Aller au contenu
Invité aniscanelle

Première soirée bdsm

Messages recommandés

Invité aniscanelle

A la lecture de ce récit, vous allez sûrement trouver ça génial, cependant j'hésite encore à y retourner, vous comprendrez pourquoi...

Elle m'a accueillie sur la propriété de son ami, m'a mis un bandeau sur les yeux et emmenée jusqu'à la villa. Là, elle m'a présentée à cet homme qui m'a fixé des bracelets aux poignets et aux chevilles. Puis elle m'a guidée à la cave où Lui m'attendait. J'ai reconnu sa voix, chaude, chuchoter à mon oreille que j'étais le cadeau de la femme qu'il aime... Elle m'a laissée avec son maître-amant, puis est revenue plus tard. Il m'a guidée jusqu'à la croix de St André, me laissant le temps de toucher l'installation avant de m'y attacher, nue. Je tenais les chaînes dans mes mains, je me sentais bien...

Les souvenirs se bousculent dans ma tête. Je me rappelle le corps de Elle, doux et chaud... je l'ai léchée, faite jouir de ma langue et de mes doigts. Je l'ai caressée longuement, mordue, elle m'a embrassée... j'adore le contact de sa bouche, sa langue...

Lui m'a claqué les fesses, et j'ai dû dire "stop", il claquait sur l'os de ma hanche, et toujours au même endroit... ce qui m'a fait trop mal. Par la suite je n'ai plus pu dire stop, j'étais trop prise dans le jeu...

Ils m'ont laissé le bandeau toute la séance, et tant mieux car sur la fin, le bandeau avait glissé de mes yeux, et je les gardais fermés. Je ne voulais pas voir...

Lui m'a aussi pincé les seins, il les tordait, les serrait entre ses doigts, tirait dessus... c'est là que j'ai souffert, au delà du supportable pour moi, et chaque fois j'espérais qu'il arrêterait, chaque fois j'étais déçue... j'ai fini par esquiver, toujours incapable de dire le mot... stop. Cependant, ma douleur avait l'air de lui plaire, il le faisait presque machinalement.

J'ai souffert toute la journée de ces douleurs... maudissant mon silence.

Par contre, j'ai aimé, oh oui, j'ai aimé porter les bracelets, je les ai regrettés lorsqu'on me les a enlevés. J'ai aimé

croiser mes mains dans mon dos pourqu'on les attache... être guidée, poussée, manipulée...

J'entendais les deux complices parler de moi, se félicitant de mes qualités, ma peau, mes talents... Lui a adoré ma bouche et le plaisir qu'elle lui donnait, s'en est servi une bonne dizaine de fois... j'ai donné tout dans ces fellations, même lorsqu'il bougeait dans ma bouche pour mieux en profiter, m'arrachant quelques haut-le-coeur...

J'ai aimé être mise à quatre pattes et prise, partir dans la jouissance au point de supplier qu'on n'arrête pas... vibrante, j'ai obéi lorsqu'il m'a ordonné de tenir la position, tête levée pour qu'il s'accroche à mes cheveux...

J'ai aimée être caressée, consolée par Elle lorsqu'elle imposait un répit, voyant ma fatigue... et parfois ma détresse.

Je sors de là avec une envie supplémentaire, celle d'oser être offerte. J'aime donner de moi, être prise... et ne pas voir. Surtout ne pas voir, seulement entendre, sentir celui qui m'utilise, comme un beau jouet...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

à présent l'envers du décor

J'ai ouvert les yeux sur le maître... la douleur qu'il m'avait infligée m'avait rendue agressive intérieurement. Je l'ai trouvé laid, quelconque, perdu sans sa soumise qui le maternait... Sorti de son rôle, il était pathétique.

La cave aux murs de parpaings nus, les établis en contreplaqué, les toys étalés sur des tablettes, la vieille peau de vache au sol qui m'avait râpé les genoux...

Je me suis rhabillée, et n'avais plus qu'une envie, rentrer chez moi...

C'était il y a deux jours et mes seins sont toujours douloureux, sensibles, mes genoux idem...

