Aller au contenu

Faites des rencontres coquines près de chez vous

duetistes67

Le vendredi.... tout est permis

Recommended Posts

Nous nous retrouvons comme très souvent sur ce parking isolé, nous sommes deux amants qui formons un couple hors du commun. Voilà deux mois que nous nous sommes rencontrés et nous savons que ce que nous vivons est et restera exceptionnel. Nous sommes la moitié de l’autre, le souffle et le poumon, le cœur et le battement… dois-je rajouter que nous vivons un Amour exceptionnel ?

Bon je sais que vous n’êtes pas là pour entendre ça alors je vais entrer dans le vif du sujet.

Nous avions parlé de la possibilité, un jour de nous retrouver dans un club échangiste. Ce club est en fait une immense maison sur 3 niveaux. Un peu effarouchée, je me laisse tentée, de toute façon tu as toujours les mots pour me persuader et si les mots ne suffisent pas, tu uses de tes gestes, tes baisers pour me faire craquer et moi naturellement je craque et j’adore ça.

Nous voilà devant cette maison, on nous ouvre la porte, nous donne serviette de bain, paréo, je me sens de plus en plus intimidée, tu as le regard rassurant, je te suis jusqu’au vestiaire. Je me blottis dans tes bras, nous nous embrassons avec tendresse, amour, passion. Tu commences à ouvrir les premiers boutons de ma robe pour donner naissance à mes seins que tu regardes avec envie, tes mains s’égarent, mes seins bandent, mes tétons n’opposent aucune résistance, le ton est donné, nous allons passer une après midi de plaisir.

Pendant que mutuellement nous ouvrons les multiples boutons pour se dévêtir, un homme s’approche et nous demande s’il peut assister à la naissance de ma nudité, tu le congédies courtoisement, nous voulons ce moment, cette première fois unique. Encore quelques minutes et nous voilà en tenue d’Adam et Eve.

Visite des lieux, des pièces en clair obscur, un jacuzzi, une terrasse ombragée, un bar, une terrasse plein soleil et… et… des pièces qui ferment à clé, des hommes nous suivent, je me presse contre ton corps, tu m’entoures de tes bras, nous trouvons une chambre isolée, ce sera l’antre de notre plaisir.

Nous fermons de suite la porte derrière nous, mon paréo glisse, nos serviettes glissent nous sommes nus et commençons à nous aimer.

De manière habile et douce, tu m’allonges sur ce lit de fortune, la lumière est tamisée, un film X tourne en boucle sur un petit écran, les miroirs qui nous entourent reflètent notre image, l’image d’un couple fou d’amour. Une petite fenêtre permet aux curieux de nous observer, je te demande de laisser le rideau ouvert, j’ai envie de leur montrer notre bonheur.

Tes mains impatientes parcourent mon corps, tu glisses sur mes seins que tu empoignes de façon très virile, ce geste suffit à me faire cambre et mes cuisses s’ouvrent à toi je n’ai qu’une envie c’est t’offrir du plaisir mais tu en décides autrement et je me retrouve avec ta bouche contre mon sexe tu me lèches, me fouilles de ta langue…

Tu nous veux plus intimes et tu tires le rideau, plus personne ne peut nous observer.

… un doigt vient s’insinuer dans mon jardin secret, tu es heureux de constater que je commence à couler ….

Tu imagines déjà ta queue coulisser. Tu ne t’arrêtes pas en si bon chemin et tu me fouilles avec 2 doigts, mon corps ondule, je m’empale sur tes doigts pour te montrer combien j’ai envie de ta queue. Je profite d’un peu d’inattention de ta part pour te coucher sur le dos, je suis enfin au dessus de toi, nous nous sourions, mes seins sont plaqués contre ton torse mais avant que tu empoignes mes fesses je glisse pour ouvrir tes cuisses, mes seins sont à la hauteur de ton sexe qui bande, je glisse encore un peu et c’est mon visage qui découvre enfin ta queue bandée, oh que oui tu bandes, tu me regardes à travers les miroirs qui nous entourent, tu sais que j’aime jouer de ma bouche.

