Aller au contenu
highlander

Expérience hongroise

Messages recommandés

Il m’est arrivé une bien drôle d’histoire.

Pour mon boulot, je suis amené à aller chaque mois quelques jours en Hongrie afin de faire le point sur l’évolution de notre filiale locale.

Sur place, nous avons un General Manager, Pavel, qui gère la boutique mais ce n’est pas un luxe de le tenir à l’œil.

D’habitude, je loge dans un studio au-dessus du bureau. Pavel m’a bien proposé une fois ou l’autre de venir loger chez lui, tant ce studio n’est pas vraiment luxueux, mais j’aime avoir mes aises et préfère ne pas déranger ni être dérangé.

Il y a quelques temps déjà, lorsque Pavel est venu me chercher à l’aéroport, il m’a fait part de ses déboires conjugaux. Il avait quitté sa femme, pourtant fort jolie, et avait emménagé dans le studio. Il aurait sans doute pu m’en parler avant que j’arrive afin que je puisse prendre mes dispositions. Et je peux vous dire que dans la pampa hongroise, les bons hôtels ne sont pas nécessairement légion.

Confus, Pavel m’explique qu’il a une liaison avec la réceptionniste mais que si je veux loger chez lui, Katia, sa femme a préparé la chambre d’amis et je suis le bienvenu.

Ca ne m’arrange pas trop, j’engueule Pavel, lui promet que je ne vais pas avoir d’autres choix que de virer sa réceptionniste, sex colleague, ex colleague, et je finis par accepter de mauvaise grâce sa proposition.

Le soir venu, après une journée à avoir analysé les mauvaises performances de l’entreprise et avoir engueulé une dernière fois Pavel, je me suis présenté chez lui. Enfin chez sa femme, Natalia, puisqu’il avait quitté la maison.

Natalia m’a accueilli la mine un peu défaite et avait manifestement été prévenue de ma mauvaise humeur. Elle me montra ma chambre puis servi à dîner. Le tout dans une ambiance un peu tendue.

Le soir venu, au moment d’aller me coucher, je croise Natalia qui sort de la salle de bain, vêtue d’une nuisette blanche complètement transparente. Vous me croyez ou vous ne me croyez pas, mais bizarrement, je me suis mis à penser à autre chose qu’à Pavel et aux résultats de cette filiale hongroise.

Et en sortant de la salle de bain, je me suis dirigé vers la chambre de Natalia plutôt que la mienne.

Après avoir frappé à la porte, Natalia m’a fait entrer. Je lui ai présenté mes excuses. Elle n’était en aucun cas responsable de cette situation. Elle m’a sourit timidement et m’a dit en me prenant la main, qu’elle était contente que je ne lui en veuille pas. Puis elle m’a dit, viens, approche toi, si tu veux je peux te détendre.

J’ai souri et je me suis glissé dans son lit. Après tout, il n’y avait aucun mal à donner du plaisir et à se faire plaisir. Pavel avait quitté sa femme, pourquoi n’en profiterais-je pas ? Nous avons donc fait l’amour consciencieusement pendant une bonne partie de la nuit. Et Natalia était vraiment bonne. J’ai encore des frissons rien qu’à penser à la manière dont elle m’a sucé la queue et les couilles, à la manière dont elle m’a offert sa moule bien épilée dégageant un nectar de plaisir, à sa croupe offerte et son dos cambré lorsque je l’ai prise en levrette, à la manière dont mes doigts se sont introduits dans son petit trou humide et chaud, aux spasmes qui secouaient son corps lorsqu’elle jouissait autour de mon pieu ou au contact de ma langue, …

Le lendemain matin, je me suis réveillé grâce aux douces caresses buccales prodiguées par Natalia. En salivant abondamment, elle m’a pompé le dard comme rarement. C’était un bien doux réveil. Elle avait préparé le petit déjeuner au lit et je me suis bien régalé. Une fois encore je lui ai fait l’amour.

La journée, Pavel était penaud, la nuit je rendais sa femme heureuse. J’ai logé quatre nuits chez lui et quatre nuits j’ai baisé comme je n’avais jamais baisé. Le soir, en rentrant de l’usine, Natalia m’attendait et commençait par me bouffer la queue. Bien souvent dans le hall d’entée de leur maison.

Je lui ai fait part de mon goût pour la fine lingerie, et plusieurs fois par jour elle changeait de tenue. Nous avons mangé aux chandelles, elle vêtue de ses seuls bas, guêpière et escarpins. Elle m’excitait au plus haut point et elle avait l’air d’apprécier la fougue avec laquelle je l’honorais.

Puis vint l’heure de rentrer chez moi. Elle m’avait tout donné et je m’étais littéralement vidé pour elle. Quand je suis parti, elle m’a dit : vivement ta prochaine visite le mois prochain.

Le mois d’après, Pavel, selon mes instructions, avait licencié sa réceptionniste. C’est bien connu, ce sont toujours les petits qui payent. Ce qui me surprit le plus, c’est que Pavel avait regagné le nid familial. Il avait fait la paix avec Natalia.

Le soir du premier jour, Pavel et Natalia m’ont invité à venir dîner. C’était un couple normal et rien ne laissait penser qu’il y a un mois à peine j’avais sauté Natalia de toute les manières possibles et dans chacune des pièces de cette maison aujourd’hui bien rangée. Je ne fis bien entendu aucun commentaire.

Depuis, je retourne régulièrement chez Pavel et Natalia lors de mes séjour en Hongrie. Natalia m’a un jour glissé à l’oreille que Pavel n’était au courant de rien et que c’était très bien ainsi. Je n’ai plus jamais fait l’amour à Natalia mais elle ne manque jamais de me dévoiler ces nouveaux achats lorsqu’il s’agit de lingerie. Elle trouve toujours l’occasion de me montrer. Je peux voir mais pas toucher. C’est amusant la vie !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

je sens que je vais aller en hongrie :bisous5:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.