Je ne sais pas si je veux revoir cet homme... ou alors avec la garantie qu'il ne passera pas mes limites, et toujours les yeux bandés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Etrange récit

Je ne connais pas bien ce milieu mais je pense qu'il faut aimer avoir mal pour se rendre dans ce genre de lieu

Je ne comprends pas ta déception

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anonymous

Je ne comprends pas ta déception

tu ne comprend pas que son maître n'a pas su respecter les limites fixées et que du coup elle a pas tellement apprécié car elle a eu mal?

aniscanelle: en effet c'est une expérience assez spéciale personnellement ce genre de chose ne m'attire pas du tout mais je comprend les doutes que tu as vis a vis de le revoir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n ai pas du tout ce genre de goût, en lisant ton récit, j ai eu mal a ta place

Mais après, chacun ses gouts

Je comprends que tu hésites a y retourner

Soit tu lui mets des limites soit tu n y retournes pas si il te fait trop mal !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Je comprends que tu hésites a y retourner

Soit tu lui mets des limites soit tu n y retournes pas si il te fait trop mal !

C'est exactement la réflexion qui m'anime en ce moment. A la base c'est Elle qui m'intéresse, Elle que je désire... Je voulais découvrir le BD, à savoir bondage et soumission, mais le SM ne fait pas obligatoirement partie du lot. Et Lui a outrepassé ma demande, je ne sais si c'était délibéré, mais du coup je n'ai plus trop confiance...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as raison de ne pas lui faire confiance!

Il a outre passe les règles et dans le sexe les règles qui sont établies ne doivent pas être baffouees!

C est nul de sa part!

Pourquoi, si tu t intéresse a elle, tu ne lui en parles pas pour voir ce qu elle va te dire

Si ça ne la choque pas, alors passe ton chemin!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

J'attends justement de pouvoir lui parler... on verra ce qu'elle en dit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C est dommage d' être déçue dans ce genre d' expérience ! C est déjà pas facile de faire le premier pas!

Au moins tu connais tes limites

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je comprends parfaitement ton hésitation. Outrepasser les limites c'est non seulement un manque de correction mais c'est dangereux.

Hugo dans une relation domination-soumission on fixe toujours des limites. D'une part parce qu'un(e) soumis(e) n'accepte pas n'importe quoi, et d'autre part parce qu'il y a des limites physiques à respecter par sécurité pour la santé. Là il a clairement outrepassé les limites ce qui fait que la douleur infligée n'est plus plaisante c'est même le contraire.

Dans une relation comme ça le respect est primordial et là visiblement y en a pas eu, d'où l'hésitation légitime.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Bon, j'ai dormi là dessus, pris l'avis de mon Maître qui n'avait pas mesuré dans un premier temps mon désarroi.

Ses mots: "Peut-être n'as-tu pas "osé" dire stop... Croyant que cette séance était un passage obligé...

Peut-être n'étaient-ils pas ceux qui convenaient...

Tu n'as rien à te reprocher Canelle. Ne reste pas sur cette question... Pourquoi tu n'a pas su, pourquoi tu n'as pas pu... Peut-être as-tu découvert que ce genre de relation n'est pas ton truc !"

En effet, je fais mon tri. Ce qui m'a plu, ce qui ne me va pas. Mon erreur: y avoir été seule. On va accompagnée se soumettre à quelqu'un qui n'est pas son Maître, le mien étant trop loin...

J'apprends ^^

Je ne reverrai pas ces deux-là, voilà tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en fait, dans ces relations, la confiance MAXIMALE est nécéssaire, et l'écoute attentive, encore une fois. Sans cela, c'est DANGEREUX ET DESTRUCTEUR.

J'ai été amenée à faire à un homme des choses "douloureuses". Mais je l'ai fait avec tellement d'amour et de douceur qu'il n'a jamais eu "mal". Je ne l'ai jamais bléssé; ça peut sembler contradictoire ce que je tente d'expliquer, mais c'est pourtant vrai. En gros, je n'ai pas été "violente" ou "sadique", je suis toujours restée dans le respect. (j'ai pratiqué des piercing dans le gland, les testicules, les tetons, de la scarification, des fist avec cet homme. on à été trés loin, mais trés proprement, sans violence.)

Aniscanelle, fais attention à toi; Je suis contente que tu aies partagé cette histoire, et que tu aies exprimé ta déception, et le manque de respect du mec, son côté pathétique.