Je salive, je salive pour t’offrir une bouche humide, baveuse, je veux que tu glisses sur ma langue, je veux te sentir envahir ma bouche, mes mains s’approchent, une s’occupe de te caresser, soupeser tes bourses la deuxième est là pour aider ma bouche et te branler. Je bave du plaisir que j’éprouve, ton regard se plante dans le mien, j’accélère le mouvement, ma main monte jusqu’au sommet de ton gland pour redescendre, le découvrir afin que ma langue joue s’amuse à l’enrouler, le lécher, le titiller, mais tu ne me laisses pas le choix, tu refuses de jouir tout de suite tu te relèves et m’empêches de continuer à te pomper… mais je ne me laisse pas faire, je me redresse, m’assoie sur toi, écarte mes cuisses, prend ton manche en main et m’empale. Je m’immobilise, je te regarde et commence à danser sur ta queue, je me relève, ondule le bassin, me plaque contre toi, tu empoignes mes fesses.

Des hommes en mal de sexe essaye d’ouvrir notre porte, nous entendons un couple hurler leur plaisir dans une cabine à coté, tu me susurres à l’oreille que c’est excitant, tu m’ouvres à tes fantasmes, à ce que tu aimerais à ce que j’aime

Partager ce message


Lien à poster

le rideau a t il fini par etre rouvert ce jour là ou un autre jour ?

tres belle histoire et bel amour

Partager ce message


Lien à poster

beaucoup de sensualité pour décrire un endroit qui peu cruellement en manquer...

belle complicité très bien décrite... je veux bien la suite... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Guest Anonymous

j'adore...

Partager ce message


Lien à poster

En effet le récit est très bien tournée

Jolie expérience que voilà

Partager ce message


Lien à poster

Merci pour l'accueil chaleureux que vous avez réservé à ce récit !

C'est maintenant à mon tour de rédiger la suite, laissez moi le temps de m'y concentrer !

Lui.

Partager ce message


Lien à poster

Tu viens de t'empaler sur moi, tu sais à quel point j'aime sentir ma queue découvrir ton antre à chaque fois pour la première fois ... Combien j'aime la sentir glisser en toi dans ce lieu humide, doux et chaud, combien je me sens bien en toi. Mes yeux se plongent dans les tiens, je ne les quitte plus, nos yeux se sourient, nos visages se sourient, et j'observe avec délectation l’expression de ton visage évoluer avec ton excitation, avec le plaisir que tu ressens à sentir ma queue t’envahir, glisser en toi toujours plus loin, toujours plus fort …

Mes mains ne restent pas en attente, et empoignent tes seins, je sais que tu aimes lorsque je les pétris avec ferveur et force. Je ne cesse d’alterner ce mouvement avec des caresses langoureuses tout le long de ton corps, de ton dos, de tes hanches, de tes fesses, de tes jambes qui impriment ce mouvement de va et vient à ton corps.

Je n’en peux plus, mon cœur déborde d’amour pour toi et la fusion de nos corps le traduit de façon si intense, je te serre dans mes bras en te plaquant sur moi, je t’embrasse à pleine bouche, nos langues jouent furieusement, nos corps plaqués ne forment plus qu’un, tes seins sont écrasés sur mon torse, tu ne peux plus bouger, seul mon bassin peut encore t’asséner les coups qui t’inondent de plaisir, je te susurre au creux de l’oreille de ne pas te contenir, de laisser hurler ton plaisir …

Je prends un plaisir immense à t’entendre hurler au rythme de mes mouvements, nous transpirons de cette étreinte intense, mais je découvre que c’est agréable, qu’il est bon de sentir nos corps trempés glisser l’un contre l’autre, nous restons ensuite immobiles dans cette position à partager de nombreux et langoureux baisers, nous sommes complices, nous sommes heureux …

Peu après, tu reprends tes caresses expertes et nous passons encore de longs moments à faire l’amour, expérimentant diverses positions, découvrant à chaque instant un peu plus nos corps. Puis, épuisés, nous choisissons de quitter cette petite chambre où la température est devenue presque suffocante, et nous rejoignons les douches pour nous rafraichir un peu. Je ne manque jamais une occasion de passer mes mains sur ta peau si douce, je prends un malin plaisir à la caresser tout le long de ton corps recouvert de savon.

