d'honneur à me montrer toujours doux avec elle, au lit comme ailleurs, mais là je me montrais nettement plus rugueux. Elle cria. Mon coup de rein était sans doute un peu trop fort. Je m'arrêtais.

- Je t'ai fait mal ?

Elle ne me répondit pas. Je m'apprêtais à me dégager, lorsqu'elle donna un grand coup de bassin pour que je m'enfonce à nouveau totalement en elle. L'intensité de cette levrette dépassait tout ce que j'avais connu jusqu'alors. Elle se lâcha complètement et hurla lors de son orgasme, je suis certain que les voisins l'ont entendue !

Je laissais enfin son cul tranquille. Elle se releva et m'embrassa. Une bonne grosse pelle, wouaw ! Et ensuite... j'ai posé une dernière grosse claque sur ses fesses.

- Eh, c'est pas fini ! Au coin, et tu restes cul nu !

Extrêmement surprise - m'aurait-elle cru capable de me comporter ainsi avec elle ? - Céline s'exécuta. Quelques minutes passèrent, je la fis ramasser les dégâts de son geste, toujours dans la même tenue. Un peu plus tard, je lui demandais si elle avait mal.

- Un peu...

Je lui ai passé de la pommade sur ses fesses endolories. Et forcément, ça a dégénéré. Un câlin très doux cette fois-ci, je me suis contenté de faire jouer mes doigts en elle et apparemment Mademoiselle appréciait. Encore de longs baisers dont je ne me lassais jamais, elle avait les lèvres si douces !

Environ un mois après, mes parents sont venus déjeuner à l'appart, et ça n'a pas raté, ma mère m'a demandé où était passé la pendule. D'une part, je n'ai jamais réussi à expliquer à ma mère pourquoi ce fou rire. Ensuite, je n'ai pas pu davantage lui dire pourquoi Céline n'a plus osé la regarder en face pendant quelques temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité egan

Etonnant engrenage aussi bien de ta part que de la sienne !

Je suppose que c’est un jeu que tu devras se reproduire si c’est ce qui la fait jouir autan…

Elle provocant ta vrai colère (de celle ou tout se mêle) et toi y cédant…

La colère c’est un jeu aléatoire… mais suivie d’un acte sexuelle qui l’apaise ou en êtes vous de cette pente glissante?

ou n'était-ce qu'un fantasme?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bien écrit :twisted:

Et en plus, j'apprécie beaucoup l'anecdote à la fin, concernant la pendule :-D

Mais histoire racontée comme une expérience ou expérience ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos commentaires :twisted:

Devant vos questions, je dois toutefois vous rappeler que cette histoire n'a pas été postée dans les confessions ou les expériences, bien malheureusement pour moi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.