J'aime être attachée, ou avoir les mains tenues, parce que dans ces moments là, je me sens "soutenue"... c'est con, mais c'est finalement ça, que ça me fait. et aussi, j'ai l'impression de pouvoir dans cette situation me "laisser faire". Pour moi qui dirige et contrôle habituellement tout, c'est sacrément excitant et reposant...mais, impossible pour moi d'y arriver sans CONFIANCE ET RESPECT et bonne ambiance.

Serpentine; :aime:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Merci Serpentine , tu décris là mes sensations... je dois aussi tout gérer et diriger dans ma vie quotidienne et les liens sont des ancrages où je me repose...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en fait, dans ces relations, la confiance MAXIMALE est nécéssaire, et l'écoute attentive, encore une fois. Sans cela, c'est DANGEREUX ET DESTRUCTEUR.

Tout à fait d'accord. Toutes les pratiques de ce style doivent comporter des "verrous de sécurité" qu'ils soient verbaux ou physiques. Y a un truc que je pige pas c'est que des règles n'aient pas été établies au préalable. Il aurait dû y penser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Elles l'étaient! J'avais dit "pas de douleurs, pas de pinçage des seins" . Je devais dire "stop" quand je voulais arrêter... sauf que... j'étais allée trop loin, j'étais au-delà de la conscience, mon esprit se contentait d'avoir mal et rien ne sortait... dans mon cerveau déconnecté, j'espérais peut-être qu'il verrait ma souffrance...

Un Dom m'a écrit que lui, il donne un interrupteur à sa soumise. Quand elle éteint la lumière, il arête... Peut-être que la parole ne passant pas, un geste aurait pu marcher.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui il aurait dans ce cas fallu mettre un verrou physique. Quand je ne peux pas parler c'est ce que j'ai. Le coup de l'interrupteur est classique mais efficace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois Anis canelle que tu étais vulnérable ce jour là, pour n'avoir osé dire stop... je pense que cet épisode à pointé du doigt un souci plus profond. De quoi ou de qui as tu été victime....par le passé, petite, et plus grande, et régulièrement dans ta vie..?

(personnellement, j'ai subi tellement d'agressions que c'est pas pour rien que je suis dans le contrôle a présent). Ces moments que tu recherches, sont d'une certaine façon, une soupape, une bouffée d'oxygène. Le souci, c'est, que faire si on se fait agresser et violenter même là où on se croyait en sécurité, comment être en paix?

C'est trés angoissant. Mais pour pas tomber dans une forme d'agoraphobie, il est à mon avis nécéssaire d'identifier tes peurs, tes agresseurs, et de trouver en toi la force, l'amour et l'accueil dont tu as besoin pour réparer "la petite fille blessée" et terrifiée qui se cache derrière son masque rigide et contrôlant.

difficile de ne pas pouvoir laisser s'exprimer sa douceur. son innocence.

Nous sommes de trés nombreuses femmes dans ce cas. Les hommes aussi ont subi bcp de violence. Tout se joue trés tôt. Avant sept ans.

retour en arrière indispensable. pour casser le cercle vicieux, et le transformer en un cercle vertueux.

:aime:

ne ferme pas tes yeux! la vie te montre qu'aujourd'hui, tu as la force nécéssaire pour les garder ouverts.

Sois courageuse, mais ne dis pas "même pas mal" ou "c'est pas grave".... c'est trés grave de se faire agresser alors qu'on est "en paix".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Eh bien pour ma petite enfance, j'ai des pistes justement. Mais quand j'en parle on les minimise... Je donnerai deux anecdotes ici.

J'ai cinq ans, six peut-être. Ma mère me laisse jouer chez les voisins, des pédiatres, avec leur fils un peu plus grand que moi. Il veut jouer au papa, me persuade de mettre une couche et m'abandonne dans le lit à barreaux. Je me revois pleurant pour qu'on me délivre...

J'ai huit ou neuf ans, même endroit... Je joue avec deux voisines qui s'entendent comme cul et chemise. Gentille et naïve, je suis très docile. Elles me déguisent en bonne et me font attendre assise tandis que dans l'autre pièce ces dames prennent le café... ce jour-là je n'ai rien dit, lasse de trop attendre, je suis partie... sans rien dire.