Ensuite, nous choisissons d’aller laisser sécher nos corps sur une terrasse où il fait bon se mettre à l’ombre, profiter de la température ni trop chaude, ni trop froide, pour se prélasser et reprendre nos esprits. Je t’invite à t’allonger sur une sorte de lit équipé d’un semblant de baldaquin en toile plutôt translucide, installé dans un coin de la terrasse. Nous y passons de longs moments à nous prélasser, à parler, à observer les gens qui vont et qui viennent sur la terrasse, nos mains s’égarent timidement, nous ne sommes plus enveloppés dans nos draps de bain, mais simplement recouverts … Nos corps nus se touchent ainsi sous ton paréo, à peine cachés de la vue des autres gens. Un couple vient s’installer en face de nous dans des fauteuils suspendus. Ils discutent, mais je vois bien qu’ils lorgnent sur nous !

Le monde qui nous entoure commence tout doucement à s’effacer, nos discussions s’interrompent pour laisser place au plaisir, celui que je te donne, celui de mes doigts agiles qui viennent s’insinuer entre tes cuisses, glisser sur les lèvres à nouveau trempées de ton sexe, alterner de délicates pénétrations pour se recouvrir de ton jus par d’intenses caresses sur ton clitoris déjà très excité … Tes yeux sont plongés dans les miens, ils se ferment doucement, tu mordilles ta lèvre comme à chaque fois que je te procure du bonheur, ta respiration se fait haletante, ta tête se réfugie contre moi, tu te colles à moi, et le temps d’une seconde je me rends compte que nos voisins se sont déplacés au pied de ce lit pour bénéficier d’une vue imprenable sur ton anatomie que je ne cesse plus de caresser … Ils y prennent visiblement du plaisir, car je vois l’homme tenir le paréo de sa femme relevé et la masturber vigoureusement, sans te quitter des yeux.

Nous continuons nos caresses encore de longues minutes, tu y prends beaucoup de plaisir mais je sens bien que tu n’es pas assez détendue dans ce lieu « public » pour t’abandonner à la jouissance … Je lis en toi comme dans un livre ouvert, alors je profite de cet instant propice pour terminer doucement notre ébat et projette de t’entraîner dans un endroit plus intime. C’est à ce moment seulement que nous constatons qu’en fait, une douzaine au moins de personnes se sont attroupées autour de nous, nous ont observés, plongés dans notre bonheur, se masturbant sans gêne devant nous. Tu es incroyablement gênée, tu te réfugies encore plus contre moi, je te prends dans mes bras, moi-même je ne m’attendais pas à ça !

Nous nous éloignons alors sous les félicitations de notre public, et tu me confies que tu étais gênée par la situation, mais que finalement tu en étais presque flattée ! Que pouvons-nous faire après ça ? Nous nous rendons bien compte que cette situation qui aurait pu paraître glauque, nous qui ne sommes pas exhibitionnistes en temps normal, était finalement incroyable respectueuse. Personne n’est venu s’immiscer entre nous, personne n’est venu nous déranger, nous savions bien qu’à cet endroit nous étions visibles, nous avons offert le spectacle de notre bonheur, et avons permis à notre petit public d’y prendre du plaisir eux-mêmes. Cet endroit est finalement plutôt bien fait pour nous !

Partager ce message


Lien à poster
Guest Lohan

Une belle expérience très bien raconté ;-)

Partager ce message


Lien à poster

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.