J'étais une fillette docile, sage, timide...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Elles l'étaient! J'avais dit "pas de douleurs, pas de pinçage des seins" . Je devais dire "stop" quand je voulais arrêter... sauf que... j'étais allée trop loin, j'étais au-delà de la conscience, mon esprit se contentait d'avoir mal et rien ne sortait... dans mon cerveau déconnecté, j'espérais peut-être qu'il verrait ma souffrance...

Un Dom m'a écrit que lui, il donne un interrupteur à sa soumise. Quand elle éteint la lumière, il arête... Peut-être que la parole ne passant pas, un geste aurait pu marcher.

Je n'avais pas encore lu cette réponse, avant d'écrire la mienne tout à l'heure, je l'écrivais pdt que Kayrab et toi postiez les votres.

j'ai envie de réagir à ce que tu dis: Je devais dire "stop" quand je voulais arrêter... sauf que... j'étais allée trop loin, j'étais au-delà de la conscience, mon esprit se contentait d'avoir mal et rien ne sortait... dans mon cerveau déconnecté, j'espérais peut-être qu'il verrait ma souffrance...

tu te "déconnecte" souvent comme ça? tu agis comme une fuyante. La réalité que tu subis, tu la fuis, au lieu de simplement ....vivre.

Lorsque l'on est "fuyant" on devient passif, et notre passivité "autorise" les pires choses, les pires actes.

D'une certaine manière, lorsque l'on est passif, on cautionne.

D'une certaine manière, tu as trop peu de respect pour toi, alors tu prèféres fuir ton corps plutôt que de dire stop. 9a te parle ce que je dis?

Fais des choix clairs dans ta tête, aies le courage de prendre des décisions toute seule, demande toi ce que tu veux réellement recevoir, pas ce que tu reçois "par habitude".

Les habitudes, ça se change.

Un Dom m'a écrit que lui, il donne un interrupteur à sa soumise. Quand elle éteint la lumière, il arête... Peut-être que la parole ne passant pas, un geste aurait pu marcher.

c'est sûr que lorsque les choses sont expliquées clairement, à priori, c'est sensé marcher. Sauf que des fois, justement, ça marche pas; Et là, c'est la cata.

Le Dominateur doit absolument avoir pleinement conscience de sa responsabilité;

a mon sens, dans ce genre de pratique, il faut bien avoir les pieds sur terre, ne pas se laisser "emporter" par la pratique. ça peut aller tellement loin. personne n'a réellement "envie" d'être mutilé. bien faire la part des choses entre fantasmes et réalité.

bien sûr, ce n'est que mon avis;

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eh bien pour ma petite enfance, j'ai des pistes justement. Mais quand j'en parle on les minimise... Je donnerai deux anecdotes ici.

J'ai cinq ans, six peut-être. Ma mère me laisse jouer chez les voisins, des pédiatres, avec leur fils un peu plus grand que moi. Il veut jouer au papa, me persuade de mettre une couche et m'abandonne dans le lit à barreaux. Je me revois pleurant pour qu'on me délivre... c'est fou ce qu'on peut inspirer aux autres... toi, on te donne une "parole" on t'humilie, et on te trahis, et on t'abandonne.

J'ai huit ou neuf ans, même endroit... Je joue avec deux voisines qui s'entendent comme cul et chemise. Gentille et naïve, je suis très docile. Elles me déguisent en bonne et me font attendre assise tandis que dans l'autre pièce ces dames prennent le café... ce jour-là je n'ai rien dit, lasse de trop attendre, je suis partie... sans rien dire.

Qu'aurais tu aimé leur dire, dans le fond? Tu peux le faire, à présent. écrire, réécrire l'histoire, changer la fin,et la bruler une fois pour toutes;

J'étais une fillette docile, sage, timide...

et aujourd'hui, comment te situes tu?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

Fuyante, oui... j'apprends à faire face, mais j'ai toujours appris à fuir, le danger, le conflit, la difficulté... c'est un apprentissage qui dure depuis toujours... affronter, m'affirmer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité aniscanelle

hum... je vais prendre le temps de réfléchir à